Rejoignez-nous

Economie

L'immobilier de bureau moins affecté que prévu par la pandémie

Publié

,

le

La demande pour les bureaux a fléchi par rapport à une période normale, mais s'est maintenue à un niveau plus robuste que craint. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le marché de l'immobilier de bureau n'a pas échapé aux conséquences de la crise sanitaire et devrait connaître encore quelques trimestres difficiles. L'offre de surfaces a certes progressé par rapport à 2020, mais la demande se maintient mieux que prévu.

À fin juin, l'offre de surfaces en Suisse affichait une progression de 5,8%, contre 5,5% un an plus tôt, signale Credit Suisse mercredi dans l'édition 2022 de son étude consacrée au marché de l'immobilier de bureau.

"Le taux d'offre est très modéré en comparaison internationale", a signalé en téléconférence un des auteurs du rapport, Fredy Hasenmaile, responsable analyse immobilière chez Credit Suisse. Et de citer à titre d'exemple les États-Unis, où le taux de vacance a bondi en un an de 14,4% à 17,4%, ou le Royaume-Uni, de 5,6% à 7,0%.

La demande a quant à elle fléchi par rapport à une période normale, mais s'est maintenue à un niveau plus robuste que craint, à la faveur notamment de la bonne conjoncture dans ce segment jusqu'à l'éclatement de la crise sanitaire, mais aussi de l'incertitude quant aux besoins futurs et de l'effet retardé des loyers à long terme.

"La corrélation habituellement étroite entre la croissance du travail de bureau et la demande de surfaces a disparu pendant la pandémie", relèvent les auteurs de l'étude, qui signalent que "de nombreux demandeurs ont préféré attendre avant de louer de nouvelles surfaces, d'autant que la pandémie est loin d'être maîtrisée, ce qui accentue la tendance au télétravail".

Selon les économistes de Credit Suisse, cette modalité accentuée par la Covid-19 devrait se traduire à moyen terme par une baisse des besoins en surfaces de bureau estimée à environ 15%. Cette dernière devrait toutefois être compensée par l'essor des activités induit par la numérisation, ce qui devrait se traduire par une stagnation de la demande.

___ Investisseurs frileux

Au cours des douze derniers mois, les permis de construire octroyés pour des bureaux correspondent à un volume d'investissement de près de 1,6 milliard de francs, soit 17% de moins que la moyenne à long terme depuis 1995.

"Les investisseurs sont devenus plus prudents en ce qui concerne les bâtiments de bureaux et ne se lancent pas dans de nouveaux projets tant que les incertitudes concernant les futurs besoins en surfaces demeurent", expliquent les experts du numéro deux bancaire helvétique.

Citant une étude sur l'évolution à long terme de la branche réalisée par les cabinets Ecoplan et KPMG, ils estiment que le taux de bureaux - c'est-à-dire la part de personnes actives disposant d'un poste de travail de bureau - qui est passée de 34% à 45% en Suisse au cours de la dernière décennie, devrait atteindre 60% à l'horizon 2060.

Mais dans l'immédiat, la demande est tiraillée entre deux tendances contraires, avec d'un côté l'absorption des surfaces en deçà de son niveau habituel en raison des incertitudes liées à la pandémie, et de l'autre une accumulation de la demande.

Contrairement aux surfaces commerciales, qui connaissent actuellement une mutation structurelle, "les bureaux ne sont pas obsolètes et devraient continuer de jouer un rôle important", a conclu M. Hasenmaile.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

UBS: offre de désengagement des fonds Supply Chain

Publié

le

L'opération doit rester sans effets notables sur les résultats d'UBS ou sur le niveau de ses fonds propres durs. (archive) (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

UBS présente lundi une offre de désengagement des fonds Supply Chain de Credit Suisse, liés à la société d'affacturage britannique Greensill, qui a déposé le bilan au printemps 2021.

La proposition comprend le remboursement aux détenteurs de parts de 90% de la valeur nette d'inventaire desdits fonds en date du 25 février 2021, déduction faite des remboursements déjà effectués.

Au dernier pointage il y a tout juste un an, le numéro deux bancaire helvétique racheté depuis par le numéro un annonçait un septième versement aux investisseurs du fonds Greensill, portant la remboursement total à 7 milliards de dollars. Feu la banque aux deux voiles assurait avoir alors récupéré 7,4 milliards, sur les 10 milliards de fonds sous gestion au moment de leur suspension.

L'opération doit rester sans effets notables sur les résultats d'UBS ou sur le niveau de ses fonds propres durs, du fait notamment des provisions constituées par le groupe bancaire aux trois clés au moment du rachat de son dauphin déchu au printemps 2023. UBS AG prévoit d'inscrire une provision de 0,9 milliard de dollars au deuxième trimestre sur une base consolidée.

Les Supply Chain Finance Funds feront désormais partie de la banque de défaisance d'UBS,

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Le code postal fête ses 60 ans en Suisse

Publié

le

De 1000 Lausanne à 9658 Wildhaus: les numéros postaux d’acheminement de La Poste existent depuis 60 ans (photo d'illustation). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le 26 juin 1964, la Suisse a introduit les codes postaux. Elle est le troisième pays après l'Allemagne (1961) et les Etats-Unis (1963) à avoir décidé d'utiliser un numéro devant le nom de la localité. La réflexion a démarré pendant la Seconde Guerre mondiale.

En 1941, la Poste du Reich allemand a introduit un code à deux chiffres pour faire face au grand nombre de lettres traitées par la poste de campagne et au manque de connaissances géographiques du personnel, rappelle la Poste suisse à l'occasion de ce jubilé.

La véritable percée du numéro postal a lieu au début des années 1960 lorsque les machines de tri semi-automatiques adoptées par les services postaux s'imposent et augmentent les capacités de tri de 50%. Les premiers pays qui les adoptent sont l’Allemagne et les Etats-Unis et la Suisse en 1964. La plupart des pays ont ensuite suivi.

Chiffres pas hasardeux

Les quatre chiffres du numéro postal ont une signification bien précise. Le premier chiffre renvoie à la région et il est assigné d’ouest en est par la Poste. Lausanne a reçu le plus petit numéro postal d’acheminement, le 1000.

Le deuxième chiffre précise la localisation régionale. Par exemple, 90xx est affecté à la ville de Saint-Gall et à ses environs jusqu’Appenzell, 94xx comprend Rorschach, la vallée du Rhin et la Principauté de Liechtenstein, et la région de Wil porte le numéro 95xx.

Le troisième chiffre indique le trajet ferroviaire via lequel le courrier est transporté. Etant donné que le transport des lettres et des colis se fait désormais aussi par la route, ce chiffre n’a plus d’importance aujourd'hui.

Enfin, le quatrième chiffre indique la localité exacte. La valeur la plus élevée affectée à une localité se trouve dans le Toggenburg: 9658 Wildhaus.

Aussi pour les entreprises

Il y a en Suisse 4385 numéros postaux d’acheminement assignés à des lieux de domicile, des cases postales et des entreprises. La Poste a ainsi son propre numéro postal, le 3030 Berne.

L’enclave allemande de Büsingen dispose aussi de deux numéros postaux d’acheminement, un suisse et un allemand. En revanche, l'enclave italienne de Campione d’Italia a perdu son numéro postal suisse. Depuis janvier 2020, Campione fait partie du territoire douanier européen pour lequel seul le numéro postal italien est valable.

Des NPA temporaires

Il existe encore d'autres cas particuliers. Par exemple, la localité de "La Cibourg" possède trois NPA différents car elle s’étend sur trois communes et deux cantons. Il arrive aussi que des lieux très excentrés disposent d’un numéro postal: par exemple 3801 Jungfraujoch pour les trois ménages et 3823 Eigergletscher pour un ménage.

Certains numéros postaux peuvent aussi être attribués temporairement. Le camp fédéral du Mouvement Scout de Suisse en 2022 dans le Haut-Valais s'est ainsi vu attribuer le "3990 Ulrichen CaFé" pour les milliers de colis, de lettres et de cartes postales envoyés. Depuis, le numéro a été désactivé.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Poste: les délais d'acheminement seront assouplis

Publié

le

La Poste ne distribuera plus le courrier A systématiquement dans les délais (photo d'illustration). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

La Poste doit avoir plus de flexibilité dans la distribution. Le Conseil fédéral propose que seulement 90% des lettres et paquets soient livrés à temps. Le géant jaune ne sera plus tenu non plus d'aller vers toutes les maisons habitées à l'année.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Poste: les délais d'acheminement seront assouplis

Publié

le

La Poste ne distribuera plus le courrier A systématiquement dans les délais (photo d'illustration). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

La Poste doit avoir plus de flexibilité dans la distribution. Le Conseil fédéral propose que seulement 90% des lettres et paquets soient livrés à temps. Le géant jaune ne sera plus tenu non plus d'aller vers toutes les maisons habitées à l'année.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Tesco profite au 1er trimestre du relâchement de l'inflation

Publié

le

Les ventes dans les supermarchés Tesco ont progressé outre-Manche (archives). (© KEYSTONE/EPA/MARK MARLOW)

Tesco, la première chaîne britannique de supermarchés, a enregistré une hausse d'environ 3% de ses ventes au premier trimestre, aidée par le repli de l'inflation, et maintient ses prévisions pour le reste de l'année, d'après un communiqué vendredi.

Les ventes du groupe ont atteint 15,6 milliards de livres (17,8 milliards de francs) au premier trimestre, à périmètre comparable, dopées par la filiale de banque, même si les ventes en supermarchés, coeur d'activité du groupe, progressent plus modestement (+3% environ).

"Nous avons continué de bâtir une dynamique pour notre entreprise, avec une forte croissance des volumes à travers le Royaume-Uni, l'Irlande et l'Europe centrale, soutenu par le reflux de l'inflation", commente Ken Murphy, directeur général du groupe de distribution.

De 11% environ à son pic fin 2022, l'inflation est retombée à 2,3% au Royaume-Uni en avril, tempérant la crise du pouvoir d'achat.

"Après un autre trimestre robuste, nous sommes heureux de réitérer notre prévision pour l'année entière, avec une tendance des ventes en ligne avec nos attentes et une activité bien positionnée pour les mois à venir", ajoute M. Murphy.

Le groupe dit attendre pour l'exercice 2024/25 un bénéfice opérationnel d'au moins 2,8 milliards de livres (3,2 milliards de francs au cours du jour).

"La position apparemment indétrônable du plus gros détaillant d'épicerie au Royaume-Uni est réaffirmée" estime Richard Hunter, analyste de Interactive Investors.

La part de marché globale du groupe de 27,6% est équivalente à celle de ses deux plus proches rivaux (Sainsbury et Asda) réunis" malgré un environnement concurrentiel "impitoyable".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture