Rejoignez-nous

Suisse

Des soignants défilent à l'OMS et demandent une action mondiale

Publié

,

le

Une lettre, signée par plus d'un millier de soignants, a été remise au Dr Tedros (à gauche), par la délégation d'Extinction Rebellion. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le directeur général de l'OMS a reçu samedi une lettre de la délégation suisse des "Doctors for Extinction Rebellion". Ces professionnels de la santé demandent que le changement climatique soit reconnu comme danger mortel pour les populations et appellent à l'action.

Ils étaient environ 200 à avoir répondu à l'appel de mouvement Extinction Rebellion (XR). Vêtus de blouses blanches, d'un stéthoscope et parfois d'un foulard rouge pour souligner l'urgence, des soignants de toute la Suisse romande ont défilé de la Place des Nations à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) samedi après-midi.

"Les travailleurs de la santé de première ligne sont confrontés chaque jour aux conséquences de la détérioration de l'environnement sur leurs patients", souligne un communiqué du mouvement. La lettre, remise au directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus, est signée par plus de mille professionnels de la santé du monde entier. Le rassemblement a eu lieu en marge de la 74e Assemblée mondiale de la santé.

"Danger de mort"

Le texte exige que les pays reconnaissent publiquement que "le changement climatique met les gens en danger de mort". "Les autorités sanitaires doivent faire des conséquences du changement climatique et de la perte de la biodiversité le problème de santé publique numéro un", demande la lettre.

"Les professionnels de la santé ont le devoir de veiller à la santé de la population et des générations futures", pouvait-on lire sur une grande banderole lors du défilé. Une soignante avec un sablier, symbole du mouvement Extinction Rebellion, ouvrait la marche. A l'avant du cortège, un gros ballon gonflable recouvert de bandages était transporté. Il était accompagné d'un thermomètre de plusieurs mètres de hauteur.

"Il y a urgence"

La parade s'est déroulée en silence, jusqu'à la centaine de mètres les séparant de l'OMS. Là, elle a été parcourue au son d'un tambour. Ils ont alors entamé un chant: "Il y a urgence pour la santé de la planète et l'humanité. On a lu les rapports, on voit que les politiques ignorent les scientifiques. Face à ce danger, on doit se rebeller", ont repris en choeur les manifestants.

Le Dr Tedros s'est adressé aux professionnels de la santé: "La pandémie prendra fin, mais il n'existe pas de vaccin contre le changement climatique. Nous devons agir maintenant, de manière solidaire, pour prévenir et nous préparer avant qu'il ne soit trop tard", indique un communiqué de l'OMS.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Alain Berset s'exprime sur son vol privé en France

Publié

le

Seul le Département fédéral de l'intérieur s'était exprimé sur le vol privé du conseiller fédéral au moment des faits (image prétexte). (© KEYSTONE/TI-PRESS/PABLO GIANINAZZI)

Le conseiller fédéral Alain Berset est revenu sur son silence après que la police aérienne française l'a contrôlé lors d'un vol privé le mois dernier. "Il ne m'a pas semblé nécessaire de faire des commentaires", a-t-il indiqué samedi.

"J'ai mon travail à accomplir, avec notamment deux votations populaires importantes en septembre", a-t-il commenté dans les journaux du groupe ESH.

Le vol privé du ministre de la santé, qui possède une licence de pilote depuis 2009, a fait couler beaucoup d'encre ces dernières semaines, certains l'appelant à démissionner. Le Fribourgeois reste toutefois serein quant aux éventuelles conséquences sur son avenir au Conseil fédéral à l'approche des élections fédérales en 2023.

"Qu'il y ait beaucoup d'agitation, à différents niveaux d'ailleurs, n'est pas nouveau", a-t-il déclaré avant d'ajouter: "Pour ma part, je vais continuer, avec toute la sérénité requise et toute la force nécessaire, à faire avancer mes projets, sans me laisser détourner par d'autres questions".

Vives réactions

Mi-juillet, le Département fédéral de l'intérieur (DFI) annonçait que le ministre de la santé avait été forcé d'atterrir par la police aérienne française le 5 juillet après avoir brièvement survolé une zone réglementée. Après un contrôle d'identité au sol et un échange sur les faits, le socialiste avait pu reprendre son vol à bord de l'avion qu'il avait loué.

Quelques jours plus tard, des messages radio diffusés par le journal alémanique SonntagsZeitung montraient que l'intervention avait été déclenchée en raison d'une mauvaise communication de la police aérienne française avec M. Berset. Aucune poursuite n'a été engagée.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Personne ne devine la bonne combinaison de l'Euro Millions

Publié

le

Pas de gagnant à l'Euro MIllions vendredi. La cagnotte s'élève à 84 millions de francs. (archives) (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante à l'Euro Millions vendredi soir. Pour gagner, il fallait jouer les numéros 2 9 13 19 et 38, ainsi que les étoiles 2 et 6.

Lors du prochain tirage mardi, 84 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Servette a fait le job à Nyon

Publié

le

Un match tout en maîtrise pour le Servette FC. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Première équipe de Super League en lice lors des 32es de finale de la Coupe de Suisse, le Servette FC a fait le job. Les Grenat se sont imposés 4-1 à Nyon.

Face à une formation de Promotion League qui a remporté ses deux premiers matches de championnat, le Servette FC a témoigné de l'application voulue. Les joueurs d'Alain Geiger ont plié l'affaire avant la demi-heure grâce à des réussites d'Alexis Antunes (22e) et de Ronny Rodelin (25e). Menés 4-0, les Nyonnais ont sauvé l'honneur par Christian Gomis.

A Nyon, les Genevois ont rappelé par leur investissement que la Coupe de Suisse était bien un véritable objectif de la saison. Une épreuve qu'ils n'ont plus gagnée depuis 2001 et qui leur avait infligé la saison dernière une bien cruelle désillusion à Thoune. Des Thounois qui, pour leur part, se sont également imposés vendredi. La formation de Mauro Lustrinelli a gagné 4-0 à Bulle, néo-promu en Promotion League.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Daniel Bigham bat le record de l'heure à Granges

Publié

le

Daniel Bigham (à gauche) en lice avec l'équipe de poursuite de Grande-Bretagne. (© KEYSTONE/AP/John Walton)

Daniel Bigham a battu sur le vélodrome de Granges le record de l'heure. Le Britannique a parcouru 55,548 km.

Agé de 31 ans, Daniel Bigham a effacé des tablettes le Belge Victor Campenaerts, qui avait porté le record à 55,089 km à Aguascalientes au Mexique le 16 avril 2019. "Je me suis senti très bien, je n'ai jamais été aussi bien dans le rythme pendant un record de l'heure. Lors de la première demi-heure, j'étais devant mes prévisions, mais je me sentais bien. J'ai pris du plaisir, ce qui vient de se passer est assez époustouflant" a déclaré Daniel Bigham dans un communiqué d'Ineos Grenadiers, l'équipe où il officie en tant qu'ingénieur de la performance depuis début 2021.

"Nous nous sommes concentrés sur les bases, être compact, bien respirer et avoir une bonne position de tête. Je savais que si je pouvais contrôler ces trois aspects, alors le reste se mettrait naturellement en place: il faut ensuite simplement appuyer sur les pédales le plus fort possible" a-t-il ajouté.

Daniel Bigham avait déjà battu le record de l'heure britannique sur ce même vélodrome soleurois en 2021, parcourant 54,723 km pour effacer Bradley Wiggins, vainqueur du Tour de France 2012.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Ebola: deux traitements fortement recommandés par l'OMS

Publié

le

Plus d'une douzaine d'épidémies d'Ebola ont touché la RDC, dont la plus meurtrière a tué 2280 personnes en 2020. Le virus doit son nom à une rivière du nord de la RDC, près de laquelle la première épidémie a éclaté. (© KEYSTONE/EPA/STR)

Deux traitements existants réduisent considérablement la mortalité liée à la maladie à virus Ebola, a indiqué vendredi l'Organisation mondiale de la santé. Celle-ci recommande leur administration à toutes les personnes qui souffrent de cette fièvre hémorragique.

C'est la première fois que l'OMS fait des recommandations de traitements relatives à Ebola. Dans ses lignes directrices publiées vendredi, l'organisation fait une "recommandation forte pour le traitement par mAb114 ou par REGN-EB3" chez les patients atteints de la maladie à virus Ebola (MVE).

Elle fait cette même recommandation pour "les nouveau-nés dont l'atteinte par la maladie à virus Ebola n'est pas confirmée, âgés de 7 jours ou moins, nés de mères atteintes de MVE confirmée".

Le mAb114 est un anticorps monoclonal commercialisé sous la marque Ebanga et le REGN-EB3 est un cocktail de trois anticorps monoclonaux. Ces deux traitements ont été approuvés fin 2020 par l'Agence américaine des médicaments (FDA) et sont déjà utilisés pour traiter des malades d'Ebola.

"Les patients doivent recevoir les anticorps monoclonaux neutralisants recommandés dès que possible après la confirmation du diagnostic en laboratoire", a indiqué l'OMS dans un communiqué.

230 à 400 vies sauvées sur 1000

Les études ont montré que les deux traitements réduisent considérablement la mortalité liée à Ebola, a indiqué la responsable de l'équipe clinique à l'OMS, Janet Diaz, lors d'un point de presse à Genève. Ces traitements peuvent sauver entre 230 et 400 vies sur 1000 personnes infectées.

"L'OMS est prête à aider les pays, les fabricants et les partenaires pour améliorer l'accès à ces traitements, et à soutenir les efforts nationaux et mondiaux afin de les rendre plus abordables", a indiqué l'organisation.

Dans ses lignes directrices, l'OMS recommande en revanche de ne pas administrer le traitement ZMapp (à base d'anticorps monoclonaux) et l'antiviral remdesivir.

Maladie souvent mortelle

Le virus Ebola provoque une maladie souvent mortelle. La flambée qui a sévi entre 2013 et 2016 en Afrique de l'Ouest fut la plus importante depuis la découverte du virus en 1976 en République démocratique du Congo (RDC, à l'époque Zaïre), faisant plus de 11'300 morts.

Plus d'une douzaine d'épidémies ont touché la RDC, dont la plus meurtrière a tué 2280 personnes en 2020. Le virus doit son nom à une rivière du nord de la RDC, près de laquelle la première épidémie a éclaté.

Outre les traitements, des vaccins ont été mis au point ces dernières années et sont utilisés pour interrompre les chaînes de transmission.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

Continuer la lecture