Rejoignez-nous

Emissions

Climat: environ 3’500 personnes manifestent à Lausanne

Publié

,

le

La grève du climat a réuni environ 3500 personnes vendredi matin devant la gare de Lausanne. (©KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Plusieurs milliers de militants ont manifesté vendredi à Lausanne en faveur du climat. Une partie d’entre eux a tenté de bloquer le giratoire de la Maladière, à l’entrée de la ville, où ils ont été stoppés par la police.

Cette nouvelle journée de grève du climat a réuni environ 3500 personnes devant la gare de Lausanne, vendredi à 10h00. Les rangs se sont toutefois clairsemés lorsque le cortège s’est mis en route, a affirmé un porte-parole de la police lausannoise, interrogé par Keystone-ATS.

La mobilisation semble ainsi avoir été moins importante que lors des précédentes grèves du climat dans la capitale vaudoise. En mars par exemple, ce sont 10’000 personnes qui avaient participé à cette action à Lausanne.

Contrairement aux précédentes grèves, les manifestants ne se sont pas dirigés vendredi vers la place de la Riponne, sur les hauts de la ville, mais en direction du lac. « Climat de révolte », « Nous devons agir », « Respecte la terre, on ne demande pas la lune », pouvait-on lire sur les pancartes. Les militants arboraient également de nombreux dessins.

Figure habituelle des marches pour le climat, Jacques Dubochet, prix Nobel de chimie en 2017, se trouvait en queue de cortège. Le septuagénaire tenait une banderole où il était écrit « Grand-parents pour le climat. »

Bloqués juste avant la Maladière

À l’approche du lac, le cortège s’est scindé en deux. Une partie s’est déplacée vers les pyramides de Vidy, point de chute de la manifestation. D’autres militants, répondant à l’appel d’Extinction Rebellion, ont poursuivi sur l’avenue de Rhodanie en direction du giratoire de la Maladière.

Non sans mal, la police a fini par bloquer le cortège, à une centaine de mètres du rond-point. Vers 13h30, les militants étaient toujours sur place, tandis que la police tentait de négocier leur départ. La circulation n’était pas entravée dans le giratoire.

Extinction Rebellion Lausanne, qui avait occupé le pont Bessières vendredi dernier de 12h00 à 20h00, avait initialement prévu de bloquer trois ponts lausannois vendredi. Le mouvement a toutefois revu ses plans en se rabattant sur le giratoire de la Maladière, un point névralgique en direction de l’autoroute.

Nouvelle approche

Extinction Rebellion a été soutenu vendredi dans son action par le collectif vaudois pour la grève du climat. Celui-ci a en effet indiqué vouloir se mettre, lui aussi, à la désobéissance civile. Une nouvelle approche qu’il justifie par l’échec des discussions avec le gouvernement vaudois.

« Les grévistes vaudois du climat ont décidé d’interrompre leur collaboration active avec le Conseil d’Etat », écrit vendredi le mouvement vaudois pour la grève du climat dans un communiqué. Dénonçant « l’inertie » du monde politique, il affirme « qu’un changement de système paraît de plus en plus inévitable. »

Pour les mois à venir, les militants vaudois annoncent une multiplication des actions « des plus institutionnelles et habituelles aux plus radicales et insolites. » Ils ajoutent vouloir suivre la voie de la désobéissance civile non violente, et disent déjà préparer la « grève générale économique », programmée en Suisse et à l’international le 15 mai prochain.

Cinq rencontres

Depuis le début de leur mouvement, les grévistes du climat ont été reçus à cinq reprises par le gouvernement vaudois. A l’issue de leur ultime rencontre, début septembre, les militants avaient déjà fait part de leur mécontentement, jugeant « inconsistante » la vision des autorités en matière de réchauffement climatique.

Remontée contre l’accusation d’inaction, la présidente du gouvernement vaudois, Nuria Gorrite, avait alors rétorqué que l’Etat consacrait déjà « beaucoup d’argent » à la défense de l’environnement. « L’état d’urgence n’abolit pas le processus démocratique et le respect des institutions que sont le gouvernement et le parlement. Nous prenons acte à regret que les grévistes ne croient pas à ce processus », avait-elle commenté.

 

Source: ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'invité de Radio Lac Matin

La chute du Mur de Berlin racontée de l’intérieur

Publié

le

Le 9 novembre 1989 signait la chute du Berlin et avec lui, la fin de la scission de l’Allemagne en deux états. Rainer Von Schack, binational suisse et allemand a vécu cette période. Il est revenu sur ses souvenirs, avec Béatrice Rul, dans Radio Lac Matin.

 

 

 

Continuer la lecture

A la une

Données numériques : que deviennent-elles après notre décès?

Publié

le

Alors que l’Eglise catholique honore ses Saints chaque 1er novembre, nous nous penchons sur la mort… et sur nos données en ligne. Que se passe-il, après notre décès, avec toutes les données que nous stockons et publions ? Explications de Nicolas Capt, avocat expert en droit des médias et nouvelles technologies.

Le 1er novembre, jour de la Toussaint, l’Eglise catholique honore tous les Saints. L’occasion de se pencher sur la mort à l’ère du numérique. E-mails, réseaux sociaux, photos… Toutes ces données en ligne sont stockées sur des serveurs appartenant à Google ou Facebook, par exemple. Mais que deviennent-elles après un décès et quels sont les droits des proches ? Les explications de Me Nicolas Capt, avocat au barreau de Genève, expert en droit des médias et des nouvelles technologies.

Nicolas Capt Avocat

Au troisième trimestre 2019, Facebook comptait 2,45 milliards d’utilisateurs actifs chaque mois. Chaque jour, 1,62 milliard d’utilisateurs sont actifs dans le monde. Alors comment gérer au mieux son compte Facebook ou comment les proches peuvent-ils réagir lors d’un décès ? Nicolas Capt.

Nicolas Capt Avocat

L’idéal serait donc d’anticiper et de donner des instructions quant à l’utilisation de nos données personnelles dans notre testament. Bien évidemment lorsque cela est possible. Nicolas Capt.

Nicolas Capt Avocat

Et Nicolas Capt précise encore qu’il n’existe pas de solution idéale. Les droits applicables peuvent être contradictoires et les conditions d’utilisation peuvent varier d’une plateforme à une autre. Mais ne rien faire complique considérablement la tâche des héritiers.

Continuer la lecture

Actualité

Pour un renforcement des mesures favorables à la biodiversité

Publié

le

Les mesures volontaires favorables à la biodiversité mises en œuvre dans les 23 communes genevoises sont bien présentes mais elles pourraient être renforcées. C’est ce qui ressort d’un rapport d’évaluation de la Cour des comptes.

A Genève, les mesures prises en faveur de la biodiversité sont bien présentes mais elles pourraient être renforcées. C’est en substance le message de la Cour des comptes qui a réalisé une évaluation des mesures mises en œuvre par les 23 communes urbaines du canton. L’entretien intensif appliqué aux espaces verts est peu à peu abandonné au profit d’un entretien extensif, qui permet à la nature de s’exprimer.

La Cour des comptes a notamment cité en exemple les cimetières où le béton a laissé la place au gravier pour permettre à diverses espèces végétales de pousser. Elle précise en outre que cette évaluation prend en compte la biodiversité au sens large, et pas seulement la question de l’abattage des arbres qui fait beaucoup de bruit à Genève depuis plusieurs mois. Son président François Paychère.

François Paychère Président de la Cour des comptes

La Cour des comptes a émis cinq recommandations à l’attention des communes. Toutes ont été acceptées. Parmi elles, la nécessité d’informer et sensibiliser la population sur ces mesures et sur leurs effets. François Paychère.

François Paychère Président de la Cour des comptes

La Cour des comptes souligne également qu’en plus des bénéfices pour la biodiversité, ces mesures sont également avantageuses au niveau économique.

François Paychère Président de la Cour des comptes

Parmi les recommandations de la Cour des comptes: la création de réseaux écologiques à l’échelle communale voire cantonale, afin de favoriser les connexions entre les sites et les déplacements de la petite faune en zone urbaine.

Continuer la lecture

Canton de Genève

Genève vue du ciel

Publié

le

Olivier Riethauser - High5Prod "Genève dans l’œil du drone" (ed. Slatkine)

Genève, comme vous ne l’avez jamais vue… 

Le photographe Olivier Riethauser (High 5 Prod) propose une balade aérienne unique à travers le canton de Genève, ses communes et ses campagnes. Il a compilé 170 photos prises au drone dans un ouvrage qui sort le 1er novembre : « Genève dans l’œil du drone », aux éditions Slatkine (textes de Christian Vellas). Des grands classiques comme la Place des Nations ou le jet d’eau, en passant par les terres viticoles ou les centres urbains, Genève se révèle sous un nouveau jour. Tour d’horizon en diaporama sonore…

Le photographe Olivier Riethauser est venu expliquer à Benjamin Smadja les coulisses de cette promenade photographique pas comme les autres… Son interview en vidéo.

En bonus avec le livre : 34 films à visionner grâce à des QR codes.

Continuer la lecture

Actualité

Opération antiterroriste dans trois cantons

Publié

le

Le MPC a mené mardi une grande opération coordonnée avec les cantons de Berne et Zurich (archives). (©KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Une grande opération antiterroriste a été menée mardi dans les cantons de Zurich, Berne et Schaffhouse. Onze perquisitions ont été menées simultanément contre onze personnes, dont cinq adolescents.

Une centaine d’agents de fedpol et des polices cantonales de Berne, Zurich et Schaffhouse ont été déployés, a précisé le Ministère public de la Confédération (MPC) dans un communiqué. L’opération a été menée conjointement par le MPC, le Ministère public des mineurs de Winterthour et celui du canton de Berne.

Quatre d’entre eux, âgés entre 15 et 17 ans, vivent dans le canton de Zurich. Le cinquième adolescent est établi dans le canton de Berne. Ils sont poursuivis par les ministères publics des mineurs de Winterthour et de Berne tandis que le MPC mène des procédures pénales contre les six prévenus adultes.

Liens avec l’Etat islamique

Les onze personnes sont soupçonnées de violation de la loi interdisant les groupes Al-Qaïda et Etat islamique ainsi que de soutien, respectivement de participation à une organisation criminelle. L’un des six prévenus adultes est un djihadiste de retour qui a déjà fait l’objet en Suisse d’un jugement entré en force pour violation de la loi sur l’Etat islamique, précise le MPC.

Le procureur de la Confédération s’adressera au tribunal des mesures de contrainte compétent pour demander sa détention préventive ainsi que celle d’un autre prévenu. Tous deux restent en détention jusqu’à la décision finale du tribunal.

Plusieurs personnes à risque

Vendredi dernier, le MPC a annoncé avoir déposé un acte d’accusation auprès du Tribunal pénal fédéral contre deux individus pour leurs liens présumés avec le groupe Etat islamique en Syrie. Il s’agit d’un double national suisse et italien domicilié à Winterthour (ZH) et d’un ressortissant suisse et macédonien, établi à Frauenfeld (TG).

En mai, le Service de renseignement de la Confédération (SRC) recensait 66 personnes à risques pour la sécurité du pays, en raison de leurs activités ou motivations terroristes. Le service fédéral comptabilisait par ailleurs 92 voyageurs du djihad partis de Suisse. Sur ce nombre, 31 personnes détiennent la nationalité helvétique, dont 18 binationaux.

En septembre dernier, un double national s’est vu retirer pour la première fois la nationalité suisse. Il avait été condamné à une peine privative de liberté de plusieurs années pour avoir fait de la propagande et recruté des combattants en faveur d’une organisation terroriste islamiste. La semaine dernière, une procédure similaire de retrait de la nationalité a été ouverte contre une Suissesse, également ressortissante française et tunisienne.

Source ATS

Continuer la lecture