Rejoignez-nous

Santé

Galderma fera ses premiers pas à la Bourse suisse le 22 mars

Publié

,

le

La fourchette de prix pour les actions proposées sera comprise entre 49 et 53 francs par titre, ce qui pourrait porter l'offre à un montant total de 2,3 milliards de francs en cas d'exercice complet de l'option de surallocation. (KEYSTONE/Alexandra Wey) (© KEYSTONE/ALEXANDRA WEY)

Le laboratoire Galderma, ancienne unité dermatologique de Nestlé, concrétise son introduction en Bourse (IPO). La société zougoise devrait faire ses premiers pas à la Bourse suisse la semaine prochaine et pourrait être valorisée à plus de 12 milliards de francs.

Cette IPO comprendra l'émission d'un maximum de 40,5 millions de nouvelles actions, précise un communiqué publié mercredi. Une deuxième tranche plafonnée à 276'909 titres existants sera également proposée aux investisseurs, couplée à une option de surallocation de 6,1 millions de nominatives existantes et limitée à 15% de l'offre de base.

La fourchette de prix pour les actions proposées sera comprise entre 49 et 53 francs par titre, ce qui pourrait porter l'offre à un montant total de 2,3 milliards de francs en cas d'exercice complet de l'option de surallocation. La capitalisation théorique du laboratoire se situerait alors entre 11,8 et 12,6 milliards.

L'offre débute ce mercredi et prendra fin dans une semaine, soit le 20 mars. Le prix définitif sera dévoilé le 21 mars. Le premier jour de négoce est prévu le lendemain, soit le vendredi 22 mars. Une fois la cotation réalisée, le flottant de Galderma - soit les titres en mains du public - devrait se situer entre 20,8 et 22,1% du capital-actions.

Vendu après 40 ans chez Nestlé

Galderma avait annoncé en novembre 2021 son intention d'être coté à la Bourse suisse. En mai 2022, la société dermatologique repoussait l'IPO en raison de la grande incertitude qui régnait alors sur les marchés financiers. Ce plan est revenu sur le devant de la scène après des informations relayées début février 2024 par le quotidien britannique Financial Times, qui citait des sources proches du dossier.

La société d'investissement suédoise EQT avait acquis Galderma à Nestlé en 2019 - alors que l'unité s'appelait encore Nestlé Skin Health - pour un montant de 10,2 milliards de dollars (somme identique en francs à l'époque). Après près de 40 ans, la multinationale veveysane se défaisait de ses activités de protection solaire, de ses produits contre l'acné et les rides ainsi que de ses médicaments contre le cancer de la peau et les mycoses des ongles.

Il s'agit de la deuxième annonce d'IPO à la Bourse suisse de l'année, après celle de l'opérateur Sunrise qui devrait retrouver la place zurichoise au deuxième semestre. L'opérateur SIX table sur une "quinzaine" d'introductions en Bourse cette année, soit un net regain après une période morne. Entre 2021 et 2023, seules cinq IPO par an ont été enregistrées en moyenne.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Les chevaux de l'armée suisse en exposition à Berne

Publié

le

L'armée suisse utilise toujours 300 chevaux. Une exposition à Berne retrace cette longue histoire. (© Keystone/Hugo Kaiser)

Pendant des siècles, les chevaux ont joué un rôle capital dans des armées. La bibliothèque Am Guisanplatz de Berne consacre une exposition à cette longue histoire et à la fonction des chevaux dans l'armée suisse.

Par le passé, les chevaux étaient indispensables aux armées. Ils servaient au déplacement de la troupe et au transport de marchandises. Même si ces tâches sont exécutées depuis longtemps par des véhicules motorisés, l'armée suisse entretient encore quelque 300 chevaux, rappelle le Département fédéral de la défense dans un communiqué publié en début de semaine.

L'exposition "Au galop! Les chevaux dans l'Armée suisse" est réalisée en collaboration avec le Centre équestre national de Berne. Elle se tient depuis vendredi et jusqu'au 28 novembre 2025. Elle est complétée par des peintures figuratives d'Henry Althaus, artiste et vétérinaire.

Un programme comprenant des conférences sur des thèmes divers et des visites guidées complétera l'exposition. En ouverture des conférences, Noemi Steuerwald, doctorante à l'Institut d'histoire de l'Université de Berne, fera le 27 juin une présentation consacrée au discours sur le genre dans la cavalerie suisse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Santé

Nestlé investit dans l'alimentation pour animaux au Mexique

Publié

le

L'usine mexicaine de Purina représentera le plus grand site de production d'aliments pour animaux en Amérique latine (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le groupe alimentaire Nestlé va investir 200 millions de francs pour renforcer sa production d'aliments pour animaux de compagnie au Mexique. Le géant veveysan va ajouter de nouvelles lignes de production à son usine de Silao, au centre du pays.

Ces investissements feront de l'usine le plus grand site de production d'aliments pour animaux en Amérique latine, a affirmé le groupe vaudois dans un communiqué. Jusqu'à 94 emplois viendront s'ajouter aux 600 salariés actuels grâce à ce projet.

Nestlé a également acquis un terrain adjacent de 48 hectares pour de futurs projets d'expansion.

Le Mexique représente le plus important marché de Purina en Amérique latine, totalisant 45% des ventes dans la région de la filiale dédiée aux aliments pour animaux de compagnie, et il est le quatrième au niveau mondial.

Ce pays "joue un rôle fondamental pour nos activités en Amérique latine, servant de marché clé et de pôle stratégique pour Nestlé", a souligné Laurent Freixe, directeur général de la région Amérique latine.

Ces dix dernières années, Nestlé a investi 700 millions de francs dans l'usine de Silao.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

la journée finit bien

L'EPFZ invente le gel anti gueule de bois

Publié

le

Archives (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Des chercheurs de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) ont développé un gel qui rend l'alcool inoffensif. Il a été testé sur des souris qui ont bu de l'alcool sans dommage. Des tests cliniques sont encore nécessaires avant que le produit ne soit autorisé pour les humains.

 

Le gel développé par les chercheurs zurichois dégrade l'alcool dans le tractus gastro-intestinal (tube digestif) avant qu'il ne passe dans le sang, selon une étude publiée lundi dans la revue spécialisée Nature Nanotechnology.

A l'avenir, ce gel pourrait réduire les effets nocifs et enivrants de l'alcool chez les humains, a indiqué Raffaelle Mezzenga, chercheur à l'EPFZ, à l'agence Keystone-ATS. "Notre technologie pourrait offrir une solution inédite dans la lutte contre le problème mondial de l'abus d'alcool".

Acétaldéhyde toxique

Lorsqu'il est consommé, l'alcool passe dans l'estomac et l'intestin où il est absorbé dans la circulation sanguine, puis transporté vers le foie. C'est là que la plus grande partie de l'alcool est décomposée. Le foie contient des enzymes qui transforment l'alcool en différentes substances, notamment en acétaldéhyde, puis en acide acétique. L'acétaldéhyde est toxique et détruit le foie.

"Le gel transforme l'alcool en acide acétique sans produire d'acétaldéhyde", explique Raffaelle Mezzenga. S'il est ingéré avant ou pendant la consommation d'alcool, il le transforme avant qu'il ne pénètre dans la circulation sanguine. "Mais si l'alcool est déjà dans le sang, c'est trop tard", précise le chercheur.

Les scientifiques voient différents domaines d'application pour le gel. Selon Raffaelle Mezzenga, il serait intéressant pour les gens qui ne veulent pas renoncer à l'alcool, mais qui ne veulent pas surcharger leur corps et qui ne sont pas intéressés par les effets enivrants de l'alcool. On pourrait boire quelques verres d'alcool et conduire sa voiture en toute sécurité.

Atténuer la gueule de bois

"Nous avons démontré dans des études avec des animaux que l'utilisation de notre gel en combinaison avec de l'alcool confère aux souris un comportement similaire à celui des souris à jeun", explique Raffaelle Mezzenga. "Nous nous attendons donc également à ce que le gel ait des effets positifs sur l'atténuation des symptômes de la gueule de bois".

Le gel doit surtout aider à réduire les décès liés à l'alcool. "Il ne doit en aucun cas inciter à une consommation excessive d'alcool, souligne le chercheur. On estime que la consommation excessive d'alcool tue chaque année plus de trois millions de personnes.

"Nous avons des preuves évidentes que notre technologie réduit les effets négatifs de l'alcool dans les organes comme le foie et les intestins". Dans les essais avec des souris, les animaux présentaient une perte de poids moins importante, moins de lésions hépatiques, de meilleures valeurs sanguines et moins de dommages à la rate et aux intestins.

Lactosérum, sel, eau, fer, glucose et or

Le gel est composé de protéines de lactosérum, un sous-produit de la fabrication du fromage, cuites plusieurs heures afin qu'elles forment de longues et fines fibres. Les chercheurs y ajoutent ensuite et du sel et de l'eau comme solvant et les fibres se réticulent en un gel. Ils ont ensuite ajouté du fer, du glucose et de l'or au gel. Le tout provoque une cascade de réactions qui transforme l'alcool en acide acétique.

"Nous prévoyons de réaliser bientôt des essais cliniques" afin d'obtenir une autorisation d'utilisation pour les humains, a déclaré Raffaelle Mezzenga. Les chercheurs ont déjà déposé une demande de brevet pour leur gel.

Avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Culture

Port de Morges: Noémie Fehlmann sur les traces d'Ella Maillart

Publié

le

Noémie Fehlmann, ici dans son port d'attache de Morges, représentera la Suisse à l’occasion du Centenaire des Régates des Jeux olympiques de 1924 du 14 au 16 juin 2024 à Meulan-Les Mureaux (F). (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Il y a 100 ans, Ella Maillart participait aux Jeux olympiques de Paris à la barre d'un dériveur individuel. Pour marquer cet anniversaire, la jeune championne de voile Noémie Fehlmann a navigué mardi en tenue d'époque dans le port de Morges (VD) sur un Dinghy 12 pieds international.

A Meulan-les Mureaux près de Paris en 1924, Ella Maillard a été la plus jeune concurrente de l'épreuve, mais aussi la première femme au monde à barrer un voilier en compétition olympique. Elle n'avait pas hésité à proposer sa candidature dans un contexte pourtant peu favorable, les bateaux naviguant sur le Léman n'étant pas admis pour la compétition, relève le Musée Bolle dans un communiqué.

L'aventurière qui s'était engagée dans de nombreuses régates dès l’âge de quatorze ans, s'est présentée en catégorie dériveur, avec une embarcation fournie par l'organisateur.

A l'occasion de ce centenaire, Noémie Fehlmann, 20 ans et championne du monde de Nacra 15, a été invitée à représenter la Suisse au Centenaire des régates des Jeux olympiques de 1934 du 14 au 16 juin aux Mureaux. Lors de ces épreuves commémoratives sur la Seine, elle régatera dans la même tenue qu'Ella Maillart en son temps.

Pour rappel, le Musée Bolle à Morges propose jusqu'au 6 juin une exposition consacrée à Ella Maillard navigatrice. Elle met en lumière sa jeunesse, passée en grande partie sur le Léman.

Née en 1907 à Genève et décédée à Chandolin en 1997, cette femme d'exception sera non seulement une sportive accomplie, mais aussi une voyageuse, écrivaine, journaliste et photographe. Ces années de navigation furent, comme elle le dira elle-même, une parfaite initiation à ses futurs voyages et l'occasion de se préparer à affronter le monde.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Santé

AC Immune invite Takeda dans sa lutte contre la maladie d'Alzheimer

Publié

le

Le vaccin expérimental contre la maladie d'Alzheimer développé par AC Imune est en phase de test. (archive) (© KEYSTONE/AP/MATT YORK)

Le laboratoire vaudois AC Immune, concentré sur la lutte contre la neurodégénérescence, a conclu un accord de licence avec Takeda. L'investissement initial du géant nippon se monte à 100 millions dollars (91 millions de francs).

La collaboration représente une manne potentielle totale de 2,1 milliards en fonction du franchissement de certains jalons prédéfinis et de l'exercice d'une option par Takeda, indique un communiqué diffusé lundi. Le cas échéant, la société pilotée par Andrea Pfeifer pourra aussi percevoir des commissions de plus de 10% sur les ventes nettes.

Fondé en 2003, AC Immune souligne avoir à ce stade obtenu pour environ 450 millions de francs en versements initiaux et d'étape, étant encore éligible au règlement de plus de 4,5 milliards de francs dans le cadre des partenariats établis autour des produits de son incubateur.

L'ACI 24.060 jusqu'ici développé en propre par la firme écublanaise se trouve en étude clinique intermédiaire Ib/II, baptisée Abate, évaluant son profil d'innocuité comme sa pharmacodynamique sur des patients souffrant de la maladie à un stade encore précoce (prodromal ou prédémentiel), ainsi que sur des personnes présentant un syndrome de Down.

Le produit est conçu pour induire une élimination des plaques d'amyloïde-bêta et inhiber leur formation dans le cerveau, avec pour objectif de retarder l'apparition ou ralentir la progression de la maladie. Il a décroché en milieu d'année dernière une désignation de procédure accélérée de l'Agence américaine des médicaments (FDA).

"Nous pensons que le meilleur moyen de maximiser l'impact de l'ACI-24.060 est d'établir un partenariat avec Takeda à ce stade critique de son développement, ce qui nous aidera à passer rapidement à la phase 3", indique Andrea Pfeifer, citée dans un communiqué.

AC Immune reste en charge du programme Abate jusqu'à sa finalisation. En cas d'exercice de son option, Takeda conduira et financera alors seul la poursuite du développement clinique, mènera les procédures d'homologation et assurera la commercialisation à l'échelle mondiale.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture