Rejoignez-nous

Football

Europa League : le FC Bâle prend une option sur la qualification

Publié

,

le

Nicholas Ioannou, à droite, fait preuve d'un engagement jeudi soir. En vain, Silvan Widmer et les Bâlois ont pris une sérieuse option sur la qualification pour les huitièmes de finale face à Apoel Nicosie (©Keystone/EPA/KATIA CHRISTODOULOU)

Le FC Bâle a pris une sérieuse option sur la qualification pour les huitièmes de finale en gagnant sur le terrain d'APOEL Nicosie (3-0).

Marcel Koller respire mieux. Le coach des derniers vainqueurs de la Coupe de Suisse a obtenu un premier sursis à la faveur du net succès (3-0) remporté à Chypre face à APOEL Nicosie en match aller des seizièmes de finale de l'Europa League.

A Nicosie où ils avaient bu la tasse en août 2018 face à l'Apollon Limassol en barrage de cette même Europa League, les Rhénans ont signé un succès amplement mérité. Ils ne s'attendaient sans doute pas rencontrer un adversaire aussi faible. Troisième de son championnat, APOEL a basculé dans la crise depuis des semaines et on a compris, à la vue de ce match, pourquoi la durée de vie d'entraîneur dans ce club peut être si brève.

Un but d'anthologie

Les Chypriotes ont, en effet, été incapables de la moindre réaction après l'ouverture du score de Raoul Petretta juste après le quart d'heure. Posté en ligne médiane, le gaucher italien a surgi sur une ouverture magnifique d'Eray Cömert pour ne laisser aucune chance au gardien slovène Vid Belec. Le FC Bâle s'est encore procuré deux belles occasions avant la pause par Silvan Widmer et par Arthur Cabral. Mais huit minutes après la reprise, Valentin Stocker a marqué le but de la sécurité. Le capitaine a doublé la mise à la conclusion du plus beau mouvement de la rencontre initié par Samuele Campo, lequel a rappelé sur cette action quel joueur magnifique il peut être. Au milieu de la seconde mi-temps, Cabral a enfoncé le clou avec une frappe imparable armée à l'orée de la surface de réparation.

Bua, Zhegrova, Zuffi et van Wolfswinkel absents

Le FC Bâle a, ainsi, assuré à 99,9 % sa qualification pour les huitièmes de finale. On voit mal comment APOEL pourrait renverser la situation jeudi prochain au Parc Saint-Jacques. Même s'ils abordaient cette confrontation dans la peau du favori, les Bâlois n'imaginaient pas forcer la décision aussi aisément en l'absence de Kevin Bua, d'Edon Zhegrova, de Luca Zuffi et de Ricky Van Wolfswinkel.

Pas le droit à l'erreur contre Servette

Le plus dur reste toutefois à faire pour Marcel Koller. Ce dimanche, l'entraîneur n'aura pas le droit à l'erreur lors de la venue du Servette FC. On le sait, les Genevois peuvent revenir à la hauteur du FCB en cas de succès. Et la belle parenthèse de Nicosie ne doit pas faire oublier une réalité qui explique pourquoi Marcel Koller est si contesté: le FC Bâle a tout simplement perdu quatre de ses cinq derniers matches de championnat.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Euro 2024

Suisse - Italie: enfin !

Publié

le

Le dernier duel entre Suisses et Italiens avait accouché d'un match nul 1-1 le 12 novembre 2021, à Rome. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Suisse va défier l’Italie pour la première fois depuis 1954 dans un match couperet d’un grand tournoi. Le 8e de finale entre la Nazionale et la formation de Murat Yakin aura lieu samedi à Berlin.

Le 23 juin 1954 à Lausanne, la Suisse avait battu l’Italie 4-1 en match d’appui du premier tour pour s’ouvrir les quarts de finale de "sa" Coupe du monde. Ce match est resté dans la mémoire collective en raison d’une part de l’affluence avec 30'000 spectateurs dénombrés dans une Pontaise beaucoup trop petite malgré son modernisme pour l’époque et le nom des buteurs suisses. Josef Hügi (14e et 85e), Robert Ballaman (48e) et Jacky Fatton (90e) figurent, en effet, parmi les plus grands joueurs suisses de l’histoire.

Le rendez-vous manqué de Hambourg

En 2006, la Suisse aurait pu, aurait dû plutôt, croiser la route des futurs champions du monde à Hambourg. Seulement, une tragique erreur de coaching lors du huitième de finale contre l’Ukraine, le remplacement – inimaginable ! – d’Alex Frei une poignée de secondes avant les tirs au but, devait précipiter l’élimination de l’équipe de Suisse. Ce rendez-vous manqué restera à jamais comme une tache indélébile de la mandature de Köbi Kuhn. L’homme qui a permis au football suisse d’accomplir un pas de géant avec les qualifications pour l’Euro 2004 et la Coupe du monde 2006 n’avait pas le droit de nous priver de la sorte d’un quart de finale d'un Mondial.

Samedi à l’Olympiastadion, là-même où l’Italie avait remporté sa quatrième Coupe du monde en 2006 le soir qui a vu Zinédine Zidane commettre l’irréparable, la Suisse tentera de battre l’Italie pour la première fois en... douze rencontres. Le dernier succès remonte au 1er mai 1993 à Berne dans une rencontre du tour préliminaire de la Coupe du monde 1994. La sélection de Roy Hodgson s’était imposée 1-0 sur une réussite de Marc Hottiger, inscrite à la 55e à 11 contre 10 en raison de l’expulsion de Dino Baggio juste avant la pause.

La gifle de l'Euro 2021

La dernière confrontation entre les deux équipes dans une phase finale a tourné à la confusion pour la Suisse. Le 16 juin 2021, elle s’inclinait 3-0 à Rome face aux futurs Champions d'Europe lors de son deuxième match à l’Euro. Un doublé de Manuel Locatelli et une réussite de Ciro Immobile avaient terrassé une équipe de Suisse à la dérive, laquelle devait toutefois, douze jours plus tard, éliminer en huitième de finale la France, championne du monde en titre.

Mais la Suisse garde un souvenir lumineux de son ultime affrontement face à la Squadra Azzurra. Le 12 novembre 2021, elle cueillait à Rome un point (1-1) capital dans la course à la qualification directe pour la Coupe du monde 2022. Si elle avait bénéficié d'une réussite maximale en fin de rencontre avec le penalty de Jorginho qui s'était envolé dans le ciel romain, la formation de Murat Yakin, sans Granit Xhaka blessé, avait vraiment livré une performance remarquable.

Silvan Widmer avait ouvert le score sur une action lumineuse amenée par Xherdan Shaqiri et par Noah Okafor, trois hommes qui ne devraient pas vraiment peser sur le huitième de finale de samedi. Widmer sera, en effet, suspendu alors que Shaqiri et Okafor risquent de connaître le même sort que dimanche face à l’Allemagne: suivre tout le match depuis le banc...

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Euro 2024

Angleterre et France doivent composter leur ticket

Publié

le

L'Angleterre de Gareth Southgate doit se montrer plus convaincante pour son 3e match (© KEYSTONE/EPA/ABEDIN TAHERKENAREH)

L'Angleterre, dans le groupe C, et la France, dans le groupe D, devraient sauf cataclysme valider mardi leur ticket pour les 8es de finale de l'Euro.

Les Britanniques se mesureront à la Slovénie à 21h, avec l'objectif de conserver la 1re place qu'ils occupent seuls avec 4 points. Après leur victoire obtenue sur la plus petite des marges et leur triste nul face au Danemark, ils doivent surtout reprendre confiance.

Les Slovènes (2 points) doivent quant à eux s'imposer pour espérer accrocher le 2e rang. Ils sont pour l'heure à égalité de points avec le Danemark, qui affronte une très décevante Serbie (1 point) dans le même temps.

La France (4 points) est aussi à l'abri de toute mauvaise surprise dans le groupe D. Les hommes de Didier Deschamps affrontent dès 18h la Pologne, éliminée après ses deux défaites initiales. Les Bleus sont à égalité avec les Pays-Bas, qui livreront pour leur part un véritable 16e de finale face à l'Autriche (3 points).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Euro 2024

La Suisse affrontera l'Italie en huitièmes de finale

Publié

le

Mattia Zaccagni a sauvé l'Italie lundi à Leipzig. (© KEYSTONE/EPA/ABEDIN TAHERKENAREH)

La Suisse affrontera l'Italie en 8es de finale de l'Euro samedi à Berlin. Un but de Mattia Zaccagni en toute fin de match a permis à la Nazionale d'arracher le nul face à la Croatie lundi (1-1).

Le joueur de la Lazio Rome, entré en jeu à la 81e minute, a trouvé la lucarne de Dominik Livakovic au bout du temps additionnel d'un tir du pied droit (98e). Un but qui a probablement annihilé les espoirs de qualification de la Croatie.

La Nati ne devra nourrir aucun complexe face à cette équipe italienne qu'elle avait tenue en échec à Rome en novembre 2021 (1-1) et devancée dans la course à la qualification pour la Coupe du monde 2022. Cette Nazionale n'affiche en outre pas la même qualité qui lui avait permis de devenir championne d'Europe lors de la dernière édition, quelques jours après avoir d'ailleurs largement dominé la Suisse en phase de groupes (3-0).

Donnarumma comme atout

Comme face à l'Espagne quelques jours plus tôt, la sélection de Luciano Spalletti a en effet eu toutes les peines du monde à se montrer dangereuse à Leipzig. Seule une tête de son défenseur Alessandro Bastoni a inquiété Livakovic (27e) avant le coup de génie du sauveur Zaccagni.

Entre-temps, les Croates pensaient avoir fait le plus dur grâce à un but de Luka Modric (55e), une minute après que Donnarumma a arrêté un penalty tiré par le Ballon d'or 2018. Le portier italien sera l'atout principal de la Squadra Azzurra face à la Suisse. Il devra toutefois faire sans son défenseur Riccardo Calafiori, qui sera suspendu samedi, tout comme Silvan Widmer, buteur lors du dernier duel entre Suisses et Transalpins.

Trois sur trois pour l'Espagne

Déjà assurée de la première place de ce groupe B, l'Espagne a de son côté fait le travail en réduisant à néant les maigres espoirs de qualification de l'Albanie. La Roja de Luis de la Fuente, qui avait procédé à un total de dix (!) changements pour ce troisième match, n'a eu besoin que d'un but de Ferran Torres en première période (13e) pour s'imposer 1-0.

A noter que les résultats de ce lundi ont validé la qualification de trois autres pays pour les huitièmes de finale. L'Angleterre, la France et les Pays-Bas sont en effet assurés de terminer au pire parmi les quatre meilleurs troisièmes de cette phase de groupes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Euro 2024

Le soleil brille pour l'équipe de Suisse

Publié

le

Pierluigi Tami, directeur des équipes nationales, est un homme comblé après la phase de groupes réussie par la Nati à l'Euro. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Le soleil brille dans le ciel de l’équipe de Suisse. Au lendemain du nul (1-1) face à l’Allemagne, le directeur des équipes nationales Pierluigi Tami tenait bien le discours d’un homme comblé.

Même la différence de 500'000 euros dans le barème des primes de l’UEFA provoquée par la tête victorieuse de Niclas Füllkrug à la 92e minute (1 million d'euros pour une victoire, 500'000 pour un nul) ne chagrine pas le Tessinois. "Je ne nourris aucun regret sur le match de dimanche. L’objectif a été atteint avec cette qualification pour les huitièmes de finale, explique-t-il. Mais à mes yeux, c’est la manière qui importe le plus. L’équipe a témoigné d’une très grande force de caractère dans les moments difficiles. Elle a été solidaire. Unie aussi. Ces résultats ne sont pas le fruit du hasard. Le travail entrepris depuis le premier jour du rassemblement le 27 mai à St. Gall a été déterminant. Depuis un mois, il se dégage autour de cette équipe une énergie positive."

"Nous livrerons une grande performance"

S’ils ont fêté comme il se devait dimanche soir cette qualification avec leurs familles, le staff et les joueurs vont très vite basculer vers le huitième de finale de samedi à Berlin. "Je vais sans doute passer pour quelqu’un de présomptueux. Mais l’adversaire pour ce huitième de finale importe peu, lâche Pierluigi Tami. Nous devons nous concentrer sur nos forces. Le match contre l’Allemagne a souligné combien elles pouvaient être vives. Pour samedi, il est bien sûr impossible de promettre à nos fans la victoire. Mais je suis convaincu d’une chose: nous livrerons une grande performance."

Pierluigi Tami a souligné le rôle déterminant de Manuel Akanji et de Granit Xhaxa dans cette qualification. "Manu est une véritable machine. Quant à Granit, son langage corporel dit tout sur son implication, sur l’exemple qu’il donne à ses coéquipiers", glisse-t-il. Le directeur des équipes nationales tire aussi un grand coup de chapeau à Murat Yakin. "Une feuille de route a été établie cet hiver à l’occasion des nombreuses discussions qui étaient nécessaires après les vents contraires essuyés lors du tour préliminaire. Je me réjouis de voir Murat s’y tenir aussi parfaitement, poursuit Pierluigi Tami. La présence à ses côtés de Giorgio Contini est précieuse. Son apport est essentiel. Je note surtout que nous avons livré sept matches en 2024. A chaque fois, on a pu noter des progrès dans notre jeu défensif qui avait tant souffert à l’automne. Le nouveau système en 3-4-3 s’avère être vraiment le bon."

Murat Yakin se fait désirer

On le sait, le contrat de Murat Yakin ne court que jusqu’à la fin de cet Euro 2024. Si l’on peint le diable sur la muraille, la Suisse risque de se retrouver sans sélectionneur dès ce samedi à 20h00. "Le plan A est et reste Murat Yakin, lance avec force Pierluigi Tami. Nous n’avons pas abordé à nouveau le sujet d’une prolongation de contrat ces derniers jours. Seul compte aujourd’hui l’Euro. Mais pour prolonger l’aventure, il faut que les deux parties soient partantes." Cette dernière phrase laisse bien entendre que le choix de Murat Yakin n’est pas encore arrêté. Comme s’il était parti pour ne pas rester...

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Le Servette FC a déjà repris l'entrainement à Crans-Montana

Publié

le

Les joueurs du Servette FC, s'entrainent lors de leur camp de reprise d'entrainement ce lundi 24 juin 2024 près de Crans-Montana. (KEYSTONE/Valentin Flauraud)

Les vacances sont déjà finies pour le Servette FC!

A peine le temps de digérer la victoire en coupe de Suisse et la 3ème place en championnat, que les Grenat ont déjà retrouvé les terrains d'entrainement depuis ce lundi.

Comme chaque année, la nouvelle saison se prépare en stage à Crans-Montana. Aux commandes désormais: le nouvel entraineur Thomas Häberli.

Pour le défenseur Genevois Steve Rouiller, la courte pause estivale a quand même fait du bien après une saison dense.

Steve RouillerDéfenseur du Servette FC

26 joueurs ont été convoqués pour ce camp de préparation.

Le premier match amical pour Servette est prévu le 6 juillet à Monaco. La saison reprendra le dimanche 21 juillet, en déplacement à Lucerne.

L'entraineur du Servette FC, Thomas Haeberli, s'adresse a ses joueurs lors de leur camp de reprise d'entrainement ce lundi 24 juin 2024 a Bluche pres de Crans-Montana. (KEYSTONE/Valentin Flauraud)

Continuer la lecture