Rejoignez-nous

Mobilité

Les verts savoyards et genevois opposés à l’autoroute du Chablais

Publié

,

le

KEYSTONE/Laurent Gillieron

Europe Ecologie les Verts (EELV) Pays de Savoie a promis vendredi à Annemasse de s’opposer par tous les moyens à la construction d’un tronçon autoroutier de 16 kilomètres dans le Chablais français. Ce combat est soutenu par les Verts genevois.

EELV va tout d’abord recourir au Conseil d’Etat français contre la décision du gouvernement d’Emmanuel Macron de déclarer d’utilité publique le projet autoroutier. La Ville de Genève a entrepris une démarche similaire auprès de la même autorité. Le conseiller administratif Rémy Pagani a déposé le recours vendredi à Paris.

Le parti écologiste veut aussi faire de ce projet autoroutier une cause nationale. « Nous souhaitons nous lancer dans un combat politique de type Notre-Dame-des-Landes », a souligné le porte-parole d’EELV, Alain Coulombel, en faisant référence au projet controversé d’aéroport à Nantes, abandonné après une longue lutte.

Enfin, EELV envisage d’organiser un référendum, dont les modalités restent à définir, auprès des communes françaises et suisses qui seraient impactées par l’autoroute. Les Verts genevois apporteront leur aide à leur collègues français. « Nous appuierons la société civile », a noté le député au Grand Conseil genevois Jean Rossiaud.

Urgence climatique

Selon M. Coulombel, les élus du Chablais français qui soutiennent le projet autoroutier ont une méconnaissance de l’urgence climatique. Aujourd’hui, les conditions ont changé. Cette autoroute ne fera qu’augmenter les émissions de gaz à effet de serre, consommera des terres agricoles indispensables et coûtera très cher.

Les Verts genevois estiment de leur côté légitime de prendre position par rapport à des projets en France voisine. « En matière d’environnement, nous sommes intimement liés », a justifié Pierre Eckert, le chef de groupe des Verts au Parlement genevois. « Notre bassin de vie est commun », a insisté M. Rossiaud.

Source: Keystone-ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Un lifting pour la gare CFF de Genève-Aéroport

Publié

le

© SBB CFF FFS

Début des travaux de rénovation de la gare CFF de Genève-Aéroport.

Le chantier de rénovation va débuter ces prochains jours. Il s’agira notamment de faciliter l’accès de plain-pied aux trains. Les quais vont être rehaussés et les accès rénovés. 

Frédéric Revaz Porte-parole CFF

Autre objectif plus esthétique: rendre la gare plus lumineuse avec un nouveau plafond.

Frédéric Revaz Porte-parole CFF

 es CFF précisent que, même si la plus grande partie des travaux aura lieu de jour, l’accès aux trains sera garanti durant tout le chantier.

Frédéric Revaz Porte-parole CFF

Les travaux vont se prolonger jusqu’en décembre 2022. Le coût s’élève à 38 millions de francs.

 

Continuer la lecture

CFF

Matinée chamboulée pour les CFF sur l’Arc lémanique

Publié

le

Le trafic ferroviaire a subi deux interruptions mardi matin sur l’Arc lémanique.

Une à Aigle (VD) suite à un défaut d’alimentation électrique et l’autre à Allaman en raison d’une ligne de contact arrachée. Les deux pannes sont en cours de résolution, avec un retour à la normale prévu pour le début d’apès-midi.

La ligne a été interrompue vers 07h30 entre Villeneuve et Bex. A 10h30, les trains circulaient à nouveau mais ne s’arrêtaient pas la gare d’Aigle (VD), desservie par des bus, a indiqué Frédéric Revaz, porte-parole des CFF mardi à Keystone-ATS.

Le problème sera résolu d’ici le début d’après-midi, tout comme à Allaman sur la ligne Lausanne-Genève. Vers 08h30, un train y a arraché une ligne de contact. Le trafic a déjà repris sur une voie entre Rolle et St-Prex, a précisé M.Revaz.

Avec ATS Keystone

Continuer la lecture

Actualité

Le monde de demain: le stationnement facilité!

Publié

le

Un système de stationnement intelligent, c’est le monde de demain… 

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

Le stationnement des voitures peut souvent être un casse-tête ou même une source d’énervement: on tourne parfois à n’en plus finir pour trouver une place. Et bien une start up zurichoise a la solution. Son nom: Parquery, elle propose un système de stationnement intelligent qui utilise les caméras de surveillance existantes ou à installer, le tout couplé à un logiciel de reconnaissance d’images, pour analyser l’occupation des places de stationnement et donc détecter les places libres. On peut ainsi surveiller jusqu’à 300 places sur une seule image et ainsi savoir où est-ce qu’il y a des places de parks disponibles en temps réel. Pour les gestionnaires de parkings, c’est aussi la possibilité de collecter des informations sur le taux de remplissage et la durée moyenne de stationnement pour chaque emplacement. Notez que Parquery assure être en conformité avec les lois suisses et européennes sur la confidentialité: aucune image n’est stockée et aucune donnée privée n’est traitée. 

Où en est l’idée?

Elle est déjà bien implantée. Parquery existe depuis 2014, et plusieurs l’ont déjà adopté ces dernières années. Ils ont déjà une dizaine de clients en Suisse, notamment les municipalités de Vevey, Montreux ou Locarno, des magasins de vente au détail aussi et un projet pilote avec les CFF à Rapperswil. Mais le projet séduit aussi hors de nos frontières: la start up est active dans 32 pays, dont l’Italie, la Roumanie, les États-Unis ou les Émirats arabes unis.

 

Continuer la lecture

Actualité

300 personnes manifestent contre les bandes cyclables à Genève

Publié

le

Les motards étaient de la partie, vendredi, pour protester contre la politique des transports du canton, qui a tracé sans concertation des bandes cyclables au détriment souvent de voie de circulation. (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Environ 300 personnes, selon la police, ont défilé vendredi à Genève pour protester contre les bandes cyclables installées par le canton afin d’inciter la population à délaisser la voiture en cette période de risque sanitaire.

Les manifestants ont traversé le pont du Mont-Blanc, précédés par une centaine de motards, qui ont klaxonné et fait vrombir leur gros cube sous le regard incrédule des passants. Cette démonstration d’un genre nouveau à Genève a été notamment organisée par l’ex-conseiller d’Etat Luc Barthassat.

Motard invétéré, l’ancien magistrat s’en est pris à la politique de son successeur aux transports, Serge Dal Busco. « Les TPG ne roulent plus, les taxis doivent faire des détours interminables, les livreurs ne peuvent plus travailler, c’est la chienlit qui est en train d’envahir Genève ».

Les manifestants ont peu apprécié la façon dont les bandes cyclables ont été tracées. « Ils l’ont fait en catimini, nuitamment », a déploré le député PLR Jean Romain. L’élu a dit ne pas être opposé aux pistes cyclables, mais il veut un plan général de la mobilité tenant compte des besoins de tous les modes de transport.

Serge Dal Busco était la cible principale du courroux des manifestants. Le nom du magistrat a été transformé en « Dal Bouchon ». Certains ont réclamé la démission du conseiller d’Etat, d’autres, moins extrêmes dans leur revendication, ont demandé le respect de la Constitution genevoise et une concertation sur la mobilité.

Continuer la lecture

Actualité

Le monde de demain: le train supersonique du futur

Publié

le

Photo: Swisspod

Le train du futur se dessine en Suisse. C’est le monde de demain…

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

Ou peut-être plutôt le monde d’après demain… Imaginez un train qui avalerait les 250 km séparant Genève de Zurich en seulement 17 minutes et pour un coût énergétique calculé de 6 francs par passager. Une révolution en comparaison aux 3 heures nécessaires aujourd’hui en voiture ou même aux 2H40 en train. Bienvenue dans la mobilité du futur imaginée par Swisspod, une jeune pousse biberonnée à l’Ecole polytechnique de Lausanne, et qui planche donc sur la mobilité longue distance de demain avec un projet de capsule supersonique, c’est un peu comme un train suspendu électromagnétiquement qui circulerait dans un tube dépressurisé, à la vitesse de 1200 km/h. L’idée serait de pouvoir transporter des marchandises et des personnes, jusqu’à 600 passagers par heure dans chaque sens de Genève à Zurich avec un départ toutes les 3 minutes.

Où en est-il ce projet de train en lévitation à très très grande vitesse ? 

A l’origine, c’est un concours annuel lancé par le patron de Tesla et de SpaceX, Elon Musk. C’est désormais une initiative relayée par la Commission européenne qui vise à accélérer le déploiement de ces trains supersoniques à travers le vieux continent et à laquelle s’est donc associée l’entreprise Swisspod. En Suisse, on s’attelle pour l’heure à mettre au point un prototype de capsule pour une commercialisation espérée pour 2025. Sans parler toutefois de la construction des tunnels. La prochaine étape, ce sera déjà de lever de fonds pour mettre en place une phase de tests. Une autre source de financement est lancée, Swisspod propose une opération de crowdfunding sur son site web. Moyennant quelques centaines ou dizaines de milliers de francs vous pouvez inscrire votre nom sur la 1ère capsule ou en financer le prototype. Une manière de prendre le train en marche… Attention, il passe vite. 

 

Continuer la lecture