Rejoignez-nous

Suisse

Grand oui au "mariage pour tous", mini oui à l'"initiative 99%"

Publié

,

le

Une courte majorité (46%) des sondés accepte l'initiative "99%". Mais 9% des électeurs n'ont pas encore fait leur choix (archives). (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Près de 70% des Suisses sont favorables au "mariage pour tous", à cinq semaines et demie du scrutin. Ils sont par contre bien plus divisés sur le sort de l'"initiative 99%" des Jeunes socialistes, soutenue par une faible majorité (46% de oui, contre 45% de non).

Selon le sondage de gfs.bern réalisé pour le compte de la SSR, 69% des Suisses soutiennent le "mariage pour tous". Ils sont 29% à s'y opposer. Les opinions sont déjà bien formées: seuls 2% des électeurs sondés sont encore indécis.

Les parts des Suisses favorables est la même des deux côtés de la Sarine (69%). Elle s'effrite un peu au Tessin, avec 61% de oui. L'électorat UDC, les personnes qui ne font pas confiance au gouvernement et les membres des Eglises chrétiennes libres refusent en majorité l'argumentation sur l'homoparentalité, souligne vendredi gfs.bern dans son analyse.

Parmi les arguments qui font mouche en faveur de cet amendement du Code civil, 72% des sondés considèrent que le mariage pour tous est une étape vers l'égalité pour les couples du même sexe et 65% estiment que l'affection et les soins ne sont pas une question de forme de famille.

Du côté des opposants, 39% d'entre eux jugent que les enfants ont besoin de modèle des deux sexes. Une même proportion rappelle que seule l'union de l'homme et de la femme a la capacité de transmettre la vie.

Près de 10% d'indécis

Le sort de l'initiative "alléger les impôts sur les salaires, imposer équitablement le capital" des Jeunes socialistes est davantage sur le balan. Une courte majorité (46%) des sondés l'accepte. Mais 9% des électeurs n'ont pas encore fait leur choix. C'est au Tessin (51%) que l'approbation est la plus forte.

L'acceptation va en diminuant de gauche à droite et atteint le creux de la vague chez le PLR (20%) pour remonter ensuite dans les rangs de l'électorat UDC (29%). Seuls les sympathisants des Verts (84%) et du PS (83%) veulent en majorité glisser un oui dans l'urne.

L'électorat Vert'libéral est divisé (51%). Les proches du Centre sont 39 % à vouloir voter pour le projet. Coude-à-coude chez les indépendants, parmi lesquels un quart n'ont pas encore déterminé leur choix.

Plus le revenu est élevé et moins l'est le consentement pour l'initiative. Les personnes qui vivent dans un foyer disposant de jusqu'à 7000 francs de revenus veulent majoritairement voter en faveur de l'initiative.

Succès à la campagne

Plus étonnant, l'approbation de l'initiative est plus élevée à la campagne que dans les régions urbanisées. Traditionnellement, les projets portés par la gauche rencontrent plus d'approbation dans un environnement urbain.

Soixante-quatre pour cent des sondés jugent qu'ils payeront moins d'impôts grâce à l'initiative et que cela profitera à l'économie. Plus de la moitié (51%) estime qu'il faut imposer le capital plus lourdement que l'économie. Enfin, 48% sont d'avis que le texte contribue à une répartition des richesses plus équitable.

Dans le camp adverse, une majorité (55%) s'oppose à un nouvel impôt qui frappe aussi la classe moyenne. Près de la moitié (49%) jugent qu'accepter l'initiative va rendre plus difficile la reprise économique pour les PME. Enfin, 46% prônent le statu quo: les actifs sont selon eux déjà taxés à un niveau élevé en Suisse.

Le premier sondage Trend SRG-SSR sur les votations du 26 septembre 2021, a été réalisé par l'Institut de recherche gfs.bern entre le 2 et le 16 août auprès de 22'427 titulaires du droit de vote. La plage d'erreur statistique est de plus ou moins 2,8 pour cent.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Lors du prochain tirage du Swiss Loto samedi, 10,5 millions de francs seront en jeu (archives). (© KEYSTONE/THOMAS DELLEY)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto mercredi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 2, 3, 16, 25, 35 et 40. Le numéro chance était le 4, le rePLAY le 10 et le Joker le 686319.

Lors du prochain tirage samedi, 10,5 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Le secteur automobile suisse table sur un rebond en 2022

Publié

le

Le secteur automobile suisse, qui souffre de la pénurie de semi-conducteurs, ne devrait rebondir qu'au deuxième semestre 2022. (archives) (© KEYSTONE/AP dpa/FRANK RUMPENHORST)

Le secteur automobile suisse, qui souffre de la pénurie de semi-conducteurs, ne devrait rebondir qu'au deuxième semestre 2022, a averti mercredi Auto-Suisse. La faîtière ne s'attend pas à ce que la branche soit en mesure d'atteindre cette année ses objectifs de vente.

"2021 ne sera pas une bonne année pour l'automobile", a constaté un porte-parole de la fédération, cité dans un communiqué. Auto-Suisse avait espéré que le secteur vende 270'000 véhicules neufs en 2021, 11% de moins que la moyenne à long terme. "La demande est bien là", mais le manque de pièces électroniques qui freine la production automobile ne va pas permettre d'atteindre ce niveau, a-t-il regretté.

Le mois de décembre permettra de voir si le secteur pourra néanmoins enregistrer une petite progression annuelle. Mais la fédération ne table pas sur un rebond avant la deuxième partie de 2022.

L'électrique prisé

Au seul mois de novembre, les mises en circulation des voitures de tourisme neuves en Suisse et au Liechtenstein ont chuté de 17,6% sur un an, avec une baisse particulièrement marquée pour les moteurs essence (-31,2%) et diesel (-59,5%). A l'inverse, les véhicules hybrides (+11,5%) et surtout électriques (+63,5%) ont enregistré une forte demande.

Sur les 11 premiers mois de l'année, la branche a inscrit une petite progression de 3,2% à 207'377 unités, avec des tendances similaires au mois de novembre par type de moteur.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Actualité

Coronavirus: la Suisse dépasse la barre des 10'000 cas en 24 heures

Publié

le

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 66'130 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 15,83% (archives). (© KEYSTONE/Ti-Press/ALESSANDRO CRINARI)

La Suisse compte mercredi 10'466 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 22 décès supplémentaires et 140 malades ont été hospitalisés.

Le nombre de nouveaux cas quotidiens annoncés mercredi pourrait constituer un nouveau record. Des chiffres proches avaient été annoncés au cours de la deuxième vague à l'automne 2020, avec notamment 10'562 cas recensés le 2 novembre 2020.

L'OFSP a toutefois fait évoluer ses méthodes de calcul depuis le début de la pandémie. Elle invite à interpréter ces chiffres avec prudence, a indiqué un porte-parole à l'agence d'information Keystone-ATS.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 66'130 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 15,83%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 93'170, soit 1069,77 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,27. Les patients Covid-19 occupent 27,00% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 81,10%.

Au total 11'965'645 doses de vaccin ont été administrées et 65,74% des personnes ont déjà reçu deux doses. Par rapport à la population âgée de plus de 12 ans (âge minimum pour la vaccination en Suisse), la part des personnes entièrement vaccinées se monte à 74,81%. La Suisse a reçu jusqu'à présent 13'603'575 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 8'004'311 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 1'025'119 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 12'917'470 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 11'172 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 35'728.

Le pays dénombre par ailleurs 44'940 personnes en isolement et 33'602 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Bonne marche des affaires pour les PME, mais l'incertitude guette

Publié

le

Les PME helvétiques ont connu une embellie en novembre, essentiellement à la faveur du redressement des carnets de commandes. Mais les goulets d'étranglement se sont encore resserrés. (archives) (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Les petites et moyennes entreprises (PME) helvétiques ont connu une embellie en novembre, essentiellement à la faveur du redressement des carnets de commandes.

Mais les goulets d'étranglement se sont encore resserrés, ce qui, combiné à l'aggravation de la situation épidémiologique, affecte le moral des entreprises, signale Raiffeisen mercredi.

Pendant le mois sous revue, l'indice PMI PME compilé par la coopérative bancaire s'est repris à 55,3 points, après être glissé à 51,7 points en octobre, une amélioration de la marche des affaires à mettre au crédit en bonne partie à la bonne tenue des carnets de commandes.

Difficultés d'approvisionnement

Cette composante, qui a passé à 55,3 (49,2) points, "se situe à nouveau nettement dans la zone de croissance", indique Raiffeisen dans une note. Les entreprises interrogées ont en outre signalé un nouvel accroissement du volume de la production, alors que l'emploi et les stocks de marchandises ont baissé dans la même proportion qu'au mois précédent.

Plusieurs entreprises sondées ont rapporté une baisse des coûts d'acquisition engendrée par la faiblesse actuelle de l'euro, mais la plupart juge plus importants les inconvénients liés à l'appréciation du franc, qui freine les commandes en provenance de l'étranger.

Mais bien plus que le taux de change, ce sont actuellement les difficultés dans la chaîne d'approvisionnement d'étranglement et l'aggravation de la situation sur le front sanitaire qui sont les premiers facteurs d'inquiétude exprimés par les PME suisses.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

La reprise économique suisse a décéléré mais demeure robuste

Publié

le

L'économie suisse s'est redressée cette année, grâce à la levée des restrictions sanitaires mises en place pour contenir la pandémie de coronavirus, mais la remontée des contaminations a renforcé les incertitudes pour les prochains mois. (© KEYSTONE/WALTER BIERI)

L'économie suisse s'est redressée en 2021, grâce à la levée des restrictions sanitaires mises en place pour contenir la pandémie de coronavirus. Mais la remontée des contaminations au deuxième semestre a renforcé les incertitudes pour les prochains mois.

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) prévoit mercredi une croissance du produit intérieur brut (PIB) helvétique de 2,9% pour 2021, de 3% en 2022 et de 2,1% en 2023.

En mai, elle tablait sur une avancée du PIB de 3,2% pour l'année en cours et 2,9% pour l'exercice suivant.

La levée ce printemps de la plupart des restrictions sanitaires a soutenu un fort rebond de l'économie au 2e trimestre 2021: les volumes des exportations, menées par les secteurs pharmaceutique et chimique, ont rapidement retrouvé des couleurs.

Mais il existe des signes que la croissance a quelque peu ralenti notamment au niveau du commerce de détail et des immatriculations de nouveaux véhicules, font remarquer les experts de l'OCDE.

Inflation contenue

Nonobstant cette décélération, le PIB devrait retrouver ses niveaux d'avant la crise d'ici la fin de l'année, prévoient les experts. Le taux de chômage devrait quant à lui demeurer supérieur à celui de 2019. Le nombre de personnes non actives a nettement diminué, tandis que le volume de postes vacants a progressé.

L'OCDE note également que l'inflation, après avoir été négative pendant presque une année, s'est maintenant étoffée en raison de la hausse des prix de l'énergie. Le renchérissement demeure cependant inférieur à la fourchette supérieure fixée par la Banque nationale suisse (BNS).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture