Rejoignez-nous

Actualité

Un rapport dénonce les abus policiers envers des manifestants

Publié

,

le

Plusieurs acteurs de la société civile genevoise se sont unis pour publier un rapport accablant intitulé "Manifester c'était mieux avant" et qui dénonce les méthodes de la police cantonale genevoise envers des manifestants. Le Conseiller d'Etat Mauro Poggia est notamment accusé d'avoir durci à l'excès les conditions de manifester. Une démarche qui ne serait fondée sur aucune base légale. Les signataires parlent de harcèlement judiciaire contre les manifestants.

C'est un document explosif qui a été dévoilé ce matin à la Maison des Associations par la Coordination Genevoise pour le droit de manifester. Ce regroupement de partis politiques de gauche ainsi que de plusieurs syndicats et d'associations a publié un rapport sur la régression de la liberté de réunion pacifique à Genève entre 2015 et 2019. Il égratigne sérieusement les méthodes de la police genevoise envers les manifestants. Les forces de sécurité auraient fait preuve de dissuasion envers les manifestants ainsi que d'un usage démesuré de la force.

Une modification qui date de 2012

La discorde trouve son origine en 2012 suite à une manifestation contre l'Organisation Mondiale du Commerce ayant impliqué des troubles à l'ordre public. La Loi genevoise sur les manifestations sur le domaine public (LMDPu) a fait l'objet d'une importante révision, visant principalement l'instauration d'une responsabilité pénale et civile de l'organisateur. Suite à son adoption, la LMDPu a fait l'objet d'un recours au Tribunal fédéral qui a considéré que certaines dispositions attaquées restaient compatibles avec la Constitution fédérale à condition d'être interprétée restrictivement. Selon les plaignants, quelques années plus tard, la pratique a démontré que ce changement législatif a impliqué une restriction notable du droit de manifester à Genève.

Des méthodes répressives illégales

Le rapport dénonce les agissements de la police cantonale genevoise qui aurait tout fait pour dissuader les manifestations. Elle aurait entre autres interdit certains itinéraires, empêché les manifestations devant des lieux symboliques comme les ambassades et contrôlé les pancartes des manifestants, tout cela sans justification apparente. Les forces de l'ordre sont également accusées d'avoir filmé sans motif valable des manifestations pacifiques. Des méthodes et des agissements qui intimident les jeunes manifestants pour le climat, à l'image d'Enora Stein, militante de la grève pour le climat.

Enora SteinMilitante de la grève pour le climat

L'un des points sensibles de ce rapport est l'utilisation abusive d'émoluments de la part des forces de l'ordre comme moyen de dissuasion. Les manifestants doivent systématiquement déposer leur demande de prendre la rue au minimum 30 jours avant l'événement. Un délai compliqué à gérer puisqu'il est difficile pour les manifestants de s'organiser autant à l'avance. En cas d'événements exceptionnels, le délai peut être réduit à 48h.

Les membres de la coordination se plaignent que depuis janvier dernier, la police tente de dissuader ces rassemblements non annoncés au délai prévu d'un mois, avec notamment des sanctions.  Si les demandes sont hors-délai, la police utilise ces émoluments comme sanction pour son dépôt tardif. De plus, l'émolument facturé dans ces cas s'avère souvent être le maximum légal de 500 CHF, ce qui peut représenter une grosse somme pour les étudiants qui manifestent pour le climat par exemple.

Il faut aussi payer de sa poche les différents panneaux signalétiques, ce qui peut s'élever à près de 400 CHF par manifestation. Cette nouvelle pratique instaurée par le Conseil d'Etat ne se fonde sur aucune base légale selon Pierre Bayenet, député d'Ensemble à Gauche au Grand Conseil.

Pierre BayenetDéputé Ensemble à Gauche au Grand Conseil

Des sanctions pénales systématiquement déboutées

Selon les auteurs du rapport, plusieurs amendes auraient été infligées alors que les conditions légales n'étaient pas remplies. Pour preuve, lorsque les personnes s'y sont opposées, les amendes ont toutes été classées par le Service des contraventions ou ont fait l'objet d'un acquittement par le Tribunal de police. Pierre Bayenet parle de harcèlement judiciaire contre les manifestants et les organisateurs. La coordination genevoise pour le droit de manifester propose des solutions. Pierre Bayenet, député du Grand Conseil d'Ensemble à Gauche.

Pierre BayenetDéputé Ensemble à Gauche au Grand Conseil

7 recommandations

Les signataires présentent 7 recommandations dans ce rapport, comme l'abandon du principe de l'autorisation préalable, l'autorisation de manifester devant les lieux symboliques, la suppression du délai de 30 jours pour soumettre une demande d'autorisation de manifester ou encore la renonciation à poursuivre tout participant à une manifestation pacifique tant qu'il n'a commis aucun acte répréhensible.

Contacté par la rédaction, le département du Conseiller d'Etat Mauro Poggia déclare ne pas avoir connaissance de ce rapport à l'heure actuelle et n'a pas souhaité réagir pour l'instant.

Miguel Hernandez et Robin Jaunin

Suisse

Quentin Halys en finale

Publié

le

Quentin Halys en finale à Gstaad. (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Une surprise de taille a scellé l’issue de la première demi-finale du Swiss Open. Issu des qualifications, Quentin Halys (ATP 192) s’est imposé 6-3 7-6 (7/2) devant Jan-Lennard Struff (ATP 37).

Auteur de 16 aces, le Français a eu l’immense mérite de "sauver" son premier jeu de service. Il fut mené 0-40 avant d’écarter une quatrième balle de break pour ne pas laisser l’Allemand prendre le score. Quentin Halys a signé l’unique break de la rencontre au huitième jeu du premier set. Dans le jeu décisif du second, il a très vite forcé la décision.

Dimanche pour sa première finale sur le Circuit, Quentin Halys affrontera le vainqueur du choc entre Stefanos Tsitsipas (ATP 12) et Matteo Berretini (ATP 82). Le Parisien est le premier qualifié à se hisser en finale à Gstaad depuis l’Allemand Yannick Hanfmann en 2017.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Assemblée: six des huit commissions pour le camp présidentiel

Publié

le

Le camp présidentiel a obtenu samedi six des huit présidences de commission à l'Assemblée nationale : Marine Le Pen fait la moue. (© KEYSTONE/EPA/TERESA SUAREZ)

Le camp présidentiel a obtenu samedi six des huit présidences de commission à l'Assemblée nationale. L'Insoumis Eric Coquerel a été réélu à la présidence de la commission des Finances, dévolue à l'opposition et qui était convoitée par la droite.

Florent Boudié (Ensemble pour la République, macroniste) a été élu président de la puissante commission des Lois, le MoDem Jean-Noël Barrot à la commission des Affaires étrangères, Paul Christophe (Horizons) à celle des Affaires sociales, Antoine Armand (Ensemble) à celle des Affaires économiques, Sandrine Le Feur (Ensemble) à celle du développement durable, Jean-Michel Jacques (Ensemble) à celle de la Défense. La socialiste Fatiha Keloua Hachi a arraché la présidence de la commission des Affaires culturelles.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Suisse

Rueun GR : une morte et deux blessés dans une collision

Publié

le

Une collision entre plusieurs véhicules à Rueun GR a fait un mort vendredi. (© Kantonspolizei Graubünden)

Une collision entre un camion, un camping-car et une moto a coûté la vie à une femme de 56 ans vendredi après-midi à Rueun (GR). Deux autres personnes ont été blessées dans la collision, a indiqué samedi la police grisonne.

Un chauffeur de camion de 49 ans remontait la vallée peu après 15h00 en provenance d'Ilanz en direction de Trun, selon les premières constatations de la police. Dans un virage à gauche, le camion a dérapé sur la chaussée mouillée, ce qui l'a fait tourner sur son axe et entrer en collision avec la caravane qui arrivait en sens inverse ainsi qu'avec l'une des deux motos.

Après la collision, le camion et la caravane ont dévalé une pente en se renversant.

La conductrice de la caravane est restée coincée dans le véhicule, a indiqué la police. Des tiers sont immédiatement intervenus jusqu'à l'arrivée de deux équipes du service de secours de Surselva et de deux hélicoptères de la Rega. Malgré les soins médicaux d'urgence, la femme est décédée sur le lieu de l'accident.

Sa fille de 14 ans, qui se trouvait également dans le camping-car, a été blessée. La motocycliste qui est tombée a subi de graves blessures.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Santé

Davos fête les 500 ans des Grisons lors d'une Journée fédérale

Publié

le

Participants costumés à la Journée fédérale le 1er juin dernier à Ilanz : les Grisons célèbrent leur 500 ans avec de nombreuses manifestations cette année. (© Keystone/GIAN EHRENZELLER)

Une table ronde dans le style d'une Landsgemeinde historique a ouvert samedi matin à Davos la grande fête de la Journée fédérale. On y a célébré le 500e anniversaire de l'Etat libre des Grisons. Un cortège en costumes d'époque était au programme l'après-midi.

A l'hôtel de ville de Davos, chargé d'histoire, la conseillère d'Etat Carmelia Maissen (Centre) et le landammann de Davos Philipp Wilhelm (PS) ont discuté avec des représentants du tourisme et des transports publics sur le thème "Sans mobilité, pas de cohabitation". La mobilité est le leitmotiv de la Journée fédérale à Davos. Les transports, le tourisme et la migration marquent depuis longtemps les Grisons et Davos, écrit Philipp Wilhelm dans la brochure de fête.

Après la conférence-débat, des festivités étaient prévues l'après-midi sur la promenade fermée à la circulation. Sur la place des arcades, les visiteurs peuvent déguster des plats typiques que l'on cuisinait déjà il y a cinq siècles.

Défilé et concerts

Le point fort de la Journée fédérale de Davos est un cortège historique inspiré d'un tableau d'Ernst Ludwig Kirchner. Il retrace la longue histoire de la ville en 15 "tableaux" hauts en couleur.

La soirée devait se terminer avec des concerts de musique de styles variés. De l'accordéon et du ch½ur de yodel aux groupes de rock et de rap en langue vernaculaire, en passant par les jeunes talents, il y en a pour tous les goûts.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

CinéTransat se poursuit pendant un mois

Publié

le

La 15e édition de CinéTransat se poursuit à la Perle du Lac, à Genève, jusqu'au 18 août, avec 18 soirées de gratuites et en plein air. Les projections ont lieu à la tombée de la nuit, du jeudi au dimanche soir (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La manifestation CinéTransat a retrouvé le parc de la Perle du Lac, à Genève, le 11 juillet. Cette 15e édition propose encore 18 soirées de gratuites et en plein air, jusqu'au 18 août. Les projections ont lieu à la tombée de la nuit, du jeudi au dimanche soir.

Alors que la Lake Parade fera danser les amateurs de musiques électroniques sur la rive gauche, CinéTransat programme samedi une soirée "choréoké" avec des vidéoclips. Et pour clore cette deuxième semaine, "Chef", de Jon Favreau, sera à l'affiche.

Jeudi, le film "Hit the Road" emmènera le public en voyage en Iran. Suivront notamment "Le Cinquième élément", de Luc Besson, une soirée courts-métrages, "Melancholia", de Lars von Trier, ou encore "La Mort aux trousses", d'Alfred Hitchcock. La manifestation estivale se terminera en musique avec "Mamma Mia", de Phyllida Lloyd.

Les spectateurs commencent souvent leur soirée de cinéma en pique-niquant sur l'herbe. Les projections sont annulées en cas de pluie ou de fort vent. Une soirée permettant de voir un des films annulés en raison de la météo aura lieu le 15 août.

www.cinetransat.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture