Rejoignez-nous

Parlons économie

Pensons l’après – Relance du secteur aéronautique, plus d’égalité femmes/hommes, une nouvelle norme sanitaire…

Publié

,

le

Dans l’émission Parlons économie de cette semaine, nous continuons à préparer l’après coronavirus avec les entreprises genevoises et la CCIG. Nous recevons entre autres Françoise Piron, directrice de la fondation Pacte afin d’aborder l’égalité femmes/hommes dans les entreprises genevoises en amont de la manifestation féministe de dimanche. Nous parlerons également des enjeux pour la relance du secteur de l’aéronautique durement touché par la crise avec Fanny Randanne, chargée de projet pour OPI. Enfin nous accueillerons Fred Herren pour nous présenter le label qualité pensé par la SGS et la CCIG pour les entreprises qui protègent clients et employés de la Covid-19. Mais pour commencer, on vous explique la TVA en matière immobilière en compagnie d’Alexandre Sadik, directeur de BDO Genève.

 

3 minutes pour comprendre… la TVA en matière immobilière

C’est peut-être un sujet qui vous semble complexe ou éloigné mais aujourd’hui, nous recevons Alexandre Sadik, directeur de BDO Genève pour nous éclairer sur la TVA en matière immobilière et faire de vous des incollables!

TVA : Taxe sur la valeur ajoutée. Impôt général sur la consommation finale.

La TVA concerne les biens et services et donc, par conséquent, l’immobilier. Cependant dans ce cas, elle n’est pas automatique. Chacun est libre de soumettre une opération immobilière (vente, location…) à la TVA sauf si celle-ci a des fins d’habitation. Dans le cadre d’une transaction immobilière dans un but commercial, vous pouvez choisir de soumettre votre opération à la TVA ou non.

Quels sont les avantages de la TVA en matière immobilière? Quand devez-vous y recourir? Comment cette taxe fonctionne-t-elle? Alexandre Sadik répond à toutes ces questions dans notre émission du jour.

3 minutes pour comprendre La TVA en matière immobilière

3 minutes pour comprendre La TVA en matière immobilière

 

Genève bouge pour le planète: La fondation PACTE oeuvre pour l’égalité femme/homme au sein des entreprises.

Dans cette seconde partie de Parlons économie, nous recevons Françoise Piron, la directrice de la Fondation PACTE pour évoquer les inégalités femmes/hommes au sein des entreprises, les conséquences de l’épidémie de Coronavirus sur celle-ci et les combats à mener aujourd’hui pour l’égalité.

Pour Françoise Piron, la lutte pour l’égalité fait partie du développement durable pour les entreprises et il s’agit plus que jamais d’un combat actuel. En effet, malgré des avancées certaines sur certains points, il reste du chemin à faire. Si aujourd’hui les femmes sont en majorité diplômées et que 53% d’entre elles obtiennent un master, elles sont encore très minoritaires à occuper des postes décisionnaires (seulement 20% des cadres sont des femmes).

Pour poursuivre sur la métaphore écologique, il y a une nécessité de changer le climat de l’entreprise afin que celle-ci soit plus égalitaire et qu’elle permette aux femmes de faire carrière. C’est le rôle de la Fondation Pacte qui organise de nombreuses opérations de sensibilisation à l’égalité comme l’explique Françoise Piron.

La crise liée à l’épidémie de coronavirus a mis en exergue ces inégalités, la notion de « charge mentale » a été encore plus forte pour les femmes pendant la période de semi-confinement. Elles ont dû jongler entre télétravail, enfants à la maison, tâches ménagères… La période a bien illustré le fait que les femmes sont plus souvent celles qui prennent soin de la famille et des autres. De plus, elles étaient plus nombreuses à être au front car occupant les postes essentiels (infirmières, hôtesses de caisse…).

La quête d’un équilibre dans les foyers pour diminuer la charge mentale est aussi un des combats mener par Pacte.

Genève bouge pour la planète La lutte pour l'égalité femmes/hommes de la fondation Pacte

Genève bouge pour la planète La lutte pour l'égalité femmes/hommes de la fondation Pacte

 

Genève innove : Les entreprises de l’aéronautique collaborent.

Genève est une ville d’innovation dans de nombreux domaines et parmi eux, l’aéronautique. Avec GAIN, le grand Genève se dote d’une plateforme unique en Suisse Romande qui réunit les entreprises du secteur aéronautique dans le but de mener des projets d’innovation de manière collaborative.

Le pôle genevois rassemble de nombreux savoirs-faire uniques en Suisse et parfois même dans le monde, l’objectif de GAIN est de permettre à ces entreprises de collaborer dans le but de créer de la visibilité à l’international et de la pérennité pour ces savoirs-faire. Il s’agit là d’un incroyable exemple d’intelligence collective permettant adaptabilité et compétitivité dans le secteur.

L’aéronautique est l’un des secteurs les plus touchés par la crise liée à l’épidémie de Coronavirus et les entreprises genevoises doivent faire face à de nombreux enjeux pour la relance dont le plus important est de trouver une solution durable pour le secteur. Dans ce contexte, GAIN est un formidable outils collaboratif.

Genève innove Quand les entreprises genevoises de l'aéronautique collaborent

Genève innove Quand les entreprises genevoises de l'aéronautique collaborent

 

Le Focus: Une nouvelle certification.

Dans cette dernière partie, nous recevons Fred Herren, senior vice président à la SGS pour nous présenter une nouvelle certification créée par la SGS et la CCIG.

Cette certification est le fruit d’une réflexion au sein de la cellule de déconfinement cadre créée à Genève et a pour but de renseigner et rassurer les clients et les employés des entreprises quant aux mesures prises pour les protéger de la Covid-19. Il s’agit d’un label de qualité qui peut être solliciter par les entreprises.

Le Focus Une nouvelle certification

Le Focus Une nouvelle certification

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parlons économie

Endiguer la fast-fashion, comprendre l’exportation en Suisse et le rôle des statistiques au menu dans Parlons économie

Publié

le

Dans notre émission du jour, nous retrouvons Vincent Subilia, directeur général de la CCIG pour évoquer l’exportation en Suisse, son importance pour l’économie et l’impact de certains objets des dernières votations sur le sujet. Nous poursuivons avec une initiative pour lutter contre la fast-fashion et rendre notre consommation de la mode plus durable avec Nadia Khattab, co-fondatrice de La Garde-Robe à Genève, un service de location de vêtements entre particuliers. Enfin, focus sur les statistiques qui sont devenus essentielles à nos vies ces derniers mois mais qui sont parfois dures à comprendre. Décryptage donc avec Hervé Montfort, directeur de l’OCSTAT, Office Cantonale de la Statistique de Genève et Olivier Rigot, associé gérant chez EMC gestion de fortune.

3 minutes pour comprendre: Comment s’organisent les exportations en Suisse?

La Suisse a toujours été un pays dont l’économie se nourrit de son ouverture au monde. En effet, c’est un pays très exportateur à l’étranger, un franc sur deux provient de l’exportation, et en Europe notamment.

Dans cette logique d’exportation les Chambres de commerce jouent un rôle capital car elles sont les émettrices des documents nécessaires à l’export de marchandises. Nous recevons dans Parlons Economie, Vincent Subilia, directeur général de la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève pour évoquer ce rôle crucial.

A Genève, l’export est vraiment clé pour l’économie du canton car celui-ci à une typographie particulière de par sa frontière avec son voisin français. La CCIG est donc sollicitée pour accompagner les entreprises exportatrices en délivrant des attestations qui garantissent la provenance des marchandises et leur conformité à l’export. Parmi ces attestations et certificats, on retrouve plusieurs typologies adaptées à diverses situations comme par exemple le carnet ATA pour une admission temporaire en franchise de douane, inventée par la CCIG ou encore le CITES, pour l’export de marchandises à base de produits animaux.

Peut-on parler exportation sans évoquer les résultats des votations de dimanche dernier dont plusieurs objets ont un impact direct sur cette dernière ? Si notre invité se réjouit du « non » largement majoritaire en ce qui concerne l’initiative de limitation, il émet des réserves quand à l’adoption de l’initiative « zéro perte » et celle du salaire minimum.

L’initiative populaire pour une immigration modérée proposée par l’UDC constituait en effet une menace pour l’exportation car elle mettait à mal les accords bilatéraux avec l’Union Européenne. Le « non » majoritaire face à cette initiative renforce donc l’importance du lien entre la Suisse et son partenaire européen nous confie Vincent Subilia.

En revanche, en ce qui concerne l’initiative « zéro perte », elle présente un risque selon notre invité car Genève est déjà un canton gourmand d’un point de vue fiscal et une augmentation des impôts est un mauvais signal pour les entrepreneurs du canton qui subissent déjà la crise de plein fouet. Il en est de même pour l’adoption d’un salaire minimum qui risque de mettre certaines entreprises de petite taille dans des situations délicates et de les obliger à réduire le temps de travail de leurs employés ou même de licencier.

3 minutes pour comprendre Comment s'organise les exportations suisses ?

 

Genève bouge pour la planète: La location de vêtement peut-elle endiguer la fast fashion ?

Parmi les industries dont la consommation et le bilan carbone sont les plus mauvais, on retrouve la mode et plus précisément la fast-fashion. Cependant, la mode éthique et durable est une tendance qui a le vent en poupe. De plus en plus de femmes mais aussi d’hommes cherchent à se tourner vers une mode plus éco-responsable. Ainsi, on voit en Suisse un fort attrait pour les produits de second-main, les vide-dressing se multiplient et de plus en plus de consommateurs disent préférer ce type d’achat à celui dans des enseignes de fast-fashion.

C’est aussi sur cette tendance que surfe notre invitée, Nadia Khattab, co-fondatrice de La Garde-Robe à Genève qui, quant à elle, propose un service de location de vêtements entre particuliers. Partie du constat qu’en Suisse, les femmes ne portaient en moyenne que 20% de leur dressing, Nadia Khattab a eu l’idée de permettre à chacune de pouvoir proposer à la location et/ou louer ses vêtements. Pour une grand occasion ou pour aller au bureau, pour une durée de quatre jours à deux semaines, la Garde-Robe propose des vêtements de créateurs pour pouvoir changer de style au gré de ses envies tout en gardant une démarche responsable et sans se ruiner !

Elle nous en parle dans Parlons Economie.

Genève bouge pour la planète La location de vêtements peut-elle endiguer la fast fashion ?

 

Le Focus: Quels rôles jouent les statistiques ?

Ces derniers mois, nous avons été inondés de chiffres, de statistiques, de prévisions. Qu’elles soient économiques ou sanitaires, les statistiques font partie de notre quotidien mais quel est leur rôle ? Que nous révèlent-elles ?

Nos invités, Hervé Montfort, directeur de l’OCSTAT et Olivier Rigot, associé gérant chez EMC gestion de fortune, nous en parlent plus en détails. Avec eux, nous évoquons notamment les statistiques qui concernent le PIB qui a connu une baisse drastique cette année, en particulier à Genève où il recule de 9%. Hervé Montfort nous explique que ce recul, plus important que dans le reste du pays, est dû au fait que les secteurs habituellement rentables pour le canton font partie des plus impactés par la crise. On parle ici du tourisme d’affaires dont la valeur ajoutée est en très net recul ainsi que de l’hôtellerie-restauration ou encore le secteur horloger.

Les chiffres nous montrent aussi que face à cette crise, nous avons tous été impacté de la même façon, partout dans le monde. Ils nous permettent aussi de constater des changements dans les habitudes de consommation, de travail… qui risquent d’avoir des conséquences à long terme sur l’organisation des villes par exemple ou les modes de consommation.

Le Focus Quels rôles jouent les statistiques ?

Continuer la lecture

Parlons économie

L’avenir des cafetiers-restaurateurs, le mariage de la tradition et du développement durable, un prix de l’économie à Genève et la responsabilité des entreprises face à la covid-19

Publié

le

Cette semaine dans Parlons Economie, votre rendez-vous en partenariat avec la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève, nous recevons le président de la société des cafetiers-restaurateurs, Laurent Terlinchamp, pour faire le point sur la situation de la profession et les perspectives actuelles. Nous abordons ensuite les engagements dans le développement durable d’un emblème du Swiss Made, Caran d’Ache, une entreprise qui depuis toujours a su allier tradition et développement durable. C’est son CEO, Jean-François de Saussure qui est notre invité pour en parler. Pour finir, notre focus s’arrêtera sur les lauréats du Grand Prix de l’Economie avec Alexandra Rys, directrice communication et événement de la CCIG puis nos trois invités débattrons de la responsabilité des entreprises face aux mesures anti-Covid.

3 minutes pour comprendre: Quel avenir pour les cafetiers-restaurateurs de Genève ?

Parmi les professions les plus touchées par la crise sanitaire, les cafetiers-restaurateurs et les commerçants en général ont subi une situation comme ils n’en avaient jamais connu auparavant. Notre invité, Laurent Terlinchamp, président de la société des cafetiers-restaurateurs nous explique que les fermetures pendant plusieurs semaines ont eu des conséquences catastrophiques pour les commerçants et que malheureusement, ce n’est pas terminé.

Malgré la reprise, les cafetiers-restaurateurs restent dans une situation préoccupante avec une impossibilité de se projeter, des mauvaises nouvelles qui arrivent chaque jour et donc un état de stress permanent. De plus, cette crise sans précédent est arrivée à un moment où le secteur était déjà dans un contexte difficile. A ce jour, de nombreux employés du secteur sont encore en RHT avec une perte de revenus quant aux chefs d’entreprise, la plupart n’ont plus de salaire depuis mars.

La situation a forcé les entreprises du secteur a se réinventer, s’adapter aux attentes du marché comme la livraison, la commande en ligne… L’adaptation a été accélérée par la crise.

3 minutes pour comprendre Quel avenir pour les cafetiers-restaurateurs ?

 

Genève bouge pour la planète: Peut-on allier tradition et durabilité ?

De tous les emblèmes de la Suisse et de Genève, il en est un qui, malgré plus de cent ans d’existence, continue d’être précurseur dans le domaine du développement durable. Il s’agit de Caran d’Ache. La marque, référence du Swiss Made, porte le développement durable dans ces valeurs depuis toujours.

Son CEO, Jean-François de Saussure, nous confie que dans les années 50 déjà, les propriétaires de l’entreprise avaient imaginé une machine permettant de récupérer la poussière de bois issue de la création des crayons et de la recycler en briquette pour chauffer la manufacture. Une technique encore utilisée aujourd’hui.

Une bonne façon d’illustrer les engagements concrets de l’entreprise au fil des années. Ses propriétaires d’hier et d’aujourd’hui ont toujours été sensibles et ont toujours eu à coeur de protéger l’environnement mais aussi l’humain. Des valeurs d’autant plus importantes dans les périodes que nous traversons.

Au-delà des engagements de la marque, Caran d’Ache est aussi le symbole de l’anti-obsolescence programmée de par ses produits, crayons de papier et stylo, intemporels et qui stimule la créativité des consommateurs. Une belle respiration dans notre monde d’écrans.

Le point sur cette entreprise d’exception et son engagement écologique avec Jean-François de Saussure.

Genève bouge pour la planète Peut-on allier tradition et développement durable ?

 

Le Focus:

Le Grand Prix de l’Economie.

Tous les événements de 2020 prennent une dimension exceptionnelle, chacun à sa manière. Le Grand Prix de l’Economie, organisé par la CCIG, n’échappe pas à la règle.

Comme chaque année, cet événement a été l’occasion de remettre deux prix importants: le prix de l’économie genevoise et celui de l’innovation. Ce sont les lauréats qui ont été particulier cette année.

Notre invité, Alexandra Rys, directrice communication et événement de la CCIG nous les a présenté. Pour le prix de l’économie genevoise 2020, la CCIG a choisi de récompenser l’ensemble des entreprises genevoises. Un geste fort et symbolique pour saluer le courage des toutes les structures qui ont affronté la crise, chacune à leur façon et chacune du mieux qu’elles le pouvaient.

Le second prix, celui de l’innovation revient conjointement aux HUG et à Genève Cliniques. En effet, les deux entreprises ont montré comment, lorsqu’il y a un besoin et une volonté, les secteurs publiques et privés peuvent s’allier et travailler ensemble. Un exemple unique et qui a fait ces preuves face à l’épidémie de Covid-19.

Le Focus Remise du Grand Prix de l'Economie de la CCIG

 

Face aux mesures anti-covid, quelles responsabilités doivent assumer les entreprises ?

En conclusion de l’émission de cette semaine, nous sommes revenus avec nos trois invités sur la responsabilité des entreprises face aux mesures anti-covid. Une question que chacun d’entre nous se posent actuellement.

Nos invités étaient alignés sur le fait que les entreprises ont une double responsabilité. D’abord, celle de protéger leurs collaborateurs et leurs clients, notamment en mettant à disposition le matériel nécessaire. Puis ensuite, par une action de sensibilisation des collaborateurs sur les mesures à prendre et les gestes à appliquer afin de se protéger et de protéger les autres.

Un débat à réécouter ici:

Le Focus Face aux mesures anti-Covid, quelles responsabilités doivent assumer les entreprises ?

Continuer la lecture

Parlons économie

Fiscalité des entreprises, place financière genevoise et génération EasyJet au menu de Parlons Economie.

Publié

le

Cette semaine dans Parlons Economie, votre rendez-vous en partenariat avec la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève, nous continuons à aborder les sujets des votations du 27 septembre prochain avec la question de l’imposition des entreprises et celle du minimum salariale. Ce sont respectivement Nathalie Hardyn, directrice du département politique de la CCIG et Stéphanie Ruegsegger, directrice politique générale de la FER Genève qui seront nos invitées pour en parler. Nous recevrons ensuite Edouard Cuendet, directeur de la Fondation Genève Place Financière pour parler de l’attractivité de Genève en tant que place financière et de sa place dans le contexte actuel sur le plan mondial. Nous finirons enfin par un focus sur EasyJet, la compagnie aérienne, fortement impactée par la crise du coronavirus et qui se relève en Suisse avec son directeur général pour la Suisse, Jean-Marc Thévenaz.

 

3 minutes pour comprendre.

La concurrence fiscale entre cantons doit-elle être régie par l’état?

A trois semaines des votations fédérales, la question de la concurrence fiscale entre les cantons est posée avec Nathalie Hardyn, directrice du département politique de la CCIG. Le 27 septembre, nous voterons sur l’augmentation des impôts à Genève, une initiative de la gauche dont le but est de rééquilibrer la concurrence fiscale entre les cantons.

Pour notre invitée, ce projet présente un risque car Genève possède déjà l’un des taux d’imposition pour les entreprises les plus élevés de Suisse et l’augmenter encore pousserait les contribuables les plus mobiles à partir. On peut donc craindre de voir des entreprises partir dans d’autres cantons et donc des emplois disparaître à Genève.

Nathalie Hardyn nous explique au micro de Benjamin Smadja.

3 minutes pour comprendre La concurrence fiscale entre cantons et le coût du travail

Quel est le coût du travail?

Seconde proposition qui sera soumise à votation le 27 septembre prochain, celle de l’instauration d’un salaire minimum de 23 francs dans tous les secteurs de l’économie. Séduisante sur le papier, cette mesure ne prend cependant pas en compte la réalité de certaines branches dans lesquelles les salaires sont plus faibles et qui disposent de peu de marge de manoeuvre pour une augmentation significative de ces derniers. C’est d’autant plus risqué que ces branches sont souvent  celles qui ont été le plus impactées par la crise du covid.

Notre invitée, Stéphanie Ruegsegger nous explique que pour les entreprises de ces domaines, des dispositions de salaire minimum existent déjà mais que celui-ci est fixé au sein de la branche et adapté à la réalité des entreprises. Un système qui, selon elle, est bien plus pertinent.

 

Genève innove: Genève est-elle toujours une ville de business?

Dans le contexte mondiale actuel, Genève est-elle toujours perçue comme une ville de business? Quelle est la crédibilité de sa place financière? L’étude « Clarity on Swiss Taxes, Securing Switzerland’s attractiveness as a business location » de KPMG nous fournit des indicateurs intéressants pour répondre à ces questions et comprendre les facteurs qui permettrait à Genève une sortie de crise moins douloureuse.

Nous décodons ces indicateurs avec notre invité du jour, Edouard Cuendet, directeur de la Fondation Genève Place Financière. Il nous explique que la fiscalité des entreprises est l’un des points les plus importants pour l’attractivité d’une ville aux yeux des entreprises. Sur ce point, Genève reste une place très attractive.

La place financière genevoise représente aujourd’hui plus de 35’000 emplois et 12% du PIB. On constate également que les clients ont une forte confiance y compris en cette période de crise sanitaire où ils ont continué à placer des liquidités à Genève.

La préoccupation actuelle n’est donc pas du côté de cette crise car la banque nationale Suisse est solide mais plus du côté de l’initiative de limitation de l’UDC, soumise au vote le 27 septembre prochain. En effet, la place financière de Genève échange beaucoup avec les autres places financières européennes et son lien avec l’Union Européenne est crucial pour son rayonnement international. L’adoption d’une telle initiative pourrait entacher cette relation avec l’UE et nuire à la place financière genevoise et à son accès au marché européen.

Genève innove Genève est-elle toujours une ville de business ?

 

Le Focus: Comment va la génération EasyJet ?

Figurant parmi les secteurs les plus touchés par la crise du coronavirus, le transport aérien se relève doucement mais surement. Nous évoquons le cas d’EasyJet, spécialiste des vols low-costs en Europe avec son directeur général pour la Suisse, Jean-Marc Thévenaz.

Présente en Suisse depuis 20 ans avec 1’000 employés, la marque orange a connu une crise dont l’arrivée a été rapide et sévère. Du jour au lendemain, sa flotte entière a été clouée au sol. Il a fallu réagir et pallier d’urgence à une perte trop importante de liquidités mais aussi gérer la maintenance des avions immobilisés, les mesures de RHT pour les employés, le service client… Pour la compagnie, il y avait plus de travail que jamais alors qu’aucun avion ne volait. Une situation inédite pour Jean-Marc Thévenaz.

Le Focus Comment va la génération EasyJet ?

Par la suite, il fallait regarder vers l’avenir et préparer la sortie autant d’un point de vue stratégique et tactique. La relation avec les clients est aussi un enjeu clé de la période et il y a la nécessité d’une prise de conscience du personnel et de la clientèle que la période est compliquée et que cela demande de se responsabiliser. L’harmonisation des mesures et des conditions d’entrée et de sortie pour les différents pays et la digitalisation du suivi des passagers sont pour Jean-Marc Thévenaz des pistes à explorer pour faciliter la reprise.

Malgré tout, la Suisse reste l’un des pays dans lequel la reprise a été la plus rapide, les passagers étaient en effet au rendez-vous cet été.

Continuer la lecture

Parlons économie

Equilibre vie pro et vie perso, les startups face à la crise et le besoin d’adaptation des entreprises dans Parlons économie.

Publié

le

A un mois des votations du 27 septembre prochain, nous abordons les dispositions fédérales misent en oeuvre afin de concilier vie privée et vie professionnelle avec Maître Jean-Frédéric Maraia, avocat chez Scellenberg Wittmer et Christophe Barman, fondateur de Loyco. Nous recevons ensuite Evelyne Schmitt, responsable opération et communication de la Fongit avec qui nous évoquerons les défis des start-up après la crise de la Covid-19. Pour finir, c’est Jean-Claude Fert, directeur de la Maison Fert qui est l’invité de notre Focus pour nous expliquer les enjeux pour les domaines du voyages et du transport international dans cette crise.

 

3 minutes pour comprendre: Mieux concilier sa vie professionnelle et sa vie personnelle.

Parmi les sujets des votations du 27 septembre prochain, deux dispositions fédérales concernent la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle.

A commencer par l’augmentation de la déduction fiscale des frais de garde lorsque les deux parents travaillent. Cette mesure, déjà existante, permet aux parents de bénéficier d’une déduction fiscale jusqu’à CHF 10’100.- sur les frais de garde de leurs enfants. La proposition soumise à votation le mois prochain prévoit d’augmenter ce plafond à CHF 25’000.-.

Maître Jean-Frédéric Maraia nous détaille cette disposition et nous explique que son but est d’encourager les deux parents au sein du couple à travailler et donc lutter contre le manque de ressources mais aussi d’aider les familles à mieux concilier leurs carrières professionnelles et leurs vies personnelles.

Second texte important de cette votation, la mise en place d’un congé paternité. Pour Christophe Barman, fondateur de Loyco, il est temps que cette mesure soit votée en Suisse. Il nous rappelle que nous sommes le dernier pays en Europe à ne pas avoir de congé paternité à proprement parler puisqu’aujourd’hui, un jeune père n’a droit qu’à deux jours à la naissance de son enfant.

La  mesure soumise au vote le 27 septembre prévoit d’instaurer un congé paternité de deux semaines. Un bon début pour Christophe Barman qui quand lui offrira deux semaines supplémentaires à ses salariés portant leur congé paternité à quatre semaines. L’instauration d’un congé paternité permet à la Confédération de faire un pas supplémentaire vers l’égalité homme-femme et de sortir du schéma dépassé de « maman reste à la maison et papa travaille ».

3 minutes pour comprendre Concilier vie professionnelle et vie personnelle.

 

Genève innove: Les startup sont-elles une solution face à la crise?

Depuis le début de la crise sanitaire, nous avons beaucoup évoqué dans Parlons économie les conséquences pour les entreprises et l’économie. On voit bien que la crise sanitaire a révélé des faiblesses dans nos systèmes et a mis à mal beaucoup d’entreprises quelle que soit leur taille. Aujourd’hui, avec Evelyne Schmitt, responsable opération et communication de la Fongit, nous parlons du cas des startups.

En effet, ces jeunes pousses portées sur l’innovation ont globalement réussi à tirer leur épingle du jeu et ce pour une raison simple, elles vivent toujours sur l’investissement et non sur leur revenu. La pandémie a donc eu un impact plus modéré sur ces petites structures. En revanche, elles sont quand même menacées notamment pour celles qui étaient en plein recherche de fonds car les investisseurs sont plus frileux. Il est donc important d’aider ces entreprises innovantes à faire face car ce sont elles qui créent de la valeur économique et sociale dans le contexte actuel et pour le futur.

Comme nous le dit Evelyne Schmitt, cette crise n’est pas la première et nous avons donc le recul nécessaire pour analyser la situation et mettre en place les bonnes mesures. Face aux crises économiques précédentes, le constat a été que les entreprises qui continuent à investir dans l’innovation sont celles qui s’en sortent le mieux. Et bien souvent, il s’agit de startups.

On a pu voir ainsi émerger de la crise de 2008 l’économie collaborative et ses pure-players comme Uber ou Airbnb. Et la précédente crise sanitaire liée à un Coronavirus, l’épidémie de SRAS en Asie en 2003 a permis la généralisation de l’achat en ligne sur le continent avec le précurseur Alibaba.

Il faut donc se concentrer sur ces entreprises innovantes qui remettent en question leur business model face à la crise et risquent d’apporter les tendances des prochaines années.

Genève innove Les startup sont-elles une solution face à la crise?

 

Le Focus: Comment s’adapter face à la crise?

Face aux startups et à leurs enjeux, les entreprises plus conséquentes et plus établies rencontrent elles aussi des problématiques qui leur sont propres. C’est le cas de la Maison Fert dont les activités (transport de vin à l’international et voyages d’affaires) sont très fortement impactées.

Pour Jean-Claude Fert, son directeur, la Maison doit s’adapter et le secteur a pour défi majeur de pouvoir conserver le plein emploi. Ainsi, ce sont les aides fédérales qui sont importantes pour les entreprises du secteur. Les mesures de RHT (possible jusqu’à fin novembre pour le moment) et les aides perçues jusqu’à fin mai ont aidé ces entreprises à garder leur personnel. Le problème aujourd’hui se trouve du côté des patrons qui depuis juin n’ont plus droit à rien et dont la situation se détériore.

Jean-Claude Fert attire l’attention sur ce point: les patrons sont fortement impactés eux-aussi et des aides seraient les bienvenues.

Le Focus Comment s'adapter face à la crise?

 

Retrouvez Parlons économie sur Radio Lac tous les jeudis à 14h00, en partenariat avec la Chambre de Commerce, de Services et d’Industrie de Genève (CCIG).

Continuer la lecture

Parlons économie

Comment s’annonce la rentrée économique et politique à Genève?

Publié

le

La rentrée se prépare à Genève et dans toute la Suisse. Après six mois de crise et d’une économie quasiment à l’arrêt, il est temps de relancer la machine malgré un contexte difficile et des défis majeurs à relever. Nous évoquons cette rentrée sur le plan politique et économique avec nos invités. A commencer par Vincent Subilia, directeur général de la CCIG avec qui l’on prend le pouls de l’économie genevoise à la veille de la rentrée.

Qui dit rentrée, dit également rentrée politique et celle-ci s’annonce explosive. Le 27 septembre 2020, les citoyens seront appelés à se prononcer sur l’achat de nouveaux avions de combats pour l’armée suisse. Nous débattons de l’importance de cette question avec Jacqueline de Quattro, conseillère nationale vaudoise et Philippe Cordonnier, responsable romand de l’association Swissmem. Nous poursuivrons avec François Sibille, professeur à la Haute Ecole de Gestion de Genève Responsabilité Sociétale des Entreprises en nous posant la question de l’humanisme en entreprise.

Parlons Economie Comment s'annonce la rentrée économique et politique à Genève?

 

3 minutes pour comprendre la votation du 27 septembre sur l’acquisition de nouveaux avions de combat

La Suisse a t’elle besoin de nouveaux avions de combat? Nous voterons toutes et tous sur cette question le 27 septembre. Notre invitée, Jacqueline de Quattro évoque une nécessité pour protéger notre pays dans un contexte mondial tendu mais aussi pour assurer l’indépendance de l’armée suisse en cas de conflit.

Un point de vue que partage Philippe Cordonnier, responsable romand de l’association Swissmem qui ajoute à l’intérêt militaire de cet investissement, les arguments économiques intéressants que l’acquisition de ces avions apporte à l’industrie suisse.

Cette mesure, soumise à votation, prévoit d’engendrer un coût d’environ 6 milliards de francs. Un investissement certes conséquent mais justifié pour Jacqueline de Quattro qui insiste sur l’importance de faire passer la sécurité du pays au premier plan.

3 minutes pour comprendre La Suisse a-t-elle besoin de nouveaux avions de combat?

 

Genève bouge pour la planète: Le mot entreprise peut-il rimer avec humanisme?

La notion de développement durable appliquée à l’entreprise ne s’arrête pas uniquement à la dimension écologique mais prend également en compte l’aspect humain des entreprises. C’est sur ce dernier que nous nous arrêtons aujourd’hui avec François Sibille, professeur à la HEG-Ge et nous nous posons la question: entreprise et humanisme peuvent-ils cohabiter?

L’enjeu humain doit désormais être au coeur des stratégies d’entreprises et cela implique de nombreux aspects comme les conditions de travail, le respect des droits de l’homme, la prévention de la corruption, la concurrence équitable, les intérêts de consommateurs, la fiscalité et la transparence. Au delà d’être des simples arguments marketing, ces valeurs doivent se retrouver dans les stratégies des entreprises et s’y installer de façon pérenne.

Le consommateur a également un rôle à jouer dans cette transformation sociétale en challengeant les marques et en demandant des informations claires.

Genève bouge pour la planète Le mot entreprise peut-il rimer avec humanisme?

 

Le Focus: Comment connaître un nouveau marché afin de mieux le conquérir?

Les économies des pays émergents représentent plus de 65% de la richesse mondiale. Ce sont aussi les premiers partenaires commerciaux de la Suisse après l’Union Européenne. Avec ce nouvel enjeu économique majeur, l’importance de comprendre ces nouveaux marchés pour mieux les appréhender et les conquérir est accrue.

Pour cette raison, la CCIG active dès septembre une collaboration avec la Haute école de gestion de Genève afin d’accompagner à l’export les PME souhaitant rebondir et/ou diversifier leurs ventes en direction des marchés émergents. Ce programme en international business management offrira en 2020-21 dès le 18 septembre deux nouvelles prestations (avec soutien du Centre de Compétences Numériques de la HES-SO).

Vincent Subilia, directeur général de la CCIG et Philippe Régnier, expert senior à la HEG-Ge nous détaillent ce nouveaux programmes et ces enjeux.

Le Focus Comment connaître un nouveau marché afin de mieux le conquérir?

Continuer la lecture