Rejoignez-nous

Parlons économie

Arbitrage, digitalisation du secteur de la santé et intégration professionnelle des migrants.

Publié

,

le

Cette semaine dans Parlons Economie, votre rendez-vous en partenariat avec la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève, nous parlons arbitrage avec Caroline Ming, directrice exécutive de la Swiss Chambers’ Arbitration Institution. La digitalisation du secteur de la santé est également au coeur de la discussion avec notre invité Arthur Germain, co-fondateur et CEO de OneDoc. Enfin, nous nous intéressons à l’intégration et au placement professionnel des migrants avec Christina Moly, chargée de partenariat de l’association Thrive.

 

3 minutes pour comprendre: L’arbitrage fait peau neuve

L’Association Suisse d’Arbitrage (ASA) et le Swiss Arbitration Centre, issu de la Swiss Chambers’ Arbitration Institution (SCAI), développent la plateforme Swiss Arbitration. L’arbitrage vise à régler les litiges entre sociétés. Quand une conciliation à l’amiable est impossible, il faut faire trancher la question par un tiers. Et plutôt que d’encombrer les tribunaux, l’arbitrage est une alternative efficace, rapide et moins chère qu’une procédure devant un tribunal national ordinaire.

« Quand les juges ont des fonctions parfois larges, nos arbitres sont spécialisés dans les domaines des litiges à traiter pour gagner en qualité dans la sentence rendue. » explique Caroline Ming, directrice exécutive de la Swiss Chambers’ Arbitration Institution. 

Rappelons que Genève est le berceau de l’arbitrage moderne, on se souvient de l’arbitrage de l’Alabama en 1872, qui avait constitué le premier exemple de recours à une juridiction supra-nationale pour le règlement d’un différend entre deux nations.

 

Parlons Economie
3 minutes pour comprendre
Parlons Economie3 minutes pour comprendre

 

Genève innove: OneDoc, la start-up genevoise liant digital et médical

Une start-up genevoise a développé OneDoc, une plateforme digitale de prise de rendez-vous médicaux en ligne. Tous deux diplômés de l’EPF, les fondateurs ont accéléré le développement d’un module de consultation vidéo en réponse à la situation causée par la pandémie. Arthur Germain, co-fondateur et CEO de OneDoc déclare: « Il est vrai que 2020 a été un gros coup d’accélérateur pour nous, nous sommes maintenant 25 avec des bureaux à Genève, Zurich et Bâle. »

Mise gratuitement à disposition des professionnels de la santé jusqu’à la fin de la pandémie, la solution développée exclusivement en Suisse, garantit la sécurité des informations puisque le flux vidéo ne transite pas par les serveurs de OneDoc.

 

Parlons Economie
Genève innove
Parlons EconomieGenève innove

 

Le Focus: Comment intégrer les migrants au monde du travail?

Composée d’experts en ressources humaines, l’association Thrive est spécialisée dans le placement professionnel des migrants, réfugiés et demandeurs d’asile jusqu’à l’indépendance financière. Candidats et employeurs peuvent profiter de cette plateforme pour d’un coté, obtenir la possibilité d’exercer à nouveau leurs talents de manière productive, et de l’autre, pour recruter un nouvel employé qualifié possédant des connaissances avancées d’une autre culture.

Faciliter l’intégration et le bien-être des populations défavorisées par un accès durable au marché du travail, voilà l’objectif et il porte plutôt bien ses fruits. Christina Moly, chargée de partenariats de l’association explique: « Nous démarchons les entreprises et nous ne rencontrons que très peu de résistance. Il peut y avoir des interrogations, des appréhensions et c’est ici que nous intervenons: pour rassurer, informer et accompagner, mais dans l’ensemble, les employeurs ne sont pas réticents. »

 

Parlons Economie
Le Focus
Parlons EconomieLe Focus

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parlons économie

Economie genevoise, marché locatif intelligent et 20 ans d’unireso

Publié

le

Cette semaine dans Parlons Economie, votre rendez-vous en partenariat avec la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève, nous nous intéressons à la santé de l'économie Genevoise avec Marie Barbey-Chappuis, conseillère administrative en Ville de Genève à la sécurité et aux sports et Vincent Subilia, directeur général de la CCIG. Le marché locatif est également au coeur de la discussion avec nos invitées Mélanie Fontanet et Ksenia Chevallaz, co-fondatrices de Tesbaux. Enfin, nous nous intéressons aux 20 ans d'Unireso, avec Rémy Burri, son responsable opérationnel et Sylvie Léger, sa responsable communication.

3 minutes pour comprendre: Comment se porte l’Economie à Genève?

Conseillère municipale de la Ville de Genève de 2007 à 2020 et désormais active au Conseil administratif depuis le 1er juin 2020, Marie Barbey-Chappuis milite au Parti démocrate-chrétien depuis toujours et est l’une des membres fondatrices d’AGIR (Action pour la Genève internationale et son rayonnement), aux côtés de Vincent Subilia.

Né à l’initiative d’un groupe de citoyens Genevois, le mouvement oeuvre depuis douze ans à la promotion et à la défense de la « Genève internationale » par le biais d'actions de sensibilisation.

Et s'il est encore un peu tôt pour savoir à quel point la relance économique du pays sera rapide après la crise sanitaire, la rencontre entre Biden et Poutine organisée le 16 juin donnera d'ores et déjà un coup de pouce à Genève. "C'est une façon de donner un nouvel élan à la Genève internationale, qui a un poids important pour Genève. C'est un désagrément pour la population mais en terme de retombées touristiques, économiques et hôtelières, c'est extrêmement important et c'est une grande chance" explique Marie Barbey-Chappuis.

Vincent Subilia, directeur général de la CCIG et fondateur d'AGIR ajoute qu'"au-delà de mettre Genève au centre du Monde, un événement comme celui qui se déploie sur notre sol est un relais de création de croissance très important. Les hôtels, qui étaient désertés, se trouvent pris d'assaut et il en sera de même des terrasses."

 

Parlons Economie
3 minutes pour comprendre
Parlons Economie3 minutes pour comprendre

 

Genève innove: Comment repenser le marché locatif?

L’entreprise Tesbaux est une nouvelle plateforme en ligne qui permet, grâce à un système de matching intelligent, de trouver ou remettre plus facilement son bien. Elle est dédiée aux locataires et son but est l’accompagnement de ces derniers.

Sur la plateforme, les locataires peuvent créer des annonces pour remettre leur appartement ou bien créer leur compte pour en chercher un. Dans le deuxième cas, il s'agira de constituer un dossier complet, qui passera par la validation des équipes de Tesbaux, et qui donnera ensuite accès aux annonces qui correspondent à son profil et à ses souhaits.

Pour ce service, plusieurs offres existent: il vous en coûtera la somme de CHF 69.- + 30 ou 50% du premier loyer, si le marché est conclu.

 

Parlons Economie
Genève innove
Parlons EconomieGenève innove

 

Le Focus: Unireso a 20 ans, l'âge de raison?

unireso est le nom donné à la communauté tarifaire genevoise entrée en vigueur en 2001 et qui fut transfrontalière de 2004 à 2019. Elle propose un titre de transport donnant unique accès à tous les transports publics d'un périmètre déterminé, soit l'intégralité du canton de Genève, et regroupe donc les Transports publics genevois (tpg), les Chemins de Fer Fédéraux (CFF) et la Société des Mouettes Genevoises Navigation (SMGN).

Que ce soit pour des raisons pratiques, environnementales ou économiques, puisque traverser le canton revient aujourd'hui à CHF 3.- (contre 15 à l'époque), les transports en commun motivent de plus en plus la population.

Il faut dire qu'ils ont beaucoup évolué et selon Rémy Burri "Unireso a largement contribué au développement de la mobilité. L'offre aujourd'hui est exceptionnelle et elle s'est encore enrichie avec l'arrivée du Léman Express. Elle est variée, riche et avec des fréquences impressionnantes."

3,5 milliards de voyageurs en 20 ans, ça se fête! Pour cela, unireso organise un rallye à travers Genève le dimanche 5 septembre. Un parcours en transports publics, jalonné de questions et d’énigmes et de lots à gagner. Inscrivez-vous sur leur site pour participer.

 

Parlons Economie
Le Focus
Parlons EconomieLe Focus

 

 

Continuer la lecture

Parlons économie

Cité de la musique, décarbonisation et bracelets hydroalcooliques

Publié

le

Cette semaine dans Parlons Economie, votre rendez-vous en partenariat avec la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève, nous parlons de la Cité de la musique avec Laurence Brenner, secrétaire générale de la Fondation pour la cité de la musique et Vincent Subilia, directeur général de la CCIG. La décarbonation est également au coeur de la discussion avec notre invité Olivier Brüggimann, fondateur et directeur d’ecoLive. Enfin, nous nous intéressons aux bracelets désinfectants Band’Hy, avec Robin Chambet, fondateur d'AS 2 Com.

Le Focus: Faut-il une cité de la musique à Genève?

La réponse est oui pour notre invitée, Laurence Brenner, secrétaire générale de la Fondation pour la cité de la musique. La votation du 13 juin portera dans les grandes lignes sur un Plan localisé de quartier, autorisant la construction d'un bâtiment visant à accueillir une salle de concert pour l’Orchestre de la Suisse romande et des locaux pour la Haute école de musique, à proximité de la place des Nations.

Un projet loin de convaincre les défenseurs de l'environnement auxquels la secrétaire générale de la Fondation pour la cité de la musique rétorque : "La Haute école de musique cherche un lieu depuis plus de 10 ans. Nous avons étudié 30 sites dont 18 en profondeur. Seule la parcelle des Feuillantines peut accueillir ce projet aujourd'hui et c'est finalement une opportunité, parce que cette parcelle est très bien localisée. Que ce soit en terme de mobilité douce, d'accessibilité ou de parking. Et le projet inclut un parc, c'est un argument important!".

De son coté, Vincent Subilia, directeur général de la CCIG ne mâche pas ses mots : "Je pense que les Genevois sont des enfants gâtés. On leur offre une infrastructure inouïe, que tout le monde nous envie, financée par des mécènes privés dans le parfait respect de l'environnement, et qui offre des réponses à des enjeux d'éducation. Les arguments des opposants n'ont que peu de poids à mes yeux." Un projet porteur selon lui, qui va contribuer à donner de la visibilité à tout un quartier et qui confortera Genève comme pôle culturel.

 

Parlons Economie
Le Focus
Parlons EconomieLe Focus

 

Genève bouge pour la planète: Réduire les émissions de gaz à effet de serre, mission impossible?

Parvenir à une société qui fonctionne avec des énergies essentiellement renouvelables, c'est le défi. Depuis 15 ans, ecoLive accompagne les entreprises et les instituions publiques dans ce sens: pour limiter les émissions de carbone à l'origine du réchauffement climatique et préserver les réserves qui s'amenuisent. Le plan climat cantonal annoncé vise à atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050, en passant par une étape intermédiaire de réduction de 60 % de nos émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030.

"Il va falloir un sérieux serrage de vis pour atteindre les objectifs annoncés. Un certain nombre de mesures vont nous toucher directement, de manière professionnelle et privée, et la complémentarité de ces mesures fera que l'on arrivera à avancer" explique Olivier Brüggimann, fondateur et directeur d’ecoLive. Les achats responsables, la réduction de consommation de mazout et de gaz naturel utilisés pour le chauffage de l’eau ou encore les bilans de gaz à effet de serre, intègrent les impacts environnementaux et concernent tous les acteurs.

 

Genève bouge pour la planète
La décarbonation
Genève bouge pour la planèteLa décarbonation

 

Genève innove: Comment avoir son gel hydroalcoolique avec soi?

Ils ressemblent à des bracelets connectés mais leur utilité est tout autre. Destinés à un large public, les bracelets Band’Hy pourraient bien devenir le nouvel accessoire indispensable en temps de pandémie, puisqu'ils distribuent du gel hydroalcoolique. Chaque remplissage du bracelet permet 10 à 15 utilisations quotidiennes et ils sont personnalisables tant au niveau de la couleur, du design, de la taille que du packaging.

Le produit existait, il a été amélioré et est évolutif. "On en a fait un accessoire de mode. C'est le bracelet qui séduit aujourd'hui, plus que le distributeur. Et on a aussi imaginé d'autres utilisations pour ce bracelet", explique Robin Chambet, le fondateur d'AS 2 Com. Patience pour commander votre Band’Hy, la boutique est ligne ouvre bientôt!

 

Genève innove
Band’Hy
Genève innoveBand’Hy

 

Continuer la lecture

Emissions

100 ans et + des commerces Genevois, durabilité des entreprises et votations du 13 juin

Publié

le

Cette semaine dans Parlons Economie, votre rendez-vous en partenariat avec la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève, nous parlons du centenaire et + des commerces phares de Genève avec Chantal Loubet, directrice de La Bonbonnière et Serge Belime, directeur de la boucherie du Molard. La durabilité des entreprises est également au coeur de la discussion avec notre invitée Laura Burger, Sustainability consultant de Sofies. Enfin, nous nous intéressons aux votations du 13 juin avec Jacques Blondin, député PDC et ancien maraîcher et Nathalie Hardyn, directrice politique de la CCIG.

 

Le Focus : 100 ans, l’âge de faire la fête?

Cette année, la chocolaterie La Bonbonnière et la Grande Boucherie du Molard fêtent leur centenaire d'existence. Et plus on est de fous, plus on rit. C'est pourquoi, douze autres commerces iconiques parmi lesquels Caran d'Ache, le Café du Centre, Fleuriot Fleurs ou encore la librairie Payot, se joignent à la fête pour créer un événement d’exception.

Du 25 au 29 mai prochain, ces 14 commerces dynamiseront donc le centre de Genève avec l’opération « 100 ans et + des commerces genevois », en partageant leur histoire et leur savoir-faire à travers des animations artistiques, des ateliers, des dégustations et des spectacles.

"Après l'année que nous venons de passer, l'idée c'est d'être festif, de remercier notre clientèle mais aussi de faire parler de ces commerces et de relancer l'économie", explique Chantal Loubet, directrice de La Bonbonnière.Et d'ajouter: "Dans le contexte actuel, nous ne pouvons pas nous reposer sur nos acquis, il faut montrer à nos clients que nous sommes présents pour eux".

Serge Belime, directeur de la boucherie du Molard, confirme: "La force qu'il faut avoir pour perdurer, c'est de savoir évoluer dans l'environnement. De notre coté par exemple, nous avons ajouté un assortiment végétarien à notre offre, nous avons repensé nos moyens de livraison et nos emballages. Il faut vivre avec son temps".

Parlons Economie
Le Focus
Parlons EconomieLe Focus

 

Genève innove: La durabilité, nouveau pilier essentiel aux entreprises?

D'un point de vue écologique, la durabilité consiste à consommer uniquement les ressources naturelles que la planète peut offrir pour ne pas compromettre les capacités des générations futures à répondre à leurs besoins. Le 11 mai dernier marquait d'ailleurs le «Jour du dépassement» suisse, c'est à dire la date à laquelle le pays a commencé à consommer davantage de ressources naturelles qu’il n’en dispose.

Dans une démarche de prospérité économique et durable, la CCIG s’associe au groupe SOFIES et à B Lab Suisse pour proposer un nouveau service à ses membres. Il s'adresse surtout aux PME et a pour objectif de proposer un accompagnement sur la voie du développement durable par l'intermédiaire de formations mais aussi d’actions concrètes. Des webinaires sont proposés ici.

Parlons Economie
Genève innove
Parlons EconomieGenève innove

 

3 minutes pour comprendre: Votations du 13 juin, pour une Suisse libre de pesticides de synthèse

Le 13 juin prochain, les suisses vont s'exprimer sur cinq objets, dont les initiative populaires « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse » et « Pour une eau potable propre et une alimentation saine ».

L'initiative qui vise à interdire toute utilisation de pesticides de synthèse en Suisse est bien trop radicale selon Jacques Blondin, député PDC. "On veut tout arrêter au lieu de s'adapter, et elle représenterait une baisse de productivité d'environ 30% de l'agriculture suisse, ce qui obligerait à importer. Ecologiquement et économiquement, c'est un non sens et quand on va se rendre compte que c'était une erreur, il sera trop tard." explique-t-il.

La CCIG rejoint l'ancien maraîcher: "Ces initiatives pourraient avoir des conséquences graves pour l'économie. On attend aussi du consommateur qu'il ait un peu plus d'ouverture d'esprit lorsqu'il fait ses courses. Les consommateurs demandent à acheter des fruits qui n'ont pas de tâches et des pommes de terre qui ne germent pas. Les produits phytosanitaires sont aussi utilisés dans ce sens, pour améliorer la qualité et l'apparence."

Parlons Economie
3 minutes pour comprendre
Parlons Economie3 minutes pour comprendre

Continuer la lecture

Parlons économie

Déconfinement: Comment allier au mieux les impératifs sanitaires, économiques et psychologiques?

Publié

le

Cette semaine dans Parlons Economie, votre rendez-vous en partenariat avec la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève, c'est une émission spéciale autour du déconfinement avec Mauro Poggia, conseiller d’Etat genevois en charge de la sécurité, de l'emploi et de la santé, Vincent Subilia, directeur général de la CCIG, Fernando Martins, patron du restaurant Le Portugais, Helena Rigotti, vice-présidente du Groupement Professionel des Restaurateurs et Hôteliers et directrice du Vino Olio Caffe et Claude Proz, directeur du Théâtre du Léman.

Le Focus : Que dire sur l’ouverture des terrasses de restaurants et des lieux culturels à Genève?

Une bonne nouvelle pour la population mais aussi pour les restaurateurs. A l'aube d'une passation de pouvoir avec Fabienne Fischer, la nouvelle conseillère d’État nommée à la tête du DEE, qui sera en charge de l'Economie et de l'Emploi, Mauro Poggia confirme cependant que d'ici juillet, les événements resteront soumis à une restriction de 100 personnes autorisées, avec un plan de protection.

Ce sera notamment le cas du plus grand tournoi de tennis organisé en Suisse romande, le Gonet Geneva Open, qui se disputera du 15 au 22 mai 2021, et qui espérait pouvoir accueillir du public pour la venue de Roger Federer. Bien que le tournoi se déroule en plein air et que beaucoup aimeraient voir le curseur à la hausse tant pour des raisons de viabilité que psychologiques, cette limite ne bougera pas: "C'est une problématique mais nous allons devoir recommencer gentiment. Il y a aujourd'hui une stabilité mais il ne faut pas baisser la garde, la réalité épidémiologique est là", explique Mauro Poggia, conseiller d’Etat en charge de la santé.

Dans l'incompréhension, Claude Proz, directeur du Théâtre du Léman, se dit "très heureux que les petits théâtres puissent rouvrir leur portes" mais s'estime lésé par les restrictions limitant à 50 personnes les événements en intérieur, et de manière générale totalement perdu à l'écoute des chiffres annoncés concernant les manifestations pilotes proposées par le Conseil fédéral cet été.

 

Parlons Economie
Parlons Economie

 

Dans une situation délicate depuis des mois Fernando Martins, patron du restaurant Le Portugais se dit également perdu, il confie: "Nous n'avons de terrasses donc pas la possibilité d'ouvrir notre établissement mais je n'ai pas d'animosité envers nos Conseillers d'Etat. Je suis pour la bienveillance des uns envers les autres, par contre, c'est vrai qu'il y a quelque chose de trouble dans les annonces. J'ai peur que mes collègues ayant investi toutes leurs économies puis fermé définitivement leurs établissements ne perçoivent pas d'aides. Je me pose aussi beaucoup de questions pour les cas particuliers qui ne vont pas bénéficier de l'aide destinée aux cas de rigueur. Je n'en veux pas à nos Conseillers d'Etat mais j'en veux beaucoup à notre Conseil fédéral."

 

Parlons Economie
Parlons Economie

 

3 minutes pour comprendre: Un programme santé auprès des entreprises?

Bilan Santé PME est un programme proposant un check-up rapide, global et pragmatique, pour permettre aux PME d’évaluer leur capacité à faire face aux imprévus et à atteindre leurs objectifs.

Destiné aux dirigeant·e·s de PME de moins de 50 collaborateurs, en lien avec la Chambre de commerce, d'industrie et des services de Genève, ce diagnostic est possible dans divers secteurs d’intervention tels que le commerce de détail, l'industrie, l'artisanat, la restauration, la santé, l'agriculture...

Caroline Boutillon-Duflot, fondatrice de Bilan Santé PME, explique qu'"il n'y a pas une solution pour une entreprise. Comment se réinventer, comment rester en lien avec ses clients, comment adapter son offre, il y a plusieurs questions mais pas une seule réponse et elle dépend surtout de l'énergie du dirigeant."

Parlons Economie
3 minutes pour comprendre
Parlons Economie3 minutes pour comprendre

Continuer la lecture

Parlons économie

Crowdlending, Etablissements Publics pour l’Intégration et Climate Neutral Commodity

Publié

le

Cette semaine dans Parlons Economie, votre rendez-vous en partenariat avec la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève, nous nous intéressons au crowdlending avec Dan Amar, CEO de Foxstone et David Duc, Directeur développement de Capvest Advisors. Nous recevons Rolf Gobet, Directeur des Services socioprofessionnels aux Etablissements Pour L'Intégration (EPI). Et pour finir, nous parlons du Climate Neutral Commodity, qui aide les organisations à réduire leur impact sur le climat, avec Christophe Riedi, Managing Partner et Paul Sébastien, co-fondateur de CNC

3 minutes pour comprendre: Le vert est-elle la nouvelle couleur de l’investissement?

Foxstone est une compagnie de crowdfunding immobilier suisse qui réunit des investisseurs pour leur permettre d'acquérir ensemble des immeubles. Ce nouveau modèle d'affaires participatif offre à chacun la possibilité de déployer des capitaux dans des projets de construction, et notamment de logements. Devenir propriétaire d'une partie d'un immeuble et en recevoir une part des loyers ou prêter de manière participative et recevoir des taux intérêts, devient alors à la portée de tous. De son coté, prestataire immobilier suisse basé à Genève, Capvest Advisors, offre une large gamme de services dans l'immobilier privé et public.

Mais pourquoi un partenariat entre un spécialiste du crowdfunding et un investisseur? Pour donner accès à ce type de prêts aux particuliers, en le divisant en petites parts, puisqu'un montant de seulement 10.000 CHF permet d'y entrer. Pour le particulier qui souhaite intégrer le projet, le risque est très faible selon les deux partenaires. Comment ça fonctionne concrètement?

 

3 minutes pour comprendre
Le vert est-elle la nouvelle couleur de l’investissement?
3 minutes pour comprendreLe vert est-elle la nouvelle couleur de l’investissement?

 

Genève bouge pour la planète: L’intégration professionnelle fait-elle oublier le handicap?

Les Etablissements Publics pour l’Intégration (EPI) de Genève contribuent à l'intégration des personnes en situation de handicap ou en difficulté d'insertion professionnelle et existent sous cette forme depuis le 1er janvier 2018. Issus au départ de la fusion de différentes institutions, les Etablissements publics socio-éducatifs pour personnes handicapées mentales, le Centre d’intégration professionnelle et de l'Atelier des Cordiers des Hôpitaux universitaires de Genève, cette fusion répondait d'une volonté des institutions politiques de réunir les forces pour contribuer efficacement à  l'intégration socio-économique des personnes en situation de handicap ou en difficulté d'insertion socio-professionnelle.

"Nous représentons environ un tiers des places dédiées dans le canton et des liens avec le tissu économique, qui se concrétisent essentiellement de deux manières : par la vente des produits issus de nos ateliers pour les entreprises mais aussi par la partie réinsertion pour aider les personnes à intégrer ou réintegrer le marché du travail." explique Rolf Gobet, Directeur des Services socioprofessionnels aux Etablissements Pour L'Intégration.

Comment fonctionne un tel modèle économique? Est-ce une économie rentable?

 

Genève bouge pour la planète
L’intégration professionnelle fait-elle oublier le handicap?
Genève bouge pour la planèteL’intégration professionnelle fait-elle oublier le handicap?

 

Genève innove: La fin des émissions de CO2?

Christophe Riedi et Paul Sébastien, les co-fondateurs de Climate Neutral Commodity, ont pour ambition d'accompagner l'industrie vers ses objectifs de neutralité carbone d'ici à 2050 en offrant une solution pour calculer et compenser l’empreinte d’une transaction de matières premières. Transparence et vérification de mesure de l'emprunte carbone via l'obtention de certificats de compensation, c'est tout l'objectif de cette initiative suisse.

Le détail du label avec nos invités.

 

Continuer la lecture