Rejoignez-nous

Genève

Primes d'assurances maladie: Hausse de 6% attendue à Genève en 2023

Publié

,

le

Photo prétexte (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)
Les primes d'assurance maladie pourraient fortement augmenter en 2023. Selon une nouvelle étude, la hausse pourrait atteindre près de 10% dans certains cantons.

En moyenne suisse, le besoin de rattrapage pour couvrir l'évolution des coûts est d'au moins 5,4%, écrit dimanche la NZZ am Sonntag en se basant sur une nouvelle étude du cabinet de conseil Accenture.

L'étude mise en ligne sur le site internet d'Accenture indique qu'un tel besoin de rattrapage existe lorsque les primes doivent tenir compte de l'augmentation réelle des coûts de la santé.

Selon l'étude, l'une des raisons de ce besoin de rattrapage est que, sous la pression politique, les primes ont été calculées au plus juste ces deux dernières années et les réserves en partie réduites afin de freiner la croissance des primes. La pandémie de Covid-19 de même que divers effets spéciaux ont également contribué à la situation actuelle.

Plus forte hausse au Tessin

C'est au Tessin que les primes devraient le plus augmenter pour 2023. Etant donné que les coûts de la santé y ont augmenté de 9% en 2021, mais que les primes ont baissé de 0,2% en 2022, Accenture s'attend à une hausse d'au moins 9,2% pour l'année prochaine.

Ces chiffres ne tiennent toutefois pas encore compte de l'augmentation des coûts de la santé en 2022. Selon Accenture, les chiffres des premiers mois de l'année indiquent que la hausse va se poursuivre. Il faut donc s'attendre à des augmentations de primes nettement plus importantes en 2023.

Les cantons de Neuchâtel (+7,8 %) et des Grisons (+8,1%) risquent également de subir de fortes augmentations de primes pour compenser la hausse des coûts de 2021. C'est dans le canton de Glaris (+1%) que le besoin de rattrapage est le plus faible, suivi par le Jura (+1,4%). Dans les autres cantons romands, il se situe à 6,7% à Genève, 6,6% dans le canton de Vaud, 4,6% en Valais, 3,3% à Fribourg et 4,8% à Berne.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Le jet d'eau en mode économie d'énergie

Publié

le

Archives (KEYSTONE/Martin Ruetschi)

La crise énergétique s’attaque à un symbole de Genève:  Le Jet d’Eau. Le Conseil d’Etat genevois pourrait réduire ses horaires, cet hiver, a appris Le Temps. Les SIG sont en train d’élaborer une proposition concrète en ce sens.

Moins de Jet d’eau, mais toujours des terrasses chauffées. Le Conseil d’Etat s’est refusé à interdire ce dispositif pour ne pas handicaper les cafés et restaurants déjà très impactés par la crise sanitaire.

L’éclairage public va, lui, bien être réduit, voire éteint dans certains quartiers. Le Département des infrastructures devrait d’ailleurs dévoiler prochainement une stratégie pour une large extinction de l’éclairage public.

Continuer la lecture

Arts

« La baleine », le premier film de Tom Tirabosco

Publié

le

Tom Tirabosco

Le dessinateur genevois Tom Tirabosco présente son premier film, "La baleine", il sera projeté pour la première fois ce week-end à Genève

Tom Tirabosco se lance dans le film d’animation.

Le dessinateur genevois a imaginé un court métrage de 11 minutes. 

Il sortira en première suisse au festival Animatou de Genève ce samedi. 

Tom Tirabosco a travaillé avec le réalisateur Leandro Basso qui a donné vie à ses personnages. 

Mais de quoi parle cette histoire? La réponse de Leandro Basso et Tom Tirabosco:

Un film de Tom Tirabosco et Leandro Basso

Comment ont-ils fait pour donner vie aux personnages dessinés? La réponse de Tom Tirabosco:

Tom Tirabosco

"La baleine" est un animal cher au dessinateur genevois qui avait donné un spectacle sur ce même thème:

Tom Tirabosco

Quel effet cela lui a fait de voir ses personnages prendre vie?

Tom Tirabosco

Ce projet date d'il y a plusieurs années:

Tom Tirabosco

Pour découvrir "La baleine", rdv ce samedi 8 octobre au festival Animatou à Genève.

Continuer la lecture

Genève

La Haute école de musique de Genève vise des locaux de la RTS

Publié

le

Illustration (archives). (© Keystone/ANTHONY ANEX)
La Haute école de musique (HEM) de Genève envisage de regrouper ses activités dans des locaux en grande partie inoccupés de la RTS.
Elle va lancer une étude de faisabilité pour le bâtiment dit de la "Galette", au pied de la Tour. Les résultats sont attendus pour juin 2022.

Le Conseil d'administration de la SSR a validé récemment le principe de la vente de ce bâtiment, qui se trouve à la rue des Bains, a indiqué lundi la Haute école spécialisée de Suisse occidentale Genève (HES-SO) dans un communiqué. De son côté, la HEM demeure confrontée à des problèmes endémiques d'infrastructures depuis l'abandon du projet de Cité de la musique.

Les locaux de la Galette représentent une surface au sol d'un peu plus de 3150 mètres carrés. Une surélévation est potentiellement possible sur un ou deux niveaux, relève la HES-SO. Le bâtiment permettrait de regrouper les activités de la HEM sur un seul site. Il abriterait ainsi l'enseignement, la recherche, l'administration, la bibliothèque et deux salles de concert ouvertes au public.

L'étude de faisabilité devra notamment déterminer le coût des travaux. Sur cette base, une décision sera prise avec l'Etat de Genève, qui est par ailleurs propriétaire de la parcelle, et la RTS. En cas de feu vert, le projet devrait être réalisé d'ici à 2030 environ.

Continuer la lecture

Economie

En déficit, Le Courrier lance une campagne d'abonnement

Publié

le

Kate Reidy et Philippe Bach lancent une campagne pour trouver des abonnés au Courrier. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Basé à Genève, Le Courrier lance une campagne de promotion pour trouver de nouveaux abonnés en Suisse romande. Le journal indépendant de gauche affiche un déficit structurel de 300'000 francs.

Le nombre d'abonnés baisse. "La cote d'alerte des 8000 abonnés a été atteinte en juin", a indiqué lundi devant les médias Philippe Bach, rédacteur en chef du Courrier. En cause, le changement d'habitudes du lectorat en raison des journaux gratuits et de la disponibilité d'informations en ligne, a expliqué Kate Reidy, nouvelle directrice administrative du titre.

Le Courrier a aussi perdu 295 abonnés pendant la pandémie de Covid-19. "Les attaques contre la ligne éditoriale ont été virulentes, on nous a accusés de faire le jeu de la big pharma. Il peut y avoir des désaccords, mais il faut pouvoir se référer au sérieux d'un travail rédactionnel", a-t-elle plaidé.

Développer le numérique

Si le nombre d'abonnements au papier baisse depuis 2016, celui pour l'édition du week-end reste stable, tandis que les abonnements web et combinés ont augmenté. Les consultations en ligne et sur les réseaux sociaux sont aussi en hausse. "Il est important de pouvoir développer les formules numériques, même si nous voulons conserver le papier. Le Courrier est le dernier journal imprimé à Genève", a relevé Kate Reidy.

Une réflexion est lancée au sein de la rédaction pour revoir l'offre sur internet, tout en gardant l'esprit du "slow journalism", a souligné Philippe Bach. Des états généraux auront lieu à la fin de l'année. Le Courrier souhaite aussi élargir son assise en Suisse romande: 27% de ses abonnés sont dans le canton de Vaud, 5% à Neuchâtel et 4% en Valais, contre 57% à Genève.

Portes ouvertes

La campagne de promotion vise à atteindre les 10'000 abonnés, avec un slogan: "L'abonnement, c'est maintenant." Elle se déclinera aussi sous forme de portraits vidéo de membres de l'équipe qui présentent leur travail. "Fabriquer un journal, ce n'est pas gratuit. Il s'agit d'atteindre des personnes qui sont intéressées par l'indépendance du journal", a précisé Kate Reidy.

Le Courrier profite de son emménagement dans de nouveaux locaux, à la Jonction, pour mieux se faire connaître. Une journée portes ouvertes aura lieu samedi dès 14h00. L'après-midi sera consacrée à la présentation des rubriques, tandis que la soirée sera musicale et festive.

www.lecourrier.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Lancy va diminuer la température de sa piscine extérieure chauffée cet hiver

Publié

le

Photo illustration (KEYSTONE/Patrick B. Kraemer)

La ville de Lancy coupe le chauffage de son bassin olympique pour économiser l’énergie.

La piscine de Marignac va voir sa température chuter cet hiver: 8 degrés de moins!

Elle sera aussi fermée et recouverte d’une bâche du dimanche au mardi pour éviter que l’eau ne refroidisse trop.

Corinne GachetConseillère administrative en charge des sports

A noter que la baisse de la température est accompagnée d’une baisse du prix de l’entrée.

Les adultes devront payer 4 francs pour se baigner, les enfants 2 francs. Et pour les plus frileux, la combinaison néoprène est exceptionnellement acceptée.

Pour limiter l’impact de cette mesure sur les clubs sportifs qui ont déjà souffert avec le covid, des mesures ont été mises en place.

Corinne GachetConseillère administrative en charge des sports

A noter que l’ensemble des piscines des communes genevoises devraient voir leur température réduite… Le chiffre sera communiqué d’ici quelques jours.

Continuer la lecture