Rejoignez-nous

Suisse

Le monde de demain: des bateaux intelligents et connectés

Publié

,

le

Dans la série tous les véhicules deviennent intelligents, les bateaux gagnent eux aussi en technologie… C’est le monde de demain. 

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

Avec les beaux jours, les bateaux sont à nouveau de sortie sur le Léman. Et pour les jeunes mousses ou les capitaines plus aguerris, voilà de quoi surfer sur la vague de la technologie: la start up zurichoise Clickahoy, qui s’était déjà fait connaître par le passé pour ses services de partage de bateaux, propose désormais de connecter votre embarcation à votre smartphone. Votre natel devient ainsi votre journal de bord pour connaître en temps réel vos niveaux de batterie et de carburant, votre localisation, vos infos de navigation ou d’ancrage, d’éventuelles alertes et même en options des services de conciergerie à disposition. 

A quoi est-ce qu’il ressemble ce matelot numérique? 

C’est un ordinateur de bord qui se présente sous la forme d’une petite borne carrée, et que vous reliez à l’application pour smartphone. Côté financier, les utilisateurs paient 240 francs pour l’ordinateur de bord et une souscription annuelle pour le logiciel de 60 francs pour la 1ère année. Le concept a déjà été mis à l’eau: 2 mois après le lancement de la plateforme, 40 bateaux ont déjà adopté le système et plusieurs prestataires de services, chantiers navals et autres constructeurs de bateaux comptent parmi les partenaires. Reste encore à étoffer les fonctionnalités et les équipes avec le lancement d’un tour de table financier. Et l’espoir de récolter jusqu’à 400 000 francs pour naviguer en père peinard, même au-delà de nos eaux douces… 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Restrictions d’entrée en Suisse pour les Etats hors Schengen

Publié

le

KEYSTONE/Martial Trezzini

Les ressortissants des pays hors de l’espace Schengen ne sont plus autorisés à entrer en Suisse, à l’exception d’une vingtaine de pays. L’interdiction édictée par le Département fédéral de justice et police vaut pour 160 pays dès samedi.

Les ressortissants d’Andorre, l’Australie, la Bulgarie, le Canada, Chypre, la Corée du Sud, la Croatie, la Géorgie, l’Irlande, le Japon, le Maroc, Monaco, la Nouvelle-Zélande, la Roumanie, le Rwanda, Saint-Marin, la Thaïlande, la Tunisie, l’Uruguay et le Vatican pourront de nouveau entrer en Suisse aux mêmes conditions qu’avant la crise du coronavirus. Ils peuvent toutefois être soumis à une quarantaine.

Tous les Etats hors Schengen, y compris l’Algérie qui bénéficiait d’une exception, figurent sur la liste des pays à risque du Secrétariat d’Etat aux migrations.

Voyages à risque

Depuis le 6 juillet 2020, indépendamment de ces restrictions d’entrée, toute personne entrant en Suisse en provenance d’un pays ou d’une région avec un taux d’infection élevé doit se mettre en quarantaine pendant dix jours. La liste de ces pays est tenue par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Depuis mercredi, y figure nouvellement l’Espagne, les Bahamas, la Guinée équatoriale, la Roumanie, Sao Tomé-et-Principe, Singapour et Sint Maarten. La Suisse a retiré l’Azerbaïdjan, les Emirats arabes unis et la Russie.

Continuer la lecture

Actualité

La Poste a envoyé 20% de colis en plus en juillet

Publié

le

KEYSTONE/Martial Trezzini

Le volume de colis traité par La Poste a légèrement diminué avec le déconfinement. Le géant jaune a toutefois traité entre 15 et 20% de paquet de plus en juillet qu’un an auparavant.

Au cours des mois de mars, avril et mai, les chiffres ont grimpé de 40%, d’une ampleur comparable à la période de Noël. Après la fermeture des magasins, les Suisses ont fait leurs achats en ligne. L’important volume a amené La Poste aux limites de ses capacités, indique-t-elle jeudi dans un communiqué.

La Poste a adapté ses processus afin de protéger le personnel. Les équipes ont travaillé par roulement. L’entreprise a recruté des collaborateurs sur une base temporaire.

Le nombre de paquets envoyés par La Poste est en hausse depuis plusieurs années avec l’explosion du commerce en ligne. La Poste a déjà investi plus de 60 millions de francs dans des installations de transport supplémentaires et construit actuellement des centres de tri régionaux pour 190 millions de francs. Dès novembre, ces centres régionaux pourront traiter 200’000 colis par jour, permettant de soulager les grands centres.

Tout indique que 2020 sera une nouvelle année record pour le transport des colis. Le résultat d’exploitation devrait augmenter dans la foulée de 20% par rapport à l’année passée.

Continuer la lecture

Actualité

Swiss terrassée par le coronavirus au 1er semestre

Publié

le

La compagnie aérienne Swiss, lourdement affectée par les répercussions économiques du coronavirus, a subi une perte d’exploitation de 266,4 millions de francs au premier semestre, après un bénéfice opérationnel de 245,3 millions un an plus tôt. La direction est très prudente pour la suite.

La filiale de l’allemand Lufthansa a vu son chiffre d’affaires dégringoler de 55% à 1,17 milliard de francs entre janvier et fin juin, a annoncé jeudi le transporteur national dans un communiqué. Le nombre de passagers a parallèlement chuté de 64% à 3,2 millions et le nombre de vols a baissé de 59,5% à 29’667 rotations.

En avril, au plus fort de la crise, le nombre de passagers s’est effondré de 99,2% sur un an.

Au premier trimestre déjà, Swiss avait été touchée de plein fouet par la propagation du Covid-19 et les restrictions de voyages. La compagnie aérienne avait enregistré une perte d’exploitation de 84,1 millions de francs, après un bénéfice opérationnel de 48,3 millions un an plus tôt.

« Nous sommes parvenus à réduire considérablement nos coûts fixes » et la trésorerie est assurée par les prêts du groupe Lufthansa et le crédit bancaire prévu et garanti par la Confédération, a précisé le directeur financier Markus Binkert.

Ce dernier a cependant averti que Swiss devait « continuer à réduire (ses) coûts de manière structurelle afin de pouvoir rembourser les prêts le plus rapidement possible ». L’entreprise prendra ces prochains mois « de nouvelles mesures de réduction des coûts », avec un examen du déploiement de la flotte et la suspension de tous les investissements jugés non essentiels.

La maison-mère Lufthansa dans le rouge

La situation n’est pas prête de s’améliorer de sitôt. Mercredi, le directeur général Thomas Klühr avait averti que la société perdait encore massivement de l’argent et un retour à des vols rentables risquait de prendre du temps.

Le transporteur a certes nettement réduit ses pertes depuis la fin du confinement, mais actuellement la société perd encore moins de 1 million de francs par jour, contre 3 millions par jour au plus fort de la crise, avait précisé le patron de Swiss dans une interview diffusée sur le site internet de 20 Minuten.

Dans ce contexte, la reprise du plan de vol va prendre plus de temps que prévu, mais le patron de Swiss s’est dit « optimiste » que la situation se rétablisse d’ici l’été 2021.

Dans l’immédiat, Swiss a constaté une reprise de la demande sur les vols européens, mais celle du trafic intercontinental, « indispensable à un rétablissement durable », est par contre beaucoup plus modérée. D’ici l’automne, la compagnie aérienne devrait reprendre environ 85% des destinations desservies avant la pandémie, mais avec seulement un tiers de la capacité.

La direction ne s’aventure d’ailleurs pas sur le terrain de prévisions chiffrées pour cette année, face à une situation « extrêmement évolutive ».

Jeudi, la maison-mère Lufthansa a fait état d’une perte nette de 3,6 milliards d’euros sur les six premiers mois de l’année. Et au deuxième semestre, le groupe allemand, qui veut supprimer 22’000 emplois, s’attend à un résultat opérationnel « clairement » négatif malgré l’augmentation de l’offre.

Continuer la lecture

Actualité

CFF: prestations suspendues en raison de la pénurie de mécaniciens

Publié

le

KEYSTONE/Georgios Kefalas

La pénurie de personnel des locomotives s’est encore aggravée en raison de la crise liée au coronavirus. En automne, près de 340 mécaniciennes et mécaniciens seront en formation. Malgré ces initiatives, les effectifs restent pour l’instant limités, ont annoncé mercredi les CFF.

La crise du coronavirus complique encore la situation car la formation prend du retard et doit respecter un vaste plan de protection. Les cours de formation et de perfectionnement n’ont par exemple pas pu avoir lieu pendant un certain temps, expliquent les CFF.

Le nombre de participants aux formations à bord des véhicules est aussi limité, ce qui double le nombre de jours nécessaires. Par conséquent, la fin des formations est repoussée de deux à quatre mois.

Les CFF ont besoin de près d’un millier de mécaniciens de locomotive ces prochaines années, notamment parce que beaucoup des actuels partiront à la retraite.

Prestations suspendues

Une franche amélioration n’est attendue qu’à la mi-2021. Les CFF ont donc décidé de pas réintroduire certaines prestations suspendues à la suite de la crise liée au coronavirus.

Dans la région de Lausanne/Genève et de Brigue, les trains supplémentaires ne seront pas proposés aux heures de pointe. Il en est de même pour les trains régionaux entre Lausanne et St-Maurice, Vallorbe et Le Brassus, Lausanne et Vallorbe. Ces mesures s’appliquent jusqu’au changement d’horaire en décembre 2020.

Les prestations du Léman Express sont également concernées. L’offre est actuellement en élaboration avec les partenaires français. Les résultats seront communiqués ultérieurement.

Toutes les adaptations figurent dans l’horaire en ligne. Les CFF conseillent aux voyageurs de consulter celui-ci avant chaque trajet pour vérifier si la liaison souhaitée est proposée.

Continuer la lecture

Actualité

Les voyageurs de retour d’Espagne devront se mettre en quarantaine

Publié

le

KEYSTONE/Laurent Gillieron

À partir de samedi, soit depuis vendredi à minuit, les voyageurs de retour d’Espagne devront se mettre en quarantaine en Suisse. L’Espagne a été ajoutée par l’Office fédéral de la santé publique à la liste des pays avec un risque élevé d’infection au Covid-19. Les Baléares et les Canaries ne sont pas concernés.

Les voyageurs de retour d’Espagne devront se mettre en quarantaine en Suisse à partir de samedi, soit depuis vendredi à minuit. Seules sont épargnées les îles Baléares et les Canaries. L’annonce a été faite mercredi par le Département fédéral de l’intérieur. Les Bahamas, la Roumanie, Sao Tomé-et-Principe, Singapour et Saint-Martin rejoignent également l’Espagne sur cette liste. l’Azerbaïdjan, les Emirats Arabes Unis, la Guinée équatoriale et la Russie, eux, en sortent. Désormais, 46 pays et régions se trouvent sur la liste des pays à risque.

Depuis le 6 juillet, toute personne qui franchit la frontière depuis un Etat ou un territoire avec un risque élevé d’infection doit se mettre en quarantaine pendant dix jours. Ces personnes doivent s’annoncer dans les deux jours après leur arrivée auprès des autorités cantonales. Celles-ci contrôlent sporadiquement le respect de la quarantaine. Actuellement, 16’269 personnes sont concernées. Pour rappel, toute personne qui se soustrait à l’obligation de se placer en quarantaine ou qui omet de se déclarer, commet une infraction à la loi sur les épidémies et peut être puni d’une amende qui peut aller jusqu’à 10 000 CHF.

MH avec ATS

Continuer la lecture