Rejoignez-nous

Actualité

Pour un e-voting en mains publiques à Genève

Publié

,

le

Représentants du PS, le conseiller national Carlo Sommaruga et le député genevois Cyril Mizrahi, ont plaidé jeudi pour un un système d'e-voting en mains publiques. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le PS genevois a déposé un projet de loi pour que le système de vote électronique utilisé à Genève reste en mains publiques. A ses yeux, la seule alternative existante, un système développé par une société privée espagnole exploité par la Poste, est inacceptable.

Le Conseil d’Etat a annoncé la fin de l’exploitation du système de vote électronique CH-Vote en 2020. « Il l’a décidé tout seul sans passer par le Parlement », a déclaré Cyril Mizrahi, député PS, jeudi devant la presse à Genève.

Le PS estime que le législatif ou le peuple genevois doivent pouvoir se prononcer sur le sujet, a-t-il poursuivi. « On demande aujourd’hui au gouvernement de revenir sur sa décision et de poursuivre son effort », a ajouté son camarade, le conseiller national Carlo Sommaruga.

Motion à Berne

Déposé le 12 décembre, le projet de loi demande, outre un e-voting en mains publiques, un système développé en open source et qui permette une vérification individuelle et universelle du système. Sans oublier la sensibilisation nécessaire des citoyens.

Le texte est appuyé par les Verts et Ensemble à gauche (EAG). Une motion poursuivant le même objectif a été déposée au niveau fédéral par Carlo Sommaruga.

Monopole de la Poste

L’abandon du système genevois aurait pour conséquence la disparition du seul système en main d’une collectivité publique, a déploré M. Mizrahi. Il laisserait pour unique choix à l’ensemble des cantons suisses celui de se tourner vers le système opaque exploité par la Poste et développé par la société privée espagnole Scytl, dont les capitaux sont nord-américains.

A l’horizon 2020, neuf cantons devraient avoir adopté ce système. Sur les six qui utilisent le système genevois, Lucerne, Argovie et Vaud n’ont pas précisé leurs intentions.

Ou retour en arrière

L’autre voie consiste à renoncer au vote électronique. Ce qui serait problématique pour les 170’000 Suisses de l’étranger, ou les personnes en situation de handicap, notamment aveugles, a relevé le socialiste. Cela encouragerait aussi l’abstention. A Genève, 15% des électeurs ont voté par voie électronique lors du scrutin du 23 septembre 2018, ainsi que 20% des 18-39 ans.

Un certain nombre de cantons n’accepteront pas un vote électronique privatisé. « C’est ce qu’a décidé hier soir le canton du Jura », a relevé le député vert Pierre Eckert.

Au niveau fédéral, une procédure de consultation a été lancée mercredi par le gouvernement. Elle vise à mettre un terme à la phase d’essai et à inscrire le vote électronique comme un canal à part entière dans la loi. Le texte ne donne cependant aucune garantie quant au caractère public du système, a constaté M. Mizrahi.

Mutualiser les coûts

Pour Carlo Sommaruga, « le vote électronique est en danger » suite aux décisions prises par Genève pour raisons financières. Le développement du système coûte certes cher: 6,7 millions pour la première génération.

Mais l’effort pour finaliser le système de deuxième génération conforme aux exigences de la Chancellerie fédérale se monte à 2,6 milions. Ce n’est pas une somme extraordinaire, a-t-il souligné, plaidant pour une mutualisation intercantonale des coûts de développement et d’exploitation.

En outre, Genève va quitter son rôle de leadership assuré depuis 2003, alors que son système utilisé plus d’une centaine de fois est extrêmement fiable, jusqu’à preuve du contraire, a regretté le conseiller national.

Appui des Verts et d’EAG

Même si le parti est plutôt opposé à l’e-voting, EAG soutient la démarche, a expliqué le député suppléant Pierre Bayenet. Il faut sauver le système en mains publiques. Un avis partagé par les Verts eux aussi plutôt sceptiques face au vote électronique.

Combien coûte le système de la Poste? on en a aucune idée, a relevé leur représentant Pierre Eckert. Sans compter qu’au vu de la diversité des votations et élections en Suisse, il faudra souvent demander à la société espagnole de changer les caractéristiques du vote, ce qui augmentera la facture.

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Malade, Greta Thunberg fait faux bond aux scientifiques à Davos

Publié

le

Attendue lundi devant des scientifiques à Davos trois jours après sa visite à Lausanne (ci-contre), Greta Thunberg est malade. (©KEYSTONE/JCB)

Greta Thunberg fait faux bond aux scientifiques pour le climat, à la veille du début du WEF à Davos. L’activiste suédoise est malade, selon un de ses porte-paroles. Elle devait normalement participer à une campagne avec plusieurs chercheurs, pour demander que les gouvernements cessent de subventionner les énergies non renouvelables.

Appelée « Unissez-vous derrière la science », cette nouvelle campagne a été lancée au camp de base arctique du Forum économique mondial (WEF), sur les hauteurs de la station grisonne. Annoncée, la jeune femme de 17 ans a renoncé « en raison de difficultés de calendrier », a expliqué dans la matinée une porte-parole de ces scientifiques. Avant qu’un porte-parole de la Suédoise explique à Keystone-ATS qu’elle est malade.

« Elle ne participera pas à d’autres événements aujourd’hui et se rétablit avant son discours demain », a-t-il ajouté lundi. La jeune activiste doit s’exprimer mardi à deux reprises au premier jour du WEF.

Soutien par un acteur américain

La nouvelle campagne veut mettre en avant des voix et des ressources pas suffisamment entendues. « Je ne veux pas que les dirigeants m’écoutent moi. Je veux que les dirigeants écoutent les scientifiques et qu’ils s’unissent derrière la science », affirme la Suédoise dans un communiqué. Dimanche, elle avait appelé sur les réseaux sociaux à éviter un « crimes contre l’humanité ».

Chaque décision politique, économique ou financière doit être prise pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C au total d’ici 2100, ont insisté les scientifiques. Outre Greta Thunberg, l’ancienne cheffe de la lutte pour le climat à l’ONU Christiana Figueres ou l’acteur américain Rainn Wilson soutiennent la nouvelle offensive.

Les scientifiques demandent aussi de mettre un terme à toute extension des carburants, investissements et subventions non renouvelables. Mais également de taxer la pollution plutôt que les revenus des individus.

Le charbon devra être abandonné d’ici 2030 dans les pays riches et d’ici 2040 dans tous les autres pays, insistent les responsables de la campagne. Egalement d’ici 2030, les moteurs à combustion interne ne devront plus être vendus et la moitié des zones terrestres devront être protégées.

Aide aux patrons et pour les dirigeants politiques

« Les scientifiques ont longtemps pensé que présenter simplement les dernières données et preuves du changement climatique convaincrait les dirigeants du besoin d’action », disent-ils. Mais au terme de la décennie la plus chaude jamais observée, « il est clair que les pires prévisions scientifiques sont devenues une réalité et deviennent pires encore ». Et de mentionner notamment les récents incendies en Australie.

Le public doit comprendre les besoins scientifiques et mettre la pression sur leurs dirigeants pour une action adaptée, ajoutent-ils encore. La campagne lancée lundi doit s’adapter aux nouvelles données et urgences climatiques. « Nous ne pouvons plus accepter une action insuffisante », dit le fondateur du camp de base arctique, Gail Whiteman.

« Les fondations de notre transformation économique vers la neutralité carbone doivent être justes et établies selon la science », a expliqué de son côté Mme Figueres. Selon elle, cette campagne va aider les patrons, les investisseurs et les responsables politiques.

Mardi, la randonnée pour le climat de Strike WEF doit arriver à Davos au terme de trois jours de marche et de débats. Les participants étaient plus de 1000 dimanche mais seuls 350 ont poursuivi lundi depuis Schiers, selon les organisateurs.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

La Poste du Petit-Lancy se modernise et fait peau neuve

Publié

le

Les nouveautés: la bouche à colis et les automates à versements

Ce lundi, a été inaugurée la filiale modernisée de La Poste du Petit-Lancy, la quatrième de ce type dans le canton de Genève. Elle offre désormais plusieurs nouveautés dans le domaine du numérique et donne une place privilégiée au conseil client personnalisé.

Les clients de l’office de poste du Petit-Lancy ont découvert ce matin le nouveau visage de leur poste dans sa version modernisée. Elle est la quatrième filiale genevoise après celles de Plainpalais, de Chêne-Bourg et de Balexert à présenter ces modifications. Une modernisation qui se décline en trois points précis. Les détails de Laurent Savary, Responsable communication de La Poste pour la Suisse Romande.

Laurent Savary Responsable communication de la Poste pour la Suisse Romande

 

Conseiller les clients

En dehors des nouveautés numériques, l’une des principales modifications de cette filiale modernisée est un changement de politique de la part du géant jaune. La Poste à pour volonté désormais de conseiller d’avantage ses clients afin de leur faire gagner du temps. Les explications de Laurent Savary, Responsable communication de La Poste pour la Suisse Romande.

Laurent Savary Responsable communication de la Poste pour la Suisse Romande

 

Un espace plus épuré

Véritables épines dorsales du géant jaune, les filiales postales sont modernisées en suivant l’évolution de la société. En plus des bouches à colis et des automates à versements, La Poste a voulu se doter d’un espace plus épuré où les clients et les employés peuvent circuler sans se sentir à l’étroit, ainsi que d’un coin réservé aux enfants. L’éclairage a également été modifié pour être plus chaleureux que le précédent. L’objectif de toutes ces modifications est simple: faire en sorte que les clients se sentent à l’aise.

Ce processus de modernisation initié en 2018, s’inscrit dans la plan de rénovation de 300 succursales en Suisse d’ici 2022. Le coût total des travaux est de 40 millions de francs. À Genève, les prochaines succursales à être modernisées sauf imprévu devraient être les filiales de Thônex, Meyrin, Jonction et Pâquis.

Continuer la lecture

Hockey sur glace

JOJ : la moisson de médailles helvétique se poursuit

Publié

le

La Grisonne Berenice Wicki a enlevé le bronze en half-pipe derrière la paire nippone Mitsuki Ono - Manon Kaji. (©KEYSTONE/JCB)

L’état de grâce se poursuit pour l’Equipe de Suisse aux Jeux Olympiques de la Jeunesse à Lausanne. Les épreuves de snowboard ont aux Helvètes de monter quatre fois sur le podium lundi.

Le snowboard est un pourvoyeur de médailles pour la délégation suisse aux Jeux olympiques de la Jeunesse. A Leysin, Berenice Wicki  a apporté à la délégation suisse sa dix-huit médaille à la mi-journée. Troisième de la qualification, la Grisonne a pu conserver son rang au terme de la finale en half-pipe. Elle n’a été devancée que par les Japonaises Mitsuki Ono et Manon Kaji.

Trois autres représentants rouges à croix blanche lui ont emboîté le pas. Valerio Jud a remporté la seule médaille d’or helvétique en cross, portant ainsi à neuf le nombre de titres olympiques junior de ces Jeux lausannois. Anouk Doerig a décroché le bronze de la discipline côté féminin.  Le Zurichois Nick Pünter a complété le tableau en terminant troisième du slopestyle.

Hockey sur glace: les Suissesses battues en demi-finale

En hockey sur glace, l’Equipe de Suisse féminine s’est inclinée en demi-finales contre la Suède (0-2). Les Suissesses joueront la finale pour les troisième et quatrième pour médaille de bronze mardi (17h) à la Vaudoise Arena face à la formation de la rencontre Japon – Slovaquie.

 

 

 

Keystone/ATS/bb

Continuer la lecture

Actualité

Une motion pour faire avancer le dossier du parking des Alpes

Publié

le

Détruire le parking des Alpes à Genève pour en faire un immeuble d’habitation avec un parking souterrain: voilà le projet de la Fondation des parkings. Une motion a été déposée au Conseil communal pour faire avancer ce dossier qui traîne.

Trop petit et trop étroit, le parking des Alpes à Genève, qui date des années 1970, ne répond plus aux normes et aux besoins actuels et est voué à la destruction. Mais comment le réhabiliter au mieux ? La question préoccupe la Fondation des parkings depuis plusieurs années déjà mais le dossier n’avance pas. Afin de faire bouger les choses, la conseillère municipale PDC Alia Chaker Mangeat a déposé mercredi une motion en urgence. Elle demande au Conseil municipal d’accélérer dans l’étude de ce dossier. Alia Chaker Mangeat.

Alia Chaker Mangeat Conseillère municipale

La Fondation des parkings de son côté a déjà pensé à plusieurs options. Le projet comprendrait un immeuble d’habitation de 45 appartements, ainsi qu’un, voire deux parkings de plusieurs centaines de places. Les précisions de Jean-Yves Goumaz, directeur général de la Fondation des parkings.

Jean-Yves Goumaz Directeur général de la Fondation des parkings

Le projet a également pour but de désengorger le quartier des Pâquis, tout en créant éventuellement une zone piétonne au-dessus du parking.

 

Continuer la lecture

Actualité

Un bilan positif pour le Léman express après un mois d’exploitation

Publié

le

Le succès est au rendez-vous pour le Léman express après 35 jours d’exploitation. Selon les premières estimations, le RER genevois transporte 25’000 voyageurs par jour en moyenne entre Coppet et Annemasse et entre Genève et la Plaine.

Et ce chiffre devrait grimper encore ce mercredi puisque la fin de la grève du côté français est annoncée. Les Regio express en provenance du canton de Vaud vont pouvoir poursuivre leur tracé en Haute-Savoie et drainer davantage de passagers de France voisine.

Les problèmes de places aux heures de pointe constatés à Annemasse, devraient se résoudre avec la fin de la grève, selon Mario Werren, le directeur de Lémanis, la société bi-nationale qui gère le Léman express.

Mario Werren Directeur de Lémanis

Les deux compositions du Léman express peuvent accueillir 400 places assises et environ le même nombre debout. Ces prochains mois constituent une phase de rodage, selon le directeur du Lémanis. Les réglages sont nécessaires dans un réseau d’une telle importance qui, on le rappelle, est le plus grand réseau ferroviaire transfrontalier d’Europe.

Du côté des transports publics genevois, un beau succès également pour la nouvelle  ligne de tram 17 qui va jusqu’à Annemasse.

600’000 personnes l’ont empruntée en un mois. Elle devient ainsi la 5ème ligne de tram la plus fréquentée.

Denis Berdoz, le directeur des TPG.

Denis Berdoz Directeur des Transports publics genevois

Notez que cette ligne transfrontalière existait il y 80 ans et elle a été démantelée.

Comme un vrai métro

Les TPG se félicitent également de leur choix d’avoir fait converger leurs lignes de bus vers le Léman express. Le RER genevois fonctionne comme une colonne vertébrale pour tout le réseau de transports. Denis Berdoz

Denis Berdoz Directeur des Transports publics genevois

Et  les arrêts TPG autour des gares léman express de Lancy-Bachet et Lancy-Pont-Rouge sont les plus fréquentés. Ils sont suivis des arrêts à proximité des gares de Chêne-Bourg et des Eaux-vives.

Une évaluation plus précise des chiffres de fréquentation devrait être faite en mai ou en juin. Les opérateurs ont mis sur pied une Task force, une plateforme d’échange, pour les réglages fins du réseau, la signalisation notamment, qui n’est pas encore très claire par endroit.

 

 

 

 

 

 

Continuer la lecture