Rejoignez-nous

Mobilité

Tronçon Vennes-Chexbres: des travaux conséquents en 2024

Publié

,

le

En 2024 de gros chantiers sont à nouveau prévus sur l'A9 entre Chexbres et Vennes, notamment l'assainissement des tunnels de Chauderon et de Criblette (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les travaux sur l'autoroute A9 seront conséquents entre Vennes et Chexbres (VD) en 2024, avec notamment l'assainissement des tunnels de Chauderon et de la Criblette à hauteur de Bourg-en-Lavaux. Des mesures seront prises pour lutter contre les nuisances sonores.

"L'année est assez chargée. De février à novembre, nous allons travailler sur tous les secteurs de ce tronçon qui voit défiler 60'000 véhicules par jour", a déclaré Frédéric Rondeau, chef de projet à l'Office fédéral des routes (OFROU) pour le secteur Vennes-Chexbres, mardi devant la presse à Lausanne.

Le gros morceau concerne Bourg-en-Lavaux avec l'assainissement des deux tunnels de Chauderon et Criblette jusqu'en 2028. En 2024, les travaux sont prévus de février à novembre. "La volonté politique est de ne pas interrompre le trafic la journée" a souligné le responsable.

Les véhicules circuleront en bidirectionnel la nuit côté lac, puis côté montagne, a souligné le responsable. La vitesse sera limitée à 60 km/heure la journée et à 80 km/heure la nuit.

Bouclier de bruit

"Ces travaux seront relativement lourds et dans une zone urbaine", a souligné Olivier Floc'hic, en charge de la communication à l'OFROU. Pour tenter de minimiser les nuisances sonores, un système d'amortissement du bruit sera construit à l'intérieur du tunnel. Il permettra de travailler dans un système clos avec portails fermés. La sonorité devrait être identique à celle vécue actuellement avec le bruit de l'autoroute, a-t-il précisé.

Un tel projet-pilote avait été mené avec d'excellents résultats sur l'A16, a rappelé le porte-parole. Une rencontre est prévue avec les habitants de Bourg-en-Lavaux la semaine prochaine, dont certains ont fait part de leur crainte de revivre la construction de l'autoroute en 1974.

"Plus on les repousse, plus les travaux sont compliqués, raison pour laquelle ils doivent être réalisés sans attendre. Il n'y a pas d'alternative", a expliqué M. Floc'hic.

Un week-end de fermeture

Parmi les autres travaux à l'agenda 2024, l'OFROU va finir d'installer un système d'harmonisation des vitesses et d'avertissement des dangers sur le secteur Vennes-Belmont, avec lecture en temps réel du trafic. Les panneaux seront installés ces deux prochaines semaines, a indiqué M.Rondeau.

Le passage supérieur de Chenaule entre Pully Nord et Pully Sud sera démoli, puis reconstruit à l'identique. La technique de démolition par croquage impliquera la fermeture de l'autoroute le week-end du 13 juillet.

Des systèmes d'évacuation et de traitement des eaux seront construits pour évacuer les eaux de chaussée, notamment à Belmont et la Croix. Il s'agira également de finaliser les travaux autour de la bretelle de Puidoux-Chexbres.

Entre Vevey et Glion, l'OFROU annonce encore l'assainissement de quatre passages de déviation et celle des fissures de la voûte du tunnel de Glion (trafic bidirectionnel). "Nous étudions par ailleurs la possibilité de poser davantage de panneaux solaires, sur certains murs par exemple", a annoncé M.Rondeau.

Les investissements en 2024 sont de l'ordre de 59 millions. Ils atteindront 270 millions à l'horizon 2028.

Elargissement à Belmont

Les travaux d'entretien du tronçon avaient débuté en 2017. Sur 9,6 kilomètres, 4,6 ont déjà été assainis, de même que quinze ponts sur 22 et un tunnel sur quatre (Flonzaley). Sur 99 murs de soutènement, 45 ont d'ores et déjà été refaits.

L'OFROU estime que le chantier coûtera au total de 750 à 800 millions. S'y ajouteront de 100 à 150 millions en fonction de la réalisation ou non de l'élargissement du tunnel de Belmont. Ce dernier fait l'objet d'un recours au Tribunal administratif fédéral et peut-être ensuite au Tribunal fédéral, a précisé le porte-parole.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mobilité

La compagnie Swiss évite l'espace aérien iranien

Publié

le

Swiss contournera l'espace aérien iranien au moins jusqu'au 18 avril (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La compagnie aérienne Swiss évite l'espace aérien iranien en raison des tensions croissantes au Proche-Orient. Elle a décidé vendredi soir de dévier les vols concernés, a-t-elle indiqué samedi à Keystone-ATS.

Cette décision prolonge de 90 minutes les vols vers et en provenance de Hong Kong, Bangkok, Singapour, New Delhi et Mumbai, a précisé la filiale de Lufthansa. Cette mesure restera en vigueur jusqu'au jeudi 18 avril. Durant cette période, Swiss évite également les espaces aériens israélien et libanais.

Avant la compagnie helvétique, Lufthansa, sa filiale autrichienne Austrian Airlines ainsi que la compagnie australienne Qantas avaient déjà décidé de ne pas voler au-dessus de l'Iran.

Regain de tension

La situation au Proche-Orient s'est encore tendue ces derniers jours. L'Iran a menacé Israël, qu'il accuse d'une frappe qui a détruit le 1er avril son consulat à Damas. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), l'attaque a fait 16 morts, dont deux généraux des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique d'Iran.

Dans ce contexte, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) déconseille de se rendre en Iran pour des voyages qui ne sont pas urgents. "La situation liée au conflit au Proche-Orient est volatile. L’évolution de la situation est incertaine et une détérioration significative de la situation sécuritaire dans tout le pays est possible à tout moment", écrit-il sur son site internet.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Mobilité

Ag!ssons ouvre la plateforme "Nos transports publics"

Publié

le

Le mouvement Agiss!ons a choisi la gare de Lausanne pour présenter sa nouvelle plateforme demandant notamment la presque gratuité des transports publics. (© KEYSTONE/LEANDRE DUGGAN)

Le mouvement Ag!ssons a lancé mercredi à Lausanne sa nouvelle campagne intitulée "Nos transports publics". Son objectif: stopper les nouvelles extensions des autoroutes et favoriser la presque gratuité des transports publics.

La campagne a été lancée à la gare de Lausanne, "l’un des symboles romands du fiasco et du danger qui guette les infrastructures publiques et ferroviaires de la population", écrit Ag!ssons mercredi dans un communiqué.

Son premier objectif: barrer le chemin aux nouvelles extensions des autoroutes, projet soumis au vote probablement à fin 2024. Il s'agit de sauvegarder la santé et la capacité d’investissement dans des projets qui répondent aux enjeux actuels de la population, explique Ag!ssons qui rejoint, avec sa campagne, les opposants au projet.

L'appel vise également à obtenir une baisse drastique des prix des transports publics et à améliorer leur accessibilité. Ag!ssons veut notamment lancer de nouvelles initiatives populaires cantonales “Pour des transports publics très abordables et accessibles” dans tous les cantons romands à l’horizon du printemps 2025, voire même plus tôt dans le canton de Vaud.

Quasi-gratuité

Ces textes demanderont la "presque gratuité des transports publics avec par exemple un abonnement à un coût de 100 francs", a expliqué Steven Tamburini, responsable de la campagne, à Keystone-ATS, rappelant que la gratuité totale a été invalidée par le Tribunal fédéral. Les initiatives exigeront également des investissements massifs pour garantir les projets clés et améliorer la desserte (réseaux, horaires, etc.).

Lancée mercredi en parallèle, la plateforme "Nos transports publics" attend désormais signatures et propositions de la population sur ces thèmes, a relevé M.Tamburini.

Pour mémoire, Ag!ssons est un mouvement citoyen de protection et de démocratisation des biens communs (eau, santé, logement, la mobilité, alimentation, éducation, travail). Indépendant des partis politiques il veut construire du pouvoir collectif par la stratégie de l’organisation collective.

Son initiative pour des droits politiques cantonaux pour tous a notamment collecté 15'000 signatures en quatre mois en terres vaudoises. Le texte est actuellement dans les mains du Conseil d'Etat, a précisé le responsable .

www.nostransportspublics.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Mobilité

L'ASTRA Bridge optimisé pour des travaux sur l'A1

Publié

le

Une version optimisée de l'ASTRA Bridge est utilisée entre Recherswil (SO) et Luterbach (SO) pendant les travaux d'assainissement de l'A1. Les rampes d'accès ont été rallongées par rapport à la première version testée en 2022. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Le pont de chantier autoroutier ASTRA Bridge est utilisé dans une version optimisée pour les travaux d'assainissement de l'A1 entre Recherswil (SO) et Luterbach (SO). Les rampes d'accès plus plates peuvent être empruntées sans problème à 60 km/h.

La circulation est restée fluide sur le pont et aucun retard exceptionnel n'a été enregistré sur le tronçon jusqu'à présent, a indiqué lundi l'Office fédéral des routes (OFROU, ASTRA en allemand). Le pont mobile a été monté durant le week-end et ouvert à la circulation dimanche matin. Il restera opérationnel jusqu'à la mi-août.

Lors de sa première utilisation en 2022, l'ASTRA Bridge posait des problèmes de fluidité du trafic en raison des rampes d'accès. Dans la version optimisée, les angles "sont désormais beaucoup plus plats". Les chocs subis par les véhicules lors de la première mise en service en 2022 sont beaucoup plus faibles.

Rampes d'accès rallongées

Les rampes d'accès et de sortie ont été rallongées de dix mètres. Le pont mesure désormais 280 mètres de long. La vitesse maximale autorisée est de 60 km/h. Jusqu'à présent, la conception et la fabrication de ce pont mobile ont coûté 26 millions de francs.

Le pont, d'une largeur de 7,3 mètres et d'une hauteur de 4,32 mètres, comporte deux voies. Le chantier proprement dit dispose ainsi d'environ 100 mètres sous le pont. Une fois les travaux achevés sous l'ASTRA Bridge, le pont peut être déplacé de 100 mètres pour effectuer les travaux sur le tronçon suivant.

En séparant le chantier de la chaussée, on améliore la sécurité du personnel qui effectue les travaux et on évite de fermer une piste de l'autoroute, ce qui réduit le risque de bouchon, selon l'OFROU. Le pont peut également être déplacé latéralement grâce à ses roues. Un pont se compose d'un total de douze modules pesant chacun 33 tonnes auxquels s'ajoutent les rampes d'accès et de sortie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Mobilité

Archéologie: Poursuite des fouilles au bois de Finges

Publié

le

Dans le bois de Finges, les premiers vestiges avaient été découverts dans le cadre des travaux préparatoires de l'autoroute A9 entre Sierre et Loeche voici 20 ans (archives). (© KEYSTONE/DENIS EMERY)

Les fouilles archéologiques sur le tronçon de l'autoroute A9 à travers le bois de Finges (VS) vont se poursuivre. Des travaux d’enlèvement du sol débuteront la mi-avril 2024 dans le secteur du hameau de Pfyngut.

Les nouvelles fouilles, qui devraient durer quatre ans, visent à approfondir les connaissances déjà acquises au sud de Pfyngut et à Mörderstein depuis le début des travaux en 2004, informe lundi la Chancellerie du Valais. Elles couvrent les trois derniers millénaires de l'histoire humaine.

L’endroit servira ensuite de site d'installation et de gestion des matériaux pour les futurs chantiers de l'A9. Les fouilles n'auront aucun impact sur l'avancement des travaux de construction de l’autoroute A9 dans le Haut-Valais, précise le canton.

Concrètement, une couche d'environ 1 m de terre végétale et de sous-sol sera enlevée au sud de la route cantonale T9. La terre excavée, sur quelque 20 hectares, sera déposée sur des sites de stockage temporaires.

Ces travaux permettront le début de fouilles archéologiques à grande échelle avant la construction de l'autoroute. Une fois ces fouilles terminées, les analyses scientifiques approfondies ainsi que la documentation et la publication des résultats se poursuivront jusqu'en 2031.

23 millions

Les fouilles effectuées en plusieurs étapes depuis 20 ans ont déjà permis de découvrir une route romaine datant d'avant notre ère. Des recherches sont également menées sur l'habitat et l'agriculture, notamment la fondation du hameau de Finges en l'an 1000, ainsi qu'autour des batailles de Finges de 1798/1799.

Les coûts totaux des recherches archéologiques s'élèvent à 23 millions de francs. Ils sont financés par les fonds alloués à la construction de l'autoroute, à savoir à 96 % par la Confédération et à 4 % par le canton.

Une fois la construction de l’A9 terminée, la zone sera rendue à l'agriculture. L'autorisation de construire le tronçon autoroutier Sierre Est - Loèche/la Souste Est dépend d'une dernière décision du Tribunal fédéral concernant la passerelle pour piétons sur le Rhône Salquenen-Milljeren, attendue cette année, conclut le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Mobilité

A1: fermetures d'autoroute nocturnes entre Aubonne et Gland

Publié

le

Des fermetures nocturnes sont prévues sur l'A1 entre Aubonne et Gland jusqu'au 22 mai (photo d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L’autoroute A1 sera fermée à la circulation entre les jonctions d’Aubonne et de Gland certaines nuits entre lundi et le 22 mai. Des travaux auront lieu sur le tronçon Nyon-Etoy.

Les fermetures auront lieu de 22h15 à 04h45. La chaussée lac sera concernée dans un premier temps (8-9 et 9-10 avril, 16-17 mai), puis la chaussée montagne (17-18, 21-22 mai). Les automobilistes devront sortir de l’autoroute et emprunter la déviation mise en place sur le réseau secondaire, écrit l'Office fédéral des routes vendredi dans un communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture