Rejoignez-nous

L'invité

Historique: Ueli Maurer reçu par Donald Trump.

Publié

,

le

Correspondance de Pierre Ruetschi à Washington.

Vous êtes entretenu avec le président de la Confélération lors de la conférence de la presse qu’il a donnée à l’ambassade de suisse dans la foulée de sa rencontre avec Donald Trump. Une première semble-t-il.

Une première en effet puisque jamais dans l’histoire des relations américano-suisse un président de la Confédération n’avait été reçu par un président américain dans le bureau ovale. A la demande de l’ambassadeur de Suisse à Washington,cette première a été dûment vérifiée par les Américains. Qui donc ont confirmé.

Une première qui a pris tout le monde de court.

Oui, aussi bien les journalistes suisses qu’américains n’ont pris connaissance de la rencontre présidentielle que quelques heures avant l’arrivée d’Ueli Maurer dans la capitale. Interrogé sur les raisons de ce secret si bien gardé, Ueli Maurer a botté en touche par une boutade comme il aime le faire. Mais quoi qu’il en soit je dois vous avouer que c’était tout de même assez surprenant de voir le président de la Confédération débarquer du gros SUV officiel noir devant la Maison Blanche, serrer la main à Trump, faire des sourires pour la photo op avant de disparaître côte à cote par la porte de la West Wing.

Voilà pour l’apparat. Mais que se sont dits les deux hommes? qu’ont-ils discuté avec quels résultats?

Eh bien c’est là que les choses se gâtent. Ueli Maurer s’est montré pour le moins évasif. Il a vanté les excellents rapports avec Washington, l’esprit d’ouverture du président, la qualité des discussions d’environ une heure. Mais concrètement, il n’a donné aucun élément nouveau dans sur les deux sujets qui se trouvaient au coeur de cette visite. Silence complet sur l’état de la mission de bons offices de la Suisse entre Washington et Téhéran au moment où les tensions entre les deux puissances sont extrêmement vives. Et pas de percée dans les négociations pour pour un accord de libre échange américano-suisse. Voilà ce qu’en dit le président avec qui j’ai pu brièvement m’entretenir

Pas un mot en effet sur la question iranienne. Que dissimule ce silence?

Ce n’est pas faute d’avoir essayé d’obtenir des précisions. La vingtaine de journalistes présents dont des Américains ont travaillé le président de la Confédération au corps pour tenter de confirmer des informations de la presse américaine. Cette dernière a en effet laissé entendre que la Suisse et son président ont été appelés pour aider Donald Trump à d’établir le contact direct avec Téhéran.Mais Ueli Maurer ne confirmera et ne dira rien. Les bons offices menés par la Suisse depuis quarante ans exigent une stricte confidentialité, répète-t-il à l’envi.

Que faut-il donc retenir de cette visite surprise et historique?

Enchaînant sur la rafale d’interventions concernant l’Iran, j’ai demandé au président quel était véritablement le point central de cette visite. Là encore, il a botté en touche: “si vous voulez me faire dire que c’est la question de l’Iran, vous faites fausse route.” Et quand je lui ai encore demandé s’ils avaient parlé des obstacles et des questions de détails séparant Berne et Washington sur l’accord de libre échange. Il a répliqué en français “Ni le président Trump, ni moi-même ne sommes des détaillistes”. Tout va bien, mais l’accord a peu de chances d’aboutir cette année encore.

On a un peu l’impression que ces discussions n’avaient pas d’enjeu majeur.

On pourrait le croire en effet. Mais les enjeux sont en vérité énormes. Les Etats-Unis constituent le deuxième partenaire économique le plus important de la Suisse. En valeur, les exportations de la Suisse sont deux fois plus élevées que ses importations. L’impact d’un accord de libre échange serait très important. Positif pour l’essentiel mais aussi potentiellement négatif pour les paysans suisse par exemple, qui craignent la concurrence sur un marché ouvert. Ueli Maurer n’a pas oublié une petite pique pour l’Union Européenne: “Notre engagement commun avec le président Trump est que nous voulons être plus rapide que l’Union européenne”

Mais que veut donc Donald Trump de son côté?

A en croire Ueli Maurer le président des Etats-Unis veut surtout un accord win-win, tout comme lui. Mais il reconnaît que chacun, évidemment, veut gagner un peu plus que l’autre. On est donc resté dans le symbole, dans les déclarations de bonnes volontés et dans les louanges mutuelles. “J’ai félicité le président Trump pour l’excellence de son économie qui est aussi très positive pour nous”, a dit Ueli Maurer.

Quel bilan tirez vous de cette rencontre au sommet?

Si je pratique la méthode coué, je dirais que symboliquement cette rencontre “historique” stimule et va faire avancer les négociations sur l’accord de libre échange. La visite a permis de réaffirmer les excellentes relations suisso-américaines ainsi que la bonne volonté helvétique à assurer les bons offices avec des pays comme l’Iran ou le Venezuela. C’est en gros la version du président de la Confédération. Mais est-ce que cela justifiait vraiment le voyage?

Vous avez donc une autre option?

Oui, l’autre possibilité c’est que Trump avait urgemment besoin du médiateur suisse pour l’aider à gérer la dangereuse crise avec l’Iran. Raison pour laquelle la rencontre s’est organisée précipitamment et si discrètement. Et comme tout service mérite récompense, Washington pourrait se montrer très compréhensif dans les négociations d’un accord de libre échange. Un bon deal en somme, pas si farfelu. Ou pour reprendre les termes d’Ueli Maurer: du win-win.

 

https://www.radiolac.ch/podcasts/linvite-de-la-matinale-17052019-094316/

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'invité

Micheline Calmy-Rey, ancienne Conseillère fédérale

Publié

le

L’initative « pour des multinationales responsables » entend instaurer un devoir de diligence pour les entreprises qui ont leur siège en Suisse En clair, faire qu’elles soient responsables des actes de leurs filiales à l’étranger. L’ancienne Conseillère fédérale, Micheline Calmy-Rey, qui soutient cette initiative, était l’invitée de Béatrice Rul, dans Radio Lac Matin

 

Continuer la lecture

L'invité

Nicolas Walder, Conseiller national Vert

Publié

le

L’initiative de limitation est un couperet. Pour le Conseiller national Vert, Nicolas Walder, l’enjeu est clair lors des votations du 27 septembre prochain. Il était l’invité de Béatrice Rul, à 7h35, dans Radio Lac Matin.

 

Continuer la lecture

L'invité

Philippe Clément, journaliste spécialiste automobile

Publié

le

Philippe Clément

Quel avenir pour le salon international de l’auto de Genève? Après l’annulation de l’édition de 2020 pour cause de Covid-19, la plus grande incertitude plane au-dessus de la grand’messe genevoise. Eclairage avec Philippe Clément, journaliste spécialiste de l’automobile, qui était l’invité de Benoît Rouchaleau, ce vendredi à 7H35, dans Radio Lac Matin.

Philippe Clément Journaliste automobile

Continuer la lecture

L'invité

Felipe Ortiz, vice-président du Servette FC

Publié

le

Felipe Ortiz, vice-président du Servette FC

Retour gagnant pour le Servette FC en coupe d’Europe. 8 ans après son dernier match européen, les grenat se sont imposés 3-0 jeudi soir contre les slovaques de Ruzomberok au premier tour qualificatif pour l’Europa League. Retour sur le match et les ambitions du club avec Felipe Ortiz, le vice-président du SFC, qui était l’invité de Benoît Rouchaleau, à 7h35, dans Radio Lac Matin.

Felipe Ortiz  Vice-président du Servette FC

Continuer la lecture

L'invité

Serge Dal Busco, Conseiller d’Etat chargé des transports

Publié

le

Un vendredi sous le signe de la manifestation, ce vendredi, à Genève. Pas moins de deux, dont une qui s’attaque aux bandes cyclables, qui viennent d’être prolongées de trois mois, par le Conseil d’Etat. Serge Dal Busco, le magistrat en charge des transports, était l’invité de Béatrice Rul, à 7h20, dans Radio Lac Matin.

 

Continuer la lecture