Rejoignez-nous

Sorties

Retour des illuminations de Noël, mais avec mesure

Publié

,

le

En Suisse alémaniques aussi, les villes ont retrouvé leur parure de Noël, comme ici sur la Bahnhofstrasse à Zurich. (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

Après les restrictions dues au risque de pénurie l'an dernier, les illuminations de Noël sont réapparues dans les villes de Suisse. Mais la leçon semble retenue et le souci d'économies d'énergie s'est imposé, a constaté Keystone-ATS dans un tour d'horizon.

Devant les risques de pénurie et la hausse des coûts d'électricité, de nombreuses villes avaient drastiquement réduit voire renoncé à leur éclairage des fêtes de fin d'année l'hiver dernier. Mais afin de "maintenir l'esprit de Noël" qui a "beaucoup manqué à la population l’an dernier", comme le souligne la ville de Martigny, les illuminations scintillent à nouveau dans la plupart des cités.

Le souci de sobriété est cependant partout présent, en particulier par une réduction de la durée ou de la densité du dispositif. Beaucoup de villes éteignent les lumières plus tôt, ou les installent durant moins longtemps. Des initiatives plus originales sont aussi maintenues, comme à Genève.

L'an dernier, la ville du bout du lac avait ainsi fait fonctionner certaines de ces installations à la force des mollets des passants. Ceux-ci sont à nouveau invités à pédaler, notamment pour faire briller des arbres de la Place du Rhône.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Jérôme Aké Béda rebondit au Chalet du Mont-Pèlerin (VD)

Publié

le

En 2015, Jérôme Aké Béda avait décroché le titre de "sommelier suisse GaultMillau de l'année" (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le sommelier Jérôme Aké Béda reprend le Chalet du Mont-Pèlerin (VD), une auberge panoramique. Une page se tourne ainsi pour l'ardent défenseur du chasselas et des bons vins, qui avait officié pendant près de 18 ans à l'Auberge de l'Onde à Saint-Saphorin.

Celui qui détient le titre de "sommelier de l'année" 2015 est le nouveau directeur, sommelier et maître d'hôtel du Chalet du Mont-Pèlerin, annoncent GaultMillau et le site du restaurant. Avec cette "nouvelle gouvernance", l'auberge promet "une expérience gastronomique sans esbroufe", sous la houlette du chef Anthony Leca.

Jérôme Aké Béda est une figure du monde oenologique vaudois et romand. Il a écrit de nombreux livres sur le vin et a participé, en 2019, à la Fête des vignerons, jouant un des "docteurs" du spectacle. Il a également reçu le Mérite cantonal vaudois.

L'automne dernier, il n'était plus apparu sur les photos de l'équipe de l'Auberge de l'Onde, ce qui avait intrigué plusieurs médias. Le restaurant, qui s'est réorganisé, expliquait alors qu'il souhaitait une communication moins axée sur le vin.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Musique

Alain Souchon en concert et en famille à Lausanne

Publié

le

Alain Souchon sur la scène du 35e Paleo Festival de Nyon, le dimanche 25 juillet 2010 (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Alain Souchon repart pour une nouvelle tournée accompagné de ses fils Pierre et Ours. Il s'arrêtera à la salle Métropole de Lausanne les 16 et 17 décembre 2024. Le trio revisitera le répertoire du chanteur français, entre titres incontournables, perles rares et surprises.

Il y a un peu plus de 4 ans, Alain Souchon publiait un nouvel album acclamé par la critique, "Ames fifties", fruit d'une étroite collaboration avec ses deux fils. S'en est suivi une "tournée triomphale" de plus de 100 dates.

L'artiste en annonce une nouvelle qui débutera au printemps. Ensemble sur scène, les trois Souchon interpréteront les chansons d'Alain, bientôt 80 ans, de manière dépouillée, dans une formule acoustique, selon une interview donnée à RTL France. Alain Souchon y confie également que son médecin lui a prescrit cette tournée familiale sur ordonnance.

Avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Culture

Le Capitole de Lausanne retrouve son lustre, en plus grand

Publié

le

La grande salle du Capitole, entièrement rénovée, retrouve son tapis bleu, sa couleur d'origine. (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Clap de fin pour l'un des chantiers culturels majeurs de Lausanne: après trois ans de travaux, le mythique cinéma Capitole retrouve son lustre d'antan, complètement restauré et agrandi. La Cinémathèque suisse y prend ses aises, avec deux salles de 876 places au total.

Le célèbre néon de l'établissement emblématique de la capitale vaudoise peut à nouveau briller de mille feux pour cette véritable Maison du cinéma, plus grande salle de cinéma de Suisse. Le syndic de Lausanne Grégoire Junod, le président de la Fondation Capitole Olivier Steimer et le directeur de la Cinémathèque suisse Frédéric Maire ont présenté vendredi matin le nouveau visage du Capitole.

"Le résultat est splendide", s'est enthousiasmé M. Junod. "Ce cinéma a un rôle affectif et culturel très fort pour les Lausannois et tous les passionnés de cinéma", a-t-il dit, rappelant que ce chantier "majeur, d'une énorme complexité" était le "plus important de cette législature". Coût total des travaux: 21,6 millions de francs.

Boutique, librairie et café-bar

Inauguré en 1928, le cinéma qui fêtera donc ses 100 ans dans quatre ans, vit sa troisième "grande révolution" après les transformations de 1959. Il avait été racheté par la Ville de Lausanne en 2010 à l'ancienne propriétaire historique du Capitole, "Mademoiselle" Lucienne Schnegg. Les travaux de rénovation et d'agrandissement ont, eux, commencé en 2021.

Ils ont permis la création en sous-sol d'une deuxième salle de cinéma et d'un nouveau foyer à l'architecture contemporaine, dont les murs métallisés reprennent l'effet d'ondulation des rideaux de scène. Les espaces rénovés accueillent désormais aussi une salle de consultation des archives de la Cinémathèque, une boutique, une petite librairie spécialisée, un café-bar et même un ascenseur.

Salles Buache et Schnegg

La grande salle historique, toujours autant imposante qu'élégante, a retrouvé sa moquette à la couleur d'origine, soit le bleu qui se "reflète" en quelque sorte avec le bleu ciel du plafond. Cette salle avec balcon porte désormais le nom du légendaire directeur et pionnier de la Cinémathèque suisse, Freddy Buache. Elle peut contenir 736 personnes.

Baptisée du nom de Lucienne Schnegg, la nouvelle salle peut, elle, recevoir 140 personnes. Elle permettra à la Cinémathèque suisse de développer et diversifier ses activités en permettant notamment de garder des films à l'affiche plus longtemps et de présenter deux films différents dans les deux salles. Le nombre de projections va donc clairement monter en puissance et dépasser les trois séances quotidiennes actuelles de la Cinémathèque à Montbenon.

Les deux cabines sont équipées pour la projection numérique 4K et analogique, permettant de projeter des films à la fois sur pellicules 16mm, 35mm mais aussi 70mm, un format qui fait ainsi son retour dans la grande salle du Capitole. C'est d'ailleurs l'unique salle du pays équipée pour le 70mm et l'une des seules en Europe.

Portes ouvertes

"Nous avons désormais un lieu de diffusion et de valorisation des oeuvres cinématographiques digne d'une Cinémathèque. C'est notre nouveau temple, écrin, vitrine, musée", s'est réjoui Frédéric Maire.

Une grande fête d'inauguration est prévue les 24 et 25 février avec deux journées portes ouvertes agrémentées de visites des lieux et de projections, dont, le samedi soir, "2001, l'Odysée de l'espace" de Stanley Kubrick, dans une version 70 mm, copie neuve de l'originale. Le dimanche soir, place au rire avec la comédie d'Yves Robert, "Le Grand Blond avec une chaussure noire", avec l'acteur Pierre Richard.

Le week-end d'ouverture sera suivi de la 7e édition des Rencontres 7e Art Lausanne (7 au 17 mars). Le directeur de la Cinémathèque a aussi déjà annoncé le programme pour mars et avril, soit deux rétrospectives, l'une de l'Américain Spike Lee et l'autre du Chinois Jia Zhang-ke. Un hommage sera aussi rendu à la société de production zurichoise Praesens-Film, qui fête ses 100 ans.

Acheter un fauteuil

Cette transformation et rénovation du Capitole a été financée par la Ville de Lausanne (environ 5 millions de francs), le Canton (environ 2 millions) et la Confédération (environ 1 million). Le reste des fonds est issu du mécénat, d'un partenariat privé-public, d'emprunts et de subventions, le tout placé sous l'égide d'une Fondation Capitole, constituée en 2019 et formellement propriétaire des lieux.

Celle-ci lance une campagne de levée de fonds pour soutenir la phase finale du chantier. Le public a la possibilité d'acheter un ou plusieurs fauteuils de la petite ou grande salle. Manière de s'offrir une place dans l'histoire du cinéma.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

La Haute école de musique de Genève ouvre ses portes samedi

Publié

le

La Haute école de musique de Genève ouvre les portes de son campus samedi. Concert, performances, ateliers, table ronde et masterclasses figurent au menu de cette journée destinée à mieux faire connaître l'institution et ses formations (illustration). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

La Haute école de musique de Genève (HEM) ouvre les portes de son campus samedi. Concert, performances, ateliers, table ronde et masterclasses figurent au menu de cette journée destinée à mieux faire connaître l'institution et ses formations.

La HEM accueille plus de 600 étudiants provenant du monde entier et compte en son sein des professeurs de renommée internationale. Les masterclasses proposées tout au long de la journée seront autant d'occasion de voir le pianiste Louis Schwizgebel, le violoniste Sasha Rozhdestvenskiy ou encore le flûtiste Michel Bellavance en situation.

La journée se terminera par un concert donné par les différents départements de l'école. Au programme, des oeuvres de Rameau, Bach, Aperghis, Ravel, Debussy, Scriabine et Koshinski.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Environnement

Des ateliers pour découvrir les vins de Lavaux

Publié

le

Une formation propose de partir à la découverte des crus de Lavaux (Image prétexte). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le chasselas est le cépage-roi des vins de Lavaux, mais il n'est pas le seul à être cultivé dans ce vignoble en terrasses qui borde le Léman. Une série d'ateliers invitent à découvrir une richesse oenologique encore méconnue. Premier rendez-vous le 29 février.

La Communauté de la vigne et des vins de Lavaux, l'Office des vins vaudois, l'Ecole du vin de Changins, le Vinorama et l'association Lavaux Patrimoine mondial ont décidé de s'associer pour présenter ce nouveau cycle de formation. Quatre soirées sont au programme.

Chaque module est axé sur un thème. La première soirée sera dédiée au chasselas, cépage emblématique du bassin lémanique. La suivante (7 mars) fera découvrir d'autres cépages blancs, rarement associés au vignoble de Lavaux, "mais s'y révélant remarquablement", expliquent mercredi les partenaires dans un communiqué.

Les deux dernières séances - les 14 et 21 mars - permettront de mettre à l'honneur les nombreuses déclinaisons de rouges. Ces formations, conçues par l'Ecole du vin de Changins, comprennent la dégustation d'une dizaine de vins par soirée. Elles s'adressent à un public large.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture