Rejoignez-nous

Sport

Comment la danse peut aider à mieux vivre le confinement ?

Publié

,

le

Sponsorisé

Que ce soient les danses d’origine latine, orientale ou encore africaine, il y en a sûrement une qui vous donne envie de bouger tout votre corps et que vous savez exécuter. Si c’est le cas pour vous, bravo ! Dans le cas contraire, on espère que cet article vous donnera envie de vous y mettre, car on vous explique comment la danse peut aider à mieux vivre cette période difficile qu’est le confinement.

La danse améliore la concentration

À l’instar des autres types de sport, la danse offre de multiples bienfaits comme la stimulation de la circulation sanguine, mais aussi l’amélioration de la concentration et de l’attention. Elle permet en outre d’être plus productif et moins soumis au stress. Dans notre contexte caractéristique actuel qu’est la pandémie mondiale de Covid-19, l’augmentation du taux de stress au sein de la population et son lot d’impacts négatifs font partie des principales conséquences qui résultent du confinement général. C’est donc une très bonne idée de prendre un cours particulier de danse à domicile ou en ligne, afin de faire retomber le poids du stress qui pèse de plus en plus.

En agissant de façon positive sur la concentration, la danse vous aide également à améliorer votre rendement si vous êtes en télétravail. Il vous suffit d’y consacrer 15 à 30 min par jour au moment de faire le ménage par exemple ou d’en faire une activité à part entière au cours de votre journée.

En dehors du cerveau, la danse agit aussi sur l’humeur. Cela revêt un intérêt non négligeable, car il a été rapporté une montée des taux de dépression et de tentatives de suicide au sein de la population après le 1er confinement.

Danser met de la bonne humeur

Il n’existe pas de solution miracle contre la dépression ou l’anxiété alors que leurs conséquences sont graves. En plus de se faire suivre par un professionnel, pratiquer de la danse est d’une grande aide, car cette activité permet de se mettre dans un état d’esprit plus serein. Danser permet de canaliser de l’adrénaline, créant ainsi la joie de vivre. Elle rend donc ceux qui la pratiquent plus positifs au quotidien. Ce fait est confirmé par des études scientifiques qui montrent comment la danse améliore l’état d’esprit grâce à la diminution du taux de dopamine et l’augmentation de celui de la sérotonine, l’hormone du bonheur.

La danse offre, en plus de tous ces avantages, la possibilité d’avoir plus d’assurance et une meilleure estime de soi. Cette confiance en soi impacte tous les autres aspects de la vie. Mettez donc le temps du confinement à profit afin d’apprendre de nouveaux pas de danse. C'est encore mieux en famille !
Etant un sport à part entière, la danse possède aussi des bénéfices sur le plan physique.

La danse tonifie le corps

Véritable discipline sportive, la danse est un sport complet qui agit sur le corps entier. Amélioration de la coordination motrice, stimulation de la circulation sanguine ou encore augmentation de l’endurance, les bienfaits de la danse sur le corps sont nombreux. Elle favorise en outre la souplesse et améliore le souffle. En effet, ce sport qu’on réalise dans la bonne humeur sollicite le corps entier. Vous pouvez ainsi cibler certaines zones de votre corps grâce à des mouvements particuliers. Il s’agit aussi d’un excellent moyen de prévention des maladies cardiovasculaires, car elle permet d’entretenir le cœur et de prévenir l’installation du cholestérol et du surpoids.

Si vous avez envie de remodeler votre corps ou d’affiner votre silhouette, la danse fait partie de vos meilleurs alliés, surtout en cette période de confinement. Elle offre l’avantage de pouvoir la pratiquer depuis chez soi sans avoir besoin d’un matériel particulier. La danse vous permet ainsi de jouir des bénéfices d’une activité sportive sans en ressentir les contraintes qui pourraient vous faire abandonner. Joignez ainsi l’utile à l’agréable !

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Une Marche de l'espoir "connectée" pour Haïti

Publié

le

Une Marche de l'espoir "a minima" cette année, en attendant un nouveau départ en 2022. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Terre des hommes (Tdh) Suisse a lancé dimanche à Genève sa 30e Marche de l'espoir, qui doit permettre de récolter environ 150'000 francs en faveur des enfants de Haïti. Pour la première fois, des entreprises sont associées à l'événement.

Cette 30e édition est la deuxième à être en bonne partie numérique. Les participants - personnel d'entreprises, enfants et familles - peuvent parcourir leurs kilomètres où et quand ils le désirent et faire valoir leur balade sportive et humanitaire via une application ad hoc.

Une vingtaine de personnes, sur les quelque 1500 enfants qui participent cette année, étaient cependant présentes physiquement dimanche près de la Rotonde du Mont-Blanc, au bord du lac, pour accomplir a minima le traditionnel parcours de 6 km jusqu'au Jardin botanique et retour.

D'ordinaire, hors période Covid, la manifestation attire bon an mal an quelque 12'000 participants. Mais un tel rassemblement n'était pas possible cette année, pas plus qu'en 2020, à cause des restrictions sanitaires, a expliqué la porte-parole de Tdh Suisse Sandrine Maillard à Keystone-ATS.

Entreprises engagées

Qu'à cela ne tienne, le Covid incite l'organisation humanitaire à développer la numérisation, ce qui permettra à l'avenir de combiner l'option "Marche connectée" avec la participation effective sur le parcours traditionnel, le jour J. Avec, toujours, un volet familial et un autre ouvert aux entreprises, qui jouent le jeu au-delà des espérances.

La Marche dure jusqu'au 20 novembre. Chaque participant a un parrain ou une marraine s'engageant à verser une certaine somme d'argent par kilomètre effectué, en marchant ou en courant. Cette année, les fonds récoltés seront notamment destinés à améliorer les conditions de vie des enfants en Haïti. Parallèlement, une campagne de sensibilisation a été menée auprès de 30'000 écoliers du Grand Genève.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Angela Tanui sous les 2h18

Publié

le

Un temps canon a été réalisé chez les dames à Amsterdam (© KEYSTONE/EPA/OLAF KRAAK)

Angela Tanui a signé un temps canon dimanche lors du marathon d'Amsterdam. La Kényane a triomphé en 2h17'57'', devenant ainsi la 10e femme de l'histoire à courir les 42,195 km en moins de 2h18.

Privée de marathon de Boston lundi dernier en raison de problèmes de visa, Angela Tanui a battu de plus de deux minutes son record personnel (2h20'08'') dimanche aux Pays-Bas. Elle est désormais la neuvième performeuse de l'histoire, deux femmes seulement étant passées sous les 2h17 (Brigid Kosgei et Paula Radcliffe).

Vainqueur de la course masculine à Amsterdam, Tamirat Tola a également signé la meilleure performance chronométrique parmi les trois marathons organisés dimanche (Paris, Lisbonne, Amsterdam). L'Ethiopien de 30 ans, vice-champion du monde en 2017, s'est imposé en 2h03'39'', nouveau record personnel.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Berne: 2 mois d'absence pour Jeffrey

Publié

le

Dustin Jeffrey (15) doit passer sur le billard (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Berne doit composer sans Dustin Jeffrey pendant environ huit semaines.

L'attaquant canadien de 33 ans va se soumettre lundi à une opération à une épaule, a annoncé le club de la capitale dans un communiqué.

Dustin Jeffrey (8 points en 14 matches de National League en 2021/22) souffre de douleurs à une épaule depuis le début de la saison, sa deuxième sous le maillot des Ours après un passage de quatre ans au LHC. L'opération est devenue "inévitable", précise le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Neuville s'impose, Ogier reste leader du championnat

Publié

le

Thierry Neuville (ici en Acropole) a remporté dimanche le rallye d'Espagne (© KEYSTONE/EPA ANA-MPA/ALEXANDROS VLACHOS)

Le Belge Thierry Neuville (Hyundai) a remporté dimanche en Catalogne le rallye d'Espagne devant Elfyn Evans (Toyota), Dani Sordo (Hyundai).

Quatrième, Sébastien Ogier (Toyota) reste leader du championnat du monde avant la dernière manche en Italie.

Titré à sept reprises, le Français a vu son avance réduite de sept points ce week-end mais compte encore 17 unités de marge sur Elfyn Evans avant la 12e manche à Monza (19-21 novembre). Neuville conforte sa troisième place au championnat mais n'avait déjà plus de chance d'être sacré.

Neuville gère

Cinq fois vice-champion du monde mais jamais titré, Neuville a remporté son 15e rallye en WRC sur l'asphalte catalan. Intouchable vendredi après-midi et samedi, il a ensuite géré son avance dimanche matin, même s'il s'est fait peur à cause d'un problème mécanique juste avant la dernière spéciale.

Cette troisième journée a été dominée par Dani Sordo, meilleur temps des quatre spéciales au programme dominical. Résultat, l'Espagnol est passé devant Ogier au classement du rallye pour s'offrir un 50e podium en 176 départs en WRC depuis ses débuts, ici même en Catalogne, en 2003.

Arrivé avec 24 points d'avance vendredi au championnat, Ogier (204 points) n'en a plus que 17 sur Evans (187). Mais le Français reste le grand favori pour obtenir un 8e sacre en novembre en Italie. Il serait alors à une marche du record absolu de neuf titres établi par Sébastien Loeb.

D'autres horizons

Cette saison est la dernière complète disputée par Ogier. L'an prochain, le pilote de 37 ans ira vers d'autres horizons, sans doute l'endurance et les 24 Heures du Mans. Il fera quelques rallyes comme pigiste de luxe pour Toyota, mais sans son copilote historique, Julien Ingrassia, qui a décidé d'arrêter en fin de saison et sera remplacé par Benjamin Veillas.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Sport

Malgré tous ses efforts, la NBA n'a pas atteint le 100% de vaccinés

Publié

le

Kyrie Irving (à droite) incarne la résistance à la vaccination en NBA (© KEYSTONE/EPA/JASON SZENES)

Protocoles contraignants, retenues salariales, mise à l'écart... La NBA et ses franchises auront tout tenté pour atteindre les 100% d'injectés avant le début de saison mardi. Sans y parvenir.

Un homme incarne la résistance au vaccin dans la Ligue nord-américaine: Kyrie Irving, une de ses grandes stars, membre du fameux "Big3" (avec Kevin Durant et James Harden) des Brooklyn Nets, favoris pour succéder aux Milwaukee Bucks au palmarès.

Sauf que le meneur de 29 ans ne devrait non seulement pas démarrer la saison, mais pourrait ne pas la jouer du tout. Car ses dirigeants l'ont écarté de l'équipe, tant qu'il refusera la vaccination.

À New York, pour lutter contre la pandémie, la municipalité interdit aux personnes non vaccinées âgées de douze ans et plus de participer à de grands rassemblements publics en intérieur. Décret qui empêche donc les sportifs professionnels concernés de s'entraîner et de disputer les matches à domicile.

Dans le cas d'Irving, qui refuse de se faire immuniser, cela représente au moins 41 matches manqués, sans compter ceux d'éventuels play-off. Or, s'ils ont pu convaincre la municipalité de lui permettre de s'entraîner car leurs installations sont dans un bâtiment privé, les Nets n'ont finalement pas accepté que leur star ne soit "disponible que partiellement".

4% de non-vaccinés

Cette décision retentissante constitue le point culminant du conflit opposant la NBA aux réfractaires à la vaccination, qui sont passés de 10% du contingent avant les stages de présaison à 4%, selon divers médias.

Parmi cette vingtaine de joueurs, la plupart gardent l'anonymat. D'autres ont revendiqué leur choix, comme la star des Wizards, Bradley Beal, ou l'ailier des Nuggets, Michael Porter Jr, nullement pénalisés comme Irving, leurs villes de Washington et Denver n'ayant pas pris de mesure similaire à celles en vigueur à New York, San Francisco et Los Angeles, qui concernent donc les Nets, les Knicks, les Warriors, les Lakers et les Clippers.

À Golden State, le cas d'Andrew Wiggins a démontré que la pression mise sur les joueurs pouvait fonctionner. Après que la NBA a refusé l'argument d'ordre religieux brandi par l'ailier pour refuser la vaccination, ce dernier a finalement décidé de s'y soumettre. Pour pouvoir jouer tous les matches, pas uniquement ceux à l'extérieur, et surtout percevoir l'intégralité de son salaire.

Car la Ligue, en accord avec le syndicat des joueurs (NBPA), a décidé que ceux qui manqueraient des matches en raison de leur refus de se conformer aux obligations locales en matière de vaccination verraient leur salaire réduit. Pour Irving, tant qu'il reste sur sa position, cette perte s'élèvera à 381'000 dollars par rencontre.

Obliger les joueurs à se faire injecter le vaccin, la ligue y a fortement pensé. Mais elle s'est heurtée au refus catégorique de la NBPA, dont Irving est un des vice-présidents. Alors, elle a mis en place des protocoles sanitaires pour la saison qui vient, très contraignants pour les joueurs non vaccinés, qui vont de tests quotidiens aux repas en solitaire, en passant par des possibilités de sorties et des interactions très limitées avec l'extérieur.

James refuse d'encourager

Ni ces restrictions, ni les millions de dollars potentiels de manque à gagner, ni sa mise à l'écart, n'ont fait plier Kyrie Irving qui s'est expliqué sur son choix: "Je ne suis l'avocat d'aucun camp. Je fais ce qui est le mieux pour moi. J'en connais les conséquences et si cela signifie que je serai jugé et diabolisé pour cela, tant pis".

L'infime minorité de non vaccinés en NBA, dont il est le plus célèbre représentant, reflète peu la situation globale aux États-Unis, puisqu'au dernier recensement, 42,7% de la population ne s'est pas encore immunisée.

Ce qui a conduit Michelle Roberts, future ex-directrice de la NBPA, soucieuse d'éviter toute stigmatisation des joueurs, à poser le problème différemment: "La vraie question n'est pas de savoir pourquoi la vaccination n'est pas obligatoire en NBA. La vraie question est de savoir comment nous pouvons (à l'échelle du pays) imiter les joueurs de la ligue".

En faire la promotion, comme s'y prêtent des célébrités qui pèsent, telles que Barack Obama dans des publicités, Kareem Abdul-Jabbar dans un acte militant ou encore dernièrement Michael Jordan avec des mots plus prudents, est une réponse.

Que refuse d'apporter LeBron James. La superstar des Lakers, dont le lobbying pour convaincre les Noirs de voter pour la présidentielle l'an passé a contribué à l'élection de Joe Biden, a refusé d'encourager les gens à se faire vacciner, lui qui s'y est résolu après avoir été longtemps sceptique.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture