Rejoignez-nous

Economie

La Suisse maintient son rang en matière de compétitivité numérique

Publié

,

le

En Europe, la Suède et le Danemark dépassent la Suisse sur le plan de la compétitivité numérique, d'après le classement de l'IMD (archives). (© KEYSTONE)

Après avoir cédé un rang l'an dernier, la Suisse a conservé sa 6e place du classement mondial en matière de compétitivité numérique établi par l'institut lausannois IMD.

Si le pays excelle toujours en matière de savoir, parvenant notamment à attirer le personnel hautement qualifié et spécialisé, son cadre réglementaire ainsi que les coûts des télécommunications le pénalisent.

En haut de tableau, les Etats-Unis se maintiennent pour la 4e année consécutive sur le plus haute marche du podium, ressort-il de l'étude "IMD World Digital Competitiveness Ranking" dévoilée mercredi par l'IMD. Hong Kong, qui avait ravi l'an dernier le 5e rang de la Suisse, poursuit son ascension en se hissant à la 2e place, devant la Suède, qui double son voisin danois. Deuxième en 2020, Singapour chute, se retrouvant 5e.

Quant aux voisins de la Suisse, l'Autriche pointe au 16e rang, l'Allemagne au 18e, la France au 24e et l'Italie au 40e. L'étude classe les économies selon leur niveau de technologie, de durabilité ou encore de savoir numérique. De manière générale, le classement met en lumière la montée en puissance du continent asiatique, à la faveur des performances de Hong Kong et Singapour, ainsi que de Taïwan (8e), de la Corée du Sud (12e) et du Japon (28e), notamment.

La forte progression de la compétitivité de l'Extrême-Orient illustre aussi le décollage de la Chine, l'Empire du Milieu 30e en 2017, ayant gagné pas moins de 15 places en quatre ans. Evoquant l'évolution de l'économie chinoise et celle du leader américain, l'IMD met en exergue l'antagonisme de deux modèles de développement.

15 rangs gagnés en quatre ans pour la Chine

Ainsi, l'Empire du Milieu campe sur une base étatique, le financement des entreprises numériques est assuré par des banques publiques. L'Etat édicte des restrictions sévères à l'économie des données et exerce son contrôle sur la technologie, constatent les chercheurs lausannois.

Pékin ne promeut l'entreprise privée que dans la mesure où elle n'entre pas en collision avec les objectifs du parti communiste. En revanche, à l'opposé, le modèle américain est financé par le secteur privé, repose sur des talents étrangers et nationaux et se fonde entièrement sur le marché, souligne l'étude.

Alors que les deux géants ont choisi pour l'un la monétisation de la numérisation et pour l'autre son contrôle, l'Europe cherche quant à elle à assurer le développement d'une économie des données démocratique et transparente, écrit l'IMD. Si le Vieux Continent peut sembler en retard, il s'est fortement amélioré du fait de la mise en oeuvre de la réglementation sur la protection des données (RGPD) et la mise en place d'une infrastructure numérique plus large et plus efficace.

Pour la Suisse, l'institut basé à Lausanne classe le pays au premier rang dans le domaine du savoir, lequel comprend des indicateurs tels que le niveau de formation, la capacités à attirer les "talents" et la concentration scientifique. Toutefois, son cadre réglementaire, très favorable en matière de protection des brevets, complique cependant la création d'entreprises, alors que le pays a quelque peu régressé en matière d'adaptation au numérique.

Handicapée par le coûts des télécommunications, la Suisse fait nettement moins bonne figure dans le domaine de l'utilisation de l'accès à internet à haut débit sans fil, plongeant en deuxième partie de tableau au 38e rang.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Adecco améliore recettes et rentabilité opérationnelle en 2023

Publié

le

Le mastodonte du recrutement maintient le niveau de rémunération de ses actionnaires, nonobstant une nette amélioration de sa performance. (archive) (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le géant du placement de personnel Adecco a bouclé l'année dernière en nette progression au niveau des recettes et de la rentabilité opérationnelle. Les actionnaires pourront profiter d'un dividende stable.

"Le groupe a enregistré des résultats solides en 2023 dans un contexte difficile et a continué à gagner des parts de marché, tout en améliorant la rentabilité grâce à la productivité et les réductions de coûts", a indiqué le directeur général Denis Machuel, cité dans un communiqué publié jeudi.

Le patron a souligné que la société était "en bonne voie" pour atteindre l'objectif d'économies de 150 millions d'euros d'ici le milieu de l'année.

Le spécialiste de l'intérim a enregistré entre janvier et décembre 2023 un chiffre d'affaires en hausse de 1% à 23,96 milliards d'euros. Hors effets de changes, la croissance des recettes a été de 3%.

Les activités sous la marque Adecco, qui comptent pour l'essentiel du chiffre d'affaires, ont dégagé des ventes en progression d'environ 4%, grâce à une forte croissance dans la région Asie-Pacifique (+14%), ainsi que dans celle englobant l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord (+8%). Mais alors que les recettes ont augmenté en Amérique latine, elles ont chuté de 9% en Amérique du Nord.

Les autres enseignes du groupe ont également affiché une croissance, à l'image d'Akkodis (+6,3%) et LHH (+7,4%).

Au niveau de la rentabilité, le résultat d'exploitation (Ebita) hors éléments exceptionnels a gagné 4% à 867 millions d'euros, alors que le bénéfice net a affiché une légère contraction de 5% à 325 millions. Le repli de la profitabilité nette a été expliqué par des charges d'intérêt et fiscales plus élevées.

Les actionnaires devraient recevoir un dividende de 2,50 francs par action au titre de l'exercice écoulé, un montant stable.

Au premier trimestre, le groupe table sur "un développement similaire" des marges brutes comparé au quatrième trimestre 2024, sans plus de précision.

Adecco a précédemment indiqué tabler à moyen-terme sur une marge Ebita d'environ 6%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Recettes de certains supports publicitaires publics trop basses

Publié

le

Pour la Cour des comptes, la Ville et le canton de Genève n'exploitent pas assez le potentiel du marché des 550 panneaux peints sur leur territoire. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La Ville et le canton de Genève pourraient encaisser davantage de recettes des 550 panneaux peints sur leur territoire. Pour la Cour des comptes, le potentiel du marché d'affichage de ces supports publicitaires en toile, apposés sur des mâts des TPG ou d'éclairage public, n'est pas exploité.

Dans un audit de conformité rendu public mardi, la Cour des comptes relève que le processus d'autorisation et de gestion des emplacements destinés aux panneaux peints présente des faiblesses et non-conformités. Elle a émis cinq recommandations qui ont été acceptées tant par le département de la sécurité et des sports de la Ville de Genève que par celui de la santé et des mobilités de l'Etat de Genève.

Au niveau juridique, la Ville est invitée à décider si elle veut maintenir ses restrictions qui sont discutables sous l'angle de la liberté économique. En effet, seules les activités culturelles peuvent figurer sur ces panneaux qui doivent être en sérigraphie. Les appels d'offres sont biaisés par le plafonnement, dans la loi, de la redevance exigible, et les tarifs n'ont pas été indexés depuis 2000.

Valorisation du marché

La Cour recommande aussi à la Ville de procéder à un appel d'offres pour la mise à disposition de mâts. Les 300 mâts sur son territoire sont exploités par deux entreprises privées au bénéfice d'une convention jusqu'en 2027. Quant à l'Etat, qui compte 213 mâts sur les routes cantonales, il devrait accorder un droit d'usage aux communes lors d'un appel d'offres, au lieu de contracter directement avec les deux entreprises.

La Ville de Genève est encore incitée à réaliser l'inventaire des mâts destinés à ces panneaux et à s'assurer du respect de la sécurité routière, de la protection du patrimoine et de l'accord du propriétaire. Enfin, la Municipalité, qui a fixé un montant forfaitaire de la redevance, doit analyser le potentiel de valorisation de ce marché situé sur le domaine public.

Selon une estimation de la Cour des comptes, le gain financier de la Ville de Genève pourrait tripler voire atteindre plus de 2,7 millions, contre 135'000 francs en 2022. La même année, l'Etat a encaissé 42'800 francs pour 107 mâts, et les recettes des autres communes genevoises se sont élevées à 18'360 francs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

L'argent liquide continue de perdre de son attrait (étude)

Publié

le

La carte de débit supplante l'argent liquide dans le portefeuille des Suisses (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Les paiements en numéraire continuent de reculer au bénéfice des règlements électroniques. Même si pièces et billets demeurent importants, la carte de débit reste le moyen de paiement préféré des Suisses et Suissesses.

La carte de débit totalise 29,3% des transactions, suivie avec 25% par l'argent liquide et avec 23,3% par les paiements avec des appareils mobiles comme le portable, la tablette et la smartwatch, selon une étude de l'Université de St-Gall et de l'Ecole de gestion et de droit (ZHAW) de Winterthour.

Le sondage, publié jeudi et réalisé dans toute la Suisse auprès de 1700 personnes, a également démontré que les paiements en numéraire ont reculé de 3,2 points de pourcentage par rapport à 2020.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Zurich Insurance a accru son bénéfice net en 2023

Publié

le

Les actionnaires de Zurich auront droit à un dividende amélioré et à un rachat d'actions (archives). (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

L'assureur Zurich Insurance a bénéficié l'an dernier d'une amélioration des primes brutes, de la rentabilité opérationnelle et du bénéfice net.

Le profit net a grossi de 10% à 4,35 milliards de dollars, indique jeudi le géant zurichois de l'assurance, qui présentait pour la première fois sa copie selon la norme IFRS 17.

Le bénéfice opérationnel (BOP) du groupe a bondi de 21% à 7,4 milliards de dollars.

Les primes brutes dans l'assurance dommages (P&C) ont crû de 9% sur une base comparable à 44,0 milliards de dollars. Le ratio combiné de cette activité, soit le rapport entre les primes encaissées et les prestations versées, s'est stabilisé à 94,5%.

Dans l'activité assurance vie (Life), les nouvelles primes ont bondi de 26%, tandis que le bénéfice opérationnel s'est envolé de plus de moitié à 2,0 milliards, un "record", s'enorgueillit la société.

Pour les affaires avec le partenaire américain Farmers, les primes brutes ont grossi de 5% à 27,3 milliards.

Le conseil d'administration propose le versement d'un dividende de 26 francs, contre 24 francs l'année précédente. Un rachat d'actions de jusqu'à 1,1 milliard de francs est aussi prévu.

Les chiffres publiés par Zurich sont mitigés par rapport au consensus AWP. Si le bénéfice opérationnel fait mieux que la moyenne des attentes, le dividende comme le bénéfice net ratent le coche.

Au 1er janvier, le taux de solvabilité (SST) s'est fixé à 233%, après 267% à la même date en 2023, restant "largement au-dessus de la cible du groupe de 160% ou plus".

Le conseil d'administration propose d'élire John Rafter, qui a travaillé pour Goldman Sachs, lors de l'assemblée générale du 10 avril.

Zurich Insurance attend désormais, pour la période 2023-2025, une croissance composée du bénéfice par action de plus de 10%, soit au-dessus de la cible de 8% annoncée en journée des investisseurs en 2022.

Pour 2024, l'entreprise vise une croissance autour de 5% dans les revenus d'assurance dommages P&C et un bénéfice opérationnel de Life au moins aussi élevé qu'en 2023. Elle donnera plus de détails lors de la téléconférence.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

La hausse des loyers s'est poursuivie en janvier (Homegate)

Publié

le

Les loyers ont bondi à Zurich (+11,5%), mais aussi à Genève (+5,2%), ainsi qu'à Lucerne et Berne (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Les loyers proposés ont connu une nouvelle augmentation en Suisse en janvier, tant en variation mensuelle qu'annuelle. L'indicateur présente toutefois de sensibles différences selon les cantons.

En moyenne, la hausse se monte à 0,3% en rythme mensuel et à 1,9% sur un an, selon l'indice des loyers publié lundi par la plateforme immobilière Homegate, élaboré en collaboration avec la Banque cantonale de Zurich (ZKB).

Par rapport à décembre, l'indice a progressé de 0,4 point pour s'établir à 125,6 points. En variation mensuelle, les cantons de Schwyz (-2,6%), Glaris (-1,7%) et Zurich (-0,4%), ce dernier affichant son premier repli depuis août 2023, ont échappé à la hausse en janvier. Il en est allé de même dans le demi-canton de Bâle-Ville (-0,4%).

Malgré le recul enregistré en janvier, le canton de Zurich continue d'afficher une vive hausse de loyers proposés en glissement annuel, soit de 7,1%. Seuls Zoug (+7,3%) et les Grisons (+8,5%) ont présenté une croissance plus élevée. Aucun canton n'a affiché de repli.

Au niveau des villes passées sous revue, les loyers proposés ont diminué sur un mois à Lausanne (-2,1%) et Lugano (-0,8%). Ils ont en revanche crû de 0,5% à Berne et à Zurich. En variation annuelle, la ville des bords de la Limmat a continué d'enregistrer la plus forte croissance avec un bond de 11,5%. Des augmentations importantes ont aussi été constatées en particulier à Genève (+5,2%), ainsi qu'à Lucerne et Berne (4,8% chacune).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture