Rejoignez-nous

Actualité

Revue de presse du dimanche 23 septembre

Publié

,

le

Pierre Maudet fait l'objet de nouvelles accusations ce dimanche.

Le voyage controversé de Pierre Maudet à Abou Dhabi, la restructuration de la SSR et l’espionnage russe en Suisse figurent en bonne place dans la presse dominicale. Voici les principales informations de la matinée:

Le Matin Dimanche/NZZ am Sonntag: Le voyage controversé du conseiller d’Etat genevois Pierre Maudet à Abou Dhabi soulève aussi des questions au Moyen-Orient, affirme Le Matin Dimanche. Les billets d’avion et de nuits d’hôtel offerts ne seraient pas en cause, mais plutôt « des personnes qu’il y a rencontrées », déclare au journal un diplomate sous couvert d’anonymat. L’une d’elles est le cheikh Hazza bin Zayed Al Nahyan, chef de la sécurité nationale des Emirats arabes unis. Sa priorité n’aurait pas été la sécurité du Grand Prix de formule 1, mais le Yémen, où les Emirats arabes unis combattent les rebelles houthis. L’Etat a développé un système de surveillance sophistiqué avec l’aide d’une entreprise installée en Suisse notamment. Interrogé par Le Matin Dimanche, M. Maudet assure qu’il n’a pas fait de diplomatie parallèle. « J’y allais pour faire de la promotion économique », déclare-t-il.

Mais pour la NZZ am Sonntag, le récit de M. Maudet présente des incohérences. L’élu PLR aurait joué un rôle actif dans l’attribution d’une concession pour la manutention au sol à l’aéroport de Genève. Des documents examinés par le journal indiqueraient que M. Maudet a demandé à un membre du conseil d’administration de s’abstenir lors du vote sur l’attribution. Le conseiller d’Etat explique sa démarche par le fait que cette personne possédait une société qui avait également fait la même demande de concession. Quatre mois après le voyage de M. Maudet à Abou Dhabi, Dnata a obtenu le contrat pour l’assistance au sol à Genève. Dnata fait partie du groupe Emirates, qui appartient à l’Etat emirati.

SSR: vingt millions pour une plate-forme numérique

SonntagsBlick: Une demande d’information sur quatre concernant l’armée suisse vient de la Russie, remarque le SonntagsBlick. Depuis 2012, l’armée suisse a reçu 36 fois du personnel militaire étranger. Neuf de ces visites ont été effectuées par des délégations de Moscou. Suivent le Luxembourg, avec trois visites, l’Italie, le Portugal, le Tadjikistan et les Etats-Unis, tous les quatre avec deux visites. La semaine dernière, trois officiers russes ont contrôlé la police militaire suisse. Ils se sont rendus à son quartier général à Sion, mais aussi à Berne, Payerne, Bière et Sierre, ont inspecté les troupes et vérifié les informations sur les effectifs, ainsi que le nombre et le type des principaux systèmes d’armes. L’armée suisse a justifié ces inspections par l’accord des 57 Etats-membres de l’OSCE. Chaque membre a le droit de demander des vérifications sur le territoire d’un autre membre, a déclaré une porte-parole de l’armée dans le journal. La Suisse est tenue d’accepter trois inspections par an.

Le Matin Dimanche/SonntagsBlick: Après la polémique sur le départ annoncé d’une partie de la SSR de Berne à Zurich et envisagée de Genève à Lausanne, son directeur général Gilles Marchand répond que le service public doit s’adapter. Il promet 20 millions de francs pour l’offre de programme. Cette somme doit notamment permettre de lancer à Berne une nouvelle plate-forme numérique, explique-t-il dans Le Matin Dimanche et le SonntagsBlick. « Il s’agit de développer une sorte de Netflix de service public: proposer tous nos programmes dans toutes les langues, sur une plate-forme organisée non plus par région ou par langue, mais par domaines, par thèmes, avec des sous-titres dans les langues nationales ». La SSR veut également augmenter le nombre de séries télévisées qu’elle produit. « On en a trois ou quatre par an actuellement, entre la Suisse romande et la Suisse alémanique. J’aimerais arriver à sept », ajoute-t-il. Le directeur de la SSR annonce encore le développement dans la capitale fédérale d’une nouvelle rédaction multilingue.

Cellule contre le harcèlement sexuel? Un flop!

Le Matin Dimanche: La cellule spécialisée contre le harcèlement sexuel du Palais fédéral fait un flop, selon des recherches du Matin Dimanche. Mis en place le 13 décembre dernier, après l’affaire Yannick Buttet, elle n’aurait pas reçu un seul parlementaire en neuf mois. « Il y a eu quelques prises de contact, mais pas de suivi », indique dans le journal Géraldine Savary (PS/VD), deuxième vice-présidente du Conseil des Etats. La conseillère nationale Lisa Mazzone (Verts/GE), victime de harcèlement et qui s’était engagée à y aller, dit ne pas avoir eu le temps. Elle pointe également le manque d’informations sur l’intranet des parlementaires. « Est-ce qu’ils ont pensé qu’on avait tous noté le numéro (de téléphone, ndlr) directement? », s’interroge la Genevoise. La cellule est composée des présidents, vice-présidents et deuxièmes vice-présidents des deux chambres fédérales.

Zentralschweiz am Sonntag/Ostschweiz am Sonntag: Le modèle de la Confédération helvétique visant à lutter contre la discrimination salariale des femmes présente de graves lacunes, rapportent Zentralschweiz am Sonntag/Ostschweiz am Sonntag. Les femmes gagneraient 7,4% de moins que les hommes pour le même travail, selon le chiffre de référence du bureau fédéral de l’égalité. Or, une étude de l’université de St-Gall met en doute l’ampleur de la discrimination salariale en Suisse. Selon elle, la Confédération a ignoré l’expérience professionnelle, le facteur expliquant le plus la différence salariale. Selon le journal, l’Etat justifie son calcul par le fait que les interruptions de carrière ne sont pas prises en compte dans ses enquêtes menées régulièrement. L’étude de l’Université de St-Gall qualifie cette situation de « peu optimale ».

Internet dans les trains

NZZ am Sonntag: Le patron des CFF, Andreas Meyer, annonce dimanche plus de services dans les trains, avec notamment un Internet rapide et gratuit et des réservations de siège comme dans les avions. L’entreprise doit développer des alternatives aux trains bondés, selon lui. Avec plus d’antennes le long du réseau ferroviaire et des amplificateurs dans les wagons, « notre solution offrira une meilleure réception que le Wi-Fi », promet M. Meyer dans la NZZ am Sonntag. La nouvelle technologie sera testée et présentée dans les prochaines semaines. L’accès à Internet sera gratuit pour les trajets de longues distances. M. Meyer se dit ouvert pour le trafic régional.

SonntagsZeitung: Les pompiers prennent trop de temps pour se rendre sur le lieu d’un sinistre dans de nombreuses villes suisses, note la SonntagsZeitung. Selon la Coordination suisse des sapeurs-pompiers (CSSP), ils doivent être sur place dans les dix minutes en cas d’incendie dans les zones à forte densité de population. A Zurich, 48% des maisons ne peuvent pas être atteintes dans ce délai. Pour 11% des bâtiments, le trajet dure même plus de 15 minutes, sans tenir compte du trafic routier. A Lausanne, seuls 73% des immeubles sont accessibles en dix minutes, alors qu’à Bâle et Lucerne, la proportion monte à 85%. Le secrétaire général de la CSSP, Stefan Häusler, explique que de nombreux pompiers ne travaillent plus aujourd’hui au même endroit où ils vivent. Pour beaucoup d’entre eux, il est impossible d’atteindre la caserne en quinze minutes. Le problème est aggravé par la diminution des combattants du feu dans toute la Suisse. Il y en avait 115’000 en 2008. Ils ne sont plus que 85’000 aujourd’hui.

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Collision de trains en Valais: 11 blessés

Publié

le

L'accident a fait 11 blessés dont sept n'ont pas dû être hospitalisé. (©Mgbahn)

Un train de ferroutage a percuté un train régional vendredi vers 10h10 dans le tunnel Stephan-Holzer près d’Oberwald (VS). Onze voyageurs ont été blessés, la plupart légèrement.

Sept voyageurs légèrement blessés ont reçu des soins sur place et n’ont pas dû être hospitalisés. Trois ont été transportés en ambulance à l’hôpital de Viège et une personne a été héliportée à l’hôpital de Sion mais ses jours ne seraient pas en danger, a indiqué à Keystone-ATS Mathias Volken, porte-parole de la police cantonale valaisanne.

Les trains circulaient sur la ligne entre Oberwald et Realp (UR). Le convoi de ferroutage qui venait d’Oberwald a percuté le flanc droit du train régional venant en sens inverse.

Enquête ouverte

Le train de ferroutage se composait d’une locomotive avec neuf wagons et était chargé d’environ 15 automobiles. Le train régional comprenait une locomotive, cinq voitures avec une trentaine de passagers, a indiqué vendredi peu avant midi la compagnie Matterhorn Gotthard Bahn.

Selon un porte-parole de la compagnie ferroviaire, la collision s’est produite sur un aiguillage. Les causes de l’accident ne sont pas encore connues. Le ministère public a ouvert une enquête en collaboration avec le service suisse d’enquête de sécurité (SESE), précise Mathias Volken.

Le trafic entre Ulrichen et Realp est temporairement interrompu. Un service de bus est organisé. Les voyageurs doivent compter avec un trajet d’une heure supplémentaire. La durée de l’interruption du trafic n’est pour l’heure pas connue.

Continuer la lecture

Actualité

Vaud: Masques obligatoires dans les commerces avec 10 clients

Publié

le

Le masque sera obligatoire dans les magasins vaudois dès lundi (archives). (©KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Le port du masque sera obligatoire dans tous les commerces du canton de Vaud lorsque plus de 10 personnes se trouvent dans le magasin. La mesure, qui entre en vigueur mercredi prochain, a été annoncée vendredi par le Conseil d’Etat.

Continuer la lecture

Actualité

Jura: Masques obligatoires dans les commerces

Publié

le

Le masque sera obligatoire dans les magasins jurassiens dès lundi (archives). (©KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Le Jura devient le premier canton suisse à rendre obligatoire le port du masque dans les magasins et commerces dès lundi et pour une durée de deux mois. Cette mesure concerne les personnes âgées de plus de 12 ans.

« Depuis une dizaine de jours désormais, le canton du Jura fait face à une recrudescence du coronavirus avec plus d’une vingtaine de nouveaux cas positifs confirmés », a expliqué vendredi le gouvernement jurassien. Cette obligation pourra être prolongée en fonction de l’évolution de la situation.

Pour faire face à l’augmentation des cas, les effectifs et moyens techniques de la ligne téléphonique d’urgence santé ont aussi été adaptés afin de mieux répondre aux sollicitations en forte augmentation pour les tests de dépistage, a précisé le canton. Les équipes de cette ligne s’occupent en effet aussi des tâches liées au traçage.

Continuer la lecture

Coronavirus

Un cas de Covid-19 dans une discothèque genevoise: des centaines de personnes en quarantaine ?

Publié

le

Une personnes a été testée positive au Covid-19 dans une boite de nuit à Genève. Plusieurs centaines de personnes pourraient être placées en quarantaine. 

Grosse inquiétude à Genève. Un cas de Covid-19 a été détecté dans une discothèque de la Ville. Selon nos informations, les autorités sont actuellement en train de contacter toutes les personnes présentes dans l’établissement, le week-end dernier, pour les informer et les inviter à se mettre en quarantaine en cas de symptômes. Plusieurs centaines de personnes seraient concernées selon la médecin cantonale.  Aglaé Tardin qui précise que le traçage des contacts a bien été effectué, ce qui a permis de retrouver, facilement, les personnes.  Rappelons que les boîtes de nuit ont pu rouvrir, depuis le 6 juin. Mais dès le 21 juin, 300 fêtards avaient dû être placés en quarantaine, à Zurich. Les cantons de Zurich et Berne ont depuis décidé de renforcer les contrôles dans les bars et les discothèques.  

 

Continuer la lecture

Actualité

Le monde de demain: un assistant pour connecter et sécuriser les aînés

Publié

le

Un petit assistant “Made in Swiss” pour connecter et sécuriser nos aînés, c’est le monde de demain… 

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

La période du Covid-19 et du semi-confinement nous aura rappelé, si besoin, toute l’importance de maintenir le lien avec les plus anciens et surtout de pouvoir veiller à leur sécurité, même à distance. A défaut de pouvoir leur rendre visite régulièrement, les assistants numériques se multiplient pour garder un œil ou une oreille virtuelle sur les personnes âgées dépendantes. En Suisse, un modèle se démarque, il a été développé par une startup zurichoise qui présente son assistant à commande vocale nommé Caru, comme un “colocataire intelligent”. Il s’agit en fait d’un boitier rond, blanc et lumineux que vous posez dans le salon, dans la cuisine ou sur votre table de chevet. Physiquement, il ressemble à peu de choses près aux autres assistants vocaux, sauf que là c’est en fait une version revisitée du bouton d’urgence, transformée en capteur intelligent, en dispositif communicant et en système d’alarme. 

Comment est-ce qu’il fonctionne ce “colocataire intelligent”?

Pour bien comprendre, prenons un cas concret: une nonanégaire vit seule dans son appartement, il lui suffit de dire bonjour Caru» pour que l’appareil enregistre son message vocal pendant 60 secondes. Message qui est aussitôt transmis à sa famille, via une application sur smartphone et les proches peuvent même y répondre directement. L’appareil permet aussi de passer un appel téléphonique ou d’envoyer un appel à l’aide en répétant simplement 2 fois “à l’aide”. Il est même possible d’analyser le comportement des utilisateurs et de détecter d‘éventuels écarts. Le capteur a déjà fait ses preuves puisqu’il est utilisé dans les centres de soins en Suisse et en Allemagne depuis fin 2018. Les investisseurs y croient aussi puisque la société vient de collecter 3 millions de francs supplémentaires. Comme quoi avec le monde de demain peut aussi faire preuve de bienveillance… 

 

Continuer la lecture