Rejoignez-nous

Actualité

Une rente-pont jusqu'à la retraite

Publié

,

le

Les chômeurs âgés bénéficieront d'une rente-pont jusqu'à leur retraite (archives). (©KEYSTONE/CHRISTOF SCHUERPF)

Les chômeurs de 60 ans et plus bénéficieront d'une rente-pont jusqu'à leur retraite ordinaire. Le Conseil des Etats s'est tacitement rallié mardi au National sur ce point. Mais il veut maintenir un plafond.

Cette prestation sera aussi versée jusqu'au moment où les personnes peuvent percevoir une rente vieillesse anticipée, s'il est prévisible qu'elles toucheront des prestations complémentaires au moment de leur retraite ordinaire, a indiqué Josef Dittli (PLR/UR) au nom de la commission.

Par 26 voix contre 16, la Chambre des cantons a toutefois tenu à ce que la prestation transitoire ne soit accordée qu'aux personnes qui seront arrivées en fin de droit au plus tôt après leur 60e anniversaire.

La mouture de la Chambre du peuple prévoit que la rente soit accordée aussi aux personnes arrivées en fin de droit un peu avant leur 60e anniversaire. Cette solution éviterait la pauvreté pour les personnes âgées, a défendu en vain Marina Carobbio (PS/TI).

Plafond

La rente-pont doit être plafonnée à 38'900 pour une personne seule et à 58'350 pour un couple, ont estimé les sénateurs par 27 voix contre 13. "Cela ne permet pas de couvrir les besoins vitaux", a argué la Tessinoise, plaidant pour une levée des plafonds comme le National.

"Ce plafond est trop faible", a aussi estimé le ministre des assurances sociales Alain Berset. Le Conseil fédéral prévoyait un plafond de 58'350 francs pour une personne seule (87'525 francs pour un couple).

Les frais liés à la maladie ou à l'invalidité seront remboursés aux personnes recevant des prestations transitoires. Mais ils ne devront pas dépasser 5'000 francs pour les personnes seules et le double pour les couples. Contre l'avis de la gauche, les sénateurs ont soutenu une proposition individuelle de Benedikt Würth (PDC/SG). Le National prévoyait un plafond à 25'000 francs (50'000 pour les couples). Il faudra revoir le plafond de la rente, a averti M. Berset.

Pour les mères

Les bonifications pour tâches éducatives ou d'assistance seront incluses dans le calcul des cotisations à l'AVS. Contre l'avis du PLR et de l'UDC, les sénateurs se sont finalement ralliés au National par 25 voix contre 18.

Il s'agit ici de répondre à une demande des mères qui s'occupent de leurs enfants durant 16 ans, a souligné Mme Carobbio. Cette modification touche une centaine de personnes dont une majorité de femmes, a ajouté le ministre des assurances sociales Alain Berset.

Fortune nette

Un chômeur aura droit à une rente si sa fortune nette est inférieure à 50'000 francs (100'000 francs pour les couples). Cela implique que les personnes doivent vider leurs économies privées avant de toucher la rente-pont, a critiqué Maya Graf (Verts/GL). C'est une désincitation à la prévoyance privée dans le 3e pilier, a attaqué Alain Berset. Celle-ci est en effet comptée dans la fortune nette.

Seule la gauche aurait voulu suivre le Conseil fédéral. Celui-ci proposait 100'000 francs pour une personne seule et 200'000 francs pour les couples, comme c'est le cas pour les prestations complémentaires.

Le bien immobilier servant d'habitation à son propriétaire ne sera pas pris en compte dans la fortune nette. Les sénateurs ont tacitement ajouté avec l'accord d'Alain Berset une disposition visant à ce que les avoirs de la prévoyance vieillesse qui dépassent un montant à définir par le Conseil fédéral fassent partie de la fortune.

Dignité

La rente-pont fait partie d'un paquet de mesures que le Conseil fédéral a élaboré avec les partenaires sociaux pour favoriser la main d'oeuvre indigène et répondre à l'initiative UDC contre la libre-circulation soumise au vote le 17 mai. Elle ne sera utilisée que lorsque toutes les autres dispositions auront échoué.

La prestation doit permettre un passage à la retraite en toute dignité à des personnes de 60 ans et plus qui n'arrivent pas à retrouver un travail. Celles-ci ne devraient pas être précarisées en cas de perte d'emploi ni avoir à recourir à l'aide sociale jusqu'à leur retraite.

Le chômeur devra avoir cotisé au minimum durant 20 ans aux assurances sociales, dont au moins cinq après 50 ans et gagné au moins 21'330 francs par an. Seules les personnes qui ont leur domicile et leur résidence habituelle en Suisse et qui ont travaillé en Suisse pendant une certaine période précédant immédiatement l’ouverture du droit seront éligibles.

Le Conseil fédéral pourra demander aux bénéficiaires de démontrer chaque année qu'ils poursuivent leurs efforts d'intégration sur le marché du travail.

La balle repasse dans le camp du National.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

La Suisse compte 37'992 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

La Suisse a enregistré vendredi 37'992 nouvelles infections au Covid-19 (image d'illustration). (© KEYSTONE/EPA/GEORGI LICOVSKI)

La Suisse compte vendredi 37'992 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 22 décès supplémentaires et 138 malades ont été hospitalisés.

Il y a sept jours, l'OFSP avait annoncé 32'150 cas, soit 5842 de moins. Le même jour, il dénombrait 20 décès et 151 hospitalisations supplémentaires.

682 personnes se trouvent actuellement aux soins intensifs. Les patients Covid-19 occupent 27,50% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 78,20%.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 111'906 tests ont été transmis. Le taux de positivité s'élève à 34%, contre 29,6% il y a une semaine. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,11.

Le variant Omicron représente 88,5% des cas de coronavirus séquencés ou examinés dans les laboratoires sur sept jours, avec un délai de deux semaines environ.

Selon l’OFSP, 104'632 personnes se trouvent actuellement en isolement après avoir été testées positives au coronavirus. Et 58'022 autres ayant eu des contacts avec des personnes infectées ont été placées en quarantaine.

Au total, 68,05% des Suisses ont déjà reçu deux doses de vaccin. Par rapport à la population âgée de plus de 12 ans, la part des personnes entièrement vaccinées se monte à 77,43%, indique l'OFSP. Par ailleurs, 72,38% des personnes âgées de 65 ans et plus et 36,52% de la population ont déjà reçu une dose de rappel.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 377'021, soit 4328,92 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Depuis le début de la pandémie, 1'879'214 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 16'453'469 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 12'232 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 42'071.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Pas de remplacement rapide des chaudières à mazout ou à gaz (étude)

Publié

le

Le remplacement des chaudières à mazout ou à gaz par des solutions plus écologiques prendra du temps, en raison des coûts. (Archives) (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le remplacement des chaudières à mazout ou à gaz des maisons par des alternatives plus écologiques devrait se faire moins rapidement qu'escompté, mettant à mal les objectifs de réduction des gaz à effet de serre du Conseil fédéral.

Les coûts élevés des investissements représentent un frein au changement d'infrastructure.

Les chaudières fonctionnant au mazout subissent depuis plusieurs années une décrue. Depuis 2010, environ 2% des installations sont remplacées par d'autres systèmes, soit un repli cumulé de 100'000 unités en dix ans, selon une étude d'UBS publiée vendredi. D'après les projections de la banque, leur nombre devrait reculer à près de 200'000 unités d'ici 2030.

Par contre, les chaudières à gaz ont poursuivi leur progression avec une croissance de 1,5% par an depuis 2010, soit 30'000 de plus en dix ans. Leur nombre devrait rester stable autour des 200'000 unités à l'horizon 2030.

Les pompes à chaleur connaissent quant à elles un certain engouement auprès des propriétaires de maison. Après avoir stagné autour des 20'000 unités entre 2010 et 2016, leur nombre a grimpé de 5000 unités en l'espace de quatre ans.

Si ce rythme est maintenu, la part des chaudière au mazout installées dans les maisons passera de 36% actuellement à 27% dans huit ans. La part des installations fonctionnant au gaz naturel restant stable, la Confédération ne devrait pas atteindre ses objectifs de réduction des gaz à effet de serre, prévient UBS. La Suisse vise en effet de diviser par deux ses rejets de CO2 d'ici 2030 avant d'atteindre en 2050 la neutralité carbone.

Selon la banque aux trois clés, les incitations publiques au remplacement d'un chauffage fonctionnant aux énergies fossiles sont trop faibles. Et remplacer une chaudière à gaz par une pompe à chaleur n'est actuellement pas toujours rentable d'un point de vue financier.

Envolé des prix des matières fossiles

Pour que les objectifs climatiques soient atteints, UBS s'attend à ce que les autorités serrent la vis avec de nouvelles restrictions et des taxes supplémentaires, mais également en proposant de nouvelles subventions.

Le processus devrait également être paradoxalement freiné par la vague à venir de rénovation d'un parc immobilier vieillissant, qui devrait faire grimper les prix.

UBS a aussi calculé le prix des travaux. Une simple rénovation du chauffage au mazout ou au gaz avec un nouveau brûleur coûte entre 5000 et 10'000 francs. Remplacer le fioul par du gaz naturel dans une maison coûte 10'000 à 20'000 francs. Et pour changer l'installation en faveur d'une pompe à chaleur, le propriétaire devra débourser au moins 30'000 francs.

La différence se fait cependant ressentir à l'usage. Pour chauffer une maison non rénovée, affichant une consommation énergétique annuelle de 18'000 kWh, les coûts annuels d'un chauffage au mazout s'élèvent à 3700 francs et pour le gaz à quelque 3000 francs. Quant à la pompe à chaleur, son usage coûte un peu moins de 1500 francs par an.

Reste à voir l'impact des prix de l'énergie, qui se sont envolés ces derniers mois. Pour le pétrole, le tarif du WTI s'est envolé de plus de 60% sur un an et celui du Brent de 55%. Le gaz naturel a lui bondi de 271%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Actualité

6 minutes avec Grégoire Vittoz, directeur d'Addiction Suisse

Publié

le

L'initiative qui entend interdire la publicité à destination des produits du tabac, pour les jeunes est soumise à votation. "Le tabac n'est pas une substance anodine qui tue 9'500 personnes, par année, en Suisse. C'est un produit très addictif et tout se joue très jeune. Plus vous commencez à fumer tôt, plus la dépendance va s'installer de façon prononcer et plus les dégâts vont être importants. Il faut donc protéger les jeunes et éviter qu'ils ne soient ciblés pour commencer à fumer" a tenu à préciser, sur Radio Lac, Grégoire Vittoz, directeur d'Addiction Suisse et membre du comité d'initiative.

Une loi sur le tabac est pourtant en vigueur depuis le 20 janvier: "ce qui nous pose problème, c'est que la loi permet la publicité là où sont les enfants et les jeunes, que ce soit dans les kiosques, sur internet, dans les journaux gratuits et les manifestations"

Alain Berset, pourtant chargé de la Santé, estime que cette initiative va trop loin: une atteinte à la liberté de commerce parce qu'elle ne tient pas assez compte des intérêts des entreprises, de la presse écrite, des manifestations culturelles ou encore sportives qui profitent de publicités ou de parrainage de l'industrie du tabac. "C'est un arbitrage entre la santé publique et le bien de tous et les intérêts particuliers de certains. Si le tabac est un problème de santé publique, sa lutte justifie que l'on entrave la liberté de certains en vendant un produit mortel et addictif auprès des jeunes", lui répond Grégoire Vittoz.

Grégoire Vittoz, le directeur d'Addiction Suisse, était invité de Béatrice Rul, à 7h35, dans Radio Lac Matin.

 

Continuer la lecture

Suisse

Tina Turner achète une vaste propriété au bord du lac de Zurich

Publié

le

Le nouveau domaine de Tina Turner à Stäfa. (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

La star de la pop Tina Turner (82 ans) a acquis un vaste domaine vieux d'une centaine d'années à Stäfa, au bord du lac de Zurich. Son mari Erwin Bach, qui a confirmé l'information, le désigne comme "un refuge pour le week-end".

"En raison de la pandémie, nous préférons renoncer aux voyages, comme beaucoup de Suisses", a déclaré M. Bach à l'édition de jeudi de la Handelszeitung. La valeur de la propriété est estimée par le journal alémanique à 70 millions de francs. Le domaine s'étend sur 24'000 mètres et compte une dizaine de bâtiments, une piscine, un étang notamment.

Tina Turner et Erwin Bach vivent depuis plus de 20 ans dans la région zurichoise, précisément à Küsnacht, à une vingtaine de kilomètres plus au nord de l'endroit où est bâti leur nouveau domaine ou résidence secondaire. Auparavant, Roger Federer aurait manifesté son intérêt pour la propriété, avant de renoncer.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / dpa

Continuer la lecture

Actualité

Cassis rencontre Steinmeier lors de sa visite à Berlin

Publié

le

Après sa rencontre avec le chef d'Etat allemand à sa résidence officielle du château de Bellevue, M. Cassis a écrit sur le service de messages courts Twitter que l'accueil dans la capitale allemande avait été amical. (© KEYSTONE/EPA/FILIP SINGER)

Le président de la Confédération Ignazio Cassis a rencontré jeudi à Berlin le président allemand Frank-Walter Steinmeier, le chancelier Olaf Scholz et la cheffe de la diplomatie Annalena Baerbock. Il a qualifié la collaboration entre les deux pays d'exemplaire.

Après sa rencontre avec le chef d'Etat allemand à sa résidence officielle du château de Bellevue, M. Cassis a écrit sur le service de messages courts Twitter que l'accueil dans la capitale allemande avait été amical.

Pour lui, la collaboration entre les deux pays est exemplaire, notamment dans les domaines de la recherche et de l'innovation. Le Tessinois a déclaré que son souhait en tant que président de la Confédération était de poursuivre dans cette voie et d'approfondir les relations.

Le conseiller fédéral a ressenti chez ses interlocuteurs "un grand intérêt" et "une réelle intention de créer quelque chose ensemble", selon ses mots à l'émission "10vor10" de la télévision alémanique en soirée.

Partenariat bénéfique

M.Cassis a exposé l’état des choses en matière de politique européenne de la Suisse, a précisé le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) dans un communiqué. Il a expliqué qu'elle tenait à avoir des échanges constructifs avec l'Union européenne, de manière à préserver un partenariat solide et bénéfique pour chacune des parties.

Le président de la Confédédration a ajouté que la qualité et la stabilité des relations de la Suisse avec l'UE avaient une influence sur les relations bilatérales qu'elle entretenait avec chacun des Etats membres, en particulier avec ses voisins.

M. Steinmeier a encouragé la Suisse à rester sur la voie du rapprochement, selon l'agence de presse allemande DPA. L'Alllemagne, en tant que membre important de l'UE, "a intérêt à veiller à ce que les relations fonctionnent bien", a précisé Ignazio Cassis à "10vor10".

Les mêmes idées

Au niveau multilatéral, la Suisse et l'Allemagne sont des partenaires partageant les mêmes idées, a souligné le ministre suisse des affaires étrangères dans un autre tweet après son entretien avec son homologue allemande Baerbock. Il a parlé d'un échange précieux sur la politique étrangère, la pandémie et la politique climatique.

En politique étrangère, le Conseil fédéral est sous pression pour expliquer la rupture des négociations de mai dernier sur un accord-cadre avec l'UE. Et en politique intérieure, la pression augmente pour présenter enfin un plan sur les futures relations entre la Suisse et l'UE.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture