Rejoignez-nous

Actualité

Sommet Russie-Corée du Nord à Vladivostok

Publié

,

le

Premier sommet entre le président russe Vladimir Poutine et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un. (©Keystone/AP/Alexander Zemlianichenko)

En pleine impasse diplomatique avec Washington, Kim Jong Un est venu chercher jeudi le soutien de Vladimir Poutine. Ce dernier a appelé à renoncer à « la loi du plus fort » pour régler la crise nucléaire.

Deux mois après le fiasco retentissant de sa rencontre avec Donald Trump à Hanoï, le dirigeant nord-coréen a assuré avoir passé cette fois un « très bon moment » à Vladivostok. « Je suis content du résultat: Kim Jong Un est quelqu’un d’assez ouvert, prêt à parler de tout », s’est félicité M. Poutine devant la presse à la fin de la rencontre.

Accueilli par une longue poignée de main, le dirigeant nord-coréen a passé au total cinq heures avec le président russe: deux heures de tête-à-tête suivies de pourparlers entre délégations puis d’un dîner. C’était le premier sommet à ce niveau entre les deux pays depuis 2011. La Russie était restée jusqu’à présent à l’écart de la spectaculaire détente observée sur la péninsule coréenne depuis début 2018.

Des garanties à Pyongyang

En fin de rencontre, le président russe s’est dit favorable comme les Etats-Unis à une « dénucléarisation totale ». Il a jugé un règlement « possible », à condition de faire « des premiers pas » et d’offrir à Pyongyang des « garanties de sécurité et de souveraineté » de la communauté internationale.

« Le plus important est de restaurer (…) la force du droit international et de revenir à une situation où le droit international, et non pas le droit du plus fort, détermine le cours des affaires dans le monde », a-t-il plaidé.

Moscou prône un dialogue avec Pyongyang sur la base d’une feuille de route définie par la Chine et la Russie. Cette dernière a déjà demandé la levée des sanctions internationales, tandis que les Etats-Unis l’ont accusée d’aider Pyongyang à les contourner.

Une victoire pour Kim

Si, sur le fond, le premier sommet entre Kim et le président Poutine semble avoir été plutôt pauvre, sa tenue constitue en soi une victoire pour le dirigeant nord-coréen. « Ce sommet a été affaire de symbolique diplomatique plus que de coopération réelle, mais la réunion est en soi une victoire pour M. Kim », estime Shin Beom-chul, de l’Institut Asan des études politiques.

Pour des experts du dossier nord-coréen, ce sommet constitue le dernier exemple de la stratégie diplomatique d’un régime qui cherche à se dédiaboliser. Kim Jong Un a hérité du pouvoir fin 2011. Pendant les six premières années de son « règne », la Corée du Nord était restée un Etat paria et son leader ne sortait pas des frontières de son pays.

Mais depuis mars 2018, M. Kim a rencontré quatre fois le président chinois Xi Jinping, trois fois le président sud-coréen Moon Jae-in, deux fois M. Trump, une fois le président vietnamien, Nguyen Phu Trong, et une fois le Premier ministre de Singapour, Lee Hsien Loong.

Nouvelle offre US?

Lors de son second sommet avec M. Trump, en février, Kim Jong Un avait cherché à obtenir un allègement immédiat des sanctions internationales. Mais les discussions avaient été écourtées, vraisemblablement en raison du peu de concessions que Pyongyang semblait disposé à faire.

Selon Koo Kab-woo, professeur à l’Université des études nord-coréennes, la Corée du Nord attend de Washington qu’elle revienne à la table des négociations avec une meilleure offre.

Source: ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

La légende de Formule 1 Niki Lauda est mort

Publié

le

La légende de Formule 1 Niki Lauda s'est éteint paisiblement à l'âge de 70 ans, a communiqué sa famille dans la nuit de lundi à mardi. (©KEYSTONE/APA/APA/HANS KLAUS TECHT)

Le triple champion du monde autrichien de Formule 1 Niki Lauda n’est plus. L’ancien pilote automobile et entrepreneur s’est éteint paisiblement entouré de ses proches lundi à l’âge de 70 ans, indique dans la nuit sa famille « avec une profonde tristesse ».

« Ses exploits uniques en tant que sportif et entrepreneur sont et resteront inoubliables. Son dynamisme infatigable, sa franchise et son courage demeurent un modèle et une référence pour nous tous, peut-on lire dans ce texte signé par la famille Lauda et envoyé à l’agence de presse autrichienne APA.

Au cours de l’été 2018, Niki Lauda avait subi une transplantation pulmonaire à l’Allgemeine Krankenhaus (AKH) de Vienne. Il avait pu quitter l’établissement en octobre avant de devoir y retourner en janvier en raison d’une grippe. A l’occasion de son 70ème anniversaire, le 22 février, Lauda avait envoyé un petit message à la radio autrichienne affirmant qu’il reviendrait en pleine forme.

L’ancien sportif est à la tête du conseil de surveillance de l’équipe Mercedes depuis 2012.

Grave accident

Les poumons du triple champion du monde avaient déjà été endommagés lors de son très grave accident de Formule Un le 1er août 1976 sur le circuit de Nürburgring (Allemagne). A 220 km/h, sa Ferrari s’était enflammée et le coureur autrichien avait inhalé des vapeurs toxiques pendant près d’une minute avant d’être dégagé de sa voiture par quatre autres pilotes.

Depuis cet accident, Niki Lauda a souffert de divers problèmes de santé: en 1997 et 2005, il a également subi deux transplantations rénales. Il arbore en toutes occasions depuis cet épisode une casquette rouge censée masquer ses brûlures.

Le sportif est notamment devenu une légende car il était revenu concourir sur le circuit 42 jours seulement après l’accident. « Un retour rapide derrière le volant faisait partie de ma stratégie de ne pas rester trop longtemps chez moi et de ruminer ce qui m’était arrivé », avait-il confié plus tard. Son duel contre le Britannique James Hunt lors des mondiaux de 1977 a été porté à l’écran en 2013 dans le film « Rush ».

Vingt-cinq Grands Prix

Né à Vienne en 1949, Andreas Nikolaus Lauda connu sous le nom de « Niki » Lauda, n’a pas vingt ans lorsqu’il effectue en 1968 sa première course automobile, à l’insu de ses parents, au volant d’une mini-Cooper offerte par sa grand-mère. Il court en Formule 3 dès 1970 et fête un an plus tard sa première victoire en Formule 2.

S’il effectue le 15 août 1971 sa première course en F1 avec l’écurie March, c’est avec Ferrari que sa carrière décolle réellement: première pole position en Afrique du Sud, puis première victoire le 28 avril 1974 en Espagne. L’année suivante le couvre de gloire. Il remporte son premier titre de champion du monde en 1975, un deuxième en 1977 et un troisième en 1984, cette fois-ci avec Mc Laren. Au total, il a remporté 25 victoires de Grands Prix.

« Loin du public, c’était un mari, un père et un grand-père aimant et attentionné. Il nous manquera beaucoup », écrit encore la famille dans son message aux médias. Niki Lauda était le père de quatre enfants.

Passionné d’aviation

A sa carrière de sportif, ce fils d’industriel, passionné d’aviation, ajoute celle d’entrepreneur. Il développe sa propre compagnie aérienne en 1979. Lauda Air vivra ses heures les plus sombres en 1991, lorsqu’un appareil de la compagnie effectuant la liaison Vienne-Bangkok s’écrase en Thaïlande, tuant ses 223 passagers.

A la fin des années 1990, il revend sa flotte au concurrent Austrian Airlines (AUA). En 2003, il lance une nouvelle compagnie sous le nom de Niki, qu’il revend à AirBerlin en 2011.

Après la faillite d’Air Berlin, le passionné d’aviation récupère Niki et se lance en 2016 dans l’aviation privée avec Laudamotion. Cette dernière appartient actuellement à 75% à la compagnie irlandaise à bas prix Ryanair

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

Genève Aéroport: « Il faut s’attaquer au système qui a permis cette situation »

Publié

le

Des soupçons de corruption et de dysfonctionnements dans l’attribution d’appels d’offres planent sur Genève Aéroport. De quoi indigner le syndicat des services publics (SSP) qui demande l’intervention du Conseil d’Etat.

Pour rappel, le chef de la sûreté de Genève Aéroport ainsi que le responsable de la société de sécurité genevoise SQS ont été arrêtés mercredi dernier et sont prévenus de corruption.

Face à ces soupçons mais aussi sur la base d’un rapport accablant émis par la Cour des comptes, le syndicat demande au conseiller d’Etat chargé des infrastructures, Serge Dal Busco, de reprendre le contrôle de Genève Aéroport.

Le secrétaire syndical, Jamshid Pouranpir résume la situation et les revendications du SSP:

Jamshid Pouranpir Secrétaire syndical SSP-VPOD à Genève Aéroport

Le syndicat appelle aussi à la révocation des mandats accordés aux entreprises de sécurité, tels que Dnata, Custodio et Sécuritas.
Le SSP exige la démission du Conseil d’administration, estimant qu’il a failli à sa mission. Comme l’explique Jamshid Pouranpir:

Jamshid Pouranpir Secrétaire syndical SSP-VPOD à Genève Aéroport

Le syndicaliste pointe du doigt le Conseil d’administration mais, à travers lui, fustige tout le système:

Jamshid Pouranpir Secrétaire syndical SSP-VPOD à Genève Aéroport

Précisons que depuis le 1er janvier 2015, le Conseil d’administration est présidé par Corine Moinat, première dirigeante de l’établissement public autonome à ne pas être issu du Conseil d’Etat. On notera toutefois que le gouvernement a récemment envoyé au Conseil d’administration, Stanislas Zuin, ancien magistrat de la Cour des comptes. Pas de quoi suffire à convaincre Jamshid Pouranpir qui reproche à l’Etat de s’être désengagé:

Jamshid Pouranpir Secrétaire syndical SSP-VPOD à Genève Aéroport

Et le syndicat de dénoncer les méthodes de management au sein du département de la sûreté:

Jamshid Pouranpir Secrétaire syndical SSP-VPOD à Genève Aéroport

Joint par nos soins, le conseiller d’Etat, Serge Dal Busco insiste sur le fait que le conseil d’administration a été récemment renouvelé. Selon ses propres termes, le ministre lui fait « confiance » et estime qu’il a « pris les problèmes à bras le corps ».

@marie_prieur

Continuer la lecture

Actualité

Près de 1200 fans au cinéma pour la fin de Game of Thrones

Publié

le

Ils étaient environ 1200 à Pathé Balexert pour cet ultime photo / [ RTS / Anne Kearney ]

Beaucoup de gens l’attendaient, tous auront leur avis sur la fin de la série emblématique Game of Thrones qui s’est achevée dans la nuit de dimanche à lundi. Pour marquer l’événement, la Radio Télévision Suisse a mis le petit écran sur le grand puisque 1200 fans de la série tirés au sort ont pu voir l’épisode dans les salles de Pathé Balexert.

La saison 8 de Game of Thrones divise, certains parlent d’une saison bâclée, d’autres trouvent au contraire qu’une dimension épique est ajoutée. Il suffit d’écouter les attentes placées par les fans présents à Balexert en l’épisode.

Les fans de GOT avant l'épisode

 

La série est connu pour ne pas ménager ses téléspectateurs et cet épisode ne déroge pas à la règle. A la sortie des salles, les avis divergaient

Les fans de GOT après l'épisode

 

Au final, même si la saison 8, l’ultime saison ne convainc pas tous les fans, tous sont unanimes sur un point: ce que représente pour eux la fin de Game of Thrones.

Les fans de GOT après l'épisode

 

Le reportage de Sébastien Telley:

La fin de Game of Thrones

Continuer la lecture

Actualité

Des blocs d’escalade bientôt inaugurés dans le parc Chuit à Lancy

Publié

le

Voici une nouvelle qui va réjouir les grimpeurs et ils sont nombreux à Genève. Trois blocs d’escalade vont s’ouvrir à Lancy le 29 juin prochain.

L’escalade, un sport en pleine explosion depuis une dizaine d’années à Genève, mais sous-dotée en matière d’équipement. La ville de Lancy s’est associée à Genève Montagne pour ériger trois blocs de grimpe dans le parc Chuit situé en-dessus de Pont Rouge. Lancy cède un droit de superficie sur le terrain à l’association faîtière. Genève Montagne, qui représente 6000 personnes avec ses 16 clubs membres, s’est chargée de récolter les fonds via une campagne de financement participatif.  Les explications Vincent Bersot, président de Genève Montagne:

Vincent Bersot  Président de l'association Genève Montagne

Un encadrement est prévu pour le public. Les explications de Frédéric Renevey, Conseiller administratif chargé des sports à Lancy.

Frédéric Renevey Conseiller administratif chargé des sports à Lancy

L’association projette également, dans une seconde étape, de construire un musée et une bibliothèque dédiés à la montagne dans la dépendance de la Maison de maître qui se trouve dans le parc. Enfin troisième étape, une salle semi-enterrée, pour laquelle elle cherche des fonds. On retrouve Vincent Bersot, président de Genève Montagne.

Vincent Bersot  Président de l'association Genève Montagne

Pour ces deux étapes, Genève va organiser une recherche de fonds spécifiques auprès des donateurs.

 

Continuer la lecture

Actualité

Geneva Open: Wawrinka serein

Publié

le

Moment de détente pour Wawrinka ce matin à l'entraînement. (©KEYSTONE/ALAIN GROSCLAUDE)

Stan Wawrinka, qui entrera en lice mercredi au Geneva Open, dresse un bilan positif de son début et se dit très satisfait de sa condition actuelle.

Et ce même si le Vaudois a connu l’élimination d’entrée de jeu la semaine dernière au Masters 1000 de Rome face à David Goffin. « Cette défaite (ndlr: 4-6 6-0 6-2) ne remet rien en cause, assure le no 27 mondial. Elle découle simplement de plusieurs choses que j’ai mal gérées au que cela concerne le tennis, le physique ou le mental. C’est la forme du jour qui a décidé de l’issue du match, il y a des jours comme ça. »

Wawrinka aborde ainsi avec sérénité le tournoi de Genève, où il s’est imposé en 2016 et 2017, tremplin qui doit le conduire à Roland-Garros la semaine prochaine. « Je suis content de mon début d’année. J’ai réintégré le top 30, ce qui prouve que je suis sur le bon chemin, je joue bien, je m’entraîne bien, j’espère pouvoir disputer plusieurs matches ici. »

Le Vaudois en jouera un au minimum, mercredi, face à l’Espagnol Feliciano Lopez ou au Bosnien Damir Dzumhur. Deux profils très différents. « Ce sont même des opposés », glisse un Wawrinka pour qui il donc impossible de déjà se projeter.

Source: ATS

Continuer la lecture