Rejoignez-nous

Suisse Romande

Le Centre Dubochet prend vie à Lausanne et Genève

Publié

,

le

Jacques Dubochet a présenté lundi à Lausanne le Centre d'imagerie portant son nom. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Centre d'imagerie Jacques Dubochet a été officiellement présenté lundi après-midi à Lausanne. Fruit d'un partenariat entre l'EPFL ainsi que les Universités de Lausanne et Genève, il accueille depuis peu des chercheurs en cryo-microscopie électronique.

Cette technique, qui a valu à Jacques Dubochet son Prix Nobel de chimie en 2017, permet d'observer des molécules en 3D sans les altérer. Elle consiste à refroidir un échantillon puis à l'analyser avec un microscope à très haute résolution. Cette méthode a révolutionné la recherche dans de nombreux domaines, notamment en médecine dans la lutte contre le cancer ou les maladies neurologiques.

"Vous ne pouvez pas imaginer ce qu'un vieux bonhomme comme moi ressent avec l'ouverture d'un tel centre", a déclaré lundi Jacques Dubochet lors de la présentation à Lausanne du "Dubochet Center for Imaging" (DCI). Le Morgien de 79 ans est brièvement revenu sur son parcours, de sa "mauvaise scolarité" à ses travaux ayant permis d'ouvrir "une nouvelle avenue" dans le monde de la recherche.

Le DCI dispose d'une unité au sein de l'Université de Genève, dans le bâtiment des Sciences II, et d'une autre à Lausanne. Dans la capitale vaudoise, où se trouvent les principaux microscopes, les chercheurs occupent actuellement un local du bâtiment du Cubotron sur le campus de Dorigny. Il est ensuite prévu de les déplacer dans une nouvelle annexe du Genopode (dès 2023) puis, de manière définitive, dans le futur bâtiment des sciences de la vie (dès 2026).

Avec la création du Centre Dubochet, "il est clair que de nouvelles découvertes importantes sont à venir", a indiqué Frédéric Herman, le recteur de l'Université de Lausanne. Vice-rectrice de l'Université de Genève, Brigitte Galliot a, elle, estimé que la cryo-microscopie électronique allait atteindre "de nouveaux sommets".

Traitement contre le Covid

Pour Martin Vetterli, président de l'EPFL, le Centre Dubochet sera "l'un des meilleurs du monde" dans son domaine. Il s'est également réjoui de ce "très bel exemple de collaboration sur l'Arc lémanique", dont l'attractivité va encore augmenter en matière de recherches.

Martin Vetterli a ajouté que si les attentes du monde scientifique étaient importantes, il y avait aussi "énormément d'intérêt" du côté de l'industrie. Il a mentionné les grands groupes pharmaceutiques, citant en exemple de futurs traitements contre le Covid-19.

Robbie Loewith, l'un des professeurs responsables du centre, a en effet rappelé que c'est grâce à la cryo-microscopie électronique que des chercheurs avaient pu modéliser la partie du coronavirus qui s'attache aux cellules, des pointes appelées protéines de spicule.

La volonté de créer un Centre Dubochet est aussi "une décision politique stratégique", a souligné la conseillère d'Etat Cesla Amarelle. Elle a rappelé le soutien du canton de Vaud, via notamment le vote de différents crédits pour offrir des locaux adéquats au DCI.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hockey

Mark Barberio part en Russie

Publié

le

Mark Barberio poursuivra sa carrière en KHL. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Suspendu huit matches pour avoir chargé le Zurich Garrett Roe à la tête, le Canadien Mark Barberio quitte le Lausanne HCV pour rejoindre l'AK Bars Kazan en KHL.

Le capitaine et défenseur lausannois a été prêté jusqu'à la fin de la saison au club russe, informe le LHC dans un communiqué. Barberio, 31 ans, qui a disputé 272 rencontres de NHL au cours de sa carrière, et 61 matches de National League sous le maillot des Lions, reste sous contrat avec le LHC.

Mark Barberio rejoindra la capitale du Tatarstan, sur les rives de la Volga, dès que les formalités administratives seront réglées. Le Québécois avait déjà purgé cinq matches de suspension de sa dernière sanction. Il avait déjà manqué les quatre premiers matches de la saison alors qu'il devait purger un reliquat d'une suspension récoltée contre les mêmes Zurich Lions en play-off du printemps dernier.

"Compte tenu de la situation créée par sa longue suspension, cette solution permet à Mark de retrouver du temps de jeu et de la sérénité, a déclaré Petr Svoboda, directeur des opérations hockey du LHC, dans le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Tribunal cantonal: Lionel Girardin demande l'acquittement

Publié

le

L'avocat de Lionel Girardin, Ludovoc Tirelli, a demandé l'acquittement de son client mercredi au Tribunal cantonal à Lausanne. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Lionel Girardin a comparu mercredi devant la Cour d'appel du canton de Vaud. Condamné en mai pour gestion déloyale des intérêts publics à un an de prison avec sursis, l'ancien municipal veveysan a demandé son acquittement, tandis que le Parquet veut aggraver sa peine.

En première instance, le Tribunal d'arrondissement de l'Est vaudois avait jugé la culpabilité de Lionel Girardin "relativement lourde". Il avait conclu qu'entre 2013 et 2018, l'ex-municipal avait occasionné un préjudice de plusieurs dizaines de milliers de francs à la Fondation Apollo, active dans le logement social pour des personnes en difficulté.

Externalisation en faveur de sa société

Dès 2014, alors que l'institution lancée tout d'abord à Vevey se développait dans d'autres villes en bénéficiant de subventions cantonales et communales, celui qui était son président bénévole avait externalisé certaines tâches. Parmi elles, les ressources humaines (RH) et la gestion d’un espace de coworking dans les locaux trop grands de la fondation Apollo.

Lionel Girardin avait attribué ces mandats à sa propre société, Operation Project (OP), dont il était associé gérant, sans appel d'offres, ni accord clair et protocolé du Conseil de fondation, avait-il été relevé en première instance.

Pas quittancé

Si aucun élément nouveau n'est apparu mercredi, la Cour d'appel a essayé de clarifier certains points. Son président a notamment interrogé Lionel Girardin sur le tarif horaire pratiqué pour son appui à Apollo lors de l'externalisation des RH, à savoir 180 francs de l'heure. N'était-il pas excessif pour une micro-entreprise quasi familiale? "Ce tarif correspondait au prix du marché", a répondu Lionel Girardin.

Un contrat avec soi-même était-il de bon aloi? Le Conseil était au courant du principe, a-t-il répondu. "Il était opportun de procéder ainsi au vu de sa proximité avec ma fondation. Il y avait une continuité dans mon esprit de l'activité publique vers l'activité privée", a-t-il expliqué.

Quant à l'engagement de sa femme, non quittancé par le conseil, il était aussi transparent, selon lui. Pour le coworking géré également par sa société, une activité commerciale n'était pas antinomique avec celles de la fondation. Elle devait à terme fournir des rentrées financières à Apollo.

Nourri par Apollo

"C'est comme si vous vous étiez nourri, ainsi que votre famille, de cette fondation", a lancé le président. "Pour moi, il n'y a pas eu de conflit d'intérêts. Tout a toujours été transparent et documenté" a affirmé l'ancien municipal. Et de souligner que cela répondait aux exigences des collectivités publiques et a été réalisé à leur satisfaction.

L'homme décrit comme "alerte" par la Cour a expliqué sa situation actuelle: plus de revenus, une réputation détruite, l'impossibilité de retrouver un logement, un travail. Sans compter le traitement médicamenteux pour dépression et des poursuites de la Ville de Vevey à hauteur d'un million.

Pas d'évolution

Le Ministère public est revenu lui sur le mandat des RH attribué à Operation Project. "On a entendu un flou peu artistique", a-t-il remarqué. Il n'y a jamais eu d'appels d'offres, ni d'information au Conseil, encore moins une validation. "Conclure un contrat avec soi-même est de nature à altérer la confiance. Lionel Girardin aurait dû se récuser avant de favoriser sa société".

En court-circuitant les règles de bonne gouvernance, l'octroi de ce mandat a terni la réputation de la fondation. Elle constitue une atteinte à un intérêt public idéal.

Selon le procureur, Lionel Girardin se pose toujours en "victime expiatoire. Il n'y a pas eu d'évolution", a-t-il estimé, demandant une aggravation de sa condamnation à quatorze mois avec sursis, assortis de la même peine pécuniaire de 40 jours-amende avec du sursis

Château de cartes

Pour Ludovic Tirelli, défenseur de Lionel Girardin, toute l'accusation est un "fascinant château de cartes". "On veut savoir exactement ce qui est reproché à Lionel Girardin. Les prestations ont été effectuées. Toute personne qui viole les règles de bonne gouvernance ne tombe pas sous le coup de la gestion déloyale des intérêts publics", a-t-il argué.

Aucune disposition légale n'oblige à un appel d'offres, ce sont seulement de bonnes pratiques, a-t-il établi. Un contrat avec soi-même? Le règlement du conseil de fondation le permet. Quant à l'externalisation, elle s'est faite de manière naturelle, à la vaudoise.

Victime de son succès

Lionel Girardin était très actif sur tous les fronts. Personne n'y a vu de problème, résume-t-il. La fondation a cru trop vite et a été victime de son succès. Lionel Girardin voulu bien faire, il a fait des erreurs non pénales. Puis la boule de neige médiatique n'a pas pu être arrêtée.

S'il avait été un simple quidam, ces faits ne seraient jamais arrivés sur le bureau d'un procureur, a relevé l'avocat qui a demandé la libération de son client du chef d'accusation de gestion déloyale qualifiée. Le jugement sera rendu jeudi après-midi.

Atteinte à l'image

L'affaire a plongé Vevey dans une crise sans précédent. Pas encore chiffrée, "l'atteinte à l'image a été considérable, car en 2016, Lionel Girardin était municipal", a rappelé l'avocate de la Ville. Exclu du Parti socialiste, suspendu, l'ex-élu de 47 ans n'a plus siégé à la Municipalité depuis juin 2018. Il a toutefois été rémunéré jusqu'à la fin de la législature.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Tour de France: l'étape lausannoise dévoilée

Publié

le

La municipale Emilie Moeschler et le directeur du Tour de France Christian Prudhomme ont franchi à vélo les derniers hectomètres de l'étape lausannoise de la prochaine Grande Boucle. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Lausanne a accueilli mardi le directeur du Tour de France, Christian Prudhomme. Il est venu reconnaître le parcours d'arrivée de la 8e étape de la Grande Boucle, qui fera halte le 9 juillet prochain dans la capitale olympique après 22 ans d'absence.

Accompagné de la municipale lausannoise Emilie Moeschler, Christian Prudhomme a franchi symboliquement, et sur un vélo électrique, la future ligne d'arrivée à la Pontaise.

Il s'est notamment réjoui du final de cette étape lausannoise, qui verra les coureurs parcourir la ville de bas en haut sur 9 km, dont plus de la moitié en montée. Les derniers hectomètres seront particulièrement exigeants avec des pentes jusqu'à 12%.

"C'est un final pour les puncheurs", a estimé Christian Prudhomme. Il a expliqué qu'il avait voulu une telle arrivée, en souvenir notamment de l'ancienne course de côte A travers Lausanne.

Avant de rejoindre la capitale vaudoise, le peloton sera parti de Dole (F) et aura franchi la frontière suisse à la Vallée de Joux. Ce parcours, qui était connu jusqu'ici dans ses grandes lignes, a été finalisé ces derniers jours.

Le lendemain pour la 9e étape, la course repartira d'Aigle (VD) pour rallier Châtel (F), avec notamment au programme l'ascension du pas de Morgins (VS).

Promotion du vélo

Emilie Moeschler s'est réjouie de pouvoir accueillir "un tel événement majeur", soit la troisième compétition sportive la plus suivie au monde (après les JO d'été et la Coupe du monde de football) avec des images diffusées dans plus de 190 pays.

Outre le prestige et les retombées économiques, la Ville de Lausanne souhaite profiter de l'occasion pour "donner envie à la population de faire du vélo", a expliqué la municipale en charge des sports et de la cohésion sociale. "Le Tour de France doit faire le lien entre la bicyclette du quotidien et le vélo des champions", a renchéri Christian Prudhomme.

A ce titre, Lausanne sera triplement servie l'an prochain: outre le Tour de France, la ville sera le théâtre du prologue du Tour de Romandie (26 avril) et de la première édition du Tour de Romandie féminin (7 octobre).

Etape à un million de francs

La Ville de Lausanne et le canton de Vaud vont mettre chacun 500'000 francs pour financer cette 8e étape du Tour de France. Ce budget d'un million couvre les frais de l'arrivée en Suisse jusqu'à Lausanne, mais aussi le montant à payer aux organisateurs de l'épreuve (environ 310'000 francs).

La Grande Boucle ne s'est plus arrêtée en Suisse depuis son édition 2016, lorsque deux étapes avaient été jugées à Berne et Finhaut-Emosson (VS). De son côté, Lausanne a déjà accueilli le Tour à cinq reprises, la première fois en 1948 et la dernière en 2000.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Masque pour les élèves dès 10 ans dans le canton de Vaud

Publié

le

La conseillère d'Etat vaudoise Cesla Amarelle a annoncé mardi un renforcement des mesures sanitaires dans les écoles du canton (archive). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le masque sera obligatoire dès mercredi pour les élèves dès la 7e année (10-11 ans) dans le canton de Vaud. Tous les enseignants devront aussi le porter en tout temps à l'intérieur des bâtiments scolaires. Les spectacles de Noël sont annulés.

Jusqu'à présent, le masque était imposé aux élèves et aux enseignants à partir de la 9e année (12-13 ans). Mais la détérioration de la situation épidémiologique a poussé le Conseil d'Etat à muscler les mesures dans les écoles, a-t-il annoncé mardi lors d'un point presse.

Le deuxième cycle primaire (5P-8P) est celui où la hausse des contaminations est actuellement la plus marquée, a expliqué la cheffe du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC), Cesla Amarelle. Pour les 5e et 6e années (8-10 ans), l'obligation de se couvrir le bas du visage pourra être décrétée dans un établissement en cas de foyer de Covid, "pour une durée de dix jours en principe".

Camps et voyages sauvés

Une batterie d'autres mesures complète l'extension du port du masque. A l’école obligatoire, les joutes sportives, soirées d’information pour les parents, spectacles ou exposition à l’intention des parents comme les chantées de Noël ne peuvent pas avoir lieu, ni à l’intérieur ni à l’extérieur. Le partage de nourriture est exclu. Les spectacles destinés aux élèves sont autorisés, en limitant les capacités et sans mélanger les classes.

Le même régime prévaut pour le postobligatoire, où les événements festifs organisés par ou pour les élèves sont aussi prohibés.

Les camps et voyages scolaires sont maintenus en respectant les plans de protection établis. "C'est la dernière chose que nous souhaitons retirer, car nous sommes conscients de leur importance dans la vie des élèves", a déclaré Cesla Amarelle.

Le système de remplacement d'enseignants est renforcé. Les stagiaires de la Haute école pédagogique (HEP) pourront prêter main-forte aux classes qui peinent à pallier les absences d'enseignants, qui ont augmenté en raison de la pandémie.

La cheffe du DFJC a lancé un appel "ferme" à respecter les gestes barrières. "Pas de linge au-dessus des lavabos, mais des serviettes en papier", a-t-elle rappelé. "Et des procédures pour le lavage des mains doivent être respectées à l'entrée des salles de classe."

Autotests distribués

Parallèlement, le monitoring est amélioré. Aujourd'hui, les cas de Covid de l'ensemble des élèves des lieux de formation sont répertoriés deux fois par jour par des personnes soumises au secret médical. Lorsque deux élèves sont positifs dans la même classe sur une période de cinq jours consécutifs, une enquête d’entourage et des tests de dépistage ciblés peuvent être effectués.

Désormais, en plus de ce monitoring, dès que quatre élèves seront absents, peu importe la raison, des autotests seront distribués aux élèves de toute la classe. Ils les effectueront à la maison. Si l'autotest est positif, l'élève et l’ensemble de sa fratrie seront mis en quarantaine en attendant qu’un test soit réalisé dans un centre de test. L'équipe de traçage a été étoffée.

Cesla Amarelle a promis de la "tolérance et de la souplesse" pour la mise en oeuvre des nouvelles directives, rendues publiques un jour à l'avance. Tout en remerciant les enseignants, les parents et les élèves pour les efforts fournis, elle a dit espérer que cela permette une rentrée la plus "normale" possible l'année prochaine.

Enfants pas en danger

L'objectif est de limiter la propagation du virus au sein d'une population dont le taux d'immunité est relativement faible, afin de protéger les personnes vulnérables en bout de chaîne, a expliqué le médecin cantonal adjoint Eric Masserey. Aucun enfant n'est hospitalisé et on n'observe pas de syndrome respiratoire sévère chez eux, a-t-il précisé. "Les hospitalisations ont lieu chez les adultes."

Une trentaine de lits de soins intensifs sur les 85 que compte le canton de Vaud sont actuellement occupés par des patients Covid, a précisé Eric Masserey. Et ce chiffre est en hausse. "Le système n'a pas été prévu pour supporter une telle charge", a prévenu le médecin cantonal adjoint.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Cinquième vague de Covid-19: le CHUV est plein, selon son directeur

Publié

le

Le CHUV a commencé à transférer des patients dans d'autres hôpitaux et cliniques (archives). (© KEYSTONE/KEYSTONE POOL REUTERS/DENIS BALIBOUSE)

La situation au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) à Lausanne est "préoccupante", après la forte hausse des cas de Covid-19 ces derniers temps, avertit son directeur Philippe Eckert. De nouveaux lits de soins intensifs seront ouverts la semaine prochaine.

"L'hôpital est plein. S'ajoute à cela la problématique de l'absentéisme lié à l'épuisement de certains soignants" et "un certain nombre de collaborateurs sont aussi atteints par le Covid-19", énumère M. Eckert dans un entretien diffusé samedi par 24 Heures.

Des patients sont transférés depuis plusieurs jours dans des hôpitaux romands ou des cliniques, ajoute-t-il. "La Suisse allemande est complètement engorgée; on ne peut pas transférer de patients là-bas".

Le CHUV a également commencé cette semaine à reporter des opérations chirurgicales, poursuit le directeur. "Il s'agit de reports qui ne mettent pas en danger la vie ou la qualité de vie du patient [...] Toutes les opérations urgentes sont faites".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture