Rejoignez-nous

Actualité

Une alternative au Salon de la Haute Horlogerie

Publié

,

le

Bulgari, filiale de LVMH, va présenter à Genève une partie de ses nouveautés du 26 au 29 avril, aux côtés d'autres marques. Malgré l'épidémie du coronavirus, qui a poussé à l'annulation des salons Watches & Wonders Geneva (ex-SIHH) et Baselworld, l'horloger explique vouloir soutenir la profession et les clients.

Ces Geneva Watch Days regrouperont plusieurs marques dont Girard Perregaux et Ulysse Nardin, qui appartiennent au groupe Kering concurrent de LVMH, mais aussi Gerald Genta, Breitling, ou encore les genevoises MB F, De Bethune ou Urwerk ainsi que d'autres enseignes indépendantes, selon le communiqué diffusé lundi soir.

Sur Radio Lac, Pierre Maudet, le Conseiller d'Etat chargé du département du développement économique s'est déclaré satisfait de cette alternative qui pourrait, selon lui, inspirer d'autres organisateurs d'événements obligés de s'adapter aux contraintes fédérales.

Pierre MaudetConseiller d'Etat chargé du département du développement économique

"La situation internationale qui a malheureusement provoqué l'annulation des salons horlogers Watches & Wonders ainsi que Baselworld ne doit pas pour autant pénaliser plus lourdement nos clients, nombreux à vouloir rencontrer les marques et planifier leurs achats en fonction des nouveautés horlogères", a fait savoir la marque basée à Neuchâtel.

Il s'agit ainsi de "consolider Genève dans son rôle de capitale mondiale de l'horlogerie", pendant les dates laissées vacantes par Watches & Wonders.

Bulgari se dit "conscient des difficultés professionnelles" des clients et se montre "désireux de ne pas céder à la morosité" Il présentera "aux détaillants et médias européens" sa deuxième vague de nouveautés 2020. Les horlogers seront présents "dans les nombreux hôtels de luxe dont la Cité est si bien pourvue". D'autres tournées de présentation auront lieu dès avril pour le joaillier-horloger.

Une alternative aux grands salons horlogers

Début février, Jean-Christophe Babin, directeur général de Bulgari, avait annoncé ne pas participer à Baselworld, en raison de l'organisation d'un salon LVMH à Dubaï en janvier, où il avait présenté des nouveautés, mais aussi des incertitudes liées au coronavirus. Les autres marques du groupe de luxe français (Zenith, Tag Heuer et Hublot) avaient maintenu leur participation. Pour lui, les salons traditionnels sont "clairement à risque". Il s'était montré à plusieurs reprises très critique envers le salon bâlois.

Dans une interview sur la RTS lundi, le CEO a expliqué avoir connu un fort ralentissement des affaires en Chine à cause du coronavirus. "On a eu un mois de février qui a été très difficile", a reconnu Jean-Christophe Babin. La Chine a représenté en 2019 le troisième marché d'exportation des garde-temps helvétiques.

"J'ai 7000 employés dans le monde, je dois garantir la pérennité de leur emploi, et donc je ne peux pas me résigner à voir une année horlogère médiocre", a-t-il ajouté pour justifier le lancement de cet événement "autogéré" qui aura lieu dans dix à douze hôtels.

Le communiqué fait état du "soutien inconditionnel" de l'Etat de Genève à l'initiative, "dans le respect des conditions sanitaires les plus strictes telles que définies par les autorités cantonales et fédérales". L'événement respectera les décisions du Conseil Fédéral, qui a interdit la tenue d'évènements réunissant au moins 1000 personnes jusqu'au 15 mars, ainsi que des recommandations futures éventuelles de l'OMS et du Conseil Fédéral.

La semaine dernière, le salon horloger Watches & Wonders Geneva (ex-SIHH) a annulé son édition prévue du 25 au 29 avril, en raison de la propagation du coronavirus. Ce fut ensuite au tour de Baselworld, planifié du 30 avril au 5 mai à Bâle, de jeter l'éponge.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Rachat de Credit Suisse: le Conseil fédéral favorable à la CEP

Publié

le

Le Conseil fédéral considère qu'il est utile et nécessaire d'examiner en détail les événements qui ont conduit à l'acquisition de Credit Suisse par UBS (archives). (© KEYSTONE/AP/Walter Bieri)

Le Conseil fédéral est favorable à la création d'une commission d'enquête parlementaire (CEP) sur le rachat de Credit Suisse (CS) par UBS. Il est utile et nécessaire d'examiner en détail les événements qui ont conduit à cette acquisition, indique-t-il vendredi.

La CEP permettra cet examen, indique le gouvernement dans son avis purement consultatif. Il accorde ainsi son "plein soutien" au Parlement. Le National devrait accepter la création de cette commission le 7 juin, le Conseil des Etats le lendemain.

Si la CEP est acceptée, elle comptera 14 membres, 7 de chaque Chambre. Elle aura un budget de cinq millions de francs pour enquêter sur la gestion du dossier CS au cours des dernières années par le Conseil fédéral, l'administration fédérale et d'autres organes ou personnes soumis à la surveillance du Parlement.

Elle se penchera aussi sur les événements qui ont conduit à la fusion d'urgence de CS avec UBS le 19 mars dernier. Elle fera rapport au Parlement sur les résultats de ses travaux, ainsi que des propositions quant aux mesures à prendre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

La Comédie de Genève annule la production d'un spectacle majeur

Publié

le

La Comédie de Genève a dû annuler la production du spectacle "Les Emigrants" à cause de divergences sur la philosophie de travail entre la direction artistique de la pièce et l'institution (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

La Comédie de Genève a annulé la production du spectacle "Les Emigrants" dont la première était prévue mercredi prochain. Des "divergences sur la philosophie de travail" entre la direction artistique de ce projet du metteur en scène polonais Krystian Lupa et la direction du théâtre sont en cause.

"Ces divergences ont engendré des difficultés de communication rendant la création du spectacle irréalisable", indique vendredi la Comédie de Genève dans un communiqué. La direction du théâtre a constaté "des manquements dans le respect des valeurs, sources de différends opérationnels qui ont rendu cette décision nécessaire".

Les deux codirecteurs du théâtre, Natacha Koutchoumov et Denis Maillefer, affirment la défense de valeurs fortes au sein de l'institution, selon le communiqué. Ces valeurs se retrouvent dans un règlement du personnel, une charte de comportement et des contrats signés avec chaque équipe artistique, précise l'institution.

"Attitudes inadéquates"

"Des attitudes inadéquates ont été constatées de manière répétée", a précisé à Keystone-ATS Olivier Gurtner, directeur de la communication. Il évoque aussi "des instructions contradictoires incessantes données aux équipes", sans pouvoir donner plus de détails pour des raisons juridiques.

Ce spectacle, présenté comme la création-événement de la saison 2022-2023 de la Comédie de Genève, devait être montré au public mercredi prochain et jusqu'au 17 juin. Il avait aussi été vendu par la Comédie de Genève, qui en est le co-producteur, au Festival d'Avigon et au Théâtre de l'Odéon à Paris.

Décision indépendante

"Les conséquences financières pour la Comédie sont en cours d'évaluation", a indiqué M.Gurtner. Les billets des quatorze représentations prévues à Genève seront remboursés. "La décision d'annuler le spectacle a été faite indépendamment des conséquences financières", a relevé M.Gurtner.

Les contrats des neuf comédiens engagés pour la pièce et qui répètent depuis le mois de mars seront honorés, assure La Comédie de Genève. Le coût de production de ce spectacle est de 900'000 francs. Des décors avaient déjà été créés.

"Artiste total"

La création de la pièce était menée par Krystian Lupa que la Comédie présentait comme "un monstre sacré du théâtre européen, "un homme de théâtre captivant, un artiste total". Le spectacle était inspiré du roman de W.G Sebald le roman de W. G. Sebald qui décrit la trajectoire de quatre personnages contraints à l’expatriation.

Cette annulation intervient à quelques jours de la fin du mandat des codirecteurs Natacha Koutchoumov et Denis Maillefer. Ils passeront le flambeau dès le mois de juillet à la metteure en scène française Séverine Chavrier.

Continuer la lecture

Suisse

Le développement de l'armée a fait ses preuves

Publié

le

L'augmentation des effectifs de l'armée reste un défi (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le développement de l'armée (DEVA) a globalement fait ses preuves, notamment en matière de mobilisation, de formation des cadres et d'ancrage régional. Le Conseil fédéral a approuvé vendredi le rapport final sur la mise en oeuvre de cette stratégie.

Cette mise en oeuvre, commencée en 2018 et terminée fin 2022, devait permettre à l'armée de pouvoir rapidement équiper et engager un grand nombre de soldats en cas de catastrophe naturelle ou de menace terroriste. L'objectif était de disposer d'un effectif réel de 140'000 militaires.

Le gouvernement se félicite de la réintroduction de la mobilisation et la création de nouveaux processus en la matière. En outre, des améliorations ont eu lieu dans la formation des cadres.

Le DEVA a également permis un meilleur ancrage régional de l’armée. La thématique cyber a aussi été importante: l’armée a par exemple introduit son propre stage de formation cyber.

Certains défis subsistent toutefois, comme l'augmentation des effectifs. L'armée poursuivra son développement, même après le DEVA.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Rebond des ventes de voitures neuves en Suisse au mois de mai

Publié

le

Malgré l'évolution positive, le marché des voitures neuves n'a pas encore retrouvé son niveau d'avant la pandémie. (Archives) (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Les ventes de voitures neuves ont poursuivi leur redressement au mois de mai en Suisse et au Liechtenstein, profitant de l'élan observé depuis le début de l'année. L'engouement pour les propulsions électriques ou hybrides se confirme.

Le mois dernier, le nombre de nouvelles immatriculations de voitures de tourisme a crû de 16,9% sur un an à 21'569, écrit vendredi Auto-Suisse dans un communiqué. Entre janvier et mai, la progression atteint 11,6%. Cette tendance s'explique principalement par le raccourcissement des délais de commande de nombreux modèles, qui ont retrouvé leur niveau normal.

Le marché n'a cependant pas retrouvé son niveau d'avant la pandémie, et sur les cinq premiers mois de l'année, le nombre de voitures neuves écoulées s'inscrit en recul de 30'000 par rapport à 2019. "Nous ne retrouverons pas le niveau habituel d'immatriculations avant l'année prochaine, voire en 2025 seulement", a déclaré Christoph Wolnik, porte-parole d'Auto-Suisse, cité dans le communiqué.

En mai, les propulsions électriques et hybrides représentaient ensemble une part de marché de 55,2%, en hausse de six points de pourcentage par rapport au même mois en 2022. Une voiture neuve sur cinq roulait uniquement à l'électricité, les hybrides rechargeables représentaient 7,8% et les 27,4% restants étaient des tout hybrides et des semi-hybrides non raccordables au réseau.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Lausanne: 14 nouvelles zones de recharge électrique d'ici 2024

Publié

le

Il sera bientôt plus facile pour les Lausannois de trouver une borne où recharger sa voiture électrique. (Image prétexte) (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

La Ville de Lausanne va équiper 14 quartiers de bornes de recharge pour véhicules électriques d'ici 2024. Le quartier du Maupas sera le premier à en bénéficier, avec une mise en service prévue le 19 juin.

Chaque station comprendra trois bornes de recharge standard et une borne de recharge rapide. "La priorité étant d’offrir une possibilité de recharge aux Lausannoises et Lausannois, ces places seront réservées aux porteurs de macaron A à O (sans restriction de zone) et aux véhicules 100% électriques", précise vendredi la Municipalité dans son communiqué.

Les quartiers de Valency, Sous-Gare, Ouchy, Borde, Bellevaux, Sébeillon, Malley et Montchoisi doivent être équipés entre la mi-août et la fin de l'année. Les quartiers de Montriond-Cour, Florimont-Chissiez, Vallon, Béthusy et Vinet-Pontaise disposeront de leurs bornes de recharge en 2024.

P+R et parkings d'immeubles

Les Services industriels de Lausanne proposent par ailleurs une prestation "clé-en-main" pour équiper de telles bornes les parkings d'immeubles. Ces dispositifs apparaîtront également ces prochaines années sur les parkings P+R et au sein de l'administration, indique la Municipalité.

La Ville de Lausanne entend bannir les véhicules thermiques de son territoire d'ici 2030. L'encouragement de la mobilité électrique fait partie de sa stratégie pour y arriver.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture