Rejoignez-nous

Emissions

"Les toilettes unisexes, c’est comme à la maison"

Publié

,

le

Il est beaucoup question d’égalité entre hommes et femmes cette semaine à Berne -  d’égalité salariale plus particulièrement.
Il y a une autre égalité entre hommes et femmes dont on ne parle pas assez: c’est l’égalité sanitaire.
Je veux parler des toilettes unisexes - soit des toilettes destinées autant aux femmes qu’aux hommes, sans distinction de sexe.
Les toilettes unisexes se répandent comme des petits pains dans les bureaux, dans les cafés et restaurants, dans les lieux culturels. Que ce soit par manque de place, par pragmatisme ou par idéologie, on ne sépare plus les toilettes des hommes des toilettes des femmes. La même porte pour tout le monde, les mêmes lunettes pour tout le monde.
C’est politiquement très correct, rien à dire.
L’égalité de traitement entre hommes et femmes, en théorie, on la prône toutes et tous.
Les toilettes unisexes sont a priori une bonne nouvelle, voire même un vrai progrès pour l’humanité.
Les garçons, en théorie, ont appris à être propres - n’est-ce pas messieurs.
Les garçons, en théorie, ont appris à faire pipi assis et n’ont plus besoin d’urinoir, ce symbole réactionnaire du machisme le plus phallocrate.
Les toilettes unisexes était même souhaitées, attendues: je connais un homme qui depuis des années utilise les toilettes femmes de son entreprise. Pas du tout comme un sale voyeur, mais parce qu’il trouve que c’est plus « accueillant », dit-il.
Des toilettes unisexes sont évidemment, en théorie, plus économique autant que plus écologique.
C’est évidemment, en théorie, plus équitable: la même file d’attente pour tous et toutes, qu’on soit fille ou garçon, que le pipi soit pressé ou pas.
C’est a priori très naturel: à la maison, les papas, les mamans, les enfants partagent les mêmes toilettes. Les toilettes unisexes, c’est comme à la maison.
Ils permettent de plus une superbe leçon de chose, les hommes s’initiant aux mystères de l’éternel féminin en découvrant la petite poubelles à trucs intimes des femmes.

Mais en pratique, ce n’est pas du tout ce nirvana de l’économie naturelle et conviviale décrit.
Les femmes râlent parce les toilettes unisexes sont sales: les hommes qui utilisaient les urinoirs font pipi debout et c’est évidemment la catastrophe.
Les femmes râlent parce qu’au lieu de pouvoir discuter tranquillement entre elles en se refaisant le mascara devant le miroir, elles se retrouvent à devoir partager le lavabo avec des hommes.
Les femmes râlent parce qu’il n’y a rien de plus gênant de se trouver à tenir la porte à un homme quand on sort des toilettes. Ce n’est pas glamour, ce n’est pas romantique, ça casse le mystère.
Bref, même si les hommes râlent aussi parce qu’ils se retrouvent désormais à faire la queue pour aller faire pipi, comme les filles, alors que jamais cela ne leur arrivait auparavant, une fois de plus les femmes sont perdantes. L’égalité, c’est toujours très bien sur le papier. Dans les faits, mon féminisme s’arrête à la porte des toilettes: rendez-moi s’il vous plait mes toilettes pour filles!

Isabelle FalconnierLa minute peste

Emissions

Faisons le bien autour de nous, à l'occasion de la Journée de la Bonne Action !

Publié

le

Depuis 2019, Coop organise chaque année la Journée de la Bonne Action. En cette période spéciale, nous avons plus que jamais besoin de solidarité et de bonnes actions. Participez vous aussi et montrez à la Suisse votre volonté d'agir !

La Journée de la Bonne Action en partenariat avec Coop

Comme son nom l'indique, la Journée de la Bonne Action vous incite à oeuvrer pour le bien de tous. Afin de célébrer la solidarité et l'entraide, Coop et ses six principaux partenaires organisent la troisième édition de la Journée de la Bonne Action.

La devise de cette journée de solidarité est "Faisons le bien autour de nous et encourageons les autres à faire de même". Familles, associations et organisations, collaborateurs et collaboratrices de Coop et personnalités suisses sont appelés à accomplir de belles actions.

Pour en savoir plus sur cette belle initiative, rendez-vous sur la page officielle de l'opération

Partagez vos bonnes actions sur Radio Lac

Du 16 au 20 mai, partagez avec nous vos plus belles actions ! Gardez en tête que chaque geste compte.

Vous aidez votre voisine à porter ses courses ? Vous êtes bénévoles dans une association ? Vous participez à une collecte pour les sans-abris ? Vous avez fait un don ? Envoyez-nous une note vocale par Whatsapp au +44799183000 et racontez-nous votre bonne action à vous. Toute la semaine, nous les partageons sur notre antenne pour encourager tous nos auditeurs à faire de même.

N'hésitez pas à partager vos actions sur les réseaux sociaux avec le hashtag #JourneeDeLaBonneAction.

Crédit : Pexels

Continuer la lecture

Genève

Comment, mais aussi pourquoi faire du tri chez soi?

Publié

le

Parfois, on ne sait pas vraiment pourquoi, l’envie nous prend de faire du tri. Dans nos vêtements, nos objets, voir nos relations. Et si tout cela signifiait aussi quelque chose de plus profond?

Avec sa sœur, Eliette Staub a co-fondé Clarity (membre de Swiss Apo, l'association suisse des profesionnel.les de l'organisation). Cette spécialiste du désencombrement se positionne aussi en “initiatrice de clarté”. Si Benjamin Smadja et Laurie Selli ont voulu en savoir plus, c’est peut être l'occasion pour vous de suivre cet entretien en ouvrant grand vos placards!

Continuer la lecture

Emissions

Vivez la Journée Intercantonale de la Formation professionnelle sur Radio Lac

Publié

le

A l’occasion de la 14ème Journée Intercantonale de la Formation Professionnelle, qui a lieu le 4 mai 2022, 28 radios régionales se mobilisent dans divers cantons pour traiter du sujet. Découvrez toute la journée des interviews et reportages sur la thématique de la formation.

De la qualification professionnelle des adultes au choix professionnel en passant par les SwissSkills, de nombreux sujets sont abordés tout au long de la journée sur Radio Lac.

La qualification professionnelle des adultes

Aujourd'hui dans le canton, de nombreux professionnels exercent leur métier depuis plusieurs années sans avoir passé un diplôme en amont. Afin de reconnaître la valeur de cette expérience, l'OFPC offre désormais la possibilité aux adultes possédant plus de cinq d'expérience de la faire reconnaître et d'obtenir ainsi un titre fédéral et officiel, AFP ou CFC, sans effectuer l'intégralité de l'apprentissage. Il s'agit du dispositif Qualification + et il existe dans plus de 200 métiers dont fleuriste, horloger, cuisinier, peintre...

La directrice du service formation continue à l'OFPC, Dao NGuyen nous explique quelles sont les conditions pour bénéficier de ce dispositif et comment celui-ci fonctionne.

 

L'importance de la qualification dans les domaines de la santé et du social

Il existe des nombreuses formations professionnelles dans ces deux domaines qui donnent accès à des diplômes certifiants. Ces diplômes permettent de valoriser les compétences professionnelles de l'employé et de revaloriser également son salaire mais ils permettent aussi de créer une plateforme commune de connaissance et de compétences pour les secteurs de la santé et du social.

La qualification dans les domaines de la santé et du social est très importante, en particulier aujourd'hui alors que le secteur est confronté à un problème de relève. Le contexte des dernières années a mis en évidence la difficulté de ce secteur. Le recrutement est donc clé pour le secteur afin de remplacer les départs et de maintenir les effectifs, l'enjeu est de créer des vocations et donc d'assurer la formation des futurs professionnels de la santé.

Dominique Roulin, directrice de l'Ortra Santé-Social nous explique l'importance de la qualification dans ces domaines.

Choisir un métier ou une formation

Le choix d'une formation et d'une orientation est une étape charnière dans la vie et le parcours des élèves. Au Cycle d'orientation, à l'âge de 15 ans, les adolescents doivent faire de choix pour leur orientation. Ce choix, bien qu'il intervienne tôt dans la vie des élèves, est important car il leur permet de se donner un objectif et de se motiver. L'école a pour mission d'aider les élèves à faire ses choix, cela passe par un accompagnement, un accès à de la documentation mais aussi au possibilité de réaliser un stage.

Lisa Roulet, psychologue conseillère en orientation à l'OFPC nous parle de ce choix crucial pour les élèves mais aussi pour leurs parents.

 

Go-Apprentissage: un dispositif inédit pour la formation professionnelle

Une fois le choix de la formation fait, la seconde étape pour les jeunes est de trouver une place d'apprenti en entreprise. C'est à ce stade qu'intervient le dispositif Go-Apprentissage, un dispositif de soutien à la formation Dual qui accompagne les jeunes dans leurs recherches.

Go-Apprentissage propose un accompagnement individuel avec un.e conseiller.e en placement qui comprend une aide pour préparer un dossier de candidature, la mise en lien des élèves avec des entreprises et du coaching pour les entretiens. Le.a conseiller.e. en placement a un rôle complémentaire à celui du psychologue conseiller en orientation. Ce dernier accompagne l'élève dans la validation de son projet puis le conseiller en placement intervient pour la concrétisation du projet.

L'OFPC organise également des événements dans le cadre du dispositif Go-Apprentissage dans le but de faire le lien entre les futur.e.s apprenti.e.s et les entreprises.

Florence Suter, conseillère en placement pour la formation Dual à l'OFPC nous parle de ce dispositif.

Les SwissSkills: la compétition des apprentis en Suisse

Chaque année, les meilleurs apprentis de toute la Suisse s'affrontent lors d'une compétition inédite, les SwissSkills. Plus de 150 métiers sont représentés lors de cette compétition dont l'objectif est de mettre en avant le savoir-faire des apprentis de tous les cantons suisses.

Matéo Kolle a représenté Genève aux SwissSkills en 2018 alors qu'il était apprenti mécanicien motocyle. Il nous parle de cette expérience qui lui a apporté de la confiance en lui, de la fierté mais qui lui a aussi permis d'être contacté par des entreprises et de trouver un employeur.

En 2022, les SwissSkills se dérouleront du 7 au 11 septembre. Nous avons eu la chance d'échanger avec Oscar Dubouloz, apprenti spécialiste en restauration et représentant du canton de Genève pour cette édition. Il nous raconte sa préparation et nous explique ce que représente cette opportunité pour lui.

 

Gagnez votre tablette d'écriture LCD à l’occasion de la journée intercantonale de la formation professionnelle

Dans le cadre de cette journée dédiée à la formation professionnelle, nous vous offrons vos tablettes d'écriture ! Pour participer, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

20220506

Ce concours n'est plus en ligne.

Continuer la lecture

Economie

Paléo renonce à l'argent liquide dès cet été. Quels moyens pour payer?

Publié

le

Vous ne pourrez plus payer votre bière avec de l'argent liquide (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Le cash sur la plaine de l'Asse, c'est fini! On ne verra plus cette longue queue devant les bancomats à Paléo cet été puisque le festival a décidé de supprimer les paiements en argent liquide. Si la réflexion était dans l'air depuis quelque temps, la pandémie de Covid a accéléré les choses.

Il faudra désormais utiliser sa carte de crédit, son téléphone ou une carte préchargée pour acheter à boire et à manger sur les stands. Benjamin Smadja et Laurie Selli ont voulu en savoir plus avec Mario Fossati, secrétaire général de la manifestation.

Mario FossatiSecrétaire général du Paléo Festival de Nyon

Une solution qui se veut dans l'air du temps et au plus proche de l'utilisation actuelle des festivaliers, mais qui n'est pas sans soulever des questions, notamment techniques.

Mario FossatiSecrétaire général du Paléo Festival de Nyon

Continuer la lecture

Emissions

Il a donné son nom à Rafael, la plateforme Covid long à Genève

Publié

le

Saviez-vous que si vos symptômes Covid persistent après 12 mois, c'est que vous faites un Covid long? Celui-ci peut impacter vos activités de la vie quotidienne et votre capacité de travail. Pour se renseigner, la plateforme genevoise Rafael a vu le jour. Elle doit son nom à l'un des premiers patients souffrant d'un covid long en mars 2020 et qui s'en est remis aujourd'hui. Raphaël Asseo et le professeur Idris Guessous, Médecin-chef du service de médecine de premier recours des HUG, étaient les invités de Benjamin Smadja et Laurie Selli.

Continuer la lecture