Rejoignez-nous

Suisse

Grand Prix de littérature suisse 2023 à la Grisonne Leta Semadeni

Publié

,

le

Autrice de poésie, de prose courte, de romans et de livres pour enfants, Leta Semadeni a écrit presque toute son ½uvre aussi bien en romanche qu'en allemand (archives). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA BELLA)

Le Grand Prix de littérature suisse est attribué cette année à la Grisonne Leta Semadeni. Le Prix spécial de médiation revient lui au projet "Roman d’école". Sept auteurs sont encore distingués, dont les romands Fanny Desarzens, Eugène et Anne-Sophie Subilia.

Autrice de poésie, de prose courte, de romans et de livres pour enfants, Leta Semadeni, 78 ans, a écrit presque toute son ½uvre aussi bien en romanche qu'en allemand, peut-on lire jeudi dans un communiqué de l'Office fédéral de la culture. Dans son approche, elle ne transpose pas simplement un texte dans l'autre langue mais le réécrit en jouant avec le style propre à chacune des langues.

Traduisant en français, italien, espagnol, tchèque, anglais et russe, Leta Semadeni séduit un large public. Elle a remporté en 2011 le Prix Schiller pour le recueil de poésie "In mia vita da vuolp/In meinem Leben als Fuchs", le Prix suisse de littérature en 2016 avec son roman "Tamangur" et le Prix Josef Guggenmos en 2020 pour ses livres pour enfants.

Son dernier livre, "Amur, grosser Fluss", a été publié aux éditions Atlantis en 2022, et la même année elle a déposé ses archives aux Archives littéraires suisses à Berne.

Ecrire un roman à l'école

Le Prix spécial de médiation récompense un projet initié en 2005 par le fondateur de la maison de la littérature de Zurich Richard Reich et la gestionnaire culturelle Gerda Wurzenberger: un écrivain chevronné accompagne des élèves de 13 à 15 ans pour écrire un roman en commun.

Après le succès connu en Suisse alémanique, le projet a été repris en Suisse romande en 2009 et il a été lancé en 2017 au Tessin et dans les Grisons. Aujourd'hui, près de 200 "romans d'école" peuvent être découverts et commandés sur le site Roman d'Ecole - Schulhausromane (romandecole.ch).

Ces deux prix sont dotés de 40'000 francs chacun.

Trois romands primés

Sept auteurs sont encore distingués, dont deux Romandes et un Romand. Fanny Desarzens pour "Galel" (Slatkine), Eugène avec "Lettre à mon dictateur" chez le même éditeur et Anne-Sophie Subilia pour "L'Epouse" (Zoé). Ces prix sont accompagnés chacun de 25'000 francs.

Selon l'Office fédéral de la culture, Fanny Desarzens, 30 ans cette année, signe avec "Galel" une "lumineuse parabole qui relie Ramuz à aujourd'hui". La diplômée en arts visuels de la HEAD à Genève raconte dans ce livre une histoire d'amitié, de silence et de regard entre trois hommes qui ont en commun l'amour de la montagne.

En 2020, sa nouvelle "Lignine" est lauréate du concours littéraire organisé à l'occasion des 60 ans de la revue Choisir. Son deuxième roman, "Chesa Seraina", est paru en janvier 2023.

L'écriture d'Eugène, qui enseigne depuis 2006 à l'Institut littéraire de Bienne, n'a pas non plus laissé le jury indifférent. Dans "Lettre à mon dictateur", une missive adressée à l'ancien dirigeant roumain Nicolae Ceausescu, l'écrivain de 54 ans offre un beau moment d'équilibrisme littéraire. Il tient le lecteur sur la crête entre la grande histoire et la petite, celle de ce garçon roumain débarqué en Suisse à six ans.

Prestigieuses sélections

Avec "L'Epouse", Anne-Sophie Subilia, 40 ans, a déjà fait parler d'elle puisque son roman a été sélectionné pour les Prix Femina et Médicis l'an dernier. Son roman raconte quelques mois de la vie d'une femme venue rejoindre son mari délégué du CICR à Gaza en 1974. A ses côtés, la narratrice, qui se sent étrangère et désoeuvrée, va tenter de se créer une place.

Diplômée de l'Institut littéraire de Bienne, Anne-Sophie Subilia vit à Lausanne, comme les deux autres Romands primés cette année, après avoir étudié la littérature française et l'histoire à l'Université de Genève.

Les prix suisses de littérature 2023 saluent encore le travail de la St-Galloise Lika Nüssli, 50 ans, pour son roman graphique sur les enfants placés "Starkes Ding" (Edition Moderne). Il paraîtra en français le 5 mai chez Atrabile dans une traduction de Camille Logoz.

Lioba Happel, une autrice allemande de 66 ans qui vit entre Lausanne et Berlin, est primée pour "POMMFRITZ aus der Hölle" (Edition pudelundpinscher). Les deux autres lauréats sont la Tessinoise Prisca Agustoni, 48 ans, pour "Verso la ruggine" (Interlinea) et Jachen Andry, un écrivain zurichois de 66 ans qui a déménagé enfant dans les Grisons, avec "be cun rispli" (editionmevinapuorger).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sport

La lutte pour le titre sera-t-elle relancée ?

Publié

le

Silvère Ganvoula: frappera-t-il aussi à Winterthour ? (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Invaincu depuis 12 matches toutes compétitions confondues, le FC Winterthour fera-t-il tomber les Young Boys pour relancer le championnat ? Tel est le souhait du FC Lugano et du Servette FC.

Si les Zurichois s’imposent, les Bernois aborderont le sprint final de la Super League avec 3 points d’avance sur le FC Lugano et 5 sur le Servette FC. Autant dire que tout reviendra possible...

Victorieux 4-2 dimanche dernier au Wankdorf, les Bernois ont toutefois repris des couleurs. Buteur lors des trois derniers matches, Silvère Ganvoula, après des mois bien difficiles, donne enfin sa pleine mesure. Le transfuge de Bochum pourrait s’affirmer comme le facteur X de cette fin de saison.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Encore bien des regrets pour le Lausanne HC

Publié

le

Justin Sigrist (à gauche) célèbre le but du 4-2 qui assure à ses couleurs le gain de cet Acte III de la finale. (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

Lausanne s'est incliné lors du troisième match de la finale des play-off de National League. A Zurich, les Vaudois ont été battus 4-2 pour être menés 2-1 dans la série.

Le hockey peut être un sport cruel. Les Vaudois en ont fait l'amère expérience samedi soir à Zurich. Alors qu'ils menaient 2-1, ils ont connu un trou d'air sous la pression adverse pour voir le score passer de 1-2 à 3-2 en très peu de temps. Et même si derrière, le "Z" n'a pas franchement de quoi bomber le torse, le vainqueur de la saison régulière a mérité son succès en sachant frapper au bon moment.

Zurich marque rapidement

Le début de match fut conforme aux attentes avec des Zurichois vexés d'avoir été dominés lors des deux premiers actes et bien décidés à montrer leurs muscles. L'ouverture du score est logiquement tombée après 128 secondes en jeu de puissance de la canne de Juho Lammikko. Les Alémaniques ont ensuite poussé jusqu'à la 10e minute et auraient pu doubler la mise.

Seulement voilà, les joueurs de Marc Crawford ont eu tendance à chercher le jeu parfait et ne pas mettre autant d'intensité physique. Alors en face, les Lausannois ont sorti la tête de l'eau. Gentiment. Bien dans leur jeu, les Lions de Malley ont mis davantage de pression sur Simon Hrubec. Et à la 19e, c'est un tir assez anodin de Théo Rochette à la ligne bleue qui a pu être dévié par Antti Suomela pour une égalisation venant un peu de nulle part.

Une mi-match à oublier

Mieux pour les hommes de Geoff Ward, ces derniers ont pris l'avantage à la 22e grâce à Pilut d'un tir super précis. Les Vaudois ont même bénéficié d'une supériorité numérique dans la foulée, mais ils n'ont pas su faire douter davantage les Zurichois. Alors les locaux ont fait comme lors de l'acte inaugural, ils ont pressé autour de la mi-match et ont été récompensés par deux buts. Excellent depuis le début des play-off, Yannick Weber a tout d'abord égalisé à la 31e. Puis Denis Malgin a concrétisé une étouffante pression zurichoise 84 secondes plus tard pour permettre à son équipe de repasser en tête.

Ward a alors pris son temps-mort afin de remettre les choses en place et le LHC a retrouvé un peu de cohésion et de cohérence. Cela s'est poursuivi au cours de la troisième période avec toutefois ce sentiment que comme lors de l'acte I, les Lausannois ont laissé passer leur chance. Ils auraient pu niveler la marque à la 51e sur un essai de Fabian Heldner, mais Rudolfs Balcers a eu la bonne idée de mettre sa canne en opposition.

La décision est tombée à la 56e lorsque Justin Sigrist a pu profiter d'un engagement gagné dans sa zone et d'une mauvaise passe d'un défenseur lausannois pour aller inscrire le 4-2 final.

Le quatrième acte de cette finale se tiendra à Lausanne mardi soir et les Vaudois devront sortir la même performance que jeudi pour espérer refaire douter les Zurich Lions.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Servette FC: la victoire et c'est tout

Publié

le

Miroslav Stevanovic (de dos) félicité par Timothé Cognat après son but. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Sans retrouver la flamme qui l’avait porté pendant de longs mois, le Servette FC a enrayé sa chute. Les Grenat ont battu les Grasshoppers 1-0 au stade de Genève pour enfin relever la tête.

Après quatre défaites de rang et à huit jours de sa demi-finale de Coupe de Suisse à Winterthour, cette victoire tombe au bon moment pour le Servette FC. Elle a été acquise sur une réussite de Miroslav Stevanovic à la... 90e seconde. Le Bosnien a exploité une erreur du gardien Justin Hammel pour ouvrir le score.

Positionné sur le flanc gauche, Stevanovic a, avec ce but, donné raison à son entraîneur qui avait tenté des paris pour relancer son équipe. L’un d’entre eux fut la titularisation de Jérémy Frick dans les buts pour un Joël Mall qui ne fut pas son avantage lors des deux derniers matches. Mais au lendemain de l’annonce de la reconduction de son contrat, l’international chypriote s’attendait à tout sauf à ce retour sur le banc.

Incapables de doubler la mise malgré des situations très favorables, les Grenat sont restés jusqu’au coup de sifflet final sous la menace d’une égalisation adverse. Mais bien trop timorés dans les trente derniers mètres, les joueurs de Marco Schällibaum furent finalement loin du compte.

Le SLO perd le derby de la dernière chance

La chance des Grasshoppers réside dans la faiblesse du Stade Lausanne-Ouchy qui leur permettra sans doute d’échapper à la relégation directe. A Yverdon, le SLO s’est incliné 3-0 dans un derby qui était celui de la dernière chance. Battus sur deux premiers buts improbables – une frappe de Kevin Carlos à la 11e après un renvoi curieux et un... corner direct de Liziero à la 51e -, les Stadistes accusent toujours 7 points de retard sur les Grasshoppers. Et il ne reste plus que cinq matches au calendrier...

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Pas de millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Lors du prochain tirage mercredi, 13,4 millions de francs seront en jeu. (© KEYSTONE/OBS/LOTERIE ROMANDE/OBS/LOTERIE ROMANDE/SIMON MAGNEN)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto samedi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher les numéros 2, 11, 12, 25, 28 et 37. Le numéro chance était le 6, le rePLAY le 9 et le Joker le 414585.

Lors du prochain tirage mercredi, 13,4 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

https://jeux.loro.ch/games/swissloto/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Une deuxième Coupe de Suisse pour Servette FC Chênois

Publié

le

La Servettienne Cassandra Korhonen (à gauche) au duel avec la Bernoise Naomi Luyet. (© KEYSTONE/MANUEL GEISSER)

Comme l’an dernier le Servette FC Chênois a remporté la Coupe de Suisse des dames. A Zurich devant 4681 spectateurs, les Genevoises se sont imposées 3-2 devant les Young Boys.

Neuf minutes seulement après son introduction, Rimante Jomusaite a inscrit le but de la victoire pour les Servettiennes à la 68e. La Lituanienne a surpris la gardienne Jara Ackermann qui a eu le tort sur cette action de ne pas protéger son premier poteau.

Les Bernoises n’ont pas été en mesure de revenir une troisième fois au score lors de cette finale qui a débuté sous la... grêle. Naomi Luyet, avec le culot de ses 18 ans, avait signé un doublé pour permettre à son équipe de rester à la hauteur du Servette FC Chênois jusqu’à cette fatidique 68e minute.

Même si les faits de jeu leur ont été très favorables – le 2-1 de Therese Simonsson n’aurait pas été validé si la VAR avait été de mise pour cette finale et les Bernoises ont touché la transversale à 2-2 -, les Genevoises n’ont pas volé leur deuxième Coupe de Suisse. Elles ont eu le plus souvent la maîtrise du jeu pour justifier leur statut de favorites. Il leur reste maintenant à remporter le championnat pour réaliser le premier doublé de leur histoire.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture