Rejoignez-nous

Emissions

Arrivée de la 5G en Suisse : comment se protéger des ondes?

Publié

,

le

Charger une page internet instantanément. Voilà les promesses de la 5G, qui arrive prochainement en Suisse. Une conférence est organisée à l’Uptown Geneva, jeudi, sur l’impact de cette nouvelle technologie. Mais, pour beaucoup, la 5G représente un danger pour la santé. Une pétition contre l’installation de ce réseau a été lancée en Suisse. On peut néanmoins apprendre à se protéger des ondes électromagnétiques. Une formation de ce type est d’ailleurs proposée à Genève.

Comment se protéger des ondes ?

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Richard Berry présente sa « Nouvelle » comédie

Publié

le

Il revient au Théâtre du Léman à Genève les 19 et 20 mars 2019 avec une comédie : La Nouvelle.

Le pitch est simple et efficace : Simon a invité à déjeuner ses deux fils afin de leur présenter Mado, sa nouvelle compagne de 20 ans sa cadette. Évidemment, tout ne va pas se passer comme prévu. La pièce, écrite par Eric Assous, est mise en scène par Richard Berry, qui joue aussi le rôle du père. Dans la peau de la nouvelle petite-amie, vous retrouverez la talentueuse Mathilde Seigner.

Et pour nous l’introduire, Richard Berry était au micro de Radio Lac :

Richard Berry La Nouvelle

La bande-annonce de la pièce :

Continuer la lecture

Actualité

Les Innocents dévoilent un nouvel album et demi

Publié

le

Jean-Philippe Nataf et Jean-Christophe Urbain fondaient leur groupe en 1982 à Paris.

Depuis, un long chemin a été parcouru : une séparation, quatre récompenses aux Victoires de la musique et une reformation en 2013… Ils sortent cette année leur sixième album, justement intitulé « 6 ½ ».

Il en émane un sentiment de lâcher prise et un équilibre porté par leur histoire.

J.P.Nataf et J.C. Urbain étaient à l’antenne de Radio Lac en compagnie de Benjamin Smadja pour nous en raconter la genèse:

Continuer la lecture

Emissions

Une école où se côtoient 120 nationalités différentes

Publié

le

« Pas de quartiers pour le racisme » : voilà le slogan cette année de la Semaine contre le racisme, qui se tient jusqu’à dimanche à Genève. De nombreux événements sont organisés par le Bureau de l’intégration des étrangers dans le but de sensibiliser le public au racisme et aux différentes formes de discrimination.

La ville du bout du lac est une des plus cosmopolites de Suisse. Le Collège du Léman à Versoix, par exemple, compte 120 nationalités différentes. La tolérance fait partie intégrante du programme. Ecoutez le principal du secondaire, Emmanuel Coigny.

Emmanuel Coigny Principal du secondaire au Collège du Léman

L’établissement ne relève que très peu de cas problématiques. Selon Emmanuel Coigny, cela s’explique par le fait que les enfants sont habitués dès leur plus jeune âge à cette diversité culturelle.

Emmanuel Coigny Principal du secondaire au Collège du Léman

La Semaine contre le racisme a également lieu dans les autres cantons latins.

Continuer la lecture

Emissions

VD: 3 morts de plus en 2018 sur les routes

Publié

le

Les motards, les piétons et les cyclistes sont les plus vulnérables aux accidents de la route, a souligné la conseillère d'Etat Béatrice Métraux (archives). (©KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Les routes vaudoises sont restées meurtrières l’an dernier, a déploré lundi la conseillère d’Etat Béatrice Métraux. La prévention va se concentrer sur les usagers les plus vulnérables: piétons, cyclistes et motards.

Si les accidents ont diminué en 2018 de manière générale (-5%), les cas avec victimes ont légèrement progressé. De 21 morts en 2017, le total est passé à 24 tués l’an dernier, a relevé la cheffe du département de la sécurité en présentant le bilan de l’année écoulée.

Motards très exposés

Même si l’on est loin des chiffres d’il y a 10 ou 15 ans, « un tué, c’est toujours une mort de trop », a souligné Béatrice Métraux. Et parmi ces décès, sept sont des cyclistes, neuf des motards et deux des piétons.

Face à ces constats, la prévention doit continuer à marteler ses messages. Il y a une responsabilité individuelle, mais aussi collective, envers les autres. Les cyclistes, piétons et motards sont les plus vulnérables et il faut absolument améliorer la situation, a jugé la ministre.

Mieux collaborer

La collaboration avec l’association « pro vélo » a déjà démarré et elle se poursuivra. Des motards peuvent aussi bénéficier de conseils pour rendre leur conduite plus sûre, avec des trajectoires meilleures.

Une autre préoccupation de la conseillère d’Etat porte sur l’usage dangereux des téléphones intelligents en conduisant. Béatrice Métraux a indiqué qu’elle porterait la thématique au niveau de la conférence intercantonale responsable du sujet afin de diminuer les dangers et les accidents.

Ivresse au volant

Outre l’inattention, l’ivresse au volant est toujours une des principales causes des drames de la route, la première pour les cas mortels. Seule satisfaction: le message de prévention sur ce sujet passe bien auprès des jeunes qui délèguent la conduite à quelqu’un qui ne boira pas durant la soirée, a relevé la police.

A Lausanne, 2018 s’est révélée être une des années les plus sûres de la dernière décennie. Les accidents avec blessés graves sont passés sous la barre des 40 cas, s’est félicitée la ville.

Cas type

La police lausannoise a dressé les principales caractéristiques d’un accident l’an dernier dans la ville. Le conducteur a entre 23 et 26 ans, il circule en voiture un jeudi d’octobre entre 17 et 18h sur une route sèche avec une bonne visibilité. Sur des tronçons comme la rue de Genève, la route de Berne ou l’avenue de Tivoli.

 

Source: ATS

Continuer la lecture

La Chronique éco

Médicaments : la crise des génériques

Publié

le

La démission du président exécutif de la marque pharmaceutique Sandoz n’est pas passée inaperçue en fin de semaine dernière. Cet épisode renvoie à tout ce qui se passe dans le monde en matière de médicaments génériques.

Oui, Sandoz est la filiale de Novartis à Bâle (et à Prangins), filiale consacrée aux médicaments génériques. Elle représente le cinquième des ventes du groupe, mais beaucoup moins sur le plan de la marge. Et la pression sur les prix des médicaments génériques dans le monde ne cesse d’augmenter. Le président a simplement annoncé qu’il n’avait pas l’intention de passer le restant de sa vie professionnelle à réduire les coûts d’exploitation de Sandoz. Personne n’a trouvé cela bizarre.

On entend depuis un certain temps déjà que Novartis pourrait se séparer de Sandoz et des médicaments génériques.

Oui, se séparer des médicaments génériques simplement chimiques en tout cas. Les plus exposés à la concurrence sur les prix. Mais le groupe garderait les bio-similaires. C’est-à-dire les médicaments génériques basés sur des principes actifs biologiques. Les biotechnologies. Ce sont les plus difficiles à produire. Il y a donc moins de concurrence.

Il y a aussi la concurrence des contrefaçons dans le monde. Vous nous disiez la semaine dernière que les Suisses achetaient de plus en plus de médicaments contrefaits sur des sites web étrangers. Quelle est d’ailleurs la différence entre génériques et contrefaçons ?

Un générique est une copie de médicament original qui n’est plus couvert par un brevet. Mais une copie de qualité, enregistrée par les autorités sanitaires de chaque pays. En revanche, les contrefaçons se vendent et s’achètent sur des marchés noirs ou des marchés gris. Ça reste insignifiant en Suisse, mais c’est beaucoup plus grave à l’échelle du monde.

Il s’agit donc de copies douteuses.

Oui, c’est le mot. Douteuses. Et en ce sens, il ne s’agit pas forcément de copies, d’ailleurs. Il peut s’agir de médicaments originaux ou génériques pillés dans des entrepôts. De stocks périmés et réemballés. Ou alors produits de manière approximative ou dans de mauvaises conditions. C’est le cas le plus fréquent. Des commentateurs spécialisés affirment qu’il y a aujourd’hui davantage de faux que de vrais sur le marché mondial des médicaments. C’est cela la pire des concurrences pour l’industrie du générique.

Et tout le monde se plaint du manque de moyens pour lutter contre ce fléau.

Oui, mais l’on peut aussi avoir de sérieux doutes sur la motivation de certains Etats. Le thème politique dans une bonne partie du monde, c’est l’accès le plus large possible aux médicaments. Les groupes pharmaceutiques font parfois leurs propres copies de médicaments protégés, pour les pays en développement, mais ils sont encore bien trop chers. Même les génériques autorisés et bon marché le sont encore.

Il ne faut donc pas s’étonner d’une certaine tolérance par rapport aux faux médicaments. Parce que si vous insistez sur le fait que ces faux peuvent être nocifs, voire fatals, on vous répondra qu’il y a de la prévention à ce sujet. En ajoutant en aparté qu’il arrive aussi que de vulgaires contrefaçons sauvent de vraies vies.

François Schaller Médicaments : la crise des génériques

Continuer la lecture