Rejoignez-nous

Economie

Migros et Coop dans le top 50 mondial du commerce de détail

Publié

,

le

Si en se trouvant à la 40ème place mondiale Migros a perdu un rang d'une année sur l'autre, avec des revenus à 24,97 milliards de dollars (22,45 milliards de francs), Coop revanche a conservé sa 46ème place à 23,34 milliards (20,1 milliards de francs) (archives). (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Migros et Coop sont parvenus à conforter leur positionnement parmi les 50 meilleures entreprises mondiales de commerce détail en termes de chiffres d'affaires, révèle mardi la dernière étude de Deloitte en la matière qui se base sur les revenus établis en 2019.

Si en se trouvant à la 40ème place mondiale Migros a perdu un rang d'une année sur l'autre, avec des revenus à 24,97 milliards de dollars (22,45 milliards de francs), Coop en revanche a conservé sa 46ème place à 23,34 milliards (20,1 milliards de francs). De son côté Richemont est lui aussi resté stable, avec son 96ème rang et 11,09 milliards de dollars de chiffre d'affaires (9,97 milliards de francs), alors que Dufry, qui a beaucoup souffert des restrictions de voyages, a perdu 4 places et se positionne désormais au 124ème rang pour un chiffre d'affaires de 8,66 milliards de dollars(7,8 milliards de francs).

Ce n'est guère une surprise, le duo de tête appartient à Walmart, qui cavale loin devant ses poursuivants, avec 523,96 milliards de dollars, et à Amazon, avec 158,44 milliards de dollars, talonné par l'américain Costco Whole Corporation, avec 152,70 milliards de revenus.

L'étude note que Migros et Coop ont bénéficié de la fermeture des frontières avec les pays voisins, contraignant les Suisses à faire leurs achats chez eux plutôt que de passer de l'autre côté de la frontière. La crise pandémique a donné un coup d'accélérateur à au comportement des consommateurs, correspondant à un bond des ventes de détail en ligne. Quant aux les épiceries et entreprises locales, elles ont pleinement profité de l'afflux de télétravailleurs l'année dernière.

Les experts de Deloitte estiment que Richemont a certes réussi à préserver son positionnement dans le top 100 mais que le groupe devrait témoigner d'un recul de ses recettes issues du commerce de détail avec la crise pandémique. Le raisonnement est similaire pour Dufry, qui bien qu'il soit l'un des détaillants avec l'une des croissances les plus soutenues en 2019, il a par la suite souffert de manière aigue des restrictions de voyage liées au coronavirus.

Par comparaison avec l'exercice précédent, la part de chiffre d'affaires des 10 meilleurs détaillants au monde a de nouveau progressé, représentant 32,7% par rapport au total à fin 2019, contre 32,2% en 2018. Les revenus générés dans le commerce de détail par le top 10 se sont appréciés de 4,4%, soit une baisse de 1,9 point de pourcentage par rapport à l'année précédente.

A relever que parmi le top 10, sept entreprises sont d'origine américaine, alors que parmi le top 250 la majorité est européenne (87).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Olaf Scholz et le secrétaire général de l'OTAN seront au WEF

Publié

le

Le fondateur du Forum économique mondial (WEF) Klaus Schwab estime que la réunion annuelle de l'organisation la semaine prochaine à Davos (GR) sera la "plus opportune" jamais observée. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le chancelier allemand Olaf Scholz et le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg seront à Davos (GR) pour la réunion annuelle du WEF la semaine prochaine. Cette édition sera "la plus opportune et conséquente" jamais organisée, selon son fondateur Klaus Schwab.

Plus de 50 chefs d'Etat et de gouvernement sont attendus pour la première rencontre en présentiel du Forum économique mondial (WEF) en plus de deux ans en raison de la pandémie. Au total, près de 2500 dirigeants politiques, du secteur privé et de la société civile sont attendus.

La situation politique et économique liée à la pandémie et à la guerre en Ukraine "est sans précédent", a affirmé mercredi à la presse M. Schwab. Selon lui, elle constitue une rupture de l'environnement international de l'après Seconde Guerre mondiale et de l'après Guerre froide.

M. Scholz, qui préside le G7 cette année, s'exprimera pour la première fois à Davos comme chef de gouvernement. De son côté, M. Stoltenberg arrivera dans la station grisonne alors que l'OTAN doit prochainement se pencher sur les candidatures de la Suède et de la Finlande dans une période de tensions importantes avec Moscou.

La Russie, indésirable, ne sera pas représentée cette année à la réunion annuelle, alors qu'elle soutenait largement les activités de l'organisation jusqu'à présent. "C'était la bonne décision", insiste le président du WEF Borge Brende. Et de souhaiter que Moscou honore ses obligations internationales dans les prochaines années pour redevenir fréquentable.

Nombreux Ukrainiens

Le WEF n'a pas hésité à prendre ses distances avec cet important acteur dès le début de la guerre. "Nous ferons tout ce que nous pouvons pour soutenir l'Ukraine" dans son rétablissement, ajoute encore M. Schwab. Il y a quelques jours, l'organisation avait déjà dévoilé que ce pays serait au centre de la réunion annuelle.

Après ses nombreux discours devant des parlements ou des manifestations internationales de taille, le président Volodymyr Zelensky sera le premier dirigeant étranger à s'exprimer devant les participants lundi, depuis Kiev. Le maire de la capitale ukrainienne Vitaly Klitschko est lui attendu physiquement, tout comme le chef de la diplomatie Dmitro Kuleba.

Une forte délégation ukrainienne, du gouvernement au secteur privé en passant par la société civile, est prévue. Y compris des parlementaires. Une discussion entre patrons sur la situation dans ce pays aura également lieu.

Autre thématique importante, le WEF veut faire de sa réunion annuelle "un sommet sur le climat". De nombreux ministres en charge de cette question seront présents. Tout comme des dizaines de ceux en charge des finances, alors qu'inflation et insécurité alimentaires affectent de nombreux pays.

Plusieurs conseillers fédéraux

Parmi les dirigeants politiques attendus figurent notamment la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, le président du gouvernement espagnol Pedro Sanchez, le premier ministre polonais Mateusz Morawiecki ou encore le ministre allemand de l'économie Robert Habeck. De même que plusieurs chefs d'Etat africains et sud-américains.

De leur côté, les conseillers fédéraux feront le déplacement de Davos en nombre, comme toujours. Le président de la Confédération Ignazio Cassis prononcera lundi le discours d'ouverture, avant de s'exprimer lors de plusieurs discussions organisées à la Maison suisse.

Après la liste de questions envoyées récemment par la Commission européenne pour débloquer le dialogue avec Berne, il n'est pas certain qu'il rencontre Mme von der Leyen, ni un autre responsable européen. Des sources à Bruxelles avaient laissé entendre que le commissaire Maros Sefcovic, en charge des questions institutionnelles, ne viendrait pas dans la station grisonne.

Outre la présidente de la Commission, celle du Parlement européen sera également présente. Après plusieurs éditions en ligne, le WEF a été décalé cette année de plusieurs mois en raison de la pandémie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Lafarge: mise en examen pour complicité de crimes contre l'humanité

Publié

le

La cour d'appel de Paris a confirmé la mise en examen du groupe cimentier Lafarge pour "complicité de crimes contre l'humanité" concernant ses activités jusqu'en 2014 en Syrie. (archives) (© KEYSTONE/AP/THIBAULT CAMUS)

La cour d'appel de Paris a confirmé mercredi la mise en examen du groupe cimentier Lafarge pour "complicité de crimes contre l'humanité" concernant ses activités en Syrie jusqu'en 2014. La société se pourvoit en cassation.

Lafarge "demeure mise en examen de ces chefs" de complicité de crimes contre l'humanité et de mise en danger de la vie d'autrui, "dans le cadre de l'information judiciaire qui se poursuit", selon un communiqué du parquet général obtenu par l'agence AWP

La chambre de l'instruction a rejeté la demande d'annulation de la mise en examen de la société, qui a fusionné avec Holcim en 2015, pour ces deux motifs.

Pas un jugement

Le groupe français est soupçonné d'avoir versé en 2013 et 2014, via une filiale, plusieurs millions d'euros à des groupes terroristes, dont l'organisation Etat islamique (EI), ainsi qu'à des intermédiaires, afin de maintenir l'activité d'une cimenterie en Syrie alors que le pays s'enfonçait dans la guerre.

Dans un communiqué, Holcim a fait savoir que "Lafarge fera appel de cette décision devant la Cour suprême", c'est-à-dire que la filiale va se pourvoir en cassation.

"Il est important de préciser que cette décision n'est pas un jugement", souligne la multinationale zougoise. "Il s'agit de déterminer l'étendue des chefs d'accusation examinés".

Le géant des matériaux de construction rappelle que "les événements survenus chez Lafarge ont été dissimulés à notre conseil d'administration au moment de la fusion en 2015 et sont en totale contradiction avec nos valeurs".

A la Bourse suisse, le titre Holcim perdait 2,6% à 46,63 francs, dans un SMI en baisse de 0,6%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Le mécanisme de sauvetage des fournisseurs d'électricité revu

Publié

le

Les entreprises d'électricité d'importance systémique devraient pouvoir contracter des prêts auprès de la Confédération en cas de coup dur (image symbolique). (© KEYSTONE/SIGI TISCHLER)

Mal accueilli en consultation, le mécanisme de sauvetage pour les fournisseurs d'électricité a été quelque peu revu mercredi. Les producteurs pourront notamment contracter des prêts plus facilement qu'initialement prévu.

Inquiet d'un éventuel black-out, le Conseil fédéral veut s'assurer que les entreprises d'importance systémique puissent en tout temps acheter de l'électricité. Il a proposé fin avril un mécanisme de sauvetage, doté de 10 milliards de francs.

Prime de risque de 4 à 10%

Le projet a été vivement critiqué en consultation, notamment par les trois principaux concernés Axpo, Alpiq et BKW. Le gouvernement a donc mis de l'eau dans son vin. Les conditions, jugées disproportionnées, ont été assouplies.

Les producteurs devront prendre en permanence, avec leurs propriétaires et leurs bailleurs de fonds externes, toutes les précautions pour garantir leurs liquidités. En cas de situation extrême et inattendue, ils pourront contracter un prêt conforme au marché. Si l'interdiction de verser des dividendes est maintenue, les prescriptions en matière de transparence ont été assouplies.

La prime de risque, initialement fixée à 20%, sera quant à elle seulement de 4 à 10%. Elle permet d’éviter les incitations dommageables et de garantir que les entreprises mettent tout en oeuvre pour assurer leur financement, souligne le Conseil fédéral. L'aide fédérale doit être subsidiaire.

Participation presque obligatoire

Les entreprises assujetties devront s'acquitter d'un forfait annuel, visant à couvrir en partie les frais de déploiement. Un assujettissement purement volontaire, comme demandé en consultation, n'est pas envisageable, aux yeux du gouvernement.

Il peut arriver que des entreprises d'importance systémique ne puissent fournir elles-mêmes les liquidités nécessaires dans le délai imparti, précise-t-il. Leur faillite entraînerait des réactions en chaîne, voire un effondrement du système qui menacerait l'approvisionnement du pays.

Un fournisseur pourrait être exempté du forfait, à condition qu'il puisse compter sur un soutien cantonal en matière de liquidités correspondant à la réglementation fédérale. Pas question non plus d'étendre le mécanisme à toutes les entreprises. Le gouvernement ne veut pas créer "une banque publique du secteur de l'énergie".

Les cantons devront quant à eux rembourser à la Confédération la moitié des éventuelles pertes subies sur les montants consentis à titre de prêts. En contrepartie, ils bénéficieront des recettes provenant de la prime de risque à hauteur de 50%.

Limitée à fin 2026

La loi devrait être examinée par le Parlement à la session d'été, en vue d'une entrée en vigueur urgente. Elle sera limitée à fin 2026. Des mesures visant à rendre le secteur de l'électricité plus résilient devraient être mises en oeuvre par la suite.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Banque Heritage termine l'exercice 2021 sur une perte nette

Publié

le

Banque Heritage a vu ses revenus d'exploitation se contracter légèrement l'an dernier. L'établissement genevois, qui avait retrouvé de justesse les chiffres noirs en 2020, n'a pas pu éviter une perte au titre de l'exercice écoulé (image d'illustration). (© KEYSTONE/WALTER BIERI)

Banque Heritage a vu ses revenus d'exploitation se contracter légèrement l'an dernier en raison de la baisse des recettes du négoce et des autres sources de rendement. L'établissement genevois, qui avait retrouvé de justesse les chiffres noirs en 2020, n'a pas pu éviter une perte au titre de l'exercice écoulé.

La masse sous gestion a progressé de 1,8% à 4,50 milliards de francs en 2021, selon le rapport annuel. La hausse de 78 millions de francs est imputable à la progression des marchés de l'ordre de 40,2 millions et à un modeste afflux d'argent frais de 37,5 millions. Le recul des actifs en Suisse a été compensé par les entrées dans la filiale uruguayenne.

Les revenus se sont étiolés de 2,5% à 54,7 millions de francs, la hausse des commissions de 1,5 million de francs n'ayant pas suffi à contrebalancer le recul des recettes du négoce (-1,8 million) et les autres revenus (-1 million). Les charges d'exploitation ont été allégées de 3,7% à 38,2 millions de francs, en raison principalement de la baisse des coûts de personnel, détaille le rapport.

Le résultat opérationnel est resté dans le rouge à -0,7 million de francs, soit un peu mieux que la perte d'exploitation de 1,2 million subie en 2020. Le groupe boule ainsi 2021 sur un bénéfice de 121'000 francs, après 80'000 francs à l'exercice précédent. Quant à la banque Heritage en Suisse, elle termine sur une perte d'exploitation de 1,7 million, contre 2,5 millions en 2020.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Actualité

Une commission veut réduire plus vite la dette liée au Covid-19

Publié

le

Des dépenses extraordinaires ont été approuvées pour atténuer les conséquences liées au Covid, comme la fermeture des restaurants. Pour la commission, la dette doit être réduite plus rapidement (archives) (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

La dette liée au coronavirus devrait être réduite plus rapidement. Les bénéfices du passé doivent contribuer à réduire de moitié l'endettement extraordinaire, estime la commission des finances du Conseil national.

Des dépenses extraordinaires importantes ont été approuvées afin d'atténuer les conséquences liées au Covid-19. Elles ont conduit à un endettement supplémentaire de la Confédération. De 20,3 milliards en 2020, la dette devrait s'élever entre 25 et 30 milliards fin 2022.

Selon le droit en vigueur, ces dépenses extraordinaires doivent être remboursées en six ans. Cela équivaudrait à sortir quatre milliards de francs chaque année du budget ordinaire. "Impossible sans des coupes sévères dans le budget", a expliqué Roland Fischer (PVL/LU), président de la commission des finances du National, mardi à Berne lors d'une conférence de presse.

Le Conseil fédéral n'a justement pas prévu de programme d'allègement budgétaire ni de hausse d'impôts. En révisant la loi, il se donnerait jusqu'en 2035 pour rembourser la dette, soit le découvert du compte d'amortissement des dépenses extraordinaires. A coup de 2,3 milliards de francs par an.

Dans le détail, le gouvernement compte sur la distribution additionnelle de la Banque nationale suisse (BNS). Il l'estime à 1,3 milliard par an. Par ailleurs, il entend utiliser les soldes des crédits budgétisés mais non entièrement utilisés. Ces excédents de financement sont évalués à 1 milliard de francs par an en moyenne.

Réduire délai et dette

La commission des finances propose désormais un processus technique qui doit permettre de réduire à la fois la dette et le délai de remboursement. "L'idée est de ne pas trop traîner la dette dans le temps", selon Roland Fischer. Il y a trop d'argent en jeu et trop d'inconnues.

La Confédération a beaucoup épargné ces dix ou vingt dernières années. Il est donc justifié, aux yeux de la commission, de profiter de ces excédents en temps de crise, a poursuivi Gerhard Andrey, au nom de la commission (Verts/FR).

Concrètement, le compte de compensation du budget ordinaire de la Confédération affichait à fin 2021 un excédent de 23,5 milliards de francs. Environ la moitié serait prélevée pour l'affecter au remboursement de la dette Covid-19. Il resterait donc encore 12,5 milliards à rembourser.

Par conséquent, la commission des finances estime pouvoir ramener à 2031 le délai fixé pour rembourser la dette. Elle a pris sa décision de justesse, par 13 voix contre 11.

Indolore

La population suisse ne devrait pas remarquer ce processus avant tout technique, ont assuré les deux sénateurs. Et la Confédération garde encore quelque 12 milliards de francs dans ce compte de compensation du budget ordinaire pour de futures crises, qu'elles soient liées aux réfugiés ou au changement climatique, a précisé Gerhard Andrey.

Une minorité de gauche et verte-libérale aurait voulu aller plus loin et utiliser l'entier des 23,5 milliards de francs du compte de compensation pour résorber quasiment toute la dette. Mais la majorité n'a pas voulu franchir ce pas. Une autre minorité aurait voulu en rester au simple projet du Conseil fédéral.

La commission des finances a en outre refusé, par 18 voix contre 7, de comptabiliser l'ensemble des bénéfices distribués par la BNS comme des recettes extraordinaires. Cette proposition aurait permis de disposer de davantage de moyens pour réduire l'endettement, et donc aller encore plus vite. Mais il aurait fallu réduire les futurs budgets ordinaires de 667 millions de francs.

Au vote sur l'ensemble, la commission a approuvé le projet par 19 voix contre 0 et 6 abstentions. Le Conseil fédéral veut voir cette modification entrer en vigueur en 2023. Le National se penchera dessus dès la session d'été.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture