Rejoignez-nous

Football

Pas de choc Brésil-Argentine

Publié

,

le

Messi et ses équipiers argentins sont rentrés en Argentine dimanche soir (© KEYSTONE/AP/Andre Penner)

Les retrouvailles entre Lionel Messi et Neymar en sélection ont tourné court, avec l'arrêt du match Brésil-Argentine dimanche à Sao Paulo, sur intervention des autorités sanitaires brésiliennes.

Quatre joueurs argentins évoluant en Angleterre sont accusés d'avoir violé les protocoles anti-Covid.

La FIFA a confirmé dans un communiqué que cette rencontre des qualifications pour le Mondial 2022 avait été "suspendue sur décision de l'arbitre", sans préciser si elle est reportée ou non. Le coup d'envoi avait été donné depuis à peine cinq minutes quand la scène surréaliste s'est produite: des représentants de l'agence sanitaire Anvisa et de la police fédérale sont entrés sur le terrain pour mettre fin à la rencontre, dans la confusion la plus totale.

"Nous rentrons à la maison"

Les Argentins ont tenté de parlementer mais ont fini par regagner le vestiaire, où ils sont restés pendant plus de trois heures, avant de finalement quitter le stade une heure après la délégation brésilienne.

Les joueurs de l'Albiceleste ont ensuite décollé de l'aéroport de Sao Paulo à 21h36 à destination de Buenos Aires. "Nous rentrons à la maison!", peut-on lire dans un tweet de la sélection, avec une photo montrant une partie de l'équipe à bord d'un avion.

"Ça fait trois jours qu'on est ici, pourquoi ne sont-ils (les agents de l'Anvisa) pas venus avant?", a demandé Messi, au côté de Neymar et des sélectionneurs des deux équipes, dans une vidéo de la chaîne argentine TyC en pleine confusion.

"A aucun moment nous n'avons été informés que (les quatre joueurs) ne pourraient pas jouer le match. Nous voulions jouer, et les Brésiliens aussi", a déclaré pour sa part le sélectionneur argentin Lionel Scaloni, cité sur le compte Twitter de la fédération argentine.

"Fausses informations"

Quelques heures avant le coup d'envoi, l'Anvisa avait pourtant annoncé dans un communiqué avoir recommandé aux autorités locales de l'Etat de Sao Paulo que les quatre footballeurs soient "placés immédiatement en quarantaine" pour avoir fourni de "fausses informations" dans le formulaire d'entrée au Brésil.

Selon l'agence sanitaire, Giovanni Lo Celso (Tottenham), Emiliano Martinez (Aston Villa), Emiliano Buendia (Aston Villa) et Cristian Romero (Tottenham) auraient omis de signaler qu'ils avaient séjourné au Royaume-Uni lors des quatorze derniers jours précédant leur arrivée. Le président de l'AFA a pour sa part nié tout "mensonge" de la part des joueurs.

Une ordonnance ministérielle datant du 23 juin interdit l'entrée sur le territoire brésilien à toute personne étrangère venue du Royaume-Uni, d'Inde ou d'Afrique du Sud, pour éviter la propagation de variants du Covid-19. Le communiqué de l'Anvisa faisait état d'un "risque sanitaire grave", interdisant aux joueurs de "prendre part à toute activité et de demeurer sur le territoire brésilien".

Consignes pas respectées

Malgré cette décision, trois des quatre joueurs en question (Lo Celso, Martinez et Romero) avaient été alignés dans le onze de l'Albiceleste et avaient débuté le match.

"Nous sommes arrivés à cette situation parce que tout ce que l'Anvisa avait recommandé, depuis le début, n'a pas été respecté. (Les joueurs) avaient reçu la consigne de rester isolés dans l'attente de leur expulsion (du pays), mais ils sont allés au stade et sont entrés sur le terrain", a déclaré le directeur de l'agence sanitaire, Antonio Barra Torres, à la chaîne TV Globo.

Contrairement aux neuf Brésiliens de Premier League convoqués par le sélectionneur Tite, les quatre Argentins ont fait le voyage malgré le veto des clubs anglais, qui ont interdit à leurs joueurs sud-américains de participer à ces matches internationaux pour éviter une quarantaine à leur retour.

"Tout le monde a été pris de court. C'est un épisode lamentable, un match Brésil-Argentine est au coeur de l'attention dans le monde entier", a déploré le président par intérim de la Confédération brésilienne, Ednaldo Rodrigues.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Servette a su profiter de la situation favorable

Publié

le

Le milieu genevois Miroslav Stevanovic, gauche, lutte pour le ballon avec le défenseur lausannois Archie Brown. Le Bosnien est engagé sur les trois buts de son équipe. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Avec un homme de plus sur le terrain juste avant la pause, Servette a fait ce que l'on attendait de lui à la Tuilière. Les Genevois ont parfaitement géré ce derby lémanique (victoire 3-0).

"C'est certain que cette victoire fait plaisir, commente le gardien Jérémy Frick. Il y a un petit air de déjà vu avec ce succès sous la neige et nos supporters qui arrivent en retard. C'était le scénario parfait pour eux et pour nous. On a réussi à confirmer ce qu'on avait montré la semaine passée. On a eu du déchet et tout ne fut pas parfait, mais on va retenir qu'on a marqué trois buts et qu'on n'en a pas encaissé."

Mais le dernier rempart des Grenat ne voulait pas dépeindre un tableau trop idyllique sans revenir sur l'expulsion de Puertas juste avant la pause: "On ne va pas se mentir, cela nous a grandement facilité la tâche. Mais ce n'est jamais chose aisée de gagner contre une équipe comme Lausanne qui pouvait tout avoir de l'animal blessé. Il fallait marquer rapidement en deuxième mi-temps et ne pas encaisser. C'est ce qu'on a fait et plutôt bien."

Surfer sur ces deux victoires

Ce deuxième succès de rang ramène un peu de calme dans le vestiaire genevois. "Tout n'est pas parfait, mais effectivement il y a un peu plus de sourires à l'entraînement, confie le gardien. On doit maintenant tout faire pour arrêter avec ces séries de défaites. On rejoue sur un synthétique le week-end prochain contre un grand YB, à nous de faire en sorte d'aller chercher ces trois points."

Et si le portier affichait un beau sourire, c'est aussi parce qu'il a signé un "clean sheet": "Je le cherchais depuis un petit moment comme un attaquant cherche un but quand il ne marque pas. Cela fait du bien et apporte de la sérénité. C'est une préparation optimale avant d'affronter le champion."

Dans le camp des vaincus, les mines étaient forcément basses. Et bien entendu, les Lausannois n'ont pas occulté l'expulsion de leur coéquipier. "Ca tue le match, lance le défenseur Anel Husic. On était bien. On n'était pas meilleur qu'eux, mais c'est dommage de prendre un rouge juste avant la mi-temps. En deuxième, ils sont clairement au-dessus. Ils attaquent et ils marquent. Ensuite on lâche et ils mettent le deuxième. On pousse pour essayer de mettre le 2-1 et on prend le troisième. Maintenant il faut tourner la page."

A la mi-temps, le coach a cherché à motiver ses troupes. "Il nous a dit que même avec un joueur en moins, on pouvait le faire, relève Husic. Malheureusement ça ne l'a pas fait. Si on avait pris le premier but vers la 65e, cela aurait peut-être changé quelque chose."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Servette domine un LS réduit à dix

Publié

le

Grosse ambiance pour le derby au stade de la Tuilière. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Servette a remporté le derby lémanique de la 15e journée de Super League. A la Tuilière, les Grenat se sont imposés 3-0 face à un LS réduit à dix après l'expulsion de Puertas.

Et voilà Servette qui se donne un peu d'air. Sans être brillants, les joueurs d'Alain Geiger ont su se montrer percutants au moment opportun, c'est-à-dire dès l'instant où ils ont pu évoluer en supériorité numérique.

Car la partie, disputée devant plus de 10'000 spectateurs, a pris une tournure différente à la 45e lorsque Cameron Puertas s'est fait l'auteur d'une faute inutile à mi-terrain. L'arbitre n'a alors pas hésité à sortir un deuxième carton jaune et a renvoyé le meneur de jeu vaudois aux vestiaires. Neuf minutes plus tôt, Puertas avait pris un premier carton largement évitable en zone offensive.

Trois assists pour Stevanovic

Servette n'a pas mis longtemps à profiter de leur avantage numérique. A la 49e, Kyei n'a pas manqué l'ouverture du score seul face au but vide après un excellent service de Stevanovic. Maître à jouer des Genevois, ce dernier s'est encore montré décisif à la 67e.

Une fois de plus décalé sur la droite, Miroslav Stevanovic a vu son puissant centre dévié par le portier Diaw avant d'être victorieusement repris par Imeri. Et c'est encore le Bosnien qui a servi Antunes pour le 3-0 des visiteurs (88e).

Servette grimpe au 6e rang

Dans les rangs lausannois, l'absence de Puertas a coûté cher en deuxième période, alors que la neige s'est mise à tomber plus fort encore. Les Vaudois se sont créé quelques occasions, mettant les réflexes de Frick à l'épreuve sur des frappes prises en dehors de la surface. Les hommes de Borenovic ont semblé jouer de manière plus simple à dix, même si ce ne fut pas fameux.

Lausanne se consolera en se disant que la défaite de Lucerne chez lui contre Bâle laisse au club de Suisse centrale la position peu enviable de lanterne rouge. Les Genevois de leur côté remontent au 6e rang.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Lausanne - Servette: tout a changé

Publié

le

L'entraîneur du Servette FC Alain Geiger attend que ses joueurs viennent enfin à bout du Lausanne-Sport dimanche (© KEYSTONE/Martial Trezzini/archives).

A la veille d'un derby lémanique qui sera surtout celui de la peur, Alain Geiger sait-il qu'il restera à jamais dans le cœur des supporters servettiens comme l'homme du 11 juin 1984 ?

Il ne peut pas oublier qu'il fut l'unique buteur de l'un des affrontements les plus importants de l'histoire entre Servette et Lausanne.

L'actuel entraîneur des Grenat avait scellé l'issue de la seule finale de Coupe de Suisse qui a opposé les deux équipes à ce jour. "Je me rappelle de ce but inscrit lors des prolongations. Jean-Paul Brigger remise en retrait et je trouve la lucarne de Jean-Claude Milani (gardien genevois du LS de l'époque emmené par Didi Andrey et entraîné par Péter Pázmándy champions de Suisse avec le SFC en 18-19), glisse-t-il. Il y avait encore Gabet Chapuisat à Lausanne. Quant à nous, il n'y avait pratiquement que des internationaux sur le terrain."

"Tout est devenu plus compliqué"

Trente-sept ans plus tard, tout a changé. Lausanne ne bénéficie plus du soutien presque sans limite d'un mécène dont le fils était l'un des joueurs de la première équipe. Quant au Servette FC, sa puissance financière qui lui permettait d'imposer sa loi sur le marché des transferts appartient à un passé très lointain. "Le club était vraiment en mesure d'attirer les meilleurs joueurs du pays, se souvient Alain Geiger. Aujourd'hui, les Alémaniques restent chez eux, les Vaudois ont Ineos et les Valaisans un président très riche. Pour le Servette FC, tout est devenu plus compliqué."

Encore plus lorsque le club sort juste d'une série de cinq défaites de rang en Super League. "Heureusement, il y a eu la victoire 3-2 contre les Grasshoppers dimanche dernier. Je considère cette rencontre comme un match de référence, explique l'entraîneur. On peut construire sur cette victoire. J'ai noté une progression sensible sur le plan individuel de la part de mes joueurs. Mais dimanche, nous devrons être "au taquet" pour gagner. Il conviendra d'oublier le froid et le fait de jouer sur un synthétique. La victoire est à ce prix."

LS plus fort qu'en septembre

Une victoire qui serait la première du Servette FC dans un derby lémanique depuis le retour des Lausannois en Super League à l'été 2020. Le 25 septembre dernier, les Genevois avaient exercé un ascendant total pour devoir se contenter d'un résultat nul (1-1) qui fut bien loin de refléter la physionomie de la rencontre. "Oui, mais en deux mois Lausanne est vraiment monté en puissance, note Alain Geiger. Cette équipe est une bonne équipe. Elle a gagné le week-end dernier à Saint-Gall après avoir livré une très belle performance. Avec Cameron Puertas et Zeko Amdouni dans l'axe, Trae Coyle et Hicham Mahou sur les côtés, elle peut être très dangereuse."

"K. Imëri a franchi un palier"

Côté servettien, la donne n'est également plus la même depuis l'acte I du 25 septembre. Alain Geiger peut désormais compter sur un "véritable" international en la personne de Kastriot Imëri. "On a vu la différence dimanche contre les Grasshoppers, sourit l'entraîneur. Kastriot a joué comme un international. Il a su à la fois témoigner d'une réelle constance et se mettre au service de l'équipe. Et il y a ce but incroyable qu'il a marqué. Je crois que Murat Yakin l'a lancé contre l'Italie à Rome avec le secret espoir que Kastriot réussisse un tel geste. Maintenant, sa route est tracée. Il sait désormais que la possibilité de disputer une Coupe du monde dans douze mois est bien réelle. Et pour un joueur de 21 ans, une telle perspective est extraordinaire."

Cet article a été publié automatiquement/révisé ultérieurement. Source : ats/bb

Continuer la lecture

Football

Manchester City donne la leçon au PSG

Publié

le

Raheem Sterling égalise pour City. (© KEYSTONE/AP/Scott Heppell)

Manchester City peut savourer sa revanche. Battus 2-0 en septembre dernier au Parc des Princes, les Manuniens ont renvoyé le PSG à ses études.

Sur sa pelouse, la formation de Pep Guardiola s'est imposée 2-1 pour remporter ce groupe A. Le succès des Champions d'Angleterre ne souffre aucune discussion. Ils ont, en effet, exercé un ascendant total sur un adversaire qui ne peut, pour l'instant, que miser sur les rares fulgurances du trio d'attaque formé de Neymar, de Kylian Mbappé et de Lionel Messi. Ce match à Manchester a souligné une fois combien le PSG souffre d'un déséquilibre collectif. S'il persiste, on voit mal comment le PSG pourrait remporter la Ligue des Champions malgré la présence dans ses rangs de trois des cinq meilleurs joueurs au monde.

Dominés sans doute comme jamais, les Parisiens ont eu le bonheur d'ouvrir la marque par Kylian Mbappé à la 50e. Le Champion du monde a inscrit un 29e but pour son 50e match en Ligue des Champions. Mais la réaction des Mancuniens fut magnifique. Raheem Sterling (64e) et Gabriel Jesus (76e) étaient à la conclusion de deux actions dignes du manuel sur lesquelles la défense parisienne n'avait pu masquer sa totale impuissance.

Dortmund éliminé

La soirée fut également bien sombre pour le Borussia Dortmund. Qualifié ces trois dernières saisons pour les huitièmes de finale sous la férule de Lucien Favre, le BVB devra guerroyer en Europa League l'année prochaine. Battu 3-1 à Lisbonne par le Sporting, il n'échappera pas à la troisième place du groupe C dominé par l'Ajax. Les Poruigais ont forcé la décision sur un doublé de Pedro Gonçalves et sur un penalty de Pedro Porro. Dans la cage du Borussia, Gregor Kobel n'endosse aucune responsabilité dans cet échec. Le portier suisse a dû composer avec une défense bien trop perméable.

Enfin dans le groupe B, le Milan AC peut rêver d'une bien improbable qualification après n'avoir cueilli qu'un point lors de leurs quatre premiers matches. Les Milanais se sont imposés 1-0 à Madrid face à l'Atlético grâce à un but du Brésilien Junior Massias. A un point désormais de Porto, deuxième du classement et battu 2-0 à Liverpool, le Milan, qui recevra Liverpool dans quinze jours, réussira-t-il la remontada la plus stupéfiante de l'histoire des phases de poules ?

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Salzbourg laisse passer sa chance

Publié

le

Jonathan David jubile, Philipp Köhn, en arrière-plan, enrage. (© KEYSTONE/AP/Michel Spingler)

Sans Noah Okafor blessé à la cuisse, Salzbourg s'est incliné 1-0 à Lille. Alors qu'elle semblait assurée, la première qualification des Autrichiens pour les huitièmes de finale est compromise.

Ils devront impérativement battre Séville lors de la dernière journée dans une rencontre qu'ils disputeront - Covid-19 oblige - à huis clos. A Lille, Salzbourg a été battu sur une réussite du Canadien Jonathan David amenée par le Turc Burak Yilmez. La responsabilité du gardien Philipp Köhn, le no 3 de l'équipe de Suisse lors du dernier rassemblement, n'est pas engagée.

Dans le même groupe, Wolfsburg s'est incliné 2-0 à Séville. Kevin Mbabu a été introduit à la 75e dans les rangs allemands alors que le score était de 1-0. Les Andalous devaient signer le 2-0 dans les arrêts de jeu par Rafa Mir. Dans ce groupe G, les quatre équipes peuvent encore nourrir l'espoir de se qualifier pour les huitièmes de finale.

A Barcelone, Haris Seferouic est entré à la 81e lors du nul 0- 0 de Benfica. Ce résultat permet au Lucernois et à ses coéquipiers d'y croire encore. Ils joueront les huitièmes de finale s'ils s'imposent lors de la venue du Dynamo Kiev et si dans le même temps le FC Barcelone s'incline à Munch face au Bayern.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture