Rejoignez-nous

Coronavirus

Les Suisses pourront télécharger l'appli Swisscovid dès jeudi

Publié

,

le

L'appli de traçage de contacts SwissCovid pourra être utilisée par la population dès jeudi. Le Conseil fédéral a adopté mercredi l'ordonnance sur le système de traçage de proximité.

L'application complète le traçage classique des contacts utilisé par les cantons. Elle aidera à interrompre les chaînes de transmission. SwissCovid est gratuit et son utilisation facultative. Mais le Conseil fédéral recommande à la population de la télécharger.

L'application fonctionne grâce à la technologie bluetooth. Elle mesure anonymement la durée et la distance par rapport aux autres téléphones portables. Elle enregistre un contact étroit, soit de moins de 1,5 mètre et de plus de 15 minutes.

Notifications

Les utilisateurs qui auront été en contact avec une personne infectée seront averties, si ces deux personnes ont téléchargé l'application. Les personnes infectées obtiennent un code transmis par le service du médecin cantonal après un test positif. Elles pourront saisir ce code dans l'appli, sur base volontaire.

Les utilisateurs qui rencontrent une personne infectée sont alors informés par une notification qu'ils ont peut-être contracté le virus. Ils obtiennent en même temps des informations sur l'infoline de l'Office fédéral de la santé publique qui fournit des conseils gratuits sur les étapes suivantes. A la demande du Parlement, elles doivent pouvoir se faire tester gratuitement.

Si un médecin ou des autorités décident de la mise en quarantaine suite à une notification de Swisscovid, les personnes pourront bénéficier d'une allocation pour perte de gain. Ce n'est pas le cas si les personnes décident d'un isolement de leur propre chef.

Phase de test

La phase test a été lancée vers la mi-mai. L'application a été soumise à des contrôles sur la sécurité et la convivialité. Aucun problème critique ou systémique n'a été signalé.

Le centre national pour la cybersécurité continuera à récolter les avis afin de garantir la protection permanente des données et la sécurité de l'application.

Le Parlement a approuvé la base légale de l'application lors de la session de juin. Il a demandé que l'application soit arrêtée si son efficacité est insuffisante. Le Conseil fédéral a déjà prévu de la retirer dès qu'elle ne sera plus utile pour lutter contre l'épidémie. La loi échoit au plus tard le 30 juin 2022.

2 Commentaires

2 Comments

  1. Paulo Jorge Pires da Costa

    24 juin 2020 à 14 h 05 min

    Salut j'ai déjà l'aplication du swiss covid a 3 semaines et il marche bien. Bravo

  2. Koller

    25 juin 2020 à 9 h 45 min

    Dommage... ils ont oublié les personnes qui ont iOS 12 !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

Un expert propose de raccourcir le délai pour la dose de rappel

Publié

le

Richard Neher, membre de la task force de la Confédération, propose de diminuer le délai entre les deuxième et troisième doses de vaccin pour faire face à l'augmentation des cas (image d'illustration). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Pour maîtriser la pandémie, Richard Neher, membre de la task force de la Confédération, propose de réduire le délai entre les deuxième et troisième doses de vaccin. Il suggère de passer de six à quatre ou cinq mois.

En raison du délai actuellement en vigueur, de très nombreuses personnes en Suisse ne pourront pas recevoir de dose de rappel avant la fin de l'année, explique M. Neher dans la SonntagsZeitung.

Etant donné que les nouvelles infections se situent déjà à un niveau élevé, il ne suffit pas de freiner la hausse. Une baisse est nécessaire et pour cela il faut d'autres mesures, souligne-t-il.

Si la population reçoit autant de doses de rappel que possible dans les trois prochaines semaines, il sera possible de sauver Noël, estime-t-il.

Pour la cheffe de la task force de la Confédération Tanja Stadler aussi, la Suisse doit agir car ce n'est qu'une question de temps avant que le nouveau variant Omicron ne soit présent dans le pays.

S'il n'est pas encore possible d'évaluer la dangerosité du nouveau variant, l'on sait qu'il a contaminé des personnes guéries ou vaccinées, indique-t-elle dans la NZZ am Sonntag. Elle précise que le variant Omicron s'est imposé dans les régions où le variant Delta était prédominant.

La Suisse dispose donc d'une fenêtre d'opportunité qu'elle doit utiliser pour se préparer, conclut l'experte. Et d'ajouter qu'il s'agit maintenant de maîtriser le variant Delta avant qu'Omicron ne pose des défis encore plus importants à la Suisse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Hôpitaux: le triage silencieux est éthiquement dévastateur

Publié

le

Les enfants souffrent particulièrement de la pandémie. Des cliniques en Suisse et en Allemagne sont remplies d'enfants touchés psychiquement, selon la sociologue Tanja Krones (Image symbolique). (© KEYSTONE/AP/Keith Birmingham)

Des unités de soins intensifs surpeuplées à cause du Covid-19 conduisent tacitement à une sélection des patients à traiter. Ce triage implicite est éthiquement dévastateur, estime Tanja Krones, membre de la commission nationale d'éthique.

Le triage a pour conséquence que des ressources limitées ne sont pas exploitées de manière optimale, indique Mme Krones dans une interview publiée samedi dans la NZZ. C'est par exemple le cas lorsque des pensionnaires de maisons de retraite ou d'établissements médico-sociaux ne sont pas hospitalisés alors que des soins hospitaliers seraient opportuns et qu'elles le souhaitent.

Rien n'empêche que ne se reproduise la situation telle qu'elle se présentait en décembre dernier: avec trop peu de lits de soins intensifs libres, elle était mauvaise. Elle pourrait encore se dégrader.

Le personnel de santé essaye de satisfaire tout le monde. Mais le triage silencieux peut avoir des effets négatifs dans le sens où le patient ne remarque pas qu'il existe et peut se sentir oublié, selon la sociologue. Et Mme Krones de s'inquiéter des personnes socialement vulnérables ou mentalement déficientes. En Suisse, ces gens sont quelque peu délaissés.

Docteur en médecine humaine et sociologie travaillant à l'Institut d'éthique biomédicale de l'Université de Zurich, la scientifique insiste sur la situation des plus jeunes. Elle rappelle que l'Unesco, l'organisation onusienne qui promeut l'éducation et la culture, a tiré très tôt la sonnette d'alarme, affirmant que les enfants étaient perdants dans la pandémie.

Pour eux, le manque de contacts sociaux est bien pire que le virus. Des cliniques en Allemagne et en Suisse sont remplies d'enfants souffrant de maladies psychosomatiques. La vaccination a un effet limité sur les enfants, car ils sont moins susceptibles de tomber gravement malades. Ainsi, de vacciner un enfant pour que les adultes se portent bien pose un problème d'un point de vue éthique.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

La Suisse interdit les vols depuis l'Afrique australe

Publié

le

Les personnes en provenance d'Afrique du Sud, de Hong Kong, d'Israël et de Belgique devront présenter un test Covid-19 négatif et se mettre en quarantaine (archives). (© Keystone/STEFFEN SCHMIDT)

La Suisse interdit tous les vols directs depuis l'Afrique australe en raison du nouveau variant. Les personnes en provenance d'Afrique du Sud, de Hong Kong, d'Israël et de Belgique devront présenter un test Covid négatif et se mettre en quarantaine pendant 10 jours.

Ces mesures, visant à empêcher, dans la mesure du possible, la propagation du nouveau variant, ont été annoncées par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) vendredi soir. Les règles d'entrée renforcées sont entrées en vigueur à 20h00.

Les vols en provenance du Botswana, d'Eswatini, du Lesotho, du Mozambique, de Namibie, du Zimbabwe et d'Afrique du Sud sont interdits pour une durée indéterminée. Des autorisations exceptionnelles peuvent être accordées pour les rapatriements de citoyens suisses ou de personnes disposant d'un permis de séjour en Suisse et qui souhaitent rentrer en Suisse à titre privé.

Les compagnies aériennes – et non pas les passagers – sont tenues d’obtenir une autorisation de l’Office fédéral de l’aviation civile pour pénétrer dans l’espace aérien suisse. La Confédération n’organisera pas de vols de rapatriement.

Les voyageurs en provenance des pays mentionnés doivent pouvoir présenter un test Covid-19 négatif à l’embarquement, même s’ils sont vaccinés ou guéris. Toutes les personnes entrant en Suisse en provenance de ces pays doivent également se placer en quarantaine pendant dix jours.

Pour se rendre de l’aéroport à leur domicile, ces personnes ne doivent pas emprunter les transports publics.

L'obligation de quarantaine et de test pourra être étendue à d'autres pays dans lesquels serait détecté le nouveau variant. Les pays voisins de la Suisse en sont exclus.

Plus transmissible que le Delta

Le nouveau variant B.1.1.529 nouvellement découvert en Afrique du Sud serait davantage transmissible que la variante Delta et les vaccins actuels pourraient être moins efficaces.

Le variant a été détecté dans plusieurs pays d'Afrique australe, à Hong Kong, en Israël et en Belgique. Il n'a pour l'heure pas été constaté en Suisse.

La Confédération ordonne aux cantons et aux compagnies aériennes de contacter personnellement toutes les personnes entrées en Suisse en provenance d'Afrique australe au cours des deux dernières semaines. Il leur est vivement conseillé d'effectuer un test PCR. Les résultats positifs seront séquencés.

L'OFSP est en contact étroit avec l'OMS, l'Union européenne et les pays voisins. Les mesures sont adaptées en permanence aux nouvelles connaissances. La Confédération recommande d'attendre les résultats des prochains jours avant de planifier un voyage ou de modifier des réservations existantes dans les prochaines semaines, notamment à Noël.

Première victime des restrictions, la réunion ministérielle de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), qui devait démarrer mardi à Genève avec 164 Etats membres, a été reportée jusqu'à nouvel ordre. "Tous les membres sont derrière la décision" qui a été prise, a annoncé la directrice générale adjointe de l'institution.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Coronavirus: vaccination de rappel recommandée pour toutes et tous

Publié

le

Alerte Info (© )

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et la Commission fédérale pour les vaccinations (CFV) annoncent vendredi recommander la vaccination de rappel pour l’ensemble de la population. Jusqu'à maintenant, cette recommandation s'adressait aux 65 ans et plus.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 8032 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

Les patients Covid-19 occupent 22,00% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 81,50%. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

La Suisse compte vendredi 8032 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 12 décès supplémentaires et 106 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 58'386 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 13,76%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 75'843, soit 870,82 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,29. Les patients Covid-19 occupent 22,00% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 81,50%.

Au total 11'718'358 doses de vaccin ont été administrées et 65,47% des personnes ont déjà reçu deux doses. Par rapport à la population âgée de plus de 12 ans (âge minimum pour la vaccination en Suisse), la part des personnes entièrement vaccinées se monte à 74,50%. La Suisse a reçu jusqu'à présent 13'559'700 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 7'790'096 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 986'828 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 12'664'276 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 11'092 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 35'279.

Le pays dénombre par ailleurs 42'304 personnes en isolement et 29'030 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture