Rejoignez-nous

A table avec Enzo

Fondation Partage – Banque Alimentaire Genevoise

Publié

,

le

Après un CFC Menuiserie, Marc Nobs passe à la tête de la maison familiale carougeoise « Menuiserie et Agencement », puis il démarre une carrière politique au parti radical, d’abord pendant 8 ans au Conseil municipal, puis 12 ans au Conseil administratif. Sa non-réélection a été l’occasion d’un nouveau tournant dans sa carrière et il est désormais directeur de la Fondation Partage.

Que fait Partage?

Partage a été créée en 2005 et devient fondation en 2016. Elle lutte contre le gaspillage alimentaire en récoltant quotidiennement auprès des détaillants du canton de Genève, les invendus de la veille: produits frais, produits secs de longue durée de conservation, fruits et légumes, produits d’hygiène. La fondation redistribue ensuite gratuitement les denrées à un réseau d’associations, en soutien aux personnes en situation de précarité.

En chiffres, Partage c’est 5’000 cabas d’aide alimentaire d’urgence préparés par semaine, 13’200 bénéficiaires de l’aide alimentaire, 1’400 tonnes de nourriture distribuées et 160 tonnes de produits d’hygiène distribuées en 2020.

La crise économique liée au Covid-19 a fortement fait augmenter la précarité à Genève. « Il y a de plus en plus de personnes en situation de précarité qui doivent bénéficier d’une aide alimentaire pendant cette période difficile. Et malheureusement, les spécialistes disent que ces courbes qui montent en situation de crise ne redescendent jamais au niveau d’avant crise, mais toujours à un niveau supérieur » explique Marc Nobs.

Que pouvons-nous faire?

  • Organiser des récoltes dans nos quartiers ou dans nos entreprises pour collecter un maximum de produits alimentaires et d’articles d’hygiène.
  • Faire un don sur le site de la Fondation Partage.
  • Devenir bénévole et aider à la préparation des cabas alimentaires.

 

A table avec Enzo
Partage
A table avec EnzoPartage

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A table avec Enzo

Mauro Poggia appelle à « un petit effort récompensé »

Publié

le

Comme vous le savez, Genève accueillera le 16 juin prochain la rencontre entre Joe Biden et Vladimir Poutine. Il a par ailleurs été confirmé ce matin qu'elle se ferait bien à la Villa La Grange. Un telle rencontre nécessite une organisation irréprochable. La Ville de Genève s'y attèle, accompagnée du Département fédéral des affaires étrangères avec la Mission Suisse.

Evidemment, l'aspect sécuritaire est primordial, "On ne peut pas faire d'erreurs, il faut être prêt" explique Mauro Poggia, conseiller d’Etat genevois en charge de la sécurité, de la population et de la santé. Et d'ajouter: "Mais Genève ne peut pas tout faire toute seule, c'est la raison pour laquelle nous avons demandé l'aide des autres cantons, c'est la procédure."

Plus de 2000 policiers seront donc présents pour assurer la sécurité et le confort des invités mercredi prochain. Entre 600 et 800 personnes par délégation et plus de 3000 journalistes sont également attendus. Le dernier sommet d'une telle importance à Genève datait de 1985, entre le président américain Ronald Reagan et le Premier secrétaire soviétique Mikhaïl Gorbatchev.

Un sommet important, donc, pour Genève l'internationale, tant au niveau des retombées économiques qu'en terme d'image. "Ces gens vont loger chez nous et occuper nos hôtels, qui ont passablement souffert. Il faut le saluer et je crois que ce petit effort que l'on demande aux Genevois.e.s va être récompensé par le rayonnement de Genève et les retombées économiques" conclut Mauro Poggia.

 

A table avec Enzo
Mauro Poggia
A table avec EnzoMauro Poggia

Continuer la lecture

A table avec Enzo

Rencontre avec le directeur de l’Orchestre de la Suisse Romande

Publié

le

Régisseur du Chœur de l’Opéra national de Lyon dès l'âge de 18 ans, puis Délégué général de l’Orchestre national, Steve Roger prend la direction de l'Orchestre de la Suisse Romande en 1998. A 40 ans, il décide de donner un nouveau tournant à sa carrière en se rapprochant de l’Agence de Concerts et spectacles Caecilia. De retour à la tête de l'Orchestre de la Suisse Romande depuis deux ans, notre invité nous livre les coulisses des sélections d'entrée.

112 musiciens permanents composent l'Orchestre de la Suisse Romande. Mais qui sont-il et comment ont-ils obtenu leur place?

Il faut d'abord savoir que les musiciens qui parviennent à entrer à l'OSR y sont engagés à 100%, et les recrutements ne sont pas aisés. Près de 250 personnes postulent généralement lorsque s'ouvre un poste au sein de l'Orchestre puis la sélection est réduite à une centaine d'invités. Le concours a lieu sur deux jours au cours desquels chacun est entendu pendant quelques minutes puis les éliminations se font par vote.

Le premier tour s'effectue derrière un paravent, un peu sur le principe des auditions à l'aveugle de l'émission "The Voice": le jury ne voit pas les candidats, pour laisser place à l'impartialité la plus totale. Sur les 4 ou 5 derniers candidats finalistes, un recrutement pourra être concrétisé si l'un des candidats obtient deux tiers des voix du jury, mais il pourra aussi arriver que personne ne soit retenu.

 

Et maintenant?

Après le concept one-to-one issu d'Allemagne et repris par l'Orchestre de la Suisse Romande pendant la pandémie, qui consistait à donner la chance à un auditeur d'assister à une concert unique d'une dizaine de minutes en tête à tête avec un musicien de l’OSR, place au retour des festivités puisque l'OSR vous donne rendez-vous les 26-27-28 août 2021 à Genève-Plage, pour la deuxième édition de son propre festival, où vous pourrez assister à un ciné concert ou découvrir les rythmes syncopés du jazz «les pieds dans l’eau». Retrouvez le programme ici.

 

A table avec Enzo
L'Orchestre de la Suisse Romande
A table avec EnzoL'Orchestre de la Suisse Romande

Continuer la lecture

A table avec Enzo

Rencontre avec le chef étoilé genevois Philippe Chevrier

Publié

le

Passionné de cuisine depuis toujours, Philippe Chevrier suit, dès l'âge de 15 ans, un apprentissage de cuisine au restaurant « Le Chat Botté » de l'Hôtel Beau-Rivage à Genève, avant d'être engagé au restaurant de l'hôtel Richemond. Il part ensuite travailler dans des restaurants 3 étoiles en France et en Allemagne, puis revient à Genève comme cuisinier chez Frédy Girardet. A 27 ans seulement, il est engagé comme chef de cuisine au Domaine de Châteauvieux, dont il devient le propriétaire deux ans plus tard. Il y décroche une deuxième étoile Michelin et un 19/20 au GaultMillau.

Influencé par les femmes de sa vie, Philippe Chevrier raconte: "J'adorais ces repas de Noël, de Pâques, évidemment ces dimanches, avec les repas qui n'en finissaient pas et je me suis dit: si tu sais cuisiner, tu pourras réunir les gens autour de la table."

Désormais entrepreneur confirmé, il compte douze ouvertures de restaurants. "Quand on a des idées en cuisine, on a également des idées de concepts. J'ai repris des adresses avec des collaborateurs pour s'en occuper et ça m'a permis de passer à de nouveaux projets. C'est extrêmement motivant."

La crise sanitaire ne l'a bien sûr pas épargné mais il a su s'adapter à la situation. Deux de ses restaurants, le Denise's Art of Burger, qui propose un concept de "Burgers gastronomiques" dans le Food Hall de Globus et Monsieur Bouillon, ouvert pendant seulement un mois en septembre 2020, proposent des services de take away.

A table avec Enzo
Philippe Chevrier
A table avec EnzoPhilippe Chevrier

 

La semaine du Goût

Initialement prévu ce printemps, l'évènement national a lui aussi été décalé et c'est du 16 au 26 septembre que nous aurons le plaisir de participer à cette grande fête de la convivialité, de la nourriture et de la santé. Pour cette 21ème édition, la ville de Genève a l’honneur d’avoir été désignée comme Ville suisse du Goût, l'occasion de mettre en valeur son savoir-faire artisanal et d'encourager les productions locales et durables.

Ambassadeur de l'évènement, Philippe Chevrier ne cache pas son enthousiasme: "Souvent lorsqu'on parle de Genève, on pense plutôt à une ville d'affaires avec l'ONU et toutes les organisations internationales, mais les gens ignorent la qualité de notre production aussi bien dans la viticulture que dans l'agriculture ou dans les élevages. C'est fantastique que le canton de Genève soit mis à l'honneur cette année, on mange très très bien en Suisse et à Genève en particulier!"

A table avec Enzo
La semaine du goût
A table avec EnzoLa semaine du goût

 

 

 

Continuer la lecture

A table avec Enzo

En direct du centre de vaccination AMGe-pharmaGenève

Publié

le

La pharmacienne cantonale, Nathalie Vernaz-Hegi, est à l'origine de la création du centre de vaccination. Elle décrit les deux premières étapes de sa prise de fonction en novembre, à savoir la mise en place de centres de dépistage dans le canton et la recherche de lieux offrant une large capacité d'accueil. Si Palexpo a rapidement été cité comme une évidence, l'aboutissement du projet est le fruit de plusieurs partenariats dont celui avec m3 Sanitrade, qui assure la partie logistique, avec les cabines.

"C'est magique. Monter un centre de vaccination pour la population, accueillir plus de 1000 personnes dès le premier jour et voir que tout roule, c'est une mission accomplie! Bravo à toutes les équipes qui ont oeuvré, c'est beaucoup de travail en amont et le résultat est au rendez-vous." se félicite la pharmacienne cantonale.

Michel Matter, Président de l'AMGe - association des médecins de Genève, donne de son temps, bénévolement. "A situation exceptionnelle, réponse exceptionnelle dans un lieu exceptionnel. Nous devons réagir et faire avancer les choses, de part l'aspect sanitaire mais aussi économique." Et d'ajouter: "Il faut vacciner massivement. Etre acteur est fondamental, et ce à quoi nous assistons ici, est un événement!"

Sur place, le rôle des pharmaciens est le même que celui des médecins. Les pharmacien.ne.s sont formé.e.s à la vaccination pour la plupart, des formations mises en place entre les HUG et le canton, et ceux qui ne le sont pas, sont présents pour aider à la préparation des doses. Selon Rémi Lafaix, Président de PharmaGenève, "depuis le début de la campagne de vaccination, les pharmaciens sont énormément sollicités."

A table avec Enzo
22.04.2021
A table avec Enzo22.04.2021

 

Le bout du tunnel cet été?

Michel Matter se veut rassurant: "Les gestes barrières et la vaccination font partie du plan pour retrouver une vie normale. C'est une promesse pour sortir de la crise. Il faut pousser à la vaccination, c'est un geste pour soi-même, pour son entourage et pour toute la population, c'est un geste de solidarité!"

A table avec Enzo
22.04.2021
A table avec Enzo22.04.2021

 

Une date pour les 35 et plus ?

"Le nerf de la guerre, c'est la livraison des vaccins. Les commandes sont faites pour vacciner tout le monde d'ici cet été. Nous espérons que mi-juillet, tout le monde aura eu accès au vaccin sur le canton de Genève mais on ne peut pas le promettre puisque nous sommes dépendants de ces livraisons.", déclare Angèle Brassoud, Responsable des deux centres de test du groupe m3 Sanitrade. Rappelons que les vaccins concernent pour le moment uniquement les 16 et plus, et 18 ans et plus.

A table avec Enzo
22.04.2021
A table avec Enzo22.04.2021

Continuer la lecture