Rejoignez-nous

Politique

Sondage : oui à la loi Covid et aux soins infirmiers

Publié

,

le

Pour la deuxième fois cette année, les Suisses vont voter sur la loi Covid le 28 novembre. Ils l'avaient déjà fait le 13 juin en l'approuvant à 60,2%. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Sept semaines avant les votations fédérales du 28 novembre, les Suisses disent oui à 63% à la loi Covid, selon un sondage de Tamedia. L'initiative sur les soins infirmiers serait acceptée à 82% tandis que la désignation des juges serait refusée (48%).

La loi Covid-19 (certificat, cas de rigueur, assurance chômage, accueil extra-familial pour enfants, acteurs culturels, manifestations) bénéficie actuellement d'un soutien clair, dont le niveau est comparable à celui obtenu lors de la dernière votation sur le même sujet le 13 juin dernier, peut-on lire dans le premier sondage 20 Minuten/Tamedia jeudi.

La loi est soutenue par une nette majorité (63% disent oui et 35% non). Les hommes sont plus favorables au projet de loi que les femmes.

A l'exception des partisans de l'UDC, ceux de tous les partis sont favorables au projet de loi. L'enquête montre donc un net clivage entre l'électorat de l'UDC et celui des autres formations politiques.

Sinon, la loi Covid trouve des majorités partout, même si la tranche d'âge la plus jeune est la plus critique. Le soutien est plus faible à la campagne qu'en ville.

Survivre à l'hiver

Si l'on regarde les arguments, près de la moitié des partisans disent que la loi est essentielle pour survivre à l'hiver, sans doute lié à une hausse des cas de Covid. Un quart affirme que la loi et le certificat empêcheront de nouvelles fermetures.

Du côté des opposants, la majorité d'entre eux rejette la loi Covid-19 parce qu'elle discrimine les personnes non vaccinées et les exclut de la vie publique, ce qui crée des tensions dans la société.

Soins infirmiers : soutien "inhabituel"

Concernant l'initiative populaire "Pour des soins infirmiers forts (initiative sur les soins infirmiers)", même si le pourcentage est "exceptionnellement haut", la forte proportion de réponses "plutôt oui" suggère que le processus de formation de l'opinion n'est pas très avancé. Sans oublier que les taux d'approbation des initiatives diminuent généralement au cours de la campagne.

Tandis que 82% auraient voté en faveur de la proposition, 11% l'auraient rejetée et 7% n'ont pas encore indiqué leurs intentions de vote.

Actuellement, la proposition bénéficie du soutien de tous les partis politiques, toutefois plus marqué à gauche. Cependant, le niveau important de soutien parmi les électeurs du centre et de droite est également frappant. En outre, l'enquête ne montre pratiquement aucune différence entre l'électorat urbain et rural.

L'argument le plus fréquemment cité par les partisans est que la pandémie a mis à mal le personnel soignant. Le secteur des soins a besoin d'améliorations rapides pour garantir la qualité du système de santé.

Parmi les opposants, on pense que d'autres secteurs professionnels souffrent également d'une pénurie de travailleurs qualifiés. Et que le contre-projet du Parlement qui prévoit un renforcement de la formation résoudrait le problème plus rapidement.

Juges fédéraux : texte peu connu

Les Suisses vont encore se prononcer sur l'initiative populaire "Désignation des juges fédéraux par tirage au sort (initiative sur la justice)". Avec cette proposition, les plus hauts juges de Suisse ne seraient plus élus par les partis, mais filtrés par un comité d'experts puis tirés au sort.

Actuellement, 48% voteraient en faveur et 33% contre. Cependant, le texte semble être peu connu : la proportion d'électeurs indécis, un sur cinq, est très élevée, selon les personnes qui ont réalisé le sondage.

La proposition n'est soutenue que par les sympathisants des partis de gauche et des Vert'libéraux. Les opposants se trouvent principalement dans le camp du centre-droit.

Parmi les personnes favorables à l'initiative, un peu moins des deux tiers d'entre eux déclarent que les juges devraient être indépendants des partis politiques. Et environ un quart sont d'avis que le Tribunal fédéral et le Parlement sont trop interdépendants, "ce qui devrait changer".

Les opposants au projet de loi estiment pour leur part que la procédure de tirage au sort ne permettrait pas d'élire les personnes les plus capables - ce qui affaiblirait la confiance dans le système judiciaire.

L'enquête se base sur 15'374 réponses, dont 12'351 en Suisse alémanique, 2683 de Suisse romande et 340 du Tessin. La marge d'erreur est de 1,2%.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

23 candidats en lice pour le gouvernement et 690 pour le Grand Conseil

Publié

le

A Genève, 690 candidats visent un des 100 sièges du Grand Conseil. L'élection aura lieu le 2 avril (illustration). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Genève, 23 candidats provenant de treize listes sont en lice pour le premier tour de l'élection au Conseil d'Etat du 2 avril. Le même jour aura lieu l'élection au Grand Conseil pour laquelle 690 personnes se présentent.

Le délai pour le dépôt des listes était lundi, à midi. Les listes sont provisoires, a indiqué la Chancellerie mardi. Elles seront validées d'ici à jeudi en fin de journée. Pour l'heure, le nombre de candidatures pour l'élection au Grand Conseil bat le record de 2018, établi à 623 personnes sur treize listes. Le 2 avril, les 690 candidats, dont 268 femmes, seront répartis sur douze listes.

Outre les sept partis actuellement représentés au législatif, les Vert'libéraux tenteront une nouvelle fois de passer le quorum de 7% des voix pour pouvoir siéger. A droite, trois nouvelles formations se présentent: Libertés et justice sociale, de l'ex-conseiller d'Etat Pierre Maudet, avec 29 candidats, CIVIS, de l'ex-magistrat Luc Barthassat (18 candidats) et Elan radical (15 candidats).

A l'extrême gauche de l'échiquier politique, Ensemble à gauche et la nouvelle Liste d'Union populaire partent séparément avec des liste comptant, respectivement, 44 et 60 noms. Sur les 690 candidats, la plus jeune candidate a 18 ans, tandis que le doyen est âgé de 92 ans.

Ex-magistrats en lice

Pour ce qui est du premier tour de l'élection au Conseil d'Etat, 23 candidats provenant de treize listes se présentent. Parmi eux, figurent quatre magistrats sortants: le socialiste Thierry Apothéloz, les Verts Antonio Hodgers et Fabienne Fischer ainsi que la PLR Nathalie Fontanet. Seuls les candidats du PS et des Verts figurent sur une liste unique dès le premier tour.

Deux anciens conseillers d'Etat visent aussi un des sept sièges. Il s'agit de l'ex-PDC Luc Barthassat, non réélu en 2018, et de l'ex-PLR Pierre Maudet, évincé lors de l'élection complémentaire de 2021 qu'il avait lui-même provoquée en démissionnant de sa fonction. Les deux politiciens ont chacun fondé leur propre formation en vue de cette élection.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Orthographe rectifiée: les députés vaudois font de la résistance

Publié

le

La majorité de droite du Grand Conseil vaudois veut un moratoire sur l'enseignement de l'orthographe rectifiée à l'école (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Grand Conseil vaudois souhaite enrayer l'enseignement de l'orthographe rectifiée à l'école. Sa majorité de droite a renvoyé au Conseil d'Etat un postulat demandant un moratoire sur cette réforme.

Celle-ci, annoncée en 2021 par la Conférence latine des directeurs de l'instruction publique (CIIP), prévoit que les manuels scolaires romands soient modifiés selon les règles de l'orthographe rectifiée, et ce dès la prochaine rentrée.

Cette réforme, qui a suscité de vives réactions à travers la Suisse romande, avait déjà agité plusieurs fois le Parlement vaudois ces derniers mois. Mardi, c'est un postulat de Florence Bettschart Narbel (PLR) qui a encore occupé les députés.

Reconnaissant sa "ténacité" sur le sujet, la postulante a rappelé vouloir "défendre la richesse" de la langue française et "résister au modernisme ambiant". Elle a ajouté ne pas comprendre ce souci de simplification de la langue, alors que la réforme maintient plusieurs exceptions.

Elle a encore dit regretter un dossier "mal emmanché", sachant que la Commission interparlementaire de contrôle de la Convention scolaire romande n'a pas été consultée.

Réforme marginale

Plusieurs députés de gauche ont pris la parole pour s'opposer à ce postulat, arguant notamment que la langue française évoluait et que certaines simplifications étaient bienvenues.

Ils ont rappelé que la France ou la Belgique enseignaient déjà cette orthographe rectifiée. Une réforme d'ailleurs très marginale puisqu'elle concerne uniquement 0,4% des mots.

Ils ont encore souligné que les deux graphies - traditionelle et rectifiée - resteraient admises. Le seul changement concernera l'enseignement, puisque c'est l'orthographe rectifiée qui serait désormais transmise aux écoliers.

Ministre pas entendu

De son côté, le conseiller d'Etat Frédéric Borloz a reconnu qu'avant d'entrer au gouvernement, il était plutôt opposé à cette réforme. Désormais ministre en charge de l'enseignement, il a toutefois appelé les députés à faire preuve de "pragmatisme".

"Est-ce bien raisonnable de vouloir faire cavalier seul au milieu de cet océan francophone ?", a-t-il demandé. Soulignant que "les références" en matière d'orthographe avaient changé, il est inévitable de "s'adapter", a-t-il affirmé.

Le ministre PLR n'a toutefois pas réussi à convaincre la droite de l'hémicycle qui a fait bloc pour accepter le postulat par 71 voix, contre 67 pour son classement et une abstention. Il revient désormais au Conseil d'Etat de se saisir de ce postulat et, comme demandé, d'envisager la possibilité d'un moratoire.

Comme à Genève

Le vote des députés vaudois suit celui de leurs homologues genevois, où la majorité de droite du Grand Conseil continue également de faire barrage à l'orthographe rectifiée. Au sein des autres parlements romands, les différents textes déposés ont fini par être classés dans les cantons de Neuchâtel, du Valais et du Jura. Fribourg n'a pas dû se pencher sur la question.

Annoncé en 2021 par la CIPP, l'enseignement de l'orthographe rectifiée dans les écoles romandes était initialement prévu dès la prochaine rentrée, mais la question se pose désormais avec le blocage valdo-genevois.

Pour mémoire, la réforme reprend des changements recommandés dès 1990 par le Conseil supérieur de la langue française, puis validés par l'Académie française. Parmi les exemples régulièrement cités de cette réforme, oignon devient ognon, piqure perd son circonflexe et piquenique ne forme plus qu'un seul mot.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Education numérique: députés favorables malgré certaines "craintes"

Publié

le

Le Grand Conseil vaudois a validé les crédits permettant de poursuivre le chantier de l'école numérique (photo d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Grand Conseil vaudois a accepté de débloquer 48 millions de francs pour poursuivre le chantier de l'éducation numérique. Cette somme comprend 36 millions visant notamment à former les enseignants et 12 millions pour financer divers équipements et infrastructures (tablettes, Wi-Fi, etc).

Alors que 30 millions ont déjà été octroyés en 2019, au moment où l'éducation au numérique a été lancée dans le canton, ces deux nouveaux crédits vont permettre d'initier une deuxième phase, dite de "consolidation et déploiement".

Mardi lors du premier débat, les députés ont globalement réservé un bon accueil au projet du Conseil d'Etat. Un gouvernement représenté par le ministre de la formation, Frédéric Borloz, qui a souligné la "responsabilité" du Canton de donner "les bons outils" aux élèves face à la numérisation de la société.

Cette vision a été suivie par la grande majorité des députés, dont certains ont toutefois partagé certaines "craintes". Elles concernent notamment l'impact environnemental du projet (consommation d'énergie accrue, achats de nombreux équipements) et son effet sur la santé des élèves de plus en plus exposés aux écrans.

Des questions relatives à la sécurité des données, au coût financier et aux effets sur l'apprentissage des écoliers ont aussi été soulevées.

Rapport d'évaluation

Pour Frédéric Borloz, ces questions sont "légitimes". Il s'est ainsi montré ouvert à un amendement de la socialiste Carine Carvalho, demandant au Conseil d'Etat d'établir, avant 2025, "un rapport d'évaluation" sur les différentes répercussions du projet, du point de vue pédagogique, environnemental ou sur la santé des élèves.

"Il y a une grande adhésion sur l'objectif poursuivi par le projet, mais des zones d'ombre persistent. Si nécessaire, des mesures de correction doivent pouvoir être prises", a expliqué la députée, dont l'amendement a été largement accepté.

Au final, les deux crédits ont été plébiscités par le Grand Conseil. Un deuxième débat sera néanmoins encore nécessaire pour les valider définitivement.

Sur cinq ans

Pour mémoire, selon la feuille de route du Canton, le déploiement de l'éducation numérique est prévu jusqu'à l'année scolaire 2027-2028. D'ici la fin de l'année scolaire en cours, 52 établissements obligatoires (sur 93), soit environ 36'000 élèves et 4000 enseignants, seront déjà concernés par cette réforme.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

La droite ne veut pas de "propagande syndicale" à l'école

Publié

le

La résolution de Florence Bettschart-Narbel dénonçant "la propagande syndicale" dans un gymnase lausannois a été acceptée mardi par le Grand Conseil (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le conflit entre la fonction publique vaudoise et le Conseil d'Etat s'est à nouveau invité mardi devant le Grand Conseil. En cause: "un tract de propagande syndicale" (pour la droite), "une lettre d'information" (pour la gauche), distribué dans un gymnase lausannois.

C'est une résolution de Florence Bettschart-Narbel, rédigée au nom de son parti du PLR mais aussi de l'UDC et des Vert'libéraux, qui a lancé les débats. La députée a souhaité dénoncer le "tract" utilisé "en tout cas" au gymnase de la Cité, et "vraisemblablement" aussi dans celui de Beaulieu.

Dans ce texte, le personnel gréviste de l'école explique les raisons de la contestation de la fonction publique qui, depuis plusieurs semaines, réclame au Conseil d'Etat une pleine indexation des salaires.

Pour Florence Bettschart-Narbel, ce message est "uniquement orienté du point de vue syndical" et ne permet pas de mener un débat équilibré. Elle a déploré "une propagande" en milieu scolaire, ce qu'interdit la Constitution vaudoise.

"L'école doit être un sanctuaire d'apprentissage, pas un lieu de lutte syndicale et politique", a-t-elle martelé.

"Tentative d'enfumage"

Plusieurs députés de gauche se sont offusqués de cette démarche, à l'instar de Mathilde Marendaz (Ensemble à Gauche - POP) qui a dénoncé "l'absurdité totale de cette résolution". Elle a estimé qu'il n'était pas question d'un tract, mais d'une "lettre d'information" mise à disposition à l'entrée du gymnase, que les élèves étaient libres de prendre ou pas.

Pour le socialiste Julien Eggenberger, cette résolution vise à "restreindre la liberté d'expression" des enseignants. Tandis que son collègue de parti Jean Tschopp y a vu "une tentative d'enfumage" de la droite, visant à "détourner l'attention" des revendications salariales des enseignants.

Résolution acceptée

Pour le conseiller d'Etat en charge de la formation, Frédéric Borloz, le texte incriminé peut "clairement" être considéré comme de la propagande. Un courrier a ainsi été adressé à la direction du gymnase "pour que cela ne se produise plus."

Le ministre a toutefois appelé au calme, relevant notamment qu'il n'était pas question de lancer "une chasse aux sorcières".

Au vote, la résolution - une déclaration non contraignante adressée au Conseil d'Etat - a été suivie par 82 députés, tandis qu'ils ont été 48 à s'y opposer et 7 à s'abstenir.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Une centaine de personnes demandent la libération d'Abdullah Ocalan

Publié

le

La marche qui demande la libération du leader kurde Abdullah Ocalan doit arriver à Bâle vendredi. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, une centaine de personnes ont participé, lundi, à une marche jusqu'à Coppet (VD) pour alerter l'opinion sur le sort du leader et fondateur du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) Abdullah Ocalan, emprisonné depuis 23 ans en Turquie.

La marche ira par étapes jusqu'à Bâle. Elle doit arriver dans la cité rhénane vendredi. Beaucoup de participants portaient une chasuble avec le portrait du dirigeant kurde imprimé sur le dos. Ils brandissaient également des drapeaux à son effigie ou l'étendard du PKK.

Abdullah Ocalan milite pour une solution politique à la question kurde. Aujourd'hui, il se trouve à l'isolement sur une île turque. Pour la Société démocratique kurde de Genève, de telles conditions de détention sont contraires aux conventions internationales sur la protection des droits des prisonniers.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture