Rejoignez-nous

Emissions

Vers un net rejet de l’initiative de l’UDC

Publié

,

le

L'initiative "pour une immigration modérée" exige que la Suisse règle l'immigration de manière autonome. Si le texte était accepté par le peuple, les autorités auraient un an pour négocier la fin de l'accord sur la libre circulation avec Bruxelles (p (©KEYSTONE/GAETAN BALLY)

L’UDC a défendu lundi son initiative « pour une immigration modérée » devant le Conseil national. Tous les autres partis ont exprimé leur rejet du texte lors d’un débat fleuve qui doit reprendre mercredi prochain.

Plus de 80 députés, dont 40 issus des rangs de l’UDC, ont demandé à pouvoir s’exprimer sur cette initiative. Après six heures de débat, ils étaient une soixantaine à s’être exprimé. Les discussions reprendront mercredi prochain.

Pour l’UDC, il est temps de revenir sur la libre circulation qui est une expérience ratée, selon Michaël Buffat (UDC/VD). Son initiative exige que la Suisse règle l’immigration de manière autonome.

Si le texte était accepté par le peuple, les autorités auraient un an pour négocier la fin de l’accord sur la libre circulation avec Bruxelles. Faute de solution dans ce délai, le Conseil fédéral devrait dénoncer l’accord dans le mois qui suit.

Protection des salariés

Face à l’UDC, les autres partis ont fait bloc pour défendre la libre circulation. L’initiative mettrait non seulement en danger des emplois et la protection des salariés, mais signifierait également la fin des accords bilatéraux I.

La fin de la libre circulation serait « fatale pour notre économie », prévient Isabelle Chevalley (PVL/VD). Grâce à cet accord, les employeurs peuvent recruter de la main-d’oeuvre qualifiée dans l’espace UE/AELE de manière rapide. La libre circulation est déjà soumise à des conditions.

Elle a eu un impact positif sur l’économie suisse et est un succès pour la protection des travailleurs: les salaires ont augmenté, tandis que le chômage et le travail au noir ont baissé, indique Samira Marti (PS/BL). Le chômage des plus de 50 ans reste cependant une source d’inquiétude et il faut prendre des mesures pour endiguer ce phénomène.

Initiative « dumping salarial »

Les mesures d’accompagnement, qui permettent de contrôler l’immigration, disparaîtraient si l’initiative était acceptée et les travailleurs étrangers seraient moins protégés. Pour Mme Marti, l’UDC va mettre à mal la protection des salariés avec son initiative qui va mener au « dumping salarial ».

Sans compter que le nombre de personnes arrivant à l’âge de la retraite va augmenter et la main-d’oeuvre qualifiée va diminuer. La Suisse dépendra ainsi des travailleurs étrangers qualifiés, notamment dans le secteur de la santé, souligne Lisa Mazzone (Verts/GE).

Accords bilatéraux en danger

Si pour les députés la libre circulation n’a pas que des avantages, elle ouvre à la Suisse les portes au marché européen. La dénoncer entraînerait la fin de l’ensemble des accords bilatéraux I, rappelle Matthias Samuel Jauslin (PLR/AG). Avec son initiative, l’UDC joue enfin carte sur table, elle veut résilier les accords bilatéraux, relèvent plusieurs députés.

Libre circulation, obstacles techniques au commerce, marchés publics, agriculture, transports terrestre et aérien, recherche sont liés entre eux par une clause dite guillotine. Sans ces accords, le PIB de la Suisse chuterait de 5 à 7% d’ici à 2035, avertit Valérie Piller Carrard (PS/FR).

Les dénoncer reviendrait à isoler le pays, souligne Philipp Matthias Bregy (PDC/VS). La moitié des exportations suisses vont vers l’UE. L’initiative suit la même démarche et aura les mêmes effets que le Brexit, prévient Roger Nordmann (PS/VD).

Quelque 500’000 Suisses profitent également de la libre circulation pour vivre dans l’Union européenne, ajoute Kurt Fluri (PLR/SO).

Favoriser les travailleurs suisses

Pour l’UDC, l’immigration est trop forte et la Suisse doit à nouveau pouvoir la régler de manière autonome alors que la volonté du peuple, qui avait voté en faveur de l’initiative sur l' »immigration de masse », n’a pas été prise en compte. Les Suisses ne veulent pas du « cauchemar » d’une Suisse à dix millions d’habitants, plaide Jean-Luc Addor (UDC/VS).

Cette surpopulation « incontrôlée » aura également un impact sur l’environnement. Les infrastructures ne suivent plus, avec des transports publics et des autoroutes toujours plus chargés et des loyers qui augmentent. Les ressources du pays sont limitées et sont mises sous pression par l’immigration, insiste le Saviésan.

L’accord sur la libre circulation pousse les employeurs à engager des travailleurs étrangers bon marché au détriment des Suisses. Il doit être levé pour favoriser les travailleurs suisses les plus âgés, qui peinent souvent à trouver un emploi, ainsi que les jeunes qui terminent une formation, plaide Roberta Pantani (UDC/TI).

Source : ATS.

Faisons la route ensemble

Dr Diana: « il faudrait 6 semaines pour mettre à jour le vaccin contre un variant »

Publié

le

Plus de 110′ 000 personnes ont déjà été vaccinées en Suisse, selon les chiffres enregistrés lundi soir. Les retards de livraison du vaccin Pfizer/BioNTech contre le Covid-19 touchent aussi la Suisse, mais les volumes achetés arriveront, a indiqué mardi Nora Kronig.

La commande arrivée lundi était réduite. Mais « nous avons reçu des garanties pour être sûrs que les volumes achetés et commandés arriveront », a ajouté la responsable de la division internationale de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) lors du point de presse des experts de la Confédération.

Concernant le nombre de vaccinations déjà effectuées, l’OFSP n’a pas encore de chiffres précis et définitifs. « Nous avons des retours de tous les cantons et la coordination se poursuit avec eux pour les obtenir », a relevé Mme Kronig. Les chiffres détaillés seront publiés dès que possible.

Les cantons bénéficient de contingents de vaccins qu’ils doivent utiliser rapidement, a indiqué Rudolf Hauri, président de l’association des médecins cantonaux. Une répartition dynamique et continue n’est pas prévue pour l’instant. Elle sera peut-être envisagée à un stade ultérieur.

Autre sujet qui préoccupe les autorités: la propagation des nouveaux variants du coronavirus en Suisse. Aujourd’hui, 388 cas au total ont été répertoriés dont 243 de la souche britannique, a dit mardi Virginie Masserey, cheffe de la section contrôle de l’infection et programme de vaccination à l’OFSP.

Le taux de positivité des séquençages évolue très rapidement: il se situait à 4% pour la situation d’il y a une dizaine de jours. Aujourd’hui, on peut supposer qu’il atteint 10%, a précisé la responsable. Cela confirme le caractère très contagieux de ces mutations.

Des flambées assez importantes ont été identifiées en Suisse, a-t-elle poursuivi. D’où l’importance de les diagnostiquer autant que possible. Environ un tiers des échantillons positifs peuvent être séquencés. Les laboratoires ont reçu la recommandation d’utiliser une méthode PCR spécifique pour tracer ces mutations.

Côté vaccins, la campagne en cours dans le pays n’a pour le moment pas mis en évidence d’effets secondaires indésirables graves, a précisé la responsable de l’OFSP. Quant aux chiffres globaux, la tendance à la baisse se poursuit.

Mais le taux d’occupation aux soins intensifs atteint encore 72%. Et 48% des lits sont occupés par des patients atteints du Covid-19. « Cela nécessite encore des efforts surtout au vu de l’arrivée des mutations ».

Même si la campagne de vaccination bat son plein le retour à la normale prendra du temps, explique le Docteur Alessandro Diana,  expert à Infovac et chargé d’enseignement à la faculté de médecine de l’Université de Genève, à Benjamin Smadja et Laurie Selli. L’occasion de revenir aussi sur ces vaccins ultra-innovants à ARN messager contre le Covid-19.

Avec ATS/Keystone

 

Continuer la lecture

Musique

Révélation de The Voice, Colour of Rice est l’invitée de Sophie et Fabien sur Radio Lac

Publié

le

Elle a conquis les coachs de The Voice en 2017 avec sa reprise de « Fast Car » de Tracy Chapman et boulversé le public à chacune de ses prestations, l’artiste helvético-japonaise Colour of Rice est l’invitée de Sophie et Fabien, ce matin sur Radio Lac.

 

Une artiste complète révélée par The Voice.

Révélée au grand public en 2017 suite à son passage dans The Voice, la jeune artiste a la musique dans le sang. Avec une maman musicienne, elle grandit baignée dans ce milieu. A neuf ans, elle chante dans une église un morceau tiré du film d’animation « Princesse Mononoké », c’est là qu’elle prend conscience de la possibilité de toucher les gens, de faire vivre des émotions à travers la musique.

Cependant, ce n’est qu’à 17 ans que Rani, de son vraie nom, apprend à jouer de la guitare, instrument qu’elle manie aujourd’hui avec virtuosité. C’est une révélation. Très vite, elle commence à composer et sort, en 2014, son premier album. Elle nous confie que la musique est un moyen pour elle de transmettre et exprimer ses émotions. Et le charme opère, on est transportés par sa voix puissante mais pleine de douceur.

 

Colour of Rice en direct dans Radio Lac Matin.

Lorsqu’elle arrive dans notre studio ce matin, c’est une jeune femme pétillante et impatiente de nous partager sa musique que nous découvrons. Proche de la nature, elle nous offre une branche de laurier, symbole de victoire (tout ce qu’on lui souhaite), provenant de son jardin.

Elle nous présente également avec fierté ses trois albums, objets soignés dont les photos de couverture nous font voyager. L’un d’entre vous à d’ailleurs eu la chance ce matin de remporter ces trois albums !

Les trois albums de Colour of Rice, remportés par un auditeur de Radio Lac Matin

Quelques accords plus tard, Rani est prête à nous interpréter l’un de ces tout nouveaux titres en live, « Hold You ». Une chanson qu’elle a composé pendant le semi-confinement comme un message aux personnes qu’elle aime et qu’elle aimerait pouvoir tenir contre elle. Un câlin virtuel, comme elle nous le dit. Et on se laisse envelopper, au rythme de sa guitare, par la poésie de ses mots et la douceur de sa voix.

Un moment presque thérapeutique pour un vendredi matin hivernal !

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Radio Lac (@radiolac_ch)

 

Et sachez que ce titre a également sa version symphonique que vous pouvez aller écouter juste ici ! Pour découvrir Colour of Rice, on vous invite à aller la suivre sur Instagram et Facebook.

On vous laisse avec un dernier morceau de la jeune artiste, « Fly », et on vous souhaite un beau vendredi !

Continuer la lecture

Parlons économie

Bien-être durable, économie circulaire et soutien aux commerçants au menu de Parlons Economie.

Publié

le

Si l’année 2021 ne commence pas avec les meilleures nouvelles suite à l’annonce d’un nouveau semi-confinement dès lundi, Parlons Economie a choisi de parler d’espoir et d’initiatives positives dans cette période. Ainsi nous abordons notre émission en parlant de la croissance à Genève et de la place que prend la question du bien-être dans cette notion en compagnie de Karine Byland, responsable de projets au Département politique de la CCIGGiovanni Ferro-Luzzi, Professeur d’économie à la Haute Ecole de gestion de Genève et à l’Université de Genève et Sylvain Weber, chargé de projets de recherche à l’Institut de recherche appliquée en économie et gestion (IREG). Nous poursuivons avec Felix Staehli, co-fondateur de Impact Hub Genève avec qui nous parlons de l’économie circulaire et des changements à opérer dans nos modes de consommation pour aller vers une économie plus durable. Enfin, pour terminer, nous recevons le co-fondateur de la plateforme Covid Héros, Tobias Kuster ainsi qu’une commerçante bénéficiaire de cette plateforme, Diane Mier y Teran, fondatrice du restaurant EnvieVegan. Ils nous détaillent le fonctionnement de cette plateforme et son intérêt pour les commerçants. 

Le Focus: Le bien-être durable, quelle croissance pour Genève ?

Pour ouvrir l’émission du jour, nous abordons le sujet vaste de la croissance et en particulier celle de notre canton, Genève. En effet, depuis 2019, la CCIG conduit une étude, pilotée par un comité scientifique et chargée d’étudier la croissance à Genève afin de déterminer des scénarios de réflexion et des outils d’aide à la décision sur comment aborder la croissance à Genève.

Nous débattons du sujet avec nos invités, Karine Byland, responsable de projets au Département politique de la CCIG, Giovanni Ferro-Luzzi, Professeur d’économie à la Haute Ecole de gestion de Genève et à l’Université de Genève et Sylvain Weber, chargé de projets de recherche à l’Institut de recherche appliquée en économie et gestion (Ireg).

Pour nos invités, la croissance ne se limite pas à la simple analyse du PIB qui est souvent le principal indicateur pris en compte mais peut être aborder sous de nombreux angles qu’ils soient philosophiques, sociaux, culturels ou économiques.

A Genève, on constate que la croissance économique est honorable en raison du dynamisme de la région qui attire de nombreuses entreprises et des travailleurs de toute la région transfrontalière. Mais cette croissance économique implique aussi des aspects moins positifs comme l’augmentation des inégalités, la saturation du marché du logement, la surcharge des transports publics…

L’objectif de l’étude menée par la CCIG est donc de comprendre les mécanismes de la croissance et ses conséquences mais aussi de répondre aux interrogations des entreprises à ce sujet.

A ce jour, on constate que la croissance est surtout liée au bien-être global et économique des personnes. Il est important pour les entreprises de se préoccuper des attentes des clients et des collaborateurs, il faut notamment veiller à l’équité au sens large.

Le détail avec nos invités:

Le Focus
Bien-être durable: Quelle croissance pour Genève ?
Le Focus Bien-être durable: Quelle croissance pour Genève ?

 

Genève bouge pour la planète: L’économie circulaire du bassin lémanique.

Dans cette partie de notre émission, nous nous intéressons aux initiatives locales qui vont dans le sens du développement durable et aujourd’hui, nous abordons la thématique de l’économie circulaire avec Felix Staehli, co-fondateur de Impact Hub Genève. Une économie qui se base sur le principe « rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme ».

Notre invité nous explique qu’adopter une démarche circulaire dans son mode de consommation est à la portée de tous et que par de petits changements dans notre quotidien, nous pouvons tous y contribuer. Il s’agit de trouver des alternatives plus durables et circulaires. Par exemple, lorsque vous souhaitez changer de voiture, vous pouvez racheter un nouveau véhicule en concession (économie « classique ») ou choisir de vous diriger vers des plateformes de partage comme Mobility (économie circulaire). La seconde main est aussi un exemple d’un mode de consommation circulaire.

Bourse au livre, un exemple de seconde main

En revanche, notre invité souligne que pour que l’économie circulaire devienne le nouveau mode de consommation de masse, cela nécessite un changement de paradigme et l’implication de nombreux acteurs pour la rendre accessible et compréhensible pour le consommateur. Cette économie est en effet basée sur le travail collaboratif entre les différents acteurs.

Felix Staehli nous donne des clés pour adopter l’économie circulaire.

Genève bouge pour la planète
L'économie circulaire du bassin lémanique.
Genève bouge pour la planète L'économie circulaire du bassin lémanique.

 

Genève innove: La plateforme Covid Héros et son soutien aux commerçants et restaurateurs.

Pour finir cette première émission de 2021, nous parlons de la plateforme Covid Héros avec son co-fondateur, Tobias Kuster et Diane Mier y Teran, fondatrice du restaurant EnvieVegan et commerçant bénéficiaire de la plateforme.

Logo de la plateforme Covid Héros

Cette plateforme née en mars 2020, lors du premier semi-confinement, a permis de venir en aide à de nombreux commerçants pendant les deux premières vagues de l’épidémie et, même si l’on aurait préféré ne plus en avoir besoin en 2021, va continuer son action pour ce second semi-confinement.

Son principe: permettre l’achat de bons à faire valoir dans les commerces et restaurants au moment de la reprise. Par la vente des ses bons, Covid Héros permet aux commerçants de recevoir des liquidités immédiates. La plateforme donne également la possibilité de faire des donations directement au commerçant ou restaurateur de votre choix pour l’aider à traverser la crise.

Cette initiative permet d’aider les commerçants mais n’est bien sûr pas suffisante. Aujourd’hui, les commerçants demandent des mesures d’aide qui donnent lieu à des indemnisations conséquentes afin d’éviter la casse sociale après la crise.

Nos invités nous donnent des précisions.

Genève innove
La plateforme Covid Héros et son soutien aux commerçants et restaurateurs.
Genève innove La plateforme Covid Héros et son soutien aux commerçants et restaurateurs.

Continuer la lecture

Faisons la route ensemble

« Aux HUG, nous sommes face à des personnes qui n’arrivent pas à faire leur deuil »

Publié

le

Pourquoi est-ce que ça m’arrive à moi? Quel sens donner à ma vie? Des questions que nous nous posons lorsque nous devons faire face à la maladie, notamment. Justement les aumôniers sont là pour nous écouter. Un rôle difficile particulièrement durant cette pandémie de Covid-19. Les aumôniers ont parfois dû adapter leur discours et leur manière de faire. Rachel Wicht, aumônière aux HUG, fait le bilan de cette année 2020 avec Benjamin Smadja et Laurie Selli.

 

Continuer la lecture

Parlons économie

La force des partenariats pour conduire les projets de relance à Genève.

Publié

le

Cette semaine dans Parlons économie, nous abordons plusieurs thématiques liées aux partenariats entre public et privés et leurs avantages pour mener à bien plusieurs projets.

Nous recevons tout d’abord Marie Barbey-Chappuis, conseillère administrative de la Ville de Genève, Vincent Subilia, directeur de la CCIG et Fabrice Eggly, directeur communication de M3 Groupe pour parler de l’initiative menée pour dynamiser le centre ville en cette période de fêtes et attirer les consommateurs dans les commerces après une période de fermeture.

Dans la seconde partie de notre émission, nous nous posons la question comment rendre notre ville plus intelligente en compagnie de Patrick Poutier, SmartCity Manager à l’Etat de Genève. Pour finir, nous nous penchons sur le défi de la mobilité douce avec Eric Simanin, responsable de projets au département politique de la CCIG et Yann Grand, directeur de Genève Roule. Nos invités nous parlent des enjeux du partenariat entre la CCIG, Donkey Republic et Genève Roule pour promouvoir la mobilité douce.

3 minutes pour comprendre: Soutenir nos commerces et développer l’attractivité du centre ville en période de fêtes.

Après la fermeture du mois de novembre en raison de la situation sanitaire à Genève, les commerces genevois vivent une situation très compliquée. Dans ce contexte, la ville de Genève ainsi que la CCIG ont souhaité apporter leur aide et leur soutien aux commerçants en les accompagnant dans leur réouverture. Pour cela, une initiative pour développer l’attractivité du centre ville a été menée. Ainsi, la ville s’est illuminée et parée d’un magnifique sapin, place du Molard, pour apporter de la lumière et l’esprit des fêtes.

Nos trois invités, Marie Barbey-Chappuis, conseillère administrative de la ville de Genève, Vincent Subilia, directeur de la CCIG et Fabrice Eggly, directeur communication de M3 Groupe nous expliquent comment ils ont oeuvré ensemble pour créer cette attractivité et apporter du soutien aux commerçants.

3 minutes pour comprendre
Soutenir nos commerces et développer l'attractivité du centre ville en période de fêtes
3 minutes pour comprendre Soutenir nos commerces et développer l'attractivité du centre ville en période de fêtes

Genève bouge pour la planète: Comment créer une ville plus intelligente ?

Parmi les sujets soulevés fréquemment en 2020, celle de la transition vers des villes plus intelligentes et plus écologiques est au centre de tous les débats. Notre invité, Patrick Poutier, SmartCity Manager à l’état de Genève, nous explique la problématique que les villes doivent résoudre et qui s’articule autour de deux aspects majeurs:

  • l’urbanisation massive impliquant des problèmes de pollution, de ressources et de mobilité
  • la question du réchauffement climatique

Face à ces deux enjeux, le projet Smart Geneva a pour but de fédérer les acteurs locaux et leurs initiatives pour transformer le territoire de manière intelligente.

De nombreuses expérimentations existent à Genève comme celle de l’entreprise GeniLac qui utilise la géothermie pour refroidir les bâtiments en été et les refroidir en hiver, celle des TPG et de leurs arrêts connectés pour faciliter la mobilité ou encore celle de Genève roule qui équipe des vélos en libre-service de capteurs pour mesurer la pollution.

Notre invité nous en parle plus en détails.

Genève bouge pour la planète
Comment créer une ville plus intelligente ?
Genève bouge pour la planète Comment créer une ville plus intelligente ?

 

Genève innove: La mobilité douce à Genève.

Pour clôturer cette émission, nous recevons Eric Simanin, responsable de projets au département politique de la CCIG et Yann Grand, directeur de Genève Roule pour nous présenter le récent partenariat entre la CCIG et l’entreprise Donkey Republic qui propose un service de vélo en libre-service à Genève.

©Donkey Republic

Avec ce partenariat, la CCIG va sponsoriser les vélos en libre-service mais également proposer à ses collaborateurs un plan de mobilité interne. Pour la CCIG, les plans de mobilité sont aujourd’hui un enjeu pour les entreprises et c’est pourquoi la chambre propose un webinaire pour toute entreprise qui le souhaite.

Genève innove
La mobilité douce à Genève.
Genève innove La mobilité douce à Genève.

Continuer la lecture