Rejoignez-nous

Emissions

"Les toilettes unisexes, c’est comme à la maison"

Publié

,

le

Il est beaucoup question d’égalité entre hommes et femmes cette semaine à Berne -  d’égalité salariale plus particulièrement.
Il y a une autre égalité entre hommes et femmes dont on ne parle pas assez: c’est l’égalité sanitaire.
Je veux parler des toilettes unisexes - soit des toilettes destinées autant aux femmes qu’aux hommes, sans distinction de sexe.
Les toilettes unisexes se répandent comme des petits pains dans les bureaux, dans les cafés et restaurants, dans les lieux culturels. Que ce soit par manque de place, par pragmatisme ou par idéologie, on ne sépare plus les toilettes des hommes des toilettes des femmes. La même porte pour tout le monde, les mêmes lunettes pour tout le monde.
C’est politiquement très correct, rien à dire.
L’égalité de traitement entre hommes et femmes, en théorie, on la prône toutes et tous.
Les toilettes unisexes sont a priori une bonne nouvelle, voire même un vrai progrès pour l’humanité.
Les garçons, en théorie, ont appris à être propres - n’est-ce pas messieurs.
Les garçons, en théorie, ont appris à faire pipi assis et n’ont plus besoin d’urinoir, ce symbole réactionnaire du machisme le plus phallocrate.
Les toilettes unisexes était même souhaitées, attendues: je connais un homme qui depuis des années utilise les toilettes femmes de son entreprise. Pas du tout comme un sale voyeur, mais parce qu’il trouve que c’est plus « accueillant », dit-il.
Des toilettes unisexes sont évidemment, en théorie, plus économique autant que plus écologique.
C’est évidemment, en théorie, plus équitable: la même file d’attente pour tous et toutes, qu’on soit fille ou garçon, que le pipi soit pressé ou pas.
C’est a priori très naturel: à la maison, les papas, les mamans, les enfants partagent les mêmes toilettes. Les toilettes unisexes, c’est comme à la maison.
Ils permettent de plus une superbe leçon de chose, les hommes s’initiant aux mystères de l’éternel féminin en découvrant la petite poubelles à trucs intimes des femmes.

Mais en pratique, ce n’est pas du tout ce nirvana de l’économie naturelle et conviviale décrit.
Les femmes râlent parce les toilettes unisexes sont sales: les hommes qui utilisaient les urinoirs font pipi debout et c’est évidemment la catastrophe.
Les femmes râlent parce qu’au lieu de pouvoir discuter tranquillement entre elles en se refaisant le mascara devant le miroir, elles se retrouvent à devoir partager le lavabo avec des hommes.
Les femmes râlent parce qu’il n’y a rien de plus gênant de se trouver à tenir la porte à un homme quand on sort des toilettes. Ce n’est pas glamour, ce n’est pas romantique, ça casse le mystère.
Bref, même si les hommes râlent aussi parce qu’ils se retrouvent désormais à faire la queue pour aller faire pipi, comme les filles, alors que jamais cela ne leur arrivait auparavant, une fois de plus les femmes sont perdantes. L’égalité, c’est toujours très bien sur le papier. Dans les faits, mon féminisme s’arrête à la porte des toilettes: rendez-moi s’il vous plait mes toilettes pour filles!

Isabelle FalconnierLa minute peste

Il suffit de demander

Les restos d’Edouard: Le bistrot Dumas

Publié

le

Situé dans le quartier de Champel, c'est le restaurant de quartier par excellence, il mérite néanmoins une mise en lumière qui dépasserait les frontières géographiques qui l’entourent.

Le bistrot Dumas, c’est un hymne à la culture de la bonne franquette, de la ripaille,pour partager de bons moments.  Pour ceux qui aiment les réunions entre copains à l’abris des regards, une table d’hôtes est cachée au milieu de la cave à vin où plusieurs centaines de bouteilles vous attendent.

Qu’est-ce qu’on mange?

Bonne nouvelle! Les plats du jour sont de retour ! Que dites vous d’un onglet de bœuf à l’échalote, accompagné de ses pommes de terre rôties et d’une fondue de poireaux ou du poulet basquaise, mousseline de pommes de terre qui fera sûrement des heureux.Si vous préférez les mets à la carte,optez l’os à moelle coupé dans sa longueur, fleur de sel et toast, des poireaux vinaigrette, hareng mariné et pickles ou encore les œufs en meurette,des plats qui sont des emblèmes bistrotiers par excellence. Réconfortant,et chaleureux les plats dû bistrot Dumas vont faire chavirer vos papilles!

Retrouvez les restos d’Edouard chaque Jeudi à 11h20 dans l’émission il suffit de demander.

Continuer la lecture

Le meilleur des réveils

Année bissextile et manipulation du calendrier !

Publié

le

Ce matin je vous parlais des petites manipulations calendaires qui font de cette journée du 29 février une journée particulière puisque cette année 2024 est bissextile. Mais saviez-vous que ce n'est pas la seule bizarrerie de notre calendrier ? Si je vous demandais pourquoi il y a 31 jours au mois de juillet et au mois d'août, vous sauriez me dire pourquoi ? Je vous dis tout 😉

Pour répondre à la question pourquoi un 29 février tous les 4 ans, remontons à l'époque de la Rome antique. Nous mesurons le temps à partir des mouvements de la Terre, sa rotation sur elle-même et sa révolution autour du soleil. À cette période, les astronomes calculent que la Terre met 365,25 jours pour faire le tour du soleil.
Vous voyez le problème ? Ce quart de jour en trop doit être compensé et c'est alors qu'ils décident d'inventer, sous la demande de Jules César, l'année bissextile. Désormais, tous les quatre ans, une journée entière sera ajoutée au calendrier. Une façon de remettre les compteurs à zéro.

Autre bizarrerie : il y a deux fois 31 jours en juillet et août mais si je vous disais que cela vient plus d'un problème d'égo de dirigeants Romains que d'une manière mnémotechnique de compter ses phalanges, vous me croyez ? 

Et bien si ! Si il y a 31 jours, deux mois d’affilée c'est à cause de Jules César (encore lui) et son successeur, Auguste.
Le calendrier grégorien prend son origine dans le calendrier julien, mis en place par César. Dans ce dernier, le mois de juillet est le cinquième mois (une autre bizarrerie qui a changé), appelé « quintilis ». Après l’assassinat de César, ce mois devient le mois en son souvenir : il est rebaptisé « Julius », et on lui ajoute un 31e jour. Son successeur, ce bon vieux Auguste, par fierté, décide lui aussi de s’attribuer un mois dans l’année, et choisi celui qui succède à julius. Le sixième mois est alors baptisé « Augustus ». Mais ce n’est pas tout ! Hors de question pour cet humble personnage d’avoir un mois attitré plus court que César ! Il lui ajoute donc un jour, tranquillou. Eh hop, on gagne un jour de grandes vacances (ça c'est très chouette par contre!).

 

 

Conséquence de tout ce bazar d'égos ? : On a raccourci février ! 

Parce qu'il est bien gentil l’Auguste, mais si on se met à ajouter des jours à droite à gauche pour faire le fier, on va avoir des petits problèmes de logistique dans l’écoulement des jours et des saisons ! On ajoute un jour à droite, on le retire à gauche. En l’occurrence, on coupe du côté de février +2 jours en été = -2 jours en février.
En plus, pour les Romains, les chiffres impairs sont aimés des Dieux. Or, février est considéré comme un mois tout pourri, auquel on attribue les fièvres, les impuretés, et les fatalités. Le nombre pair de jour accentue cet aspect de looser, pendant que juillet et aout peuvent briller par leur nombre impair !!

Bref, vous savez tout et comme dans la langue françaises, les exceptions sont illogiques car elles viennent de susceptibilités qu'il a fallu "manager" ! Merci Jules et Auguste 😉

Continuer la lecture

Le meilleur des réveils

Année bissextile: 5 anecdotes sur le 29 Février

Publié

le

Le 29 février, ce jour rare qui n'apparaît que tous les quatre ans dans notre calendrier, est bien plus qu'une anomalie temporelle. Voici cinq faits surprenants qui vous étonneront à coup sûr !

1. L'Origine du 29 Février :

Ce jour supplémentaire trouve ses origines dans une nécessité pratique. Notre calendrier, basé sur l'année solaire, a besoin d'être ajusté pour refléter la réalité astronomique. Pourquoi tous les quatre ans ? Parce que l'année solaire n'est pas exactement de 365 jours, mais environ 365 jours et ¼. En ajoutant un jour tous les quatre ans, nous corrigeons cette différence et maintenons nos saisons synchronisées.

2. Les "Leaplings" ou "Bissextiles" :

Les personnes nées le 29 février sont souvent appelées des "Leaplings" ou "Bissextiles". Avec seulement une chance sur 1 461 de naître un 29 février, ces individus peuvent plaisanter sur leur âge "vrai" en cas d'années bissextiles.

3. Une Tradition Irlandaise :

En Irlande, le 29 février est associé à une tradition particulière où les femmes peuvent faire des propositions de mariage. Cette coutume, appelée "Bachelor's Day" ou "Leap Day", remonte au Moyen Âge et est censée inverser les rôles traditionnels où ce sont les hommes qui font la demande.

4. Années Bissextiles dans l'Histoire :

Saviez-vous que certains événements historiques majeurs se sont produits au cours d'années bissextiles ? Par exemple, en 1504, Christophe Colomb utilisa une éclipse lunaire prévue pour négocier avec les habitants de la Jamaïque. Et en 1980, les États-Unis a boycotté les Jeux olympiques d'été à Moscou en raison de l'invasion soviétique de l'Afghanistan.

5. Le Calendrier Maya et le 29 Février :

Bien que les Mayas n'aient pas utilisé le même calendrier que le nôtre, ils avaient un système complexe de mesure du temps. Curieusement, leur calendrier Tzolk'in, composé de 260 jours, pouvait être harmonisé avec le nôtre en alignant un cycle Tzolk'in de 52 ans avec un cycle solaire de 365 jours, donnant ainsi 18 980 jours, soit 73 cycles Tzolk'in et 52 années solaires. Cela équivaut à 18 980 jours, ce qui est divisible par quatre, permettant ainsi une synchronisation avec les années bissextiles.

Le 29 février est donc bien plus qu'un simple ajout au calendrier. Il est chargé d'histoire, de traditions et de phénomènes astronomiques fascinants, rappelant à chacun la complexité et la beauté du temps qui s'écoule.

 

Continuer la lecture

Il suffit de demander

Marie Dentière, la voix oubliée de la réforme

Publié

le

Marie Dentière

Figure importante de la Réforme protestante au XVIe siècle, notamment en France et en Suisse,Marie Dentière est la discrète du mur des réformateurs. 

Au cœur des tumultes de la Réforme protestante du XVIe siècle, une voix singulière s'élève, souvent oubliée dans les annales de l'histoire : Celle de Marie Dentière. Née dans la ville de Tournai, cette femme au destin exceptionnel défia les normes de son époque pour devenir une figure majeure de la Réforme.Elevée dans la foi catholique,elle arrive à Geneve en 1532 et se marie avec le pasteur Simon Robert en 1537.Cette union m’entrave pas son combat pour ses convictions, conciliant son rôle de mère et d'épouse avec son activisme religieux. Sa correspondance avec des figures éminentes de la Réforme, comme Jean Calvin, atteste de son influence durable.

Un féminisme radical

Marie Dentière a toujours plaidé l'égalité entre les hommes et les femmes,réclamant le droit pour les femmes d'intervenir dans  l'église.Elle a défendu ardemment le droit des femmes à recevoir une éducation, Elle croyait que les femmes devaient être instruites afin de pouvoir pleinement participer à la vie de l'Église et comprendre les enseignements de la Bible.Bien que le terme "féminisme" tel que nous le comprenons aujourd'hui n'existait pas à son époque, ses écrits et ses actions reflètent des idées et des principes fondamentaux du mouvement féministe.Son nom sera ajouté discrètement en marge du mur des réformateurs en Novembre 2002, c’est la seule femme figurant sur le monument.

Retrouvez Geneve story  chaque Mercredi 12h25 dans l'émission il suffit de demander

Continuer la lecture

Emissions

Le spécialiste Radio Lac : Parlons déménagement avec Harsch

Publié

le

De

Spécialiste Harsch Radio Lac
© Harsch

Harsch, spécialiste du transport d’œuvres d’art, du déménagement et de la gestion d’archive

Depuis plus de 65 ans, la société Harsch accompagne bon nombre de clients, à la fois privés et professionnels, dans leurs processus de déménagement, d’entreposage et d’archivage. En effet, changer de lieu de vie ou de travail pour les entreprises n’est pas toujours aisé et c’est un processus qui peut impliquer de gérer beaucoup de matériel et d’éléments logistiques…

Pour cela, vous pouvez compter les yeux fermés sur la maison Harsch qui, grâce à ses acquisitions stratégiques, ses capacités de stockage et son savoir-faire transmis au fil des 3 générations de la famille Harsch, sait toujours répondre de manière spécifique et qualitative aux besoins de sa clientèle.

Harsch, le spécialiste sur Radio Lac

La semaine prochaine, nous accueillons Monsieur Olivier Petit, responsable déménagement privé et d'entreprise chez Harsch, pour répondre en direct sur Radio Lac à toutes vos interrogations concernant la thématique du déménagement privé et professionnel.

Olivier Petit Harsch

  • Quels sont les éléments à prendre en compte pour bien préparer son déménagement ?
  • Comment s'assurer un déménagement réussi ?
  • Quels sont les enjeux liés au déménagement d'entreprise ?
  • Quels sont les services supplémentaires qui vous assureront un déménagement serein ?
  • Comment l'économie circulaire rentre-elle en considération lors des déménagements ?

Vous l'aurez compris, nous parlerons, entre autres, des préparatifs d'un déménagement et des enjeux pour une entreprise, mais ce sera également l'occasion pour vous d'obtenir de nombreux conseils pratiques ! Grâce au spécialiste Olivier Petit de la maison Harsch, vous saurez tout sur le déménagement, et plus encore !

Harsch

 

Vous souhaitez en connaître davantage sur le déménagement privé et d'entreprise ? Posez dès maintenant votre/vos question(s) à notre spécialiste via le formulaire suivant :

Le spécialiste : Déménagement privé et professionnel

Olivier Petit, responsable déménagement privé et d'entreprise chez Harsch

Continuer la lecture