Rejoignez-nous

Suisse Romande

Nouveau label romand pour valoriser le volontariat des pompiers

Publié

,

le

Photo d'illustration (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)
Face à l'érosion des effectifs de sapeurs-pompiers volontaires dans les casernes ces 20 dernières années, la profession lance un nouveau label en Suisse romande. Appelé "Employeur partenaire", il vise à certifier et valoriser l'engagement des employeurs en faveur des pompiers volontaires. Il s'agit aussi de formaliser les droits et devoirs respectifs au sein des entreprises.

"C'est la première fois que l'on met autant nos forces ensemble en Suisse romande pour convaincre les employeurs à participer à l'effort collectif et à un acte de civisme", indique à Keystone-ATS Rafael Stuker, responsable de la communication de l'Etablissement d'assurance contre l'incendie et les éléments (ECA-Vaud).

En Suisse, le service de protection contre les incendies repose essentiellement sur le volontariat: 98% des pompiers sont volontaires et s'engagent pour la protection de la population sur leur temps libre (vacances, week-ends, soirées), mais aussi durant leurs heures de travail. Le pourcentage est pratiquement le même en Romandie.

Un plus et une fausse idée

L'idée du label "Employeur partenaire" est de "faire prendre conscience aux employeurs" qu'un employé engagé volontairement dans la défense incendie "amène aussi un plus en termes de sécurité et de premiers secours dans l'entreprise, de gestion du stress et de leadership", explique M. Stuker.

Il s'agit aussi de lutter contre cette "fausse idée" qu'un employé sapeur-pompier est constamment mobilisé sur le terrain. "Dans le canton de Neuchâtel par exemple, on compte six interventions en moyenne par jour. Ce qui équivaut à maximum une ou deux interventions pour un sapeur-pompier volontaire", relève-t-il. Il y a aussi toujours la possibilité pour l'employé de dire qu'il n'est pas disponible s'il est occupé en séance ou à une tâche primordiale.

Dans le canton de Vaud par exemple, une trentaine d'entreprises ont montré un intérêt pour ce label. Des petites et moyennes entreprises mais aussi des plus grandes et même quelques multinationales, selon le porte-parole de l'ECA-Vaud. La distinction sera décernée aux entreprises qui signent la "Charte Employeur". Secteurs privé et public sont tout autant ciblés.

En la signant, l'employeur s'engage à libérer le sapeur-pompier de ses obligations professionnelles en cas d'urgence ou d'exercice. De son côté, l'employé s'engage à informer son employeur de sa fonction bénévole au moment de l'embauche ou avant le début de la formation et à adapter son calendrier d'exercices et de gardes à ses impératifs professionnels.

Démarche anticipative

"Il n'y a absolument pas péril en la demeure. Nous avons aujourd'hui les effectifs nécessaires. Mais il s'agit d'anticiper pour le futur face au constat d'une lente érosion des pompiers volontaires ces 20 dernières années", affirme M. Stuker. Il cite dans le même temps les besoins croissants de lutte incendie à l'avenir en raison du réchauffement climatique (canicule, sécheresse, feux de forêt, etc.).

"Nous avons commencé avec les cantons de Vaud, Neuchâtel, Fribourg, Valais et Jura, via les fédérations cantonales de sapeurs-pompiers et les ECA", explique-t-il. "Nous sommes encore en discussion avec Genève, dont l'intérêt est différent vu que son système est plus basé sur des pompiers professionnels", précise-t-il. A long terme, l'idée est d'étendre ce label à l'ensemble de la Suisse, selon lui.

L'inexorable érosion des effectifs dans les casernes depuis les années 2000 est "difficilement explicable". M. Stuker évoque quelques hypothèses: "Il y a des raisons sociétales liées à l'individualisation de nos sociétés. Les candidats hésitent à s'engager pour la communauté, par manque de temps ou de motivation. Sans compter la pression toujours plus forte au niveau professionnel qui a aussi un impact sur la gestion du travail et de la vie privée".

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Manifestation à Lausanne contre les violences policières

Publié

le

Les manifestants étaient au nombre de 400 environ, selon la police municipale de Lausanne. (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Environ 400 personnes, selon les forces de l'ordre, ont défilé samedi après-midi à Lausanne pour dénoncer les violences policières. Les manifestants s'étaient réunis, dès 13h30, devant la gare de la capitale vaudoise, en réponse à l'acquittement en appel, lundi, de six policiers impliqués dans l'affaire Mike Ben Peter, un Nigérian de 39 ans décédé lors d'une interpellation musclée, en 2018.

Le collectif Kiboko et la famille de la victime avaient appelé à "se mobiliser autour de cette deuxième étape juridique". Des actions ont eu lieu durant la tenue du procès, il y a deux semaines, devant le tribunal délocalisé pour l'occasion à Renens ainsi qu'au Théâtre 2.21 à Lausanne. C'est aussi eux qui ont appelé à "une manifestation massive contre les violences policières" ce samedi.

Les manifestants ont commencé à défiler dans les rues de Lausanne aux alentours de 14h00. Ils se sont notamment arrêtés à l'endroit où Mike Ben Peter a perdu la vie, selon un photographe de l'agence Keystone-ATS. Des discours ont été prononcés, dénonçant les violences policières.

La manifestation était autorisée, a rappelé Sébastien Jost, le porte-parole de la police municipale lausannoise. Elle s'est tenue sans incident notable, encadrée par les forces de l'ordre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Des airs de Locarno sur l'esplanade de Plateforme 10 à Lausanne

Publié

le

Lors de la première édition, en 2022, trois soirées de cinéma étaient proposées (archives). (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

L'esplanade du quartier des arts lausannois de Plateforme 10 se transformera en "Piazza Piccola" du 16 au 21 juillet. "Anatomie d'une chute" de Justine Triet, "The Old Oak" de Ken Loach ou encore "La voie royale" de Frédéric Mermoud figurent au menu de ce cinéma open air organisé avec le Locarno Film Festival.

Pour cette troisième édition, le programme associe les plus grands succès de la Piazza Grande tessinoise aux découvertes. Une soirée spéciale sera consacrée au surréalisme, dont les trois musées de Plateforme 10 célèbrent les 100 ans, explique un communiqué.

Le rendez-vous propose sept films qui seront projetés sur l'écran géant que constitue la façade du bâtiment Photo Elysée et mudac. Des films renommés, mais aussi des découvertes et des perles rares sont au menu comme "Ricardo et la peinture" de Barbet Schroeder ou encore une copie restaurée de "La Paloma" de Daniel Schmid.

L'entrée est libre, mais la réservation est recommandée. En cas de pluie, la projection est maintenue, sauf conditions exceptionnelles. Des imperméables seront mis à la disposition du public.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Dominique Meyer nommé à la tête de l'OCL

Publié

le

Dominique Meyer n'a pas été reconduit à la Scala, la limite d'âge ayant été fixée à 70 ans pour les directeurs de théâtres lyriques (archives). (© KEYSTONE/EPA ANSA/MATTEO BAZZI)

Le directeur sortant de la Scala de Milan, le Français Dominique Meyer, 68 ans, est nommé au poste de directeur général de l'Orchestre de chambre de Lausanne, a annoncé vendredi la Scala. Il prendra ses fonctions le 15 juillet.

Dominique Meyer restera directeur de la Scala jusqu'à la fin de son mandat le 28 février 2025, a précisé l'institution milanaise dans un communiqué. Son successeur, l'Italien Fortunato Ortombina, "qui assumera les fonctions de directeur désigné de la Scala à partir du 1er septembre 2024", prendra sa relève à partir du 1er mars 2025.

A Lausanne, Dominique Meyer sera rejoint à partir du 1er septembre par Julie Mestre, actuellement directrice générale de l'Orchestre des Pays de Savoie, en tant que directrice des opérations. "Le duo travaillera en étroite collaboration avec le directeur artistique Renaud Capuçon", conclut le communiqué.

Dominique Meyer, qui avait en vain demandé un renouvellement de son mandat à la Scala, avait assuré fin mai quitter son poste en toute "sérénité", sans "amertume". "Un ministre a décidé de me mettre à la retraite de la Scala, mais la vie continue", avait-il déclaré en référence au ministre de la Culture Gennaro Sangiuliano, lequel avait fixé à 70 ans la limite d'âge pour les directeurs de théâtres lyriques, empêchant ainsi de fait une reconduction de M. Meyer qui atteindra cet âge en août 2025.

Le gouvernement nationaliste de Giorgia Meloni n'avait guère caché sa volonté de voir arriver aux commandes de la Scala un Italien, après trois directeurs étrangers.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

A Plateforme 10, le restaurant Arcadia ferme ses portes

Publié

le

Le restaurant bénéficiait d'une terrasse sur l'esplanade du quartier des arts (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Ouvert il y a deux ans en même temps que l'inauguration du site de Plateforme 10 à Lausanne, le restaurant Arcadia fermera ses portes à fin juillet. A l'avenir, les lieux pourraient être utilisés pour des "activités à résonances culturelles et artistiques".

La fondation Plateforme 10 et la société Fino Resto SA, exploitante d'Arcadia, ont décidé la fermeture du restaurant avec effet au 29 juillet. L'établissement avait pris place dans les arcades du quartier des arts et bénéficiait d'une terrasse au coeur de l'esplanade. Il complétait l'offre du Nabi, au MCBA, et du Café Lumen, dans le bâtiment Photo Elysée et mudac.

L'expérience a montré que l'exploitation d'un restaurant hors des musées pouvait "s'avérer difficile", explique vendredi Plateforme 10 dans un communiqué. Les contraintes en découlant "n'étaient pas toujours compatibles avec le développement dans le même espace d'activités culturelles publiques".

Plateforme 10 souhaite continuer à faire profiter le public des infrastructures des arcades et de la terrasse. Le site muséal étudie "divers projets" pour des "activités à résonances culturelles et artistiques ouvertes à la société". L'objectif est de faire du quartier des arts "un véritable lieu de vie mêlant culture, animations et loisirs".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Un échafaudage de 60 m s'effondre à Prilly: 3 morts et 8 blessés

Publié

le

Le dispositif de sauvetage a compris près de 130 personnes. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Spectaculaire et dramatique accident de chantier vendredi matin à Prilly, dans l'Ouest lausannois (VD): un échafaudage de 60 mètres de haut s'est effondré d'un immeuble en construction près de la Vaudoise aréna. Le bilan est lourd: au moins trois morts et 8 blessés.

Il est 09h22 quand l'alerte est donnée à la police vaudoise pour signaler la chute d'un échafaudage du mini gratte-ciel de 19 étages, extension verticale accolée à l'ouest du centre commercial de "Malley Lumières", propriété de la Suva, juste derrière la gare de Prilly-Malley. Baptisée "Malley Phare", cette "tour" en structure bois prévoit 96 logements.

"J'ai entendu un énorme fracas puis vu un immense nuage de poussière", a relaté à Keystone-ATS une employée de pharmacie du centre commercial. Bien visible, la scène de l'accident faisait froid dans le dos, avec un gigantesque amas de métal de l'échafaudage gisant pêle-mêle au sol. Aux alentours, de nombreux ouvriers étaient sous le choc, discutant entre eux ou regardant, complètement effarés, l'échafaudage en mille morceaux.

Monte-charge en cause?

Très vite, ce sont plusieurs dizaines d'ambulances, de véhicules de pompiers et de police qui se rendent sur les lieux de l'accident. Un vaste périmètre de ce quartier de "Malley Lumières" a aussitôt été bouclé pour les besoins de l'intervention des secours.

Selon plusieurs témoins et ouvriers, le monte-charge se serait effondré du haut de l'immeuble, entraînant dans son sillage tout l'échafaudage de la face nord, côté route du Viaduc menant à la Vaudoise aréna. La police vaudoise n'a pas voulu confirmer.

"Les causes et circonstances de l'accident ne sont pas connues pour l'instant. Une instruction pénale du Ministère public, arrivé sur place, a été ouverte pour les déterminer", a indiqué sur place aux médias le porte-parole de la police cantonale, Jean-Christophe Sauterel. Les investigations ont été confiées aux spécialistes de la gendarmerie et aux enquêteurs de la police de sûreté, comprenant notamment la Brigade de police scientifique.

Victimes identifiées

Un bilan encore provisoire en milieu d'après-midi a, lui, été annoncé par la police dans un communiqué, et déjà lourd: trois morts, quatre blessés graves, dont un héliporté au HUG, deux blessés moyens et deux blessés légers, soit, à ce stade, une dizaine d'ouvriers directement impliqués sur le site. Six des blessés ont été emmenés au CHUV. Les recherches se poursuivaient, des personnes manquant encore à l'appel.

Les victimes ont été identifiées, ont annoncé en soirée l'Etat de Vaud et la police vaudoise.Il s’agit de trois ouvriers travaillant sur le chantier: un Suisse de 43 ans, un Cap Verdien de 35 ans et un Français de 30 ans.

Les pompiers avec les entreprises spécialisées mettaient par ailleurs tout en ½uvre pour stabiliser et sécuriser les échafaudages encore en place sur les trois autres façades du haut bâtiment. "Ces travaux sont rendus compliqués en raison des mauvaises conditions météorologiques annoncées pour la fin d'après-midi", souligne la police.

La zone autour du bâtiment sinistré reste interdite en raison des risques de chute, y compris une voie CFF, le giratoire et l'accès au parking et aux bâtiments voisins, informe-t-elle encore.

Evacuations

Très peu de temps après l'effondrement de l'immense échafaudage, le centre commercial et tous les bureaux de "Malley Lumières" ont été évacués, de même que la Vaudoise aréna toute proche en face du bâtiment touché. Le centre sportif a été réquisitionné pour accueillir notamment une cellule psychologique. Il était donc fermé au public jusqu'à nouvel avis.

Selon la police, une vingtaine de personnes impliquées, mais non blessées, et les proches des victimes y ont été accueillies.

Au total, le dispositif de sauvetage s'est élevé à quelque 180 personnes sur les lieux du drame durant la journée, dont environ 50 pompiers et 60 policiers. La police a indiqué qu'elle faisait son possible pour un retour à la normale du trafic dans le secteur bouclé, quotidiennement très chargé.

De son côté, la Municipalité de Prilly a indiqué dans un communiqué qu'elle "exprime toute sa profonde et vive sympathie aux ouvriers et familles touchées par ce malheureux événement et qu'elle est bien en pensées avec eux dans ces difficiles moments". "Emu", le Conseil d'Etat vaudois a également présenté ses "sincères condoléances".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture