Rejoignez-nous

Sport

Nouveau leader au TdR

Publié

,

le

L’Espagnol Omar Fraile a gagné au sprint la 1re étape du Tour de Romandie, qui menait les coureurs de Fribourg à Delémont sur 167 km. Le maillot jaune passe sur les épaules du Slovène Primoz Roglic.

Fraile, un coureur de 23 ans qui a été deux fois meilleur grimpeur de la Vuelta, a émergé dans les 100 derniers mètres pour devancer l’Italien Sonny Colbrelli et l’ancien champion du monde portugais Rui Costa. Les attaquants n’ont pas été récompensés. Le Français Alexis Gougeard, qui faisait partie des cinq échappés du jour, a été repris à 2 km de Delémont. Et son compatriote Rudy Molard, qui avait contré à 1,5 km de l’arrivée, a été dépassé in extremis dans le final.

Fraile avait remporté une étape du Giro l’an dernier. Cette saison, il a gagné une étape sur le Tour du Pays basque. Vainqueur du prologue mardi à Fribourg, l’Australien Michael Matthews a été distancé à une vingtaine de km de l’arrivée et à finalement concédé plus de 5′.

Le rêve d’un maillot jaune suisse s’est rapidement envolé. Tom Bohli, 2e la veille, a aussi été lâché par le peloton dans la première des deux ascensions de la côte bien nommée Le Sommet et est arrivé avec le grupetto. « Je n’ai pas pu m’échauffer comme il faut. J’ai rapidement eu mal aux jambes, soulignait le Saint-Gallois. Mais j’ai quand même pu faire ma part de travail pour l’équipe. » Michael Albasini et Silvan Dillier sont également arrivés très attardés.

Roglic a donc endossé le maillot de leader. Le vainqueur du Tour du Pays basque va être dur à déloger de cette première place. L’ancien sauteur à skis est dessiné pour remporter une épreuve de ce style. D’autant que le contre-la-montre en côte entre Ollon et Villars devrait lui permettre de faire des différences sur les autres candidats au général.

Jeudi, la 2e étape se déroulera entre Delémont et Yverdon-les-Bains. Le peloton devra avaler 174 km.

Source : ATS

Photo : (©KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Super League : Servette arrache un point à Bâle

Publié

le

Valentin Stocker s’élève plus haut que toute la défense servettienne pour ouvrir le score après six minutes de jeu (© KEYSTONE/Georgios Kefalas).

Les Servettiens ont fait match nul à Bâle (2-2) après avoir encaissé deux buts au cours des vingt premières minutes. Imëri, sur penalty, et M. Stevanovic ont marqué pour les néo-promus.

Une certaine fébrilité défensive et un manque de percussion en attaque semblaient avoir condamné les Servettiens. Mais les visiteurs sont progressivement revenus dans la partie face à des Bâlois qui se sont éteints au fil des minutes. Le remplaçant Kastriot Imëri a réduit l’écart à un quart de la fin suite à une faute sur Koro Kone, avant que Miroslav Srevanovic n’égalise en exploitant au mieux un service de Gaël Ondoua. Valentin Stocker avait ouvert le score suite à un centre Samuele Campo, puis Fabian Frei a doublé la mise. Tout ça alors qu’on ne jouait pas encore depuis vingt minutes.

Vincent Sasso: « nous avons changé de système à la mi-temps »

En seconde période, les efforts servettiens ont été récompensés. Sans doute, la fatigue s’est-elle fait sentir dans les rangs bâlois. Les joueurs de Marcel Koller ne se trouvaient plus comme en début de match. Mais si la partie a changé de physionomie, le mérite en revient aussi et surtout aux néo-promus – notamment à leur entraîneur – qui ont su changer de fusil d’épaule au moment opportun. Le mentor valaisan de la Praille a su remettre ses joueurs sur les rails pour qu’ils remontent la pente et finissent par obtenir un résultat positif.

Vincent Sasso Défenseur central servettien

 

En fin de compte, les néo-promus peuvent se montrer satisfaits du point obtenu et surtout, d’avoir une fois de plus tenu tête à l’un des ténors du championnat. Les perspectives sont d’autant meilleures pour la suite et la fin du championnat.

 

Anthony Sauthier, au centre, à la lutte avec Omar Alderete, à droite, sous les yeux de Fabian Frei, à gauche, et les Servettiens sont revenus avec un point de Bâle (© KEYSTONE/Georgios Kefalas).

 

Continuer la lecture

Football

Servette Chênois assure l’essentiel face à Lugano

Publié

le

Leonie Fleury, qui a marqué le premier et le dernier but de son équipe, et les Servettiennes ont définitivement passé l’épaule en fin de partie face aux Luganaises (© Stéphane Chollet).

Rarement en danger, les Servettiennes restent en tête de Ligue Nationale A féminine après leur victoire sur Lugano (3-0), mais elles ont attendu les dernières minutes de la rencontre pour traduire au tableau leur nette domination territoriale. Léonie Fleury, deux réussites, et Mirela Jakupi ont fait trembler les filets de la formation tessinoise.

Face à la lanterne rouge, Servette Chênois a assuré l’essentiel. Après un penalty de Maëva Sarrasin retenu par la gardienne Benedicte Haaland en tout début de partie, un corner tiré par Alyssa Lagonia trouve la tête de Caroline Abbé dont la reprise heurte la base du poteau. Deux minutes plus tard, les joueuses d’Eric Sévérac débloquent leur compteur par Léonie Fleury. Cette ouverture du score tombée à la demi-heure aurait pu servir de déclic. Il n’en est rien. Les Servettiens se heurtent longtemps à une défense adverse, plus solide que pourrait le laisser supposer le classement de l’équipe visiteuse.

Léonie Fleury a trouvé le chemin des filets à douze reprises depuis le début de la saison. (© Stéphane Chollet)

 

En seconde période, leur domination se fait de plus en plus nette. Les possibilités de doubler la mise se multiplient. Mais rien ne bouge au tableau d’affichage. Il faut du sang frais. Eric Sévérac l’a compris : Kenza Chircop prend la place d’Amandine Soulard pour la dernière demi-heure. Marie Duclos relaie Alyssa Lagonia dix minutes et l’entrée en jeu de Mirela Jakupi permet à Amira Arfaoui qui s’est dépensée sans compter de souffler un peu. Ces changements portent leurs fruits. Deux supplémentaires permettent d’assurer l’indispensable victoire et de respecter le tableau de marche.

 

Léonie Fleury: « nous devons être plus patientes. »

A l’heure de l’interview, Leonie Fleury annonce d’emblée la couleur : « vous ne posez pas des questions trop compliquées ! » L’Annécienne préfère s’exprimer balle au pied…
Au terme d’une partie où elle n’a – comme ses coéquipières – pas ménagé ses efforts, la satisfaction prédominait, même si tout n’a pas été parfait. Avec déjà douze buts à son actif cette saison, l’ancienne junior de Saint-Etienne était globalement satisfaite, tout en relevant la marge de progression de son équipe.

Léonie Fleury Attaquante de Servette Chênois

 

Léonie Fleury, à droite, a fait preuve d’un engagement total sur le flanc droit de l’attaque servettienne samedi face à Lugano. (© Stéphane Chollet)

 

Première titularisation réussie pour Amira Arfaoui

Nouvelle venue en début d’année, Amira Arfaoui a connu sa première titularisation à l’occasion de cette partie face à la lanterne rouge de Ligue Nationale A féminine. Joueuse offensive, elle passe allègrement du milieu de terrain au front de l’attaque. Hier toutefois, elle a pris beaucoup de coups face à une défense luganaise solide, parfois rugueuse. Mais l’intégration de l’ancienne ailière du FC Bâle (formée aux Young Boys) est en bonne voie…

Amira Arfaoui Demi offensive de Servette Chênois

 

Amira Arfaoui, à gauche, a connu sa première titularisation depuis son arrivée durant la pause hivernale. (© Stéphane Chollet)

 

Photos: Stéphane Chollet (facebook: stephane.chollet.3)

Continuer la lecture

Football

Super League : Servette défie le FC Bâle

Publié

le

Le 10 août dernier, Fabian Frei, à gauche, et les Bâlois ont pris le dessus sur Vincent Sasso et les Servettiens (© KEYSTONE/Walter Bieri/acrhives)

Les néo-promus défient les vainqueurs de la Coupe de Suisse dimanche à Bâle, troisième rang en jeu…

Actuellement quatrièmes de Super league, les néo-promus ont la possibilité de rejoindre leurs adversaires du jour sur le podium en cas de victoire. Ils devront toutefois se passer de deux de leurs attaquants, le Néerlandais Alex Schalk et le Sud-Coréen Park Jung-Bin.
Unique interrogation pour l’entraîneur servettien : savoir qui du Franco-Ghanéen Grejohn Kyei, titularisé contre le FC Zurich et auteur de l’ouverture du score, ou de l’Ivoirien Koro Kone, remplaçant, auteur des trois derniers buts « servettiens », commencera le match.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Un point d’ancrage dans la défense adverse

Les Bâlois, eux, restent sur une série négative en championnat: ils ont perdus quatre de leurs cinq derniers matches. Mais ils ont nettement gagné à Chypre (3-0) hier (jeudi) en Europa League…
Une explication à cela : la présence d’un attaquant de pointe brésilien – Arthur Cabral – qui offre un véritable point d’ancrage dans la défense adverse.
Ce qui bonifie le jeu de ses coéquipiers.
Mais l’entraîneur servettien Alain Geiger sait comment contrer la redoutable armada offensive bâloise.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Reste à savoir ce déplacement cypriote victorieux engendre une plus grande fatigue chez les Rhénans ou au contraire les remet en selle.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

Continuer la lecture

Actualité

Coupe du Monde : Lara Gut Behrami reine de Crans-Montana

Publié

le

Lara Gut-Behrami signe un retour tonitruant au premier plan (©KEYSTONE/AP/Alessandro Trovati)

Bis repetita pour Lara Gut Behrami. La Tessinoise a aligné un deuxième succès en deux jours à Crans-Montana en s’imposant devant Corinne Suter (0 »02) et l’Autrichienne Nina Ortlieb (0 »05).

Voilà ce qu’une Lara Gut-Behrami en confiance est capable de réaliser. Lauréate de la première descente la veille, la skieuse de Comano bien évidemment faisait partie des favorites samedi, mais le fait d’avoir le dossard 17 d’une course partant trente minutes plus tard que celle de vendredi ne la plaçait pas dans les meilleures conditions.

Seulement la Tessinoise fait partie de ces championnes hors normes. Faisant fi de cette contrainte, la championne a trouvé le moyen de passer ses skis juste devant ceux de Corinne Suter. Un bonus de deux centièmes qui représente 56 centimètres! Une véritable poussière après 87 secondes de course. On est bien loin des 80 centièmes de la veille.

En retard au dernier temps intermédiaire, Lara Gut Behrami a effectué une magnifique partie finale pour reprendre 28 centièmes à sa compatriote et la priver d’un troisième succès en Coupe du monde. De son côté, la Tessinoise aligne une 26e victoire en Coupe du monde et rejoint des grandes dames comme Tina Maze et Michaela Figini.

Derrière les deux locomotives, les autres Suissesses ont connu davantage de problèmes. Priska Nufer a pris le 14e rang, alors que Joana Hählen n’a pu faire mieux que 24e, juste devant Michelle Gisin, encore une fois décevante avec son 27e rang.

Continuer la lecture

ski alpin

Coupe du Monde: doublé des Suissesses en descente à Crans-Montana

Publié

le

Les Suissesses Corinne Suter -à gauche - et Lara Gut ont fêté un doublé lors de la première descente féminine de Crans Montana vendredi (©KEYSTONE/AP Photo/Gabriele Facciotti)

Exceptionnelle Lara Gut ! La Tessinoise a remporté la première des deux descentes de Crans-Montana en distançant ses rivales et en reléguant sa dauphine Corinne Suter à huit dixièmes de la plus haute marche du podium.

La réponse d’une grande championne, voilà ce que Lara Gut-Behrami a apporté à Crans-Montana. Parfaite de haut en bas, la Tessinoise a signé son 25e succès en Coupe du monde, le huitième en descente. La skieuse de Comano n’avait plus connu pareille fête depuis le super-G de Cortina le 21 janvier 2018.

Cette victoire flamboyante sur le Haut-Plateau a mis du temps à arriver. On se souvient que lorsque la Coupe du monde était revenue au Mont-Lachaux voilà six ans, la Tessinoise faisait partie des grandes favorites sur une piste difficile taillée pour elle. Mais, trop gourmande, elle était sortie alors qu’elle était en train de réaliser une magnifique course.

Le succès suisse est total avec la deuxième place de Corinne Suter. A noter que l’air du pays fait du bien aux Suissesses, puisque le dernier doublé chez les dames remontait au 9 décembre 2017 lors du super-G de Saint-Moritz avec la victoire de Jasmine Flury devant Michelle Gisin.

Longtemps en tête, Corinne Suter n’a pu que reconnaître la supériorité de sa compatriote. Mais la leader du classement de la descente réalise une très belle opération puisqu’elle reprend des points à ses poursuivantes les plus menaçantes, Ester Ledecka et Federica Brignone en tête. Si la Schwytzoise négocie habilement la descente de samedi, elle pourrait s’adjuger le globe avant même la dernière course de Cortina lors des finales.

Déception en revanche pour Michelle Gisin qui a chuté dans le passage du Trou du renard. L’Obwaldienne voulait retrouver le bon « flow » dans cette discipline, mais elle n’a pas su trouver la ligne idéale sur le saut le plus impressionnant du parcours.

Lara Gut : « Tout est redevenu simple »

Lara Gut Behrami est redevenue celle qui pouvait mettre une seconde à ses adversaires lors de la première descente de Crans-Montana. Mais elle n’a pas sombré dans l’euphorie.

– Lara, quelle démonstration!

– C’est clair que je suis contente parce que ce n’était pas simple de chercher le bon truc, de réfléchir et de voir que l’instinct ne vient pas. Quand on réfléchit trop, cela devient trop compliqué. Et aujourd’hui j’ai réussi à faire l’inverse. C’était l’instinct, et c’était fluide.

Lara Gut Gagnante de la première descente de Crans-Montana

 

– Est-ce que cela peut être un tournant dans la recherche de cette perfection?

– Oui, tout est redevenu simple. Parfois ça prend du temps, parfois même des années pour arriver à ça. Mais cela ne veut pas dire que je vais tout gagner avec deux secondes d’avance. Peut-être que je vais retrouver la fluidité pour être rapide dans toutes les situations et pour pouvoir me battre dans toutes les courses.

– Est-ce que vous étiez surprise de voir du vert et 0 »80 d’avance à l’arrivée?

– Non, j’étais contente. C’est facile de prendre deux secondes quand on skie mal. Mais dès que ça clique, que le ski est sur la taille et que l’on est actif, cela permet de faire des temps pareils. Ce matin, j’avais imaginé que pour gagner il faudrait couper la ligne en 1’27, et plutôt proche des 1’26. Quand j’ai vu mon temps et que c’était ça (réd: 1’27 »11), j’étais heureuse. C’était la satisfaction d’avoir pu skier comme je le voulais.

Lara Gut Gagnante de la première descente de Crans-Montana

 

– Est-ce que vous avez reçu beaucoup de messages?

– Non, seulement de la part de mes proches. Parce que peu de monde a mon numéro (elle sourit). J’ai reçu les messages des personnes importantes dans la vie.

– On vous sent presque sur la réserve…

– Je n’ai jamais été une athlète qui fêtait une victoire pendant trois jours en sautant partout comme une hystérique. Je n’ai jamais été la fille qui ne parlait pendant trois semaines après une course qui s’est mal passée. J’ai toujours essayé de canaliser ça. Il m’est même arrivé par le passé de ne pas fêter une victoire parce que j’étais déjà concentrée sur la course à venir. Je suis contente, mais j’ai toujours dit que c’était la manche qui me procurait le plus d’émotions. Je vais profiter de savourer ça avec ma famille et mon team parce que ça a pris pas mal d’énergie. Ca reste une victoire, cela ne change pas la vie. Il y a des choses plus importantes, et j’ai la chance d’avoir trouvé cet équilibre. J’adore skier, c’est ma passion, mais j’ai aussi la chance d’avoir une famille et des gens à la maison qui m’aiment même quand je ne gagne pas et qui ne sont pas là pour me critiquer.

– Parce que vous avez l’impression que les médias ne sont là que pour ça?

– Non. Je dis justement qu’il y a des choses plus importantes dans la vie. J’aime le ski, qui est une passion mais aussi un travail. Il faut réussir à passer du professionnel au privé. Sur le circuit de Coupe du monde, tu es plus souvent avec tes coéquipières qu’avec ta famille. On apprend aussi avec elles, entre femmes. Tu te rends simplement compte que l’essentiel c’est ta famille. Et ce n’est une attaque contre personne.

 

 

 

Source : Keystone/ats/bb

Interview : Justin Grept

Continuer la lecture