Rejoignez-nous

Actualité

Soleil et douceur: des conditions météo rares mais pas inédites

Publié

,

le

Les conditions météo de février sont rares sans pour autant constituer un record. (©KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

La période de beau temps qui règne depuis une semaine est rare mais pas inédite, selon MétéoSuisse. Quelques stations de montagne ont toutefois enregistré des records de température pour février. Et le soleil devrait briller encore jusqu’à la fin du mois.

Le temps est actuellement influencé par une situation météorologique dite oméga, a indiqué lundi à Keystone-ATS MétéoSuisse. Un anticyclone puissant règne sur une grande partie de l’Europe alors qu’une faible pression est située à l’est et l’ouest. Cette constellation est très stable et connue pour rester en place longtemps.

Cette période de beau temps ne constitue cependant pas un record, relève le météorologue Daniel Gerstgrasser de MétéoSuisse. En hiver, il n’est pas rare que le temps soit dominé par des hautes pressions prolongées.

Au-dessus de la moyenne

Il en va de même pour les températures. Sur le mois, on ne peut pas parler de records, mais ces derniers jours, des valeurs ponctuelles ont été clairement dépassées. La température moyenne quotidienne dans les stations de montagne a été supérieure de 9 à 12 degrés à la moyenne à long terme.

Pour l’heure, un seul record pour un mois de février a été établi. Le 15 février, il a fait jusqu’à 13,5 degrés au Chasseral, à 1599 mètres. Le précédent record avait été de 12,3 degrés le 17 février 2007, selon le blog de MétéoSuisse.

Selon MétéoSuisse, la particularité du moment est qu’il n’y a pratiquement pas eu de brouillard en plaine durant cette période de haute pression. La masse d’air apportée était si sèche que même au Pied sud du Jura, seuls quelques champs de brouillard se formaient le matin.

Selon les météorologues, ce temps ensoleillé et doux devrait se prolonger au moins jusqu’à la fin du mois, peut-être même jusqu’au début de mars. L’anticyclone s’affaiblira temporairement mardi laissant passer quelques nuages. Mais une nouvelle haute pression devrait prendre le relais.

source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Prêtre soupçonné d’abus sexuel arrêté au Tessin

Publié

le

L'évêque a précisé avoir eu personnellement connaissance de ce possible cas d'abus le 11 mars. Il en a immédiatement informé la commission d'experts compétente au diocèse. (©KEYSTONE/TI-PRESS/Davide Agosta)

Un prêtre du diocèse de Lugano soupçonné d’abus sexuel a été arrêté samedi soir, a indiqué l’évêque de Lugano Valerio Lazzeri lors d’une conférence de presse dimanche à Lugano. Le religieux a été immédiatement délié de ses obligations au sein du diocèse.

L’évêque a précisé avoir eu personnellement connaissance de ce possible cas d’abus le 11 mars. Il en a immédiatement informé la commission d’experts compétente du diocèse.

Après de premières clarifications, cette dernière a transmis l’affaire au ministère public tessinois, qui a manifestement requis l’arrestation du suspect samedi soir.

Aucun détail n’a été donné sur le prêtre concerné et sa paroisse. Le cas d’abus présumé serait survenu il y a cinq ou six ans, a ajouté Valerio Lazzeri. Ce dernier ainsi que le diocèse attendent maintenant les résultats de l’enquête pénale pour décider de la suite à donner à cette affaire.

Continuer la lecture

Actualité

L’ONU critique le projet de loi suisse antiterroriste

Publié

le

Le Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme critique le projet de loi du Conseil fédéral contre le terrorisme. Photo: salle du Conseil des droits de l'homme à Genève (archives). (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme critique le projet de loi du Conseil fédéral contre le terrorisme. Dans une lettre adressée au Conseil fédéral, il met en garde contre ce texte, qui ouvrirait la porte à une privation arbitraire de liberté.

Le Département fédéral de justice et police (DFJP) a confirmé dimanche avoir reçu une lettre du Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, a-t-il fait savoir à Keystone-ATS revenant sur une information publiée dans le « SonntagsBlick ». Celle-ci évoque la loi fédérale sur les mesures policières de lutte contre le terrorisme, dont le projet de loi est actuellement en discussion au Parlement.

Selon la porte-parole du DFJP, le Conseil fédéral n’a pas proposé l’un des points controversés, l’instauration d’un placement sécurisé pour les terroristes potentiels (GUG). Une telle mesure, introduite par le parlement, ne pourrait pas être mise en œuvre.

Il ressort en effet d’une expertise commandée par les cantons que, contrairement à l’assignation à une propriété, le placement sécurisé ne serait pas conforme à la Convention européenne des droits de l’homme.

Selon le SonntagsBlick », le rapporteur spécial de l’ONU craint que « l’application de cette loi ne conduise à des violations importantes des droits humains et des droits fondamentaux ». Dans leur forme actuelle, les mesures antiterroristes envisagées ne sont ni compatibles avec la Convention européenne des droits de l’homme ni avec la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant.

Critiques du Conseil de l’Europe

À la mi-mai, la commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe avait déjà critiqué le projet de loi dans une lettre adressée à la commission parlementaire de la politique de sécurité du Conseil national. Dunja Mijatovic estime que plusieurs dispositions sont problématiques au regard des droits humains.

Pour elle, les mesures administratives prévues en dehors de la procédure pénale à l’encontre d’un « terroriste potentiel » n’offrent pas assez de garanties juridiques. L’assignation d’une personne à un périmètre déterminé revient à une privation de liberté au sens de la convention européenne des droits de l’homme, rappelle-t-elle.

Elle s’inquiète en outre de la notion vague de « terroriste potentiel » qui « risque de stigmatiser une personne alors même qu’elle pourrait n’avoir jamais été soupçonnée d’avoir enfreint la loi, ni avoir été reconnue coupable d’infraction ». L’application de ces mesures de police à des enfants âgés d’au moins 12 ans la préoccupe tout particulièrement.

Le Conseil des États a déjà adopté le projet de loi. Il a défendu des mesures de lutte contre le terrorisme plus sévères que celles proposées par le Conseil fédéral, même s’il a suivi le gouvernement dans les grandes lignes. Le Conseil national se prononcera sur ce projet de loi lors de la session d’été, le 17 juin selon le programme actuel.

Continuer la lecture

Actualité

La consommation d’alcool s’est effondrée durant le confinement

Publié

le

Le secteur de la boisson n'est pas épargné par la crise du coronavirus. (©KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

La consommation d’alcool s’est effondrée durant le confinement. Selon l’Association suisse du commerce des vins, revenant sur une information publiée dans la NZZ am Sonntag, les ventes de vins ont chuté de 35%.

L’association des producteurs de spiritueux a pour sa part constaté une baisse de 25%. Pour ce qui est de la bière, les ventes enregistraient à fin avril une baisse de 5,9% par rapport à la même période l’an passé. L’été risque également d’être difficile, car les événements qui génèrent de gros chiffres d’affaires, tels que les festivals, ont été annulés.

Été difficile

Selon une enquête menée du 8 au 22 mai, 65% des entreprises interrogées se plaignent d’une dégradation de leur situation économique. Les pertes de revenus varient fortement entre les entreprises interrogées et varient de quelques pour cent à plus de 90%. La raison en est avant tout la répartition différente de la part des ventes dans la restauration et la vente au détail.

Pour expliquer cette dégradation, « la lente ouverture des restaurants et l’interdiction des grands événements » est montrée du doigt. Les entreprises interrogées tablent donc sur une baisse moyenne des ventes de 35% au cours des deux prochains mois.

Ainsi 80% des détaillants de boissons et 60% des producteurs de boissons ont répondu que leur situation économique s’était détériorée depuis la dernière enquête à la mi-mars. Seulement 8% des entreprises interrogées ont constaté une amélioration.

Les entreprises s’attendent à de fortes difficultés de vente au cours des deux prochains mois. Près de 35% craignent des problèmes de liquidités. Un quart des répondants s’attendent à des licenciements en raison de la pandémie de Covid-19 tandis qu’environ la moitié d’entre eux ont recours au chômage partiel.

Livraison à domicile: effet positif

Un peu plus de 40% des personnes interrogées observent toutefois des effets positifs de la crise. L’augmentation des ventes via les livraisons à domicile ou la hausse des ventes au détail ont été mentionnées, comme l’écrit l’ASG.

Près de 60% des entreprises interrogées considèrent que les mesures du Conseil fédéral sont suffisantes. En ce qui concerne la réduction des loyers commerciaux, l’industrie demande qu’une solution soit trouvée pour lever l’incertitude actuelle.

Toutes les associations de l’industrie ASG et les membres de Swissdrink ont été sollicités pour répondre à l’enquête menée dans toute la Suisse. Quatre-vingt-cinq réponses ont été reçues

ASG est l’organisation faîtière de l’industrie suisse des boissons. Elle représente environ 30’000 entreprises, pour un chiffre d’affaires total d’environ 14 milliards de francs. Les secteurs de la bière, du vin, de l’eau minérale, des boissons gazeuses, des spiritueux et de jus de fruits sont représentés dans l’ASG.

Continuer la lecture

Actualité

Covid-19: Les mesures prises en Suisse ont réduit les cas

Publié

le

La campagne d’information de l’OFSP lancée le 28 février insistant sur les règles d'hygiène de base a provoqué une prise de conscience et une application volontaire des mesures d’hygiène et de distanciation qui a permis une baisse du taux de reproduc (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Les mesures prises en Suisse ont permis de réduire fortement le nombre de cas de Covid-19. Selon les cantons, le taux de transmission a chuté de 53 à 92%, parallèlement à une baisse de mobilité de 30 à 80%. C’est ce qui ressort d’une étude menée par l’EPFL.

« Les estimations de l’impact des mesures sur la transmission du SARS-CoV-2 sont essentielles pour la prise de décision, que ce soit dans la suite de cette épidémie ou dans les suivantes », souligne Jacques Fellay, médecin-chercheur à la Faculté des Sciences de la Vie de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

Ce dernier est co-auteur de l’étude dont les résultats viennent d’être publiés dans la revue Swiss Medical Weekly et membre du comité scientifique Covid-19 mis en place par le Conseil fédéral.

Depuis le 28 février

Les chercheurs de l’EPFL ont analysé les mesures prises depuis le 28 février, date de l’interdiction des rassemblements de plus de 1000 personnes. Cette première disposition a été suivie par toute une série de mesures avec pour point culminant l’interdiction des rassemblements de plus de 5 personnes annoncée le 20 mars.

La méthode utilisée consiste à déterminer l’évolution du taux de reproduction (donné par la valeur R0) au cours de l’épidémie à l’échelle nationale et cantonale, à l’aide d’un modèle épidémiologique. Celui-ci prend en compte des données détaillées de plus de 1000 patients hospitalisés dans le canton de Vaud, ainsi que les rapports publics sur les hospitalisations et les décès en Suisse.

Au niveau suisse, les chercheurs ont observé que la valeur R0, soit le taux de reproduction, est passée de 2,8 au commencement de la pandémie à 0,4 au début avril, soit une réduction de 86%. Calculée pour chaque canton séparément, cette réduction varie entre 53% pour le Jura et 92% pour Bâle-Ville.

Données des téléphones portables

La baisse de transmission a été comparée aux changements de mobilité obtenus avec les données des téléphones portables. Ainsi, les déplacements liés au travail, au commerce de détail et aux loisirs ont diminué entre 50 et 75% au niveau suisse et entre 30 et 80% au niveau cantonal.

Une corrélation très nette est observée entre la réduction du taux de reproduction et la baisse de mobilité, mais la diminution du R0 commence quelques jours avant les premiers changements de mobilité.

Effet prépondérant des règles d’hygiène

Les chercheurs ont constaté que la baisse du taux de reproduction a commencé autour du 6 mars, donc au moins une semaine avant que la fermeture des écoles ne soit officiellement mise en place. La campagne d’information de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) lancée le 28 février et adaptée le 2 mars insistait sur les règles d’hygiène de base.

Elle a provoqué une prise de conscience et une application volontaire des mesures d’hygiène et de distanciation sociale qui a permis une baisse du taux de reproduction avant même que les mesures de distanciation ne soient mises en place.

« Nous avons observé que le taux de transmission était déjà autour de 1 lorsque le gouvernement fédéral a interdit les rassemblements de plus de 5 personnes et a recommandé l’isolement volontaire à domicile pour l’ensemble de la population », note Joseph Lemaitre, doctorant au Laboratoire d’écohydrologie (ECHO) de l’EPFL et premier auteur de la publication.

« Ce résultat doit toutefois être replacé dans son contexte puisque l’annonce a pu être anticipée, comme on l’observe en analysant les recherches sur internet. Ce qui a probablement eu un impact sur le comportement de distanciation sociale. »

Taux d’infection moyen de 3,9%

À l’aide de ce modèle, les chercheurs ont également calculé que 3,9% de la population suisse avait probablement été infectée par le virus – valeur au 24 avril. Au niveau cantonal, ce taux s’étend de 1,9% pour Berne à 16% au Tessin.

Avec la levée progressive des restrictions, les chercheurs ont la volonté de publier une mise à jour quotidienne du taux de reproduction. Selon eux, il est essentiel de suivre de près son évolution, la capacité de transmission du virus dépendant essentiellement des comportements, et non d’une hypothétique immunité collective encore très loin d’être atteinte.

Suivi attentif nécessaire

Les questions de savoir si l’ouverture des restaurants et magasins entraînera une hausse des transmissions, si celle-ci pourrait être compensée par une stratégie de dépistage et de traçage des contacts plus agressive n’ont pas encore de réponse, pas plus que l’impact du port du masque.

« Un suivi attentif des paramètres épidémiologiques est donc crucial », insiste Jacques Fellay. Les modèles élaborés par les chercheurs devront aussi être affinés en utilisant de nouvelles données, par exemple les résultats des études sérologiques en cours.

Continuer la lecture

Actualité

Nuit de colère aux États-Unis, malgré l’inculpation d’un policier

Publié

le

Pour faire face à la gravité de la situation, des renforts militaires vont être portés à 1700 à Minneapolis et dans la ville voisine de Saint-Paul, d'ici à samedi soir. (©KEYSTONE/EPA/CRAIG LASSIG)

La colère suscitée par la mort d’un homme noir aux mains de la police de Minneapolis a alimenté de nouvelles émeutes dans la nuit de vendredi à samedi et gagné d’autres villes des Etats-Unis. Cela malgré l’arrestation d’un des agents impliqués dans le drame.

Le déploiement de 500 soldats de la Garde nationale et l’imposition d’un couvre-feu n’ont pas empêché la grande ville du Minnesota de s’embraser pour la quatrième nuit consécutive.

Des milliers de manifestants ont d’abord défilé pacifiquement en mémoire de George Floyd, un Afro-américain de 46 ans, mort lundi juste après son arrestation. Mais dans la nuit, la situation a dégénéré auprès d’un commissariat du sud de la ville, avec plusieurs commerces incendiés, de nouveaux pillages et de nombreuses dégradations.

Les soldats et policiers anti-émeutes ont tiré des gaz lacrymogènes et des fumigènes pour éviter que ce commissariat ne subisse le même sort qu’un autre, incendié la veille au soir.

Situation très dangereuse

« La situation est extrêmement dangereuse », a lancé le gouverneur de l’Etat Tim Walz lors d’une conférence de presse au milieu de la nuit pour appeler au calme. « Il n’y a rien d’honorable à brûler votre ville », a renchéri, à ses côtés, le maire Jacob Frey.

La tension est également montée dans le reste du pays. Des centaines de personnes se sont rassemblées devant la Maison Blanche à Washington, mais aussi à New York, Dallas, Houston, ville d’origine de la victime, ou encore Las Vegas, Des Moines, Memphis et Portland. A Atlanta, des véhicules de patrouille de la police ont été brûlés.

Justice exigée

Partout, les manifestants ont dénoncé les bavures policières et les disparités raciales. Surtout, ils ont exigé justice pour George Floyd qui, selon une vidéo devenue virale, semble avoir été asphyxié par la police.

Le policier blanc Derek Chauvin qui, sur ce film, maintient son genou pendant de longues minutes sur le cou du quadragénaire, a été arrêté vendredi et inculpé pour « homicide involontaire » et « acte cruel et dangereux ayant causé la mort ».

La famille de la victime a salué ce développement comme un premier pas sur « la voie de la justice », mais l’a jugée « tardif » et insuffisant. « Nous voulons une inculpation pour homicide volontaire avec préméditation. Et nous voulons voir arrêter les trois autres agents impliqués dans le drame », a-t-elle affirmé dans un communiqué.

Ces derniers ont immédiatement été licenciés, comme Derek Chauvin, mais ne font encore l’objet d’aucune poursuite.

Armée en alerte

Pour faire face à la gravité de la situation, des renforts militaires vont être portés à 1700 à Minneapolis et dans la ville voisine de Saint-Paul, d’ici à samedi soir, a annoncé dans la nuit le major-général Jon A Jensen, qui dirige la Garde nationale du Minnesota.

Le président « a demandé au Pentagone de placer des unités de l’armée en alerte pour qu’elles puissent éventuellement intervenir à Minneapolis », a-t-il ajouté en estimant « prudent d’étendre les options disponibles » pour sécuriser la ville.

Tirs à balles réelles

Donald Trump, qui a dénoncé à plusieurs reprises un crime « tragique », s’en est pris jeudi aux « casseurs ». « Les pillages seront immédiatement accueillis par les balles », a-t-il ajouté dans un tweet, que le réseau social a décidé de signaler comme une « apologie de la violence ».

Sur un ton diamétralement opposé, son prédécesseur démocrate Barack Obama a dit partager « la détresse » des millions d’Américains noirs, pour lesquels « être traités différemment sur la base de la race est tragiquement, douloureusement et de façon rageante ‘normal' ».

L’émotion a dépassé les frontières américaines, et des appels à rendre justice à George Floyd se multipliaient sur les réseaux sociaux dans plusieurs pays.

Précédent

L’affaire rappelle la mort d’Eric Garner, un homme noir décédé en 2014 à New York après avoir été asphyxié lors de son arrestation par des policiers blancs. Lui aussi avait dit « Je ne peux pas respirer », une phrase devenue un cri de ralliement du mouvement Black Lives Matter (« La vie des Noirs compte »).

Continuer la lecture