Rejoignez-nous

Suisse Romande

Les porteurs de journaux d'Epsilon protestent contre une baisse de salaire

Publié

,

le

Crédit photo: Miguel Hernandez

Les porteurs de journaux d'Epsilon, filiale de La Poste, ont protesté ce matin devant les locaux du géant jaune de Montbrillant. La raison: une baisse de salaire alors qu'ils ont continué à distribuer chaque matin les journaux aux abonnés pendant la pandémie de Covid-19. Une décision malvenue au moment où les Chambres fédérales débattent de l'aide indirecte à la presse. Elle prévoit notamment une subvention à hauteur de 40 millions de francs à la distribution de journaux. 

Les porteurs et porteuses de journaux en ont gros sur le coeur. Alors qu'ils ont continué à travailler pendant toute la durée de la pandémie de Covid-19, ils font face aujourd'hui à une baisse de salaire. Deux cent porteurs de journaux sont concernés par cette restructuration, 80 à Genève et 120 à Lausanne. Un plan jugé injuste pour des salariés déjà fragilisés comme l'explique Anna Gabriel, secrétaire syndicale pour UNIA.

Anna GabrielSecrétaire syndicale d'UNIA

Le syndicat UNIA exige aujourd’hui le retrait de ce plan de restructuration.

Faux prétexte

Pour rappel, début mai La Poste, propriétaire d'Epsilon, a annoncé au personnel genevois et lausannois des baisses de salaire. Le motif de cette restructuration: le déficit chronique de la distribution matinale des journaux, mis à mal par la crise que traverse la presse actuellement. Un faux prétexte pour Alessandro Pelizzari, secrétaire régional d'UNIA, qui rappelle les subventions à venir de la part de la Confédération.

Alessandro Pelizzari, Secrétaire régional d'UNIA

 

La Poste déjà épinglée

En 2018 et 2019, une longue lutte des employés d'Epsilon contre une baisse de salaire avait porté ses fruits. L'entreprise s'était vue contrainte de payer les salaires minimums du contrat type de travail et 600'000 francs d'arriérés. La Poste avait écopé d'une amende de 180'000 francs pour non-respect du salaire minimal.

Subventions fédérales

La balle est désormais dans le camp du Conseil National. Le Conseil des Etats a déjà voté le principe de subvention de 40 millions de francs qui doit notamment servir à couvrir les déficits de cette prestation. Mais pour le Conseiller national socialiste Christian Dandrès, pas question pour la Confédération de subventionner un dumping salarial. Il pointe du doigt le double jeu de La Poste qui souhaite profiter en tant que régie fédérale d'une subvention fédérale, mais qui soustraite une partie du service public à des filiales qui pratiquent une politique salariale douteuse.

Christian DandrèsConseiller national socialiste

 

La Poste ouverte à la discussion

Contactée, La Poste Suisse a indiqué être en discussion avec tous les partenaires sociaux. Elle se dit également prête à recevoir leurs suggestions et recommandations jusqu'au 10 juillet prochain. Les précisions sur la situation d'Epsilon de la porte-parole de La Poste Suisse Nathalie Dérobert.

Nathalie DérobertPorte-parole de La Poste Suisse

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Nyon (VD): un train routier renversé bloque l'autoroute

Publié

le

Le chargement d'un camion s'est renversé sur l'autoroute A1 près de Duillier (VD) erntraînant la fermeture de l'autoroute A1 à hauteur de Nyon (VD). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Un train routier s'est renversé mardi matin vers 8h20 sur l'A1 près de Duillier (VD), entre Nyon et Gland. Son chargement s'est répandu sur la chaussée. La conductrice a été blessée. L'autoroute était toujours fermée en fin d'après-midi.

Le camion qui s'est renversé pour une raison encore inconnue a bloqué l'autoroute à hauteur de Duillier, provoquant un important bouchon. L'autoroute entre Nyon et Gland, direction Lausanne a été fermée, a déclaré à Keystone-ATS, Alexandre Bisenz, chargé de communication à la police cantonale.

Un plan Delesta qui vise le report de la circulation sur un autre itinéraire a été mis en oeuvre. Les véhicules bloqués sur l'autoroute ont été évacués petit à petit, faisant demi-tour vers la sortie de Nyon.

La conductrice du train routier a été désincarcérée. Souffrant de blessures sans trop de gravité, elle a été hospitalisée, a précisé le porte-parole.

Des travaux de déblaiement ont été entrepris afin d'évacuer le chargement du camion qui contenait divers déchets, parmi lesquels du papier et du carton. La chaussée a été nettoyée. Une grue devrait évacuer le camion accidenté.

En fin d'après-midi, le tronçon Nyon-Gland n'avait toujours pas été rouvert à la circulation, a relevé M.Bisenz. Une enquête a été ouverte pour connaître les circonstances exactes de l'accident.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Lausanne domine Bienne et ravit son public

Publié

le

Le défenseur lausannois Fabian Heldner inquiète le portier biennois Elien Paupe. (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Dans un match décalé de National League, Lausanne a battu 3-2 le HC Bienne et a ainsi réalisé un carton plein ce week-end.

Les Vaudois, qui avaient perdu leurs trois derniers matches à domicile, ont enfin offert un spectacle plein à leur public avec les trois points au bout.

Les joueurs de John Fust ont mérité leur succès moins de 20 heures après avoir triomphé sur la glace d'Ajoie. Ils ont su exploiter leurs chances et n'ont jamais été menés au score. Philip Varone, le grand gagnant du week-end, a ouvert la marque après 8 minutes en infériorité numérique. Joel Genazzi a inscrit son premier but de la saison d'une frappe de bûcheron à 5 contre 4 (2-1/22e). Le but de la victoire est sorti de la canne du Tchèque Jiri Sekac, très insistant devant le portier Elien Paupe. Cette réussite est tombée deux minutes après l'égalisation de Toni Rajala.

Ainsi en dix jours, les Vaudois ont battu à deux reprises les Seelandais, qui se retrouvent désormais à cinq points du leader Fribourg-Gottéron avec le même nombre de matches. Les deux équipes s'affronteront mardi.

Classement: 1. Fribourg-Gottéron 18/41 (59-39). 2. Bienne 18/36 (57-43). 3. Davos 16/34 (58-41). 4. Zoug 15/31 (51-36). 5. Zurich Lions 16/29 (50-39). 6. Rapperswil-Jona Lakers 17/25 (46-49). 7. Ambri-Piotta 17/24 (44-44). 8. Lausanne 16/23 (44-42). 9. Lugano 18/23 (49-54). 10. Langnau Tigers 18/20 (58-63). 11. Berne 17/17 (46-52). 12. Genève-Servette 17/15 (43-65). 13. Ajoie 15/9 (28-66).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

L'UDC veut en finir avec les "mesures arbitraires" liées au Covid

Publié

le

Le président de l'UDC Suisse Marco Chiesa a fustigé "l'arbitraire" du Conseil fédéral dans sa gestion du Covid-19. (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

L'UDC Suisse exige du Conseil fédéral un plan de sortie de la crise sanitaire et une discussion "franche" sur la politique énergétique. Réunis samedi à Montricher (VD), les délégués du parti ont aussi adopté une résolution ciblant les villes roses-vertes.

"Le Conseil fédéral doit présenter une stratégie concrète pour une sortie progressive de la crise" liée au Covid 19, a exhorté le président du parti Marco Chiesa dans la tente ouverte où se tenait l'assemblée, pour éviter toute restriction sanitaire. Le parti n'est ni opposé à la vaccination, ni au pass sanitaire pour les voyages ou les grands événements, a-t-il dit. "Hélas, la majorité du Conseil fédéral a transformé ce certificat en un outil de discrimination."

"Les concepts d'hygiène fonctionnent. Les secteurs de la restauration, du sport et de la culture l'ont prouvé depuis des mois", a mis en avant le Tessinois. "Nous devons en finir avec cette division de la société entre "bons vaccinés" et "mauvais non vaccinés". Nous devons en finir avec les mesures arbitraires et mettre un terme au régime des pleins pouvoirs du Conseil fédéral afin de retrouver la normalité démocratique qui est la nôtre."

Stratégie énergétique attaquée

Dans son allocution, Marco Chiesa a aussi attaqué la Stratégie énergétique 2050 de la Confédération. "Il ne s'agit pas d'une stratégie, mais d'une navigation à l'aveugle sur fond de dogmatisme écologiste", a-t-il déclaré. "La Suisse sera exposée, dans un futur proche, à des pénuries d'électricité en raison de la politique menée par les roses-verts", a-t-il ajouté sous les applaudissements des 215 délégués présents.

Estimant que cette situation menaçait l'économie suisse, Marco Chiesa a réclamé une discussion "franche" sur la politique énergétique. Il s'en est pris aux "ayatollahs de l'écologie qui exigent la fermeture des centrales nucléaires", une énergie "propre assurant un approvisionnement fiable et en suffisance".

Quant à un accord sur l'électricité avec l'Union européenne (UE), ce n'est pas une solution, selon lui. "L'UE fait face à ses propres problèmes en terme d'approvisionnement."

Le président de la Confédération Guy Parmelin, qui s'est exprimé un peu après le président du parti, a également insisté sur le "défi" de l'approvisionnement énergétique. "La situation pourrait être critique dans quelques années déjà, ce qui appelle de notre part une réaction stratégique rapide", a prévenu le conseiller fédéral UDC.

Le Vaudois a appelé à "amorcer le virage d'une indépendance accrue". Comment? Dans un premier temps, en optimisant le réseau, la consommation et la production, selon lui.

"Mépris" des "socialistes caviar"

Les délégués ont ensuite adopté une résolution "face à la politique parasite des villes de gauche rose-verte", dont les stratèges du parti font leur cible depuis cet été. Le texte a été adopté par 160 voix contre 17 et 1 abstention.

"Au coeur des villes gouvernées par la gauche rose-verte règne une forme d'arrogance et de condescendance envers tous ceux qui pensent différemment", dénonce la résolution. "Ces noyaux urbains sont les nids des socialistes caviar qui, avec mépris, veulent dicter le mode de vie et de penser aux populations rurales et des agglomérations."

L'UDC estime que "les villes à gouvernance de gauche rose-verte profitent massivement des contributions financières de la population rurale, des agglomérations et des entreprises par différends biais. Parallèlement, leur politique se radicalise toujours plus, restreignant grandement les libertés individuelles et déresponsabilisant davantage les citoyens."

Le parti souhaite "mettre un terme à cette situation". La résolution liste une série de demandes. Elle veut par exemple que les "coûts réels et les montants d'impôts entre les citadins et les populations rurales" soient "clarifiés", que la répartition des sièges au Conseil national soit basée sur le nombre de citoyens suisses et non sur la population résidente permanente, ou encore que les centres urbains soient gérés comme des "régions indépendantes".

Triple non le 28 novembre

Enfin, les délégués ont adopté leurs mots d'ordre pour les votations fédérales du 28 novembre. Les initiatives populaires "Pour des soins infirmiers forts" et "Désignation des juges fédéraux par tirage au sort" ont été largement refusées. L'UDC avait déjà rejeté en août la loi Covid-19, troisième objet qui sera soumis au peuple en novembre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Marco Chiesa: "L'UDC n'est pas opposée à la vaccination"

Publié

le

Marco Chiesa: l'UDC n'est pas opposées à la vaccination. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Lors de l'assemblée des délégués de l'UDC suisse qui se tient samedi à Montricher (VD), le président de la formation Marco Chiesa a déclaré que le parti n'était "pas opposé à la vaccination". Il a en revanche fustigé "l'arbitraire" du Conseil fédéral.

"Les concepts d'hygiène fonctionnent. Les secteurs de la restauration, du sport et de la culture l'ont prouvé depuis des mois", a mis en avant Marco Chiesa sous la tente ouverte où se sont réunis les délégués, afin d'éviter toute restriction sanitaire. "Le Conseil fédéral doit à présent présenter une stratégie concrète pour une sortie progressive de la crise."

Le président de l'UDC a critiqué les "contradictions" de la politique sanitaire du gouvernement et la division de la société entre "bons vaccinés" et "mauvais non vaccinés". Il a rappelé que le parti n'était pas opposé au certificat sanitaire pour les voyages ou les grands événements. "Hélas, la majorité du Conseil fédéral a transformé ce certificat en un outil de discrimination."

Stratégie énergétique attaquée

Dans son allocution, le Tessinois a aussi attaqué la Stratégie énergétique 2050 de la Confédération. "Il ne s'agit pas d'une stratégie, mais d'une navigation à l'aveugle sur fond de dogmatisme écologiste", a-t-il dit. "La Suisse sera exposée, dans un futur proche, à des pénuries d'électricité en raison de la politique menée par les roses-verts", a-t-il ajouté sous les applaudissements.

Estimant que cette situation menaçait l'économie suisse, Marco Chiesa a demandé une discussion "franche" au sujet de la politique énergétique. Il s'en est pris aux "ayatollahs de l'écologie qui exigent la fermeture des centrales nucléaires", une énergie "propre assurant un approvisionnement fiable et en suffisance". Quant à un accord sur l'électricité avec l'Union européenne (UE), ce n'est pas une solution, selon lui. "L'UE fait face à ses propres problèmes en terme d'approvisionnement."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Vote du 28 novembre et villes "écolo-socialistes" au menu de l'UDC

Publié

le

L'UDC Suisse se réunit en assemblée des délégués samedi matin à Montricher (archives). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Les délégués de l'UDC suisse se réunissent samedi en assemblée à Montricher (VD) en présence du conseiller fédéral du cru Guy Parmelin. Ils adopteront leurs mots d'ordre pour les votations du 28 novembre et poursuivront leur campagne contre les villes roses-vertes.

Sous une tente ouverte afin d'échapper au certificat Covid ou à d'autres restrictions sanitaires, comme l'explique le parti dans son invitation, les délégués se prononceront sur les initiatives populaires "Pour des soins infirmiers forts" et "Désignation des juges fédéraux par tirage au sort". Le comité directeur préconise de rejeter ces deux textes.

Le troisième objet fédéral qui sera soumis au peuple le 28 novembre, portant sur la loi Covid 19, a déjà été refusé lors d'une précédente assemblée qui s'est tenue en août à Granges-Paccot (FR). Le non l'a emporté par 181 voix contre 23 et 4 abstentions.

Outre ces recommandations de vote, les discussions tourneront principalement autour des villes "écolo-socialistes", dont les stratèges de l'UDC font leur cible depuis cet été. Le parti exposera comment elles "arnaquent les gens des agglomérations périurbaines et de la campagne", indique le programme envoyé aux journalistes. Une résolution "face à la politique pique-assiette" de ces villes sera soumise aux délégués.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture