Rejoignez-nous

Football

Europa League : le FC Bâle prend une option sur la qualification

Publié

,

le

Nicholas Ioannou, à droite, fait preuve d'un engagement jeudi soir. En vain, Silvan Widmer et les Bâlois ont pris une sérieuse option sur la qualification pour les huitièmes de finale face à Apoel Nicosie (©Keystone/EPA/KATIA CHRISTODOULOU)

Le FC Bâle a pris une sérieuse option sur la qualification pour les huitièmes de finale en gagnant sur le terrain d’APOEL Nicosie (3-0).

Marcel Koller respire mieux. Le coach des derniers vainqueurs de la Coupe de Suisse a obtenu un premier sursis à la faveur du net succès (3-0) remporté à Chypre face à APOEL Nicosie en match aller des seizièmes de finale de l’Europa League.

A Nicosie où ils avaient bu la tasse en août 2018 face à l’Apollon Limassol en barrage de cette même Europa League, les Rhénans ont signé un succès amplement mérité. Ils ne s’attendaient sans doute pas rencontrer un adversaire aussi faible. Troisième de son championnat, APOEL a basculé dans la crise depuis des semaines et on a compris, à la vue de ce match, pourquoi la durée de vie d’entraîneur dans ce club peut être si brève.

Un but d’anthologie

Les Chypriotes ont, en effet, été incapables de la moindre réaction après l’ouverture du score de Raoul Petretta juste après le quart d’heure. Posté en ligne médiane, le gaucher italien a surgi sur une ouverture magnifique d’Eray Cömert pour ne laisser aucune chance au gardien slovène Vid Belec. Le FC Bâle s’est encore procuré deux belles occasions avant la pause par Silvan Widmer et par Arthur Cabral. Mais huit minutes après la reprise, Valentin Stocker a marqué le but de la sécurité. Le capitaine a doublé la mise à la conclusion du plus beau mouvement de la rencontre initié par Samuele Campo, lequel a rappelé sur cette action quel joueur magnifique il peut être. Au milieu de la seconde mi-temps, Cabral a enfoncé le clou avec une frappe imparable armée à l’orée de la surface de réparation.

Bua, Zhegrova, Zuffi et van Wolfswinkel absents

Le FC Bâle a, ainsi, assuré à 99,9 % sa qualification pour les huitièmes de finale. On voit mal comment APOEL pourrait renverser la situation jeudi prochain au Parc Saint-Jacques. Même s’ils abordaient cette confrontation dans la peau du favori, les Bâlois n’imaginaient pas forcer la décision aussi aisément en l’absence de Kevin Bua, d’Edon Zhegrova, de Luca Zuffi et de Ricky Van Wolfswinkel.

Pas le droit à l’erreur contre Servette

Le plus dur reste toutefois à faire pour Marcel Koller. Ce dimanche, l’entraîneur n’aura pas le droit à l’erreur lors de la venue du Servette FC. On le sait, les Genevois peuvent revenir à la hauteur du FCB en cas de succès. Et la belle parenthèse de Nicosie ne doit pas faire oublier une réalité qui explique pourquoi Marcel Koller est si contesté: le FC Bâle a tout simplement perdu quatre de ses cinq derniers matches de championnat.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

2e ligue interrégionale : reprise autorisée

Publié

le

Les joueurs du FC Monthey et des équipes de deuxième ligue interrégionale se réjouissent : le championnat pourra reprendre dès le vendredi 13 mars comme prévu (© KEYSTONE/Jean-Christophe Bott/archives)

A l’arrêt complet depuis vendredi dernier en raison du coronavirus, le ballon helvétique retrouve partiellement ses droits. Les Ligues amateurs sont autorisées à reprendre leur cours, a annoncé l’ASF. Mais aucun match n’aura lieu ce week-end en Première ligue.

L’ASF a tenu compte pour prendre sa décision des nouveaux critères édictés mercredi soir par l’Office fédéral de la santé publique en matière d’interdiction d’événements. Elle rappelle toutefois dans un communiqué qu’il n’existe aucune « limite d’exemption » en dessous de laquelle les matches seraient généralement autorisés.

Chaque canton peut édicter ses propres règlements, rappelle l’ASF. Le club qui organise un match ou un tournoi a donc l’obligation de vérifier auprès de l’autorité sanitaire compétente si un match peut bel et bien être disputé, et dans quelles conditions. Même si moins de 150 personnes sont attendues, précise l’ASF.

Si les rencontres de Ligues amateures peuvent reprendre, l’ASF annonce néanmoins que les journées de Promotion League et de première ligue classique prévues ce week-end sont reportées. Pour mémoire, la Swiss Football League a pris la décision de suspendre les championnats de Super et de Challenge League jusqu’au 23 mars.

 

 

 

Source: ats/bb

Continuer la lecture

Football

Equipe de Suisse : deux ans de plus pour Petkovic

Publié

le

Le coach national Vladimir Petkovic - au centre - signe le maillot de l'Equipe de Suisse (à son nom) que tiennent Pierluigi Tami, directeur des équipes nationales - à gauche - et Dominique Blanc, président de l'ASF - droite - (© KEYSTONE/Alessandro della Valle).

Le mariage entre Vladimir Petkovic et l’équipe de Suisse s’inscrit dans la durée. En poste depuis août 2014, le Tessinois a prolongé son contrat avec l’Association Suisse de Football (ASF) jusqu’au 31 décembre 2022.

Vladimir Petkovic s’apprête ainsi à battre un record. Il sera en effet le premier coach national depuis la création de l’Euro en 1960 à avoir dirigé l’Equipe de Suisse durant quatre campagnes. Les mandats de ses prédécesseurs Köbi Kuhn et Ottmar Hitzfeld avaient été respectivement de sept et six ans.

Ce nouveau contrat couvre la campagne qualificative pour la Coupe du monde au Qatar. Il sera dénoncé au 31.12.21 si la sélection helvétique est éliminée lors du tour préliminaire ou au 31 mars 2022 si elle devait échouer dans les match de barrages. Mais il convient de rappeler que Vladimir Petkovic, qui fêtera ses 57 ans le 15 août prochain, n’a encore jamais échoué dans une phase de qualification. Il a conduit l’équipe de Suisse à l’Euro’16 en France à la Coupe du monde ’18 en Russie, à la phase finale de la Ligue des Nations ’19 au Portugal et, enfin, à l’Euro’20.

Petkovic ne « connait pas la peur¨! »

« Je n’aurais jamais imaginé occuper ce poste aussi longtemps, avoue le Mister. Après l’Euro’16, je me disais que cela serait bien d’aller jusqu’à la Coupe du monde 2018 en Russie. Et là, on se projette déjà sur le Qatar… » Le coach national confesse toutefois qu’il a nourri après la Coupe du monde en Russie certaines interrogations quant à son avenir. « Pendant une année, on s’est tous un peu renfermé sur nous-mêmes. Moi le premier, glisse-t-il. Nous avons fait des mauvais choix. Mais l’intronisation de Pierluigi Tami à la direction des équipes nationales a changé la donne. Dans le bon sens. »

Malgré ces doutes et des critiques adressées par la presse qu’il a jugées quelques fois « injustes », Vladimir Petkovic a finalement décidé de repartir pour un tour. « Les résultats m’ont permis de ‘survivre’, dit-il. Je suis un homme qui ne connaît pas la peur, mais je suis conscient qu’un entraîneur doit prendre des risques et peut traverser des tempêtes. Et, en fin de compte, c’est à l’aune des résultats qu’il est reconnu. » Or, un échec lors de la phase de qualification pour l’Euro aurait mis un terme à son mandat.

« Notre ambition doit être sans limite »

Vladimir Petkovic estime que le travail accompli ces dernières années a été favorablement accueilli par le public. « Il nous accorde sa confiance. A nous de la lui rendre. Le rajeunissement des cadres opéré après la Coupe du monde en Russie a rencontré un soutien unanime de la part de l’ASF. J’en retire une très grande fierté. Il n’y avait vraiment aucune raison pour ne pas poursuivre l’aventure. »

Dont le prochain chapitre s’écrira cet été à Bakou et à Rome lors du premier tour de la phase finale de l’Euro’20. « Le but est de se donner, je parle des joueurs et du staff, à 120% chaque jour, poursuit Vladimir Petkovic. Je veux que l’équipe gagne en stabilité. Je veux aussi que les joueurs ne soient jamais rassasiés. Ils doivent toujours avoir faim. C’est pourquoi notre ambition doit être sans limite. Nous devons toujours conserver une seule vision: celle d’être Champion du monde. »

Dominique Blanc: « La meilleure solution pour le football suisse »

« C’est un nouveau départ! » Président de l’Association Suisse de Football, Dominique Blanc est, bien sûr, ravi de la reconduction du contrat de Vladimir Petkovic.

« J’ai envie de dire que tout commence. Bien sûr, le passé plaide en faveur de Vladimir Petkovic. Mais nous avons vu chez lui son énergie, sa volonté et son ambition pour aller encore de l’avant, explique le dirigeant vaudois. Nous étions convaincus que cette solution était la meilleure pour le football suisse. » Dominique Blanc souligne que l’ASF avait songé à un plan B. « Il faut toujours en avoir un », sourit-il.

Dominique Blanc est parfaitement conscient qu’un Euro réussi ne fera que légitimer ce choix. Mais qu’un échec au premier tour mettra à nouveau le sélectionneur dans la ligne de mire des critiques. « Je pars confiant pour cet Euro, lâche-t-il. Le premier match contre le Pays de Galles sera décisif avec cette formule qui qualifiera pour les huitièmes de finale seize des vingt-quatre équipes du premier tour. L’ordonnance de nos matches me plaît bien. Oui, la Suisse a vraiment toutes ses chances dans un tournoi que, je crois, tout le monde peut gagner. »

Dominique Blanc Président de l'ASF

source: keystone/ats/ld/bb

Continuer la lecture

Football

Les groupes de la 9e édition de la CSI Talent Cup sont connus !

Publié

le

Sponsorisé

Prévu le 8 et 9 février 2020 au Pavillon des sports du Bout-du-Monde, le tournoi U11 édition 2020 regroupera les équipes juniors des meilleures équipes européennes, offrant un plateau équilibré entre cadors européens et équipes locales.

Cette année, deux surprises sont au programme :
– Un tournoi amical outdoor à 6 équipes en marge du tableau principal
– La présence de l’équipe du FC Barcelone Masia, équipe U11 fanion du centre de formation du club catalan.

Alors qui succèdera au FC Bayern Münich ? Réponse dès le 8 février.

Continuer la lecture

Actualité

Super League: Servette a encore frappé!

Publié

le

Alain Geiger: une magnifique victoire au Letzigrund. (©KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Une semaine après sa défaite au Tessin face au FC Lugano (0-1), le Servette FC est à nouveau sur orbite. Les néo-promus ont réussi une véritable démonstration au Letzigrund face au FC Zurich (5-0).

Contre un adversaire qui restait sur une très belle série de cinq victoires, les joueurs d’Alain Geiger se sont imposés 5-0 grâce notamment à trois buts de Park Jung-Bin. L’ailier sud-coréen a été intenable sur son flanc gauche comme l’a été Miroslav Stevanovic sur le flanc droit.

En l’absence de son capitaine Anthony Sauthier et du pilier de la défense centrale, Steve Rouiller, le mentor valaisan de la Praille avait opté pour un dispositif audacieux avec deux attaquants axiaux – Koro Kone et Alex Schalk – entre ces deux joueurs de couloir qui ont fait si mal au FCZ de Ludovic Magnin. L’entraîneur vaudois lequel ne s’attendait peut-être pas à un retour sur terre aussi brutal même si son discours demeurait avant ce match empreint d’une très grande prudence.

 

Statu quo en tête

Le FC Bâle, vainqueur du FC Sion (4-0), et Saint-Gall, victorieux à Thoune (4-1), restent au contact des Young Boys, vainqueurs de Lucerne par la marge la plus étroite (1-0) samedi soir suite à un autogoal de Schürpf. Rhénans et Saint-Gallois restent respectivement à un et à deux points des champions de Suisse en titre. Cela fait bien longtemps que la lutte pour le titre n’a pas été aussi indécise. Passionnante aussi grâce au retour de flamme du FC Bâle et au fantastique parcours du Saint-Gall de Peter Zeidler.

 

 

Source: ATS

Continuer la lecture

Football

Euro’20: le sort n’a pas épargné l’Equipe de Suisse

Publié

le

Vladimir Petkovic et la Suisse ont les moyens de passer la poule de qualification de l'Euro. (©KEYSTONE/AP/MARCOS MORENO)

Les Helvètes affronteront l’Italie, la Turquie et le Pays de Galles en juin prochain. Ils devront, de surcroît, faire des déplacements entre Rome et Bakou, deux villes éloignés de 3’000 km!

Même si elle a eu la chance d’éviter le Portugal dans le troisième chapeau, la sélection helvétique n’a vraiment pas été gâtée par le tirage au sort qui s’est déroulé samedi en fin d’après-midi à Bucarest. Outre la valeur de leurs adversaires, les « Rouges » de Vladimir Petkovic devront composer avec les longs déplacements à Bakou. Ils affronteront l’Italie le mercredi 17 juin à Rome, mais avant et après ce match inaugural, ils joueront dans la capitale azérie contre le Pays de Galles le samedi 13 juin, le lendemain du match d’ouverture sera Italie – Turquie à Rome, et face à la Turquie le dimanche 21 juin. Faire la navette entre deux villes éloignée de 3000 km ne sera pas une sinécure.

Sur le plan sportif, des raisons d’espérer puisque, outre les deux premiers de chaque groupe, les quatre meilleurs troisièmes seront qualifiés pour les huitièmes de finale. Mais rien ne sera facile face à trois adversaires de haut vol, notamment les Italiens de de Roberto Mancini, meilleure équipe de la phase de la qualification pour cet Euro avec dix victoires en autant de matches. La « Nazionale azzurra » a notamment frappé les esprits en écrasant l’Arménie (9-1) pendant la formation rouge à croix blanche venait péniblement à bout de la Géorgie (1-0) à Saint-Gall. Avec Marco Verratti à la manœuvre, les Tr

Après avoir manqué la Coupe du monde 2018, elle s’est rapidement remise sur pied sous la conduite . Sur le terrain,

La Turquie rappellera à la sélection helvétique l’un des matches les plus piquants de son histoire en 2005 en barrage de qualification pour le Mondial 2006 à Istanbul. Dans un climat détestable avec des incidents en fin de rencontre, les Suisses de Stéphane Grichting avaient arraché la qualification (2-2). En qualification, la sélection turque a battu la France, championne du monde avant de se qualifier en tenant à distance l’Islande.

Le dernier adversaire sera le Pays de Galles de Gareth Bale, qui s’est qualifié en tant que deuxième du groupe E, remporté par la Croatie. Les Gallois ont devancé la Slovaquie, la Hongrie et l’Azerbaïdjan.

Continuer la lecture