Rejoignez-nous

Actualité

Un nouveau dispositif sanitaire pourrait mettre en péril certains événements à Genève

Publié

,

le

C’est une information Radio Lac. Un changement de règlement qui fait grincer des dents. Depuis le 1er juin 2018, la Direction générale de la santé (DGS) genevoise oblige certaines manifestations à se doter d’une ambulance et de son équipage stationnée en permanence sur son site. Bonne nouvelle pour renforcer la sécurité mais certains acteurs font grise mines.

Cette nouvelle disposition fâche l’élu du Mouvement Citoyen Genevois (MCG) André Sotomayor à Vernier. Pour la contrer, il a déposé un projet de résolution qui sera traité mardi au Conseil municipal de la deuxième plus grande commune du canton. Il regrette que les corps de secours type « Samaritains » ne puissent plus prodiguer les soins qu’ils dispensaient précédemment comme, par exemple, prendre la tension ou donner un médicament. Résultat, la présence d’une ambulance devient obligatoire pour des manifestations sportives, culturelles ou institutionnelles.

Cela a un coût qui se chiffre entre 800.- et 2'000.- francs par événement. Le hic? Ces coûts sont à la charge des Villes, communes et autres organisateurs. Selon André Sotomayor, cette disposition pourrait mettre en péril certains événements qui ne rentreraient plus dans leurs frais. Concrètement, son texte demande aux autorités cantonales de revoir cette loi et de proposer une solution pour faciliter le travail des services sanitaires.

Contacté, le médecin cantonal genevois, Jacques-André Romand, confirme ce dispositif. Il rappelle que l’Etat fixe des règles. Libre aux organisateurs de les appliquer ou pas car c’est finalement leur responsabilité qui est en jeu en cas de pépins.

@GhufranBron

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Présidentielle américaine: Harris devance Trump dans un sondage

Publié

le

Outre une embellie dans les sondages, Kamala Harris engrange également les soutiens au sein de son parti et les dons (archives). (© KEYSTONE/AP/Erin Schaff)

La vice-présidente des Etats-Unis Kamala Harris devance légèrement son rival républicain à la présidentielle américaine de novembre, Donald Trump, dans un sondage mardi. Elle semble bénéficier d'un léger enthousiasme depuis le retrait du président américain Joe Biden.

Mme Harris surpasse M. Trump de deux points, à 44% d'intentions de vote contre 42%, selon un sondage Reuters/Ipsos, réalisé dans les deux jours suivant l'annonce du retrait de M. Biden de la course à la Maison-Blanche, qui soutient publiquement sa vice-présidente comme candidate démocrate au bureau ovale.

La semaine dernière, Mme Harris et M. Trump étaient à égalité à 44% dans une enquête réalisée par le même institut.

La démocrate semble bénéficier d'un enthousiasme suffisant pour contrarier la dynamique positive dont profitait M. Trump, après la tentative d'assassinat dont il a été victime et la convention républicaine où son parti s'est affiché plus uni que jamais derrière lui.

Marge d'erreur

Mais la course reste serrée: un autre sondage PBS News/NPR/Marist réalisé lundi la donne 1 point derrière M. Trump, à 45% contre 46%. En tenant compte d'éventuels candidats tiers ou indépendants, Trump et Harris sont à égalité à 42% dans cette enquête.

Ces deux enquêtes, parmi les premières depuis le retrait de M. Biden, sont à relativiser: dans un sens comme dans l'autre, l'avantage qu'elles dessinent reste dans la marge d'erreur.

Selon l'enquête de PBS News, 87% des Américains sondés pensent que la décision de M. Biden de se retirer était la bonne, un point de vue qui transcende les clivages partisans et générationnels.

Parmi les personnes interrogées, 41% estiment que la décision de M. Biden accroît les chances de victoire des démocrates en novembre, contre 24% qui pensent qu'elles diminuent les chances du parti et 34% qui ne voient aucune différence.

Selon une moyenne de sondages établie par RealClearPolitics, M. Trump conserve un très léger avantage de 1,6 point sur Mme Harris.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Trump annonce que Netanyahou viendra le rencontrer en Floride

Publié

le

Le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou est arrivé lundi à Washington (archives). (© KEYSTONE/AP/Ohad Zwigenberg)

Le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou rencontrera l'ancien président américain Donald Trump vendredi dans sa résidence Mar-a-Lago en Floride. M. Netanyahou doit s'adresser mercredi au congrès, puis parler avec l'actuel président américain Joe Biden jeudi.

"Je me réjouis d'accueillir Bibi Netanyahou à Mar-a-Lago, à Palm Beach, en Floride [...] Au cours de mon premier mandat, nous avons connu la paix et la stabilité dans la région [...] et nous les connaîtrons à nouveau", a affirmé Donald Trump, le candidat républicain à la présidentielle de novembre, dans un communiqué.

Benyamin Netanyahou doit rencontrer jeudi à la Maison-Blanche, à 13h00 le président Joe Biden, rétabli après avoir attrapé le Covid-19. Cette réunion est attendue de longue date, dans un contexte tendu entre les deux pays alliés après plus de neuf mois de guerre à Gaza.

La "paix par la force"

"Comme je l'ai dit lors de mes discussions avec le président [ukrainien Volodymyr] Zelensky [vendredi, ndlr] et d'autres dirigeants mondiaux au cours des dernières semaines, mon programme de paix par la force démontrera au monde que ces guerres horribles et meurtrières et ces conflits violents doivent cesser", a affrimé Donald Trump.

Il a également jugé que "des millions de personnes meurent et Kamala Harris n'est absolument pas en mesure d'y mettre un terme".

Le premier ministre israélien, arrivé lundi à Washington, doit aussi prononcer mercredi un discours devant le congrès et rencontrer dans la semaine la vice-présidente Kamala Harris.

Il rencontrera également, jeudi après-midi, les familles des otages américains toujours détenus par le Hamas, selon l'agenda de la Maison-Blanche.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Sport

Le FC Lugano en ballottage défavorable

Publié

le

Ousmane Doumbia (au sol) marque un temps de retard sur Dusan Tadic. L'image du match... (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

L’automne du FC Lugano ne se déclinera très certainement pas en mode Ligue des Champions. Battus 4-3 à Thoune par le Fenerbahçe de Jose Mourinho, les Tessinois sont en ballotage défavorable.

Malgré l’ouverture du score d’Ayman El Wafi de la tête à la 4e minute, les Luganais ont été logiquement dominés par un adversaire au bénéfice à la fois d’un collectif affirmé et d’individualités marquantes. Auteur d’un triplé, l’éternel Edin Dzeko fut, ainsi, le bourreau d’un Lugano bien trop léger en défense.

La faute inutile de Yanis Cimignani qui a provoqué le penalty du 1-1 et la relance trop courte de Lars Mai sur le 3-2 alors que Lugano venait de revenir à la hauteur des Turcs grâce à Uran Bislimi ont sans doute fait sourire Jose Mourinho. L’entraîneur portugais ne pensait pas recevoir de tels cadeaux pour sa première sortie officielle à la tête de son nouveau club. Seulement, le but de Milton Valenzuela au bout du temps additionnel a dû lui rester en travers de la gorge. Il maintient le FC Lugano en vie avant le match retour mardi à Istanbul.

Les Tessinois devront toutefois signer un authentique exploit en Turquie pour se qualifier. Le souvenir de la victoire obtenue l'an passé à Istanbul face au Besiktas peut leur faire croire que l'impossible sera possible dans le stade qui fut à l'automne 2005 le théâtre du barrage Turquie - Suisse resté dans toutes les mémoires.

En cas d'élimination, Lugano sera reversé dans le tour préliminaire de la Ligue Europa avec une double confrontation contre le Partizan Belgrade selon toute vraisemblance. Les Tessinois doivent impérativement remporter une confrontation dans ces tours préliminaires pour disputer une phase de poules. Ils bénéficient de trois chances pour y parvenir. La première est déjà bien hypothéquée.

undefined

undefined

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Personne ne devine la bonne combinaison de l’Euro Millions

Publié

le

Lors du prochain tirage vendredi, 28 millions de francs seront en jeu. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante à l'Euro Millions mardi soir. Pour gagner, il fallait jouer les numéros 4, 8, 10, 16 et 34 et les étoiles 4 et 8.

Lors du prochain tirage vendredi, 28 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande. Cette loterie transnationale est proposée dans douze pays européens, dont la Suisse et le Liechtenstein.

https://jeux.loro.ch/games/euromillions

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Macron: pas de nouveau gouvernement avant la fin des JO "mi-août"

Publié

le

Emmanuel Macron a exhorté les forces politiques du front républicain anti-RN à être "à la hauteur de ce qu'elles ont fait dans l'entre-deux-tours" des élections législatives et à faire "des compromis". (© KEYSTONE/EPA/LUDOVIC MARIN / POOL)

Emmanuel Macron a affirmé mardi qu'il ne nommerait pas de nouveau gouvernement avant la fin des Jeux olympiques "mi-août". Cela au nom de la "trêve" qu'il a invoquée, car cela "créerait un désordre" pendant l'événement sportif planétaire organisé à Paris.

"Jusqu'à la mi-août, on doit être concentré sur les Jeux. Et puis à partir de là, en fonction de l'avancée de ces discussions, ce sera ma responsabilité de nommer un Premier ministre ou une Première ministre et lui confier la tâche de constituer un gouvernement et d'avoir le rassemblement le plus large qui lui permette d'agir et d'avoir la stabilité", a dit le chef de l'Etat sur France 2, France Inter et franceinfo.

Faire "des compromis"

Emmanuel Macron a exhorté les forces politiques du front républicain anti-RN à être "à la hauteur de ce qu'elles ont fait dans l'entre-deux-tours" des élections législatives et à faire "des compromis".

"Personne ne peut appliquer son programme", "ni le nouveau Front populaire, ni la majorité sortante, ni la droite républicaine", a relevé le chef de l'Etat français.

"La responsabilité de ces partis, c'est de faire quelque chose que toutes les démocraties européennes font, qui n'est pas dans notre tradition mais qui est, je le crois, ce que nos compatriotes attendent parce que c'est être à la hauteur du moment et des responsabilités que les Françaises et Français ont données à ces partis: c'est de sortir en quelque sorte de leur évidence, c'est de savoir faire des compromis", a-t-il encore ajouté.

Le NFP n'a pas la majorité

M. Macron a aussi martelé que le Nouveau Front populaire n'avait "pas de majorité" à l'Assemblée, rejetant de facto la proposition de la gauche de nommer sa candidate, Lucie Castets, à Matignon.

"Il est faux de dire que le Nouveau Front populaire aurait une majorité, quelle qu'elle soit", a dit le président. "La question n'est pas un nom. La question, c'est quelle majorité peut se dégager à l'Assemblée pour qu'un gouvernement de la France puisse passer des réformes, passer un budget et faire avancer le pays", a-t-il ajouté.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture