Rejoignez-nous

Suisse

Des soignants défilent à l'OMS et demandent une action mondiale

Publié

,

le

Une lettre, signée par plus d'un millier de soignants, a été remise au Dr Tedros (à gauche), par la délégation d'Extinction Rebellion. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le directeur général de l'OMS a reçu samedi une lettre de la délégation suisse des "Doctors for Extinction Rebellion". Ces professionnels de la santé demandent que le changement climatique soit reconnu comme danger mortel pour les populations et appellent à l'action.

Ils étaient environ 200 à avoir répondu à l'appel de mouvement Extinction Rebellion (XR). Vêtus de blouses blanches, d'un stéthoscope et parfois d'un foulard rouge pour souligner l'urgence, des soignants de toute la Suisse romande ont défilé de la Place des Nations à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) samedi après-midi.

"Les travailleurs de la santé de première ligne sont confrontés chaque jour aux conséquences de la détérioration de l'environnement sur leurs patients", souligne un communiqué du mouvement. La lettre, remise au directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus, est signée par plus de mille professionnels de la santé du monde entier. Le rassemblement a eu lieu en marge de la 74e Assemblée mondiale de la santé.

"Danger de mort"

Le texte exige que les pays reconnaissent publiquement que "le changement climatique met les gens en danger de mort". "Les autorités sanitaires doivent faire des conséquences du changement climatique et de la perte de la biodiversité le problème de santé publique numéro un", demande la lettre.

"Les professionnels de la santé ont le devoir de veiller à la santé de la population et des générations futures", pouvait-on lire sur une grande banderole lors du défilé. Une soignante avec un sablier, symbole du mouvement Extinction Rebellion, ouvrait la marche. A l'avant du cortège, un gros ballon gonflable recouvert de bandages était transporté. Il était accompagné d'un thermomètre de plusieurs mètres de hauteur.

"Il y a urgence"

La parade s'est déroulée en silence, jusqu'à la centaine de mètres les séparant de l'OMS. Là, elle a été parcourue au son d'un tambour. Ils ont alors entamé un chant: "Il y a urgence pour la santé de la planète et l'humanité. On a lu les rapports, on voit que les politiques ignorent les scientifiques. Face à ce danger, on doit se rebeller", ont repris en choeur les manifestants.

Le Dr Tedros s'est adressé aux professionnels de la santé: "La pandémie prendra fin, mais il n'existe pas de vaccin contre le changement climatique. Nous devons agir maintenant, de manière solidaire, pour prévenir et nous préparer avant qu'il ne soit trop tard", indique un communiqué de l'OMS.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

"Divisé, nous ne pesons plus rien", affirme le président du Centre

Publié

le

Ce sera compliqué de gagner les élections si de tels désaccords se produisent à chaque session, avertit Gerhard Pfister (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

L'incompréhension règne au sein du Centre après que certains de ses sénateurs aient, contre la volonté du parti, fait couler un contre-projet sur les coûts de la santé. "Si on est divisé, nos voix s'annulent et nous ne pesons plus rien", commente son président.

"Pour moi c'est incompréhensible que la majorité ait refusé la discussion", affirme Gerhard Pfister samedi dans les titres romands du groupe Tamedia. Il s'exprime une semaine après que quelques sénateurs de ses rangs aient fait pencher la balance en faveur du non sur le contre-projet indirect du gouvernement à l'initiative du PS qui veut limiter à 10% la facture pour les assurés.

Or la hausse des primes maladie est un thème crucial au sein du parti. "On ne parle pas d'une question annexe, mais d'une thématique qui touche aux valeurs du parti, explique le Zougois, notre base ne comprend pas".

De tels désaccords internes pourraient, à ses yeux, nuire à l'influence dont le Centre, plus grand groupe au sein du Conseil des Etats, bénéficie. "Si on est divisé, nos voix s'annulent et nous ne pesons plus rien", prévient M. Pfister, qui dit craindre des "conséquences électorales".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

National League: succès genevois, le LHC et Ajoie perdent

Publié

le

Teemu Hartikainen, le meilleur buteur de National League (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Genève-Servette compte désormais six points d'avance en tête de la National League. Les Grenat ont battu Ambri-Piotta 5-2 vendredi alors que Bienne, 2e du classement, a perdu 3-1 à Langnau.

Côté romand, le Lausanne HC s'est incliné 5-4 à Rapperswil. Ajoie a connu une nouvelle défaite, les Jurassiens étant dominés 5-2 chez eux par Lugano.

Aux Vernets, le héros de la soirée a été le Finlandais Teemu Hartikainen, auteur d'un hat-trick lors du tiers médian qui a fait passer le score de 1-1 à 4-1. Hartikainen a déjà inscrit 18 buts cette saison et il est le meilleur buteur du championnat. Il constitue l'un des grands atouts du club genevois toujours en quête d'un premier titre de champion.

Soirée à oublier

Lausanne a vécu une nouvelle soirée à oublier à Rapperswil. Les Vaudois ont pris trois longueurs d'avance grâce à Audette (4e), Genazzi (11e) et Fuchs (13e), mais ils n'ont pas tenu la distance. Les Lakers ont renversé la situation après deux tiers déjà. Kovacs a signé le 4-4 (54e) mais Moy a donné les trois points à "Rappi" à la 58e.

Lausanne a cru égaliser à cinq secondes de la sirène, mais la réussite a été annulée après de longues minutes de visionnement de la vidéo. Ce match a un peu rappelé celui du 1er novembre au même endroit, quand le LHC menait 4-1 après 20 minutes avant de s'incliner 7-4...

Pas la joie

Ce n'est toujours pas la joie du côté de Porrentruy. Cancre de la Ligue, le HC Ajoie a en effet subi un nouveau revers. Les Jurassiens restent désormais sur douze défaites consécutives depuis leur victoire du 28 octobre à Ambri...

Les Ajoulots ont pourtant montré du caractère. Un doublé d'Asselin lors de la période intermédiaire leur a permis de revenir à 2-2, mais les Tessinois ont arraché la victoire grâce à Josephs (47e), Zanetti (49e) et Granlund (52e).

Bienne, qui était sur une bonne dynamique, a chuté dans l'Emmental. Seul Olofsson (45e) a marqué pour les Seelandais pour revenir à 2-1, mais les Tigers ont marqué dans le but vide par Michaelis à une seconde de la fin. Le gardien biennois Säteri a dû sortir sur blessure à la 27e.

Berne a montré les limites actuelles de la défense des tenants du titre. Les Ours ont en effet battu Zoug 7-3. Enfin, les Zurich Lions ont dominé Kloten 3-1 dans un derby très serré.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Aldi Suisse augmente les salaires de 1%

Publié

le

L'augmentation des salaires chez Aldi reste inférieure aux prévisions d'inflation du Seco et de la BNS pour l'année prochaine (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Aldi Suisse a annoncé vendredi le relèvement de 1% du salaire de tous ses employés en 2023. Le personnel recevra aussi un bon d'achat pouvant aller jusqu'à 500 francs ainsi qu'un versement unique correspondant à 1% du salaire annuel brut.

L'année 2023 prévoit aussi des "changements structurels de sorte qu'un total de 3% sera investi dans la masse salariale", selon le communiqué de la filiale helvétique du discounter allemand qui emploie 3900 personnes.

Aldi Suisse souligne que le salaire minimum s'élèvera l'an prochain à 4646 francs, "le plus élevé de la branche" affirme l'entreprise.

La hausse salariale annoncée ne suffira toutefois pas à compenser le renchérissement attendu en 2023. Dans leurs dernières estimations remontant à septembre, la Banque nationale suisse (BNS) et le Secrétariat d'État à l'économie (Seco) tablaient pour l'année prochaine sur un taux d'inflation de respectivement 2,4% et 2,3%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Ypsomed en quête d'un remplaçant pour distribuer l'Ypsopump aux USA

Publié

le

L'arrêt du partenariat avec Eli Lilly ne change rien au calendrier prévu pour l'homologation de l'Ypsopump, mais il aura des conséquences financières sur l'exercice 2022/23 d'Ypsomed. (archives) (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Le développeur bernois de dispositifs d'injection et de gestion du diabète Ypsomed va devoir se mettre en quête d'un nouveau partenaire pour la distribution prévue de sa pompe à insuline Ypsopump sur le gigantesque marché des Etats-Unis.

Le géant pharmaceutique Eli Lilly se retire en effet d'une collaboration en ce sens convenue en novembre 2020, prévoyant une commercialisation effective à partir de 2026.

Le laboratoire indianien abandonne l'idée de s'engager sur le marché des pompes à insuline au pays de l'oncle Sam pour se concentrer sur son portefeuille de médicaments, relaie Ypsomed dans un communiqué diffusé vendredi.

L'arrêt du partenariat avec Eli Lilly ne change rien au calendrier prévu pour l'homologation de l'Ypsopump, assure la firme de Berthoud. Ypsomed entend toujours présenter un dossier en ce sens à l'Agence sanitaire américaine (FDA) en seconde moitié d'année prochaine.

L'interruption aura par contre des conséquences financières sur l'exercice décalé 2022/23, plafonnées à moins de 10 millions de francs. L'objectif d'excédent d'exploitation de 90 millions en 2023/24 n'est pas menacé.

Retrait inattendu

La décision impromptue d'Eli Lilly de renoncer à la distribution de l'Ypsopump surprend les analystes, d'autant que le dispositif connaît sur le Vieux continent un succès indéniable. La firme américaine n'a de son côté pas communiqué sur le sujet.

La recherche d'un nouveau partenaire ne s'annonce pas comme une sinécure, Eli Lilly jouissant outre-Atlantique d'une position dominante sur le marché de l'insuline, relève Sibylle Bischofberger pour Vontobel. L'experte de la banque de gestion zurichoise note qu'il reste à voir si l'impact non récurrent énoncé pour l'exercice en cours demeurera bien un effet unique, mais temporise encore avant de retravailler sa modélisation

A la Banque cantonale de Zurich (ZKB), Daniel Buchta verrait bien Abbott reprendre le contrat abandonné par Eli Lilly. Ypsomed a en effet déjà noué une collaboration dans le domaine des capteurs en Europe avec le laboratoire chicagolais.

Si les analystes relativisaient la portée du retrait du partenaire américain, les détenteurs de capitaux éprouvaient des réactions épidermiques. A 10h59, la nominative Ypsomed décrochait de 16,1% à 167,80 francs, à contre-courant d'un SPI en hausse de 0,28%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

L'action Credit Suisse refranchit brièvement le cap des 3 francs

Publié

le

Malgré son rebond du jour, l'action Credit Suisse affiche toujours un plongeon d'environ deux tiers par rapport à son cours au début de l'année. (archives) (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

L'action Credit Suisse continuait d'avoir les faveurs de la cote vendredi, après avoir déjà terminé en tête du SMI des valeurs vedettes la veille, repassant brièvement la marque symbolique de 3 francs sous laquelle elle était tombée mardi.

La banque aux deux voiles a présenté les premiers résultats du deuxième volet de sa gigantesque augmentation de capital, qui a renfloué comme attendu sa trésorerie de 2,24 milliards de francs.

A 09h45, la nominative Credit Suisse s'enrobait de 1,6% à 2,99 francs, après être remontée à 3,052 francs dans les premiers échanges, ce qui lui valait la première position d'un SMI en recul de 0,17%. La performance du titre est toutefois à relativiser, le cours affichant toujours un plongeon de deux tiers depuis le début de l'année.

En plus de l'augmentation de capital, qui devrait permettre à Credit Suisse de renforcer son ratio de fonds propres durs (CET1) de près de 140 points de base (pb), la banque a réalisé des progrès dans la négociation de la vente d'une partie substantielle de ses activités de titrisation (SPG) à l'américain Apollo, dont la finalisation est attendue au 1er trimestre 2023, relève Christian Schmidiger, de la Banque cantonale de Zurich (ZKB).

Dans son commentaire, l'analyste souligne par ailleurs que les mesures d'économie introduites par la banque le 8 décembre devraient permettre de réaliser en 2023 près de 80% des économies visées de 1,2 milliard de francs. Toutefois, en raison des risques liés à la restructuration et des incertitudes autour des sorties de capitaux, il maintient sa recommandation de pondération au marché.

Succès relatif

Mirabaud souligne pour sa part que 98,2% des actions nouvellement émises ont trouvé preneur, et qu'avec le premier volet de l'augmentation de capital, qui avait permis de lever 1,76 milliard fin novembre, grâce notamment à la contribution de Saudi National Bank (SNB), désormais actionnaire à hauteur de 9,9% , Credit Suisse est parvenu aux 4 milliards initialement visés avec l'opération.

Dans un billet vitriolé, le portail d'information financières Inside Paradeplatz (IP) met quant à lui le doigt sur les plus de 16 millions de titres qui n'ont pas été souscrits, malgré un prix d'émission plus qu'alléchant de 2,52 francs l'unité, rappelant qu'il y a six mois à peine, l'action Credit Suisse s'échangeait à près de 6,50 francs.

Et de signaler que selon les données officielles de l'opérateur boursier SIX, des nouvelles actions ont été rachetées à hauteur de 738'000 francs par des membres du conseil d'administration et de 489'000 francs par des dirigeants exécutifs. Alors que les hauts responsables de la banque gagnent "plusieurs millions" par année, ils n'ont même pas participé à hauteur de 50'000 francs - 44'500 francs en moyenne, a calculé IP - à l'opération.

Le site se souvient toutefois qu'en août, le président Axel Lehmann s'était porté acquéreur d'un paquet d'actions Credit Suisse pour un million de francs.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture