Rejoignez-nous

Genève

Condamné à 16 ans de prison pour avoir exécuté son voisin

Publié

,

le

Archives KEYSTONE/Martial Trezzini

Le Tribunal criminel de Genève a condamné vendredi un homme de 42 ans à une peine de 16 ans de prison pour assassinat. En mai 2016, dans le quartier des Libellules, à Châtelaine (GE), le prévenu avait froidement abattu un ami voisin avec qui il avait eu une altercation quelques jours plus tôt, le criblant de 11 balles, dont 5 dans la tête.

Pour les juges, l'accusé s'est rendu coupable d'une "véritable exécution". Il a agi avec un "sang-froid glaçant", vidant à deux reprises le chargeur de son pistolet semi-automatique sur sa victime, rejoignant cette dernière dans le salon de thé dans lequel elle s'était enfuie pour "l'exterminer comme un chien".

Le tribunal a souligné "le comportement terrifiant" du prévenu qui a fait vivre "l'indicible" à son voisin, qu'il connaissait pourtant depuis des années et avec qui il avait noué des liens d'amitié. La faute de l'accusé est "d'une gravité extrême". Elle a en outre été commise pour un "mobile éminemment futile".

Aux yeux du tribunal, "le sentiment d'infériorité" dont souffre l'accusé, sa frustration, "les échecs de sa vie", le tout associé à une personnalité borderline et paranoïaque, ont pu constituer un mélange détonant. Le prévenu voulait se venger de l'affront reçu après l'altercation. Sa colère s'est "cristallisée" sur sa victime.

Egocentrisme

Le tribunal a reproché à l'accusé son égocentrisme, l'ancien facteur, carrossier de formation, n'ayant toujours pas pris la mesure de ses actes. Les juges ont également déploré les tentatives du prévenu de constamment se justifier, d'évoquer des traumatismes subis durant l'enfance pour expliquer ses agissements.

Les juges ont en outre désapprouvé le comportement du prévenu qui s'est échiné, tout au long de la procédure, à salir la mémoire de sa victime. Il l'a fait passer pour un trafiquant de drogue, un caïd, un racketteur, alors qu'en vérité, elle était une personne "serviable et taquine", qui aimait appeler ses amis par des sobriquets.

En revanche, le tribunal n'a pas retenu la préméditation. Aucun élément ne permet d'affirmer, selon les juges, que l'accusé a recherché son malheureux voisin les jours qui ont suivi sa dispute avec lui. Se basant sur l'expertise, ils ont admis une responsabilité faiblement restreinte au prévenu.

Un massacre

Les faits se sont déroulés en mai 2016 dans la cité des Libellules. Le prévenu a tout d'abord tiré à trois reprises sur sa victime alors que celle-ci rentrait chez elle, dans l'allée de l'immeuble. Il s'est ensuite éloigné, a rechargé son arme, avant de rejoindre son voisin dans le tea-room où il avait trouvé refuge.

Dans l'établissement, en présence d'autres clients, l'accusé ajuste son arme en direction de sa victime et lui tire une fois dans le thorax, puis trois fois dans la tête. Il ressort du salon de thé, remet des balles dans son pistolet, puis rentre à nouveau dans le tea-room et tire deux nouvelles balles dans la tête de son ami.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Architecturestudio dessine le futur Hôpital des enfants des HUG

Publié

le

Les HUG vont construire un nouvel hôpital des enfants d'ici 2029. Les projets d'architecture peuvent être découverts dans une exposition au Forum Faubourg (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ont inauguré jeudi l’exposition publique des projets du concours d’architecture de leur nouvel Hôpital des enfants. Sélectionné parmi vingt projets, le projet Mikado du bureau d’architectes Architecturestudio en est le lauréat.

L’exposition publique des maquettes et descriptifs de tous les projets se tiendra jusqu'au 13 juillet 2022, au Forum Faubourg, à Genève, précisent les HUG jeudi dans un communiqué. Le lauréat, l'agence internationale d’architecture, d’urbanisme et de design d’intérieur Architecturestudio, créée en 1973, a été désigné à l'unanimité du jury le 2 mai dernier.

Ouverture en 2029

Le nouvel établissement hospitalier aura pour objectif de s’adapter à l’évolution démographique et des prises en soins. Il complétera le nouveau "village pédiatrique" composé de la Maison de l’Enfant et de l’Adolescent (2023), des urgences, des blocs opératoires et du Centre du développement de l’enfant.

L'établissement sera construit à l’emplacement du bâtiment du Service d’ophtalmologie. Son ouverture est prévue pour 2029.

Difficultés opérationnelles

Construit en 1957, l’actuel Hôpital des enfants n’a plus la capacité d’accueil suffisante pour répondre à l’évolution démographique. Avec une augmentation, ces quatre dernières années, de 10% du nombre d’enfants soignés en ambulatoire, l’HdE rencontre des difficultés opérationnelles dans son fonctionnement quotidien.

Le nouvel HdE offrira des prises en charge adaptées à l’évolution des soins dans tous les domaines pédiatriques. Il répondra aussi à l’augmentation de la population du canton qui prévoit entre 10'000 et 25'000 enfants supplémentaires à Genève d’ici 2040.

Besoins des enfants et familles

Le futur hôpital fait une large place aux familles en respectant leur intimité et en reconstituant la cellule familiale. Toutes les chambres seront ainsi individuelles. Elles bénéficieront d’un balcon et de salles de bain intégrées.

Des studios et des espaces de repos réservés aux parents, des salles de jeux à chaque étage, une halte-garderie pour les fratries des enfants en consultation ou hospitalisés, un espace de détente pour les adolescents et adolescentes et un espace pour les associations de parents sont également prévus.

Plusieurs étapes

D’une superficie totale de 20'000 mètres carrés, le futur bâtiment comprendra huit niveaux, dont six étages dédiés aux unités de soins. Le chantier devrait démarrer en 2025 et se terminer à l’horizon 2029. Afin de maintenir le seul hôpital pédiatrique genevois en exploitation en tout temps, ce projet sera réalisé en plusieurs étapes.

La construction du bâtiment des consultations débutera ensuite, à l’emplacement de l’actuel Hôpital des enfants. Il devrait ouvrir ses portes en 2035.

En 2021, 8782 enfants et adolescents ont été hospitalisés à l’Hôpital des enfants; 130'878 ont été pris en charge en ambulatoire; 2'953 ont subi des interventions chirurgicales, dont 1350 en ambulatoire.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Les violences domestiques sont en baisse de 10%

Publié

le

© KEYSTONE/PIERRE ALBOUY

Genève, les infractions pénales pour violences domestiques ont diminué de 10% en 2021 par rapport à 2020. En revanche, elles représentent désormais la moitié des violences recensées dans le canton. 

À Genève, les chiffres 2021 de la violence domestique ont diminué de 10% par rapport à 2020. Proportion particulièrement préoccupante: désormais, une infraction pour violence sur deux est perpétrée dans un contexte domestique. Pour autant, cela ne veut pas dire qu'il y a plus de violences domestiques, mais simplement que ce sont les autres types de violences qui diminuent. Le canton relève aussi que sur les six homicides commis à Genève en 2021, quatre l'ont été dans le cadre domestique. Au regard des statistiques, cette baisse de 10% est-elle satisfaisante? La réponse de Nathalie Fontanet, conseillère d'Etat en charge des finances et des ressources humaines.

Nathalie Fontanet Conseillère d'Etat en charge des finances et des ressources humaines

Si l’on tient compte des victimes indirectes, ce sont au total 5913 personnes qui ont été prises en charge par le réseau.

Rapport (presque) exhaustif

Grâce au travail de l'Observatoire des violences domestiques qui réunit la police et le réseau associatif, Genève affirme être le plus exhaustif possible dans le recensement des cas. Mais concrètement comment cela fonctionne-t-il? La réponse d'Emilie Flamand, directrice ad interim du bureau de la promotion de l'égalité et de prévention des violences.

Emilie FlamandDirectrice ad interim du bureau de la promotion de l'égalité et de prévention des violences

Les autorités genevoises ont rappelé que le canton a la particularité d'avoir une loi spécifique sur les violences domestiques ainsi qu'une ligne téléphonique ouverte 24/24H pour demander de l'aide.

Augmenter la prévention

Pour continuer à faire baisser ces chiffres, le canton mise sur la prévention et veut notamment augmenter le nombre de places en foyer. Ecoutez Nathalie Fontanet.

Nathalie FontanetConseillère d'Etat en charge des finances et des ressources humaines

En 2022, les subventions versées à des entités et à des projets atteignent plus de 3,5 millions de francs. A noter que pour la première fois en 2021, Pharos, une association de soutien aux hommes victimes de violence conjugale, collabore avec l'Observatoire. Au total, Pharos a pris en charge 135 hommes majeurs.

Continuer la lecture

Genève

La STEP Villette pionnière dans le traitement des micropolluants

Publié

le

La station d’épuration de Villette à Thônex va bientôt purifier les eaux usées suisses et françaises. 80% des micropolluants seront éliminés.

Genève avance dans le traitement des micropolluants dans l’eau. L’Etat et les services industriels de Genève ont présenté aujourd’hui (je) l’avancement du chantier de la station d’épuration de Villette, l’une des plus grandes du Canton. D’ici fin 2023, cette station sera capable de traiter 80% des micropolluants contenus dans les eaux usées des habitants de l’agglomération, soit de 142'000 personnes. La station française d’Ocybèle située à Gaillard, va se raccorder à la STEP Villette de Thônex. Une collaboration transfrontalière qui va améliorer la qualité de l’eau rejetée dans l’environnement. Christian Brunier, Directeur des SIG.

Christian BrunierDirecteur des Services industriels de Genève

Eau traitée et nappe phréatique

L’eau purifiée sera rejetée ensuite dans l’Arve et dans la nappe phréatique. Pour l’environnement, il est indispensable de nettoyer les eaux usées de leurs micropolluants comme l’explique Christian Brunier.

Christian BrunierDirecteur des Services industriels de Genève

Actuellement seuls 20% des micropolluants sont traités. C’est peu. Ecoutez la réaction de Christian Brunier.

Christian BrunierDirecteur des Services industriels de Genève

Subvention fédérale

La coopération transfrontalière a permis d’obtenir la subvention de Berne pour construire l’usine qui coûte 14 millions. Christian Brunier Directeur des SIG.

Christian BrunierDirecteur des Services industriels de Genève

La STEP de Gaillard se montre très innovante en France grâce à cette avancée technologique. Gabriel Doublet, président d'Annemasse Agglo rappelle que l'eau se fait fi des frontières.

Gabriel DoubletPrésident d'Annemasse agglo

12 molécules cibles

Le traitement des micropolluants se fait grâce au charbon actif. Les explications de Frédéric Giraud, Directeur à la gestion des eaux usées aux SIG.

Frédéric GiraudDirecteur à la gestion des eaux usées aux SIG

80% de retraitement est la valeur fixée par la Confédération dans sa dernière modification de la loi fédérale sur la protection des eaux survenue en 2016.

Frédéric GiraudDirecteur à la gestion des eaux usées aux SIG

Notez que toutes les usines de retraitement des eaux du Canton seront capables de traiter les micropolluants d’ici 2030. La prochaine, c’est Aïre fin 2026 et Bois-de-Bay en 2030.

 

Continuer la lecture

Genève

Bitume arraché: le Conseil municipal entendra la magistrate

Publié

le

(KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Une séance extraordinaire du Conseil municipal de la Ville de Genève consacrée à l'affaire du bitume arraché par des activistes aura lieu mardi.

Les élus de droite veulent des explications de la part de la conseillère administrative Frédérique Perler qui reconnait des "erreurs d'appréciation" dans cette affaire.

Cette séance traitera d'une motion signée par des élus du Centre, du PLR, de l'UDC et du MCG, selon l'ordre du jour rendu public jeudi. Ce texte invite le Conseil administratif à donner des réponses claires aux questions soulevées par la presse et à maintenir la plainte pénale déposée.

L'exécutif de la Ville de Genève a retiré mercredi la plainte qu'il avait initialement déposée contre des militants de deux associations qui avaient arraché une bande de bitume dans une rue des Pâquis à coups de marteau-piqueur. Cette action visait à alerter sur la dérive climatique.

Ce retrait était intervenu suite aux explications de la magistrate Verte Frédérique Perler qui était soupçonnée d'avoir été au courant à l'avance de l'action des militants. Pour les élus de droite, qui comptent tirer cette affaire au clair, la Ville de Genève doit maintenir cette plainte pénale.

Continuer la lecture

Genève

Genève: des micro-oasis pour se rafraîchir en ville durant l’été

Publié

le

Sortir même en cas de forte chaleur est recommandé pour maintenir les liens sociaux. La Ville et le canton de Genève ont installé sept micro-oasis de verdure en milieu urbain pour permettre, en particulier aux aînés, de prendre l'air (photo prétexte). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le canton et la ville de Genève reconduisent le projet pilote de micro-oasis en milieu urbain. Jusqu’au 31 août, sept structures éphémères invitent la population – en particulier les seniors – à se rencontrer et se rafraîchir en ville durant l’été. Parmi les nouveautés, la participation de la commune de Vernier et l’aménagement d’un "Refuge climatique" dans le quartier de la Jonction.

Ancrée dans divers quartiers de Genève et de Vernier, chaque micro-oasis propose des places assises ombragées, végétalisées et équipées d'un système de brumisation. Objectif: abaisser localement la température de plusieurs degrés et offrir un environnement agréable et propice à la rencontre, même en cas de fortes chaleurs, écrivent les partenaires du projet jeudi dans un communiqué.

Maintenir les liens sociaux

Mises sur pied à l’initiative de la direction générale de la santé, ces structures rafraîchissantes entendent inciter les personnes âgées à sortir de chez elles quand il fait chaud pour rester actives physiquement et maintenir les liens sociaux, contrairement à ce qui a longtemps été recommandé.

Rester chez soi pour fuir la chaleur accroît en effet le risque d’isolement. La pandémie a mis en évidence le fait que les contacts humains sont absolument nécessaires à la santé globale des personnes, quel que soit leur âge.

Dispositif innovant

Progressivement installées dès juin, les micro-oasis de verdure seront fonctionnelles en juillet et août sur les places du Vélodrome (Jonction), de Saint-Gervais, des Chaumettes (Hôpital), et dans les rues du Léman (Pâquis) et de la Terrassière (Rive). Cette année, la ville de Vernier rejoint le projet pilote en installant deux micro-oasis dans des lieux très fréquentés, (avenue des Libellules 8 et face à la Bibliothèque de Châtelaine).

Par ailleurs, le quartier de la Jonction innove avec un "Refuge climatique" aux abords de la micro-oasis de la place du Vélodrome. Conçu pour devenir, à terme, un lieu d’information autour des questions climatiques, ce refuge permet de tester un dispositif innovant, le low tech Watershed, qui rafraîchit l’air ambiant avec de l’eau de pluie sous l’effet de la chaleur.

Jusqu'en 2023

Le déploiement de la phase pilote du projet lancé l'an dernier se poursuit jusqu’en 2023. Le bilan de la première édition démontre d’ores et déjà qu’en dépit d’une faible fréquentation (partiellement due à l’absence d’épisode caniculaire durant l’été 2021), les personnes âgées utilisant le dispositif se montrent satisfaites et l’utilisent régulièrement. Elles ont aussi confirmé que ces structures éphémères les aident à sortir de chez elles lorsqu’il fait très chaud.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture