Rejoignez-nous

Suisse Romande

Les porteurs de journaux d'Epsilon protestent contre une baisse de salaire

Publié

,

le

Crédit photo: Miguel Hernandez

Les porteurs de journaux d'Epsilon, filiale de La Poste, ont protesté ce matin devant les locaux du géant jaune de Montbrillant. La raison: une baisse de salaire alors qu'ils ont continué à distribuer chaque matin les journaux aux abonnés pendant la pandémie de Covid-19. Une décision malvenue au moment où les Chambres fédérales débattent de l'aide indirecte à la presse. Elle prévoit notamment une subvention à hauteur de 40 millions de francs à la distribution de journaux. 

Les porteurs et porteuses de journaux en ont gros sur le coeur. Alors qu'ils ont continué à travailler pendant toute la durée de la pandémie de Covid-19, ils font face aujourd'hui à une baisse de salaire. Deux cent porteurs de journaux sont concernés par cette restructuration, 80 à Genève et 120 à Lausanne. Un plan jugé injuste pour des salariés déjà fragilisés comme l'explique Anna Gabriel, secrétaire syndicale pour UNIA.

Anna GabrielSecrétaire syndicale d'UNIA

Le syndicat UNIA exige aujourd’hui le retrait de ce plan de restructuration.

Faux prétexte

Pour rappel, début mai La Poste, propriétaire d'Epsilon, a annoncé au personnel genevois et lausannois des baisses de salaire. Le motif de cette restructuration: le déficit chronique de la distribution matinale des journaux, mis à mal par la crise que traverse la presse actuellement. Un faux prétexte pour Alessandro Pelizzari, secrétaire régional d'UNIA, qui rappelle les subventions à venir de la part de la Confédération.

Alessandro Pelizzari, Secrétaire régional d'UNIA

 

La Poste déjà épinglée

En 2018 et 2019, une longue lutte des employés d'Epsilon contre une baisse de salaire avait porté ses fruits. L'entreprise s'était vue contrainte de payer les salaires minimums du contrat type de travail et 600'000 francs d'arriérés. La Poste avait écopé d'une amende de 180'000 francs pour non-respect du salaire minimal.

Subventions fédérales

La balle est désormais dans le camp du Conseil National. Le Conseil des Etats a déjà voté le principe de subvention de 40 millions de francs qui doit notamment servir à couvrir les déficits de cette prestation. Mais pour le Conseiller national socialiste Christian Dandrès, pas question pour la Confédération de subventionner un dumping salarial. Il pointe du doigt le double jeu de La Poste qui souhaite profiter en tant que régie fédérale d'une subvention fédérale, mais qui soustraite une partie du service public à des filiales qui pratiquent une politique salariale douteuse.

Christian DandrèsConseiller national socialiste

 

La Poste ouverte à la discussion

Contactée, La Poste Suisse a indiqué être en discussion avec tous les partenaires sociaux. Elle se dit également prête à recevoir leurs suggestions et recommandations jusqu'au 10 juillet prochain. Les précisions sur la situation d'Epsilon de la porte-parole de La Poste Suisse Nathalie Dérobert.

Nathalie DérobertPorte-parole de La Poste Suisse

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Renens: la Ferme des Tilleuls fête ses cinq ans

Publié

le

La Ferme des Tilleuls a été inaugurée le 13 mai 2017 (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Ferme des Tilleuls, à Renens, a fêté mercredi ses cinq ans. Durant cette période, elle a présenté vingt expositions et organisé plus de 350 événements culturels. En novembre, elle annonce le vernissage d'ORGANuGAMME, l'oeuvre monumentale d'art brut de Danielle Jacqui constituée de 36 tonnes de céramique.

En cinq ans, l'espace a accueilli des expositions, des films, des conférences, des balades thématiques, des repas et des spectacles de toutes sortes. Dès 2019, l'offre a pu être complétée grâce à la rénovation de l'annexe, avec ses ateliers et sa résidence d'artistes.

Un an plus tard, le café-restaurant des Tilleuls a accueilli un nouveau partenaire, l'ORIF Renens. Ce dernier y a installé une cuisine professionnelle pour l'exploiter avec ses jeunes en formation, des jeunes gens atteints dans leur santé ou en difficulté.

Fréquentation en hausse

L'exposition actuelle, "Des Natures", interroge le lien entre la nature et l'homme, en regroupant le travail de quatre artistes. Malgré la pandémie, le lieu culturel a vu sa fréquentation augmenter ces dernières années, comptabilisant 15'000 visites en 2021, indique l'espace d'exposition et de création.

Dès 2020, la vaste oeuvre multicolore de Danielle Jacqui a commencé à s'ériger dans la cour de la ferme. A l'origine, les céramiques devaient orner la gare d'Aubagne en France. Le projet ne s'est finalement pas fait. Suite à divers contacts et visites, Danielle Jacqui, 88 ans aujourd'hui, en a fait don à Renens.

L'oeuvre est arrivée début 2016 sur les bords du Léman. Le vernissage est prévu le 5 novembre prochain. En parallèle, une exposition sera dédiée à la création céramique et textile.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Deux candidats en lice pour la présidence du PSV

Publié

le

Romain Pilloud est l'un des deux candidats en lice pour la présidence du PS vaudois (archives). (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Deux candidats sont sur les rangs pour reprendre la présidence du Parti socialiste vaudois (PSV). Conseiller communal, président de la section de Montreux et futur député, Romain Pilloud, 26 ans, est en lice aux côtés de Robert Tye, 37 ans, qui préside la section du Gros-de-Vaud ainsi que le Conseil communal d'Echallens. Verdict le 25 juin.

Romain Pilloud, candidat le plus connu, s'est engagé tôt en politique. Il est entré à 20 ans au Conseil communal de Montreux. Il est actuellement secrétaire général de la section vaudoise l'association transports et environnement (ATE) et préside le parti socialiste montreusien. Il est également étudiant à temps partiel en master en urbanisme à l'Université de Lausanne.

Robert Tye enseigne au collège secondaire d'Echallens. Il a auparavant étudié la physique à Londres et à l'EPFL, à Lausanne. Il préside le législatif d'Echallens, fait partie du comité directeur du PS vaudois et préside la section du Gros-de-Vaud.

Cinq candidats pour la vice-présidence

Le parti décidera lors de son congrès de juin, à Payerne, qui succédera à la députée Jessica Jaccoud, qui se retire au terme d'un mandat de quatre ans, durée maximale prévue par les statuts. Il renouvellera également sa vice-présidence et son comité directeur.

Cinq personnes se lancent dans la course à la vice-présidence: il s'agit de Thanh-My Tran-Nhu, Virginie Pilault, Sébastien Pedroli, Alexandre Démétriadès et Robert Tye, a annoncé mercredi le PSV, à l'issue du délai pour le dépôt des candidatures. Les nouveaux élus seront en lice pour un mandat de deux ans. Le nombre de vice-présidents - deux actuellement - pourrait être augmenté.

Duel Maillard - Nordmann

Pour rappel, le candidat socialiste pour l'élection au Conseil des Etats en 2023 sera également désigné à cette occasion. Deux poids lourds du parti s'affronteront: l'ancien conseiller d'Etat vaudois et actuel président de l'USS Pierre-Yves Maillard et le conseiller national et chef de groupe Roger Nordmann.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Anthony Braizat succède à Meho Kodro

Publié

le

Anthony Braizat reprend les rênes de Stade Lausanne Ouchy. (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Le Français Anthony Braizat succède à Meho Kodro comme entraîneur du Stade Lausanne Ouchy. L'ex-joueur et Ligue 1 et ancien joueur et entraîneur de Servette arrive en provenance du Stade Nyonnais.

Braizat (44 ans) s'est notamment fait connaître comme coach en menant Yverdon en Promotion League en 2017 puis le Stade Nyonnais au tour final de Promotion League, avec un jeu attrayant à la clé, lors de la saison écoulée, relève mercredi le Stade Lausanne Ouchy, qui évolue en Challenge League.

Comme son prédécesseur Meho Kodro, dont le contrat n'a pas été reconduit, il sera assisté au SLO de Dalibor Stevanovic et Zoran Lemajic. "Sa mission sera de continuer à faire progresser l'équipe en proposant un jeu attractif", relève la direction du club lausannois.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Le directeur de la prison de la Croisée à Orbe quitte son poste

Publié

le

La prison de la Croisée à Orbe (VD) se cherche un nouveau directeur ou une nouvelle directrice dès le 1er septembre prochain (archives). (© Keystone/SALVATORE DI NOLFI)

Le directeur de la prison de la Croisée à Orbe (VD) va quitter sa fonction au 31 août prochain, a indiqué mercredi le canton. Florian Dubail a passé plus de huit années à la direction d'établissements pénitentiaires vaudois. Son poste va être mis prochainement au concours.

Arrivé le 1er avril 2014 au Service pénitentiaire (SPEN) pour reprendre la direction de la prison du Bois-Mermet et de l’Etablissement du Simplon, à Lausanne, Florian Dubail a mené de nombreux projets de première importance pour le Service pénitentiaire, explique le Conseil d'Etat dans un communiqué.

Il a ensuite repris la direction de la prison de la Croisée en novembre 2021, où il s'est notamment impliqué dans le projet de sécurisation de l'établissement, récemment mis à l'enquête publique.

Titulaire d'une licence en sciences forensiques (UNIL) complétée par un master of Economic Crime Investigation (HES-SO), M. Dubail avait débuté son parcours professionnel en qualité d'inspecteur scientifique à la police neuchâteloise puis avait rejoint la police jurassienne où il était devenu adjoint au commandant.

L'intérim sera assuré par Valérie Petignat, directrice adjointe de la Croisée.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Vers une fusion des trois communes de la Vallée de Joux

Publié

le

Les législatifs de L'Abbaye, du Chenit (photo) et du Lieu à la Vallée de Joux se sont clairement prononcés en faveur de la poursuite du processus de fusion entre elles (archives). (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Trois communes de la Vallée de Joux (VD) qui comptent fusionner en une seule ont obtenu mardi soir le feu vert de leurs conseils communaux respectifs. Les législatifs de L'Abbaye, du Chenit et du Lieu se sont clairement prononcés en faveur de la poursuite du processus de fusion. Ils ont mandaté leur Municipalité afin d'établir une convention de fusion.

Concrètement, les trois législatifs ont validé l'étude de faisabilité menée depuis plusieurs mois, accepté son coût et adopté le budget relatif à la rédaction de la convention de fusion et d'un rapport technique opérationnel, précisent mercredi les trois Municipalités dans un communiqué commun. Si un seul des conseils avait refusé le préavis rédigé conjointement par les trois exécutifs, le processus de fusion se serait arrêté là.

Les résultats ont été nets dans les trois communes: les conseillers communaux ont dit oui à 22 voix contre 12 à L'Abbaye, à 47 voix contre 2 au Chenit et à 22 oui contre 5 non au Lieu.

Après sa rédaction, la convention de fusion sera soumise aux trois conseils communaux par le biais d'un nouveau préavis des Municipalités. Si elle est adoptée par les trois législatifs, la convention sera ensuite soumise simultanément au vote populaire de chacune des communes. Le dernier mot appartiendra ensuite au Grand Conseil.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture