Rejoignez-nous

Actualité

Pour un e-voting en mains publiques à Genève

Publié

,

le

Représentants du PS, le conseiller national Carlo Sommaruga et le député genevois Cyril Mizrahi, ont plaidé jeudi pour un un système d'e-voting en mains publiques. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le PS genevois a déposé un projet de loi pour que le système de vote électronique utilisé à Genève reste en mains publiques. A ses yeux, la seule alternative existante, un système développé par une société privée espagnole exploité par la Poste, est inacceptable.

Le Conseil d'Etat a annoncé la fin de l'exploitation du système de vote électronique CH-Vote en 2020. "Il l'a décidé tout seul sans passer par le Parlement", a déclaré Cyril Mizrahi, député PS, jeudi devant la presse à Genève.

Le PS estime que le législatif ou le peuple genevois doivent pouvoir se prononcer sur le sujet, a-t-il poursuivi. "On demande aujourd'hui au gouvernement de revenir sur sa décision et de poursuivre son effort", a ajouté son camarade, le conseiller national Carlo Sommaruga.

Motion à Berne

Déposé le 12 décembre, le projet de loi demande, outre un e-voting en mains publiques, un système développé en open source et qui permette une vérification individuelle et universelle du système. Sans oublier la sensibilisation nécessaire des citoyens.

Le texte est appuyé par les Verts et Ensemble à gauche (EAG). Une motion poursuivant le même objectif a été déposée au niveau fédéral par Carlo Sommaruga.

Monopole de la Poste

L'abandon du système genevois aurait pour conséquence la disparition du seul système en main d'une collectivité publique, a déploré M. Mizrahi. Il laisserait pour unique choix à l'ensemble des cantons suisses celui de se tourner vers le système opaque exploité par la Poste et développé par la société privée espagnole Scytl, dont les capitaux sont nord-américains.

A l'horizon 2020, neuf cantons devraient avoir adopté ce système. Sur les six qui utilisent le système genevois, Lucerne, Argovie et Vaud n'ont pas précisé leurs intentions.

Ou retour en arrière

L'autre voie consiste à renoncer au vote électronique. Ce qui serait problématique pour les 170'000 Suisses de l'étranger, ou les personnes en situation de handicap, notamment aveugles, a relevé le socialiste. Cela encouragerait aussi l'abstention. A Genève, 15% des électeurs ont voté par voie électronique lors du scrutin du 23 septembre 2018, ainsi que 20% des 18-39 ans.

Un certain nombre de cantons n'accepteront pas un vote électronique privatisé. "C'est ce qu'a décidé hier soir le canton du Jura", a relevé le député vert Pierre Eckert.

Au niveau fédéral, une procédure de consultation a été lancée mercredi par le gouvernement. Elle vise à mettre un terme à la phase d'essai et à inscrire le vote électronique comme un canal à part entière dans la loi. Le texte ne donne cependant aucune garantie quant au caractère public du système, a constaté M. Mizrahi.

Mutualiser les coûts

Pour Carlo Sommaruga, "le vote électronique est en danger" suite aux décisions prises par Genève pour raisons financières. Le développement du système coûte certes cher: 6,7 millions pour la première génération.

Mais l'effort pour finaliser le système de deuxième génération conforme aux exigences de la Chancellerie fédérale se monte à 2,6 milions. Ce n'est pas une somme extraordinaire, a-t-il souligné, plaidant pour une mutualisation intercantonale des coûts de développement et d'exploitation.

En outre, Genève va quitter son rôle de leadership assuré depuis 2003, alors que son système utilisé plus d'une centaine de fois est extrêmement fiable, jusqu'à preuve du contraire, a regretté le conseiller national.

Appui des Verts et d'EAG

Même si le parti est plutôt opposé à l'e-voting, EAG soutient la démarche, a expliqué le député suppléant Pierre Bayenet. Il faut sauver le système en mains publiques. Un avis partagé par les Verts eux aussi plutôt sceptiques face au vote électronique.

Combien coûte le système de la Poste? on en a aucune idée, a relevé leur représentant Pierre Eckert. Sans compter qu'au vu de la diversité des votations et élections en Suisse, il faudra souvent demander à la société espagnole de changer les caractéristiques du vote, ce qui augmentera la facture.

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Swiss Re: les catastrophes naturelles ont pénalisé les assureurs

Publié

le

L'an dernier, les dommages des catastrophes naturelles couverts par les assureurs ont augmenté de 3,3% à 125 milliards de dollars, en partie sous l'effet de "l'inflation exceptionnelle", selon Swiss Re (archives). (© KEYSTONE/AP/Jorge Sanchez)

Les catastrophes naturelles ont fait gonfler les frais des assureurs en 2022, l'inflation faisant monter la facture, indique mercredi Swiss Re. En hausse depuis 30 ans, les coûts risquent d'augmenter encore avec le changement climatique, note le réassureur.

L'an passé, les pertes économiques engendrées par la catastrophes naturelles se sont chiffrées à 275 milliards de dollars, en baisse de 5,8% par rapport aux 303 milliards de 2021, indique le groupe suisse dans un communiqué.

Mais les dommages couverts par les assureurs ont augmenté de 3,3% à 125 milliards de dollars, en partie sous l'effet de "l'inflation exceptionnelle", explique Martin Bertogg, le directeur de la couverture des catastrophes, cité dans le communiqué.

L'inflation a fait grimper les frais de dédommagements notamment pour les bâtiments, habitations et véhicules endommagés par les catastrophes naturelles.

Entre la hausse des coûts des matériaux et la pénurie de main d'oeuvre, les coûts des réparations dans le bâtiment ont augmenté de 40% aux Etats-Unis, soit davantage que l'inflation.

"Si l'inflation redescendra peut-être, la concentration accrue de valeur dans des endroits vulnérables aux catastrophes naturelles reste un facteur clé d'augmentation des pertes", prévient M. Bertogg.

Plutôt que la force destructrice de la nature, c'est la concentration et l'accumulation de richesses dans des endroits exposés avec l'urbanisation croissante qui conduit à une hausse des pertes, souligne Swiss Re dans une étude annuelle sur le secteur de l'assurance.

Le groupe qui sert d'assureur aux assureurs réalise chaque année depuis 1970 une évaluation des pertes économiques et frais.

L'année 2022 est la quatrième année la plus coûteuse enregistrée depuis pour les assureurs, les frais de dédommagements augmentant en moyenne 5 et 7% par an depuis 30 ans.

"Nous nous attendons à ce que cette tendance continue", prévient le réassureur, en raison de "la sévérité grandissante des pertes avec la hausse des propriétés et actifs exposés au risque, l'expansion urbaine continue, la croissance économique et l'intensification des risques dus aux effets du changement climatique en toile de fond".

L'ouragan Ian est la catastrophe naturelle la plus coûteuse de 2022, avec des frais estimés entre 50 et 65 milliards de dollars, ce qui en fait le deuxième ouragan le plus couteux après l'ouragan Katrina en 2005.

Mais "toutes les régions du monde ont souffert d'un événement majeur", relève le réassureur.

Les tempêtes hivernales dans le Nord-Ouest de l'Europe en février ont coûté 4 milliards de dollars aux assureurs, suivies en mai et juin en France par des coûts record pour des tempêtes de grêle, de 5 milliards de dollars.

Les frais de dédommagements pour les inondations en Australie se sont montés à 4,3 milliards de dollars tandis que la sécheresse au Brésil a coûté 1 milliard de dollars avec les pertes agricoles dans le soja et le maïs.

Les inondations en Afrique du Sud ont elles coûté 1,5 milliard de dollars.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Economie

La Suisse entre dans le top 10 des pays importateurs de champagne

Publié

le

Les importations cde champagne ont augmenté de près de 4% ern Suisse en 2022 par rapport à l'année précdente (Photo prétexte). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Le champagne a toujours plus la cote en Suisse. Avec plus de 6,3 millions de bouteilles importées en 2022, la hausse a atteint 3,9% par rapport à l'année précédente. La Suisse entre ainsi dans le top 10 des pays importateurs du breuvage champenois.

Le chiffre d'affaires réalisé sur le marché suisse avec le champagne a même grimpé de 15,7% pour cent par rapport à 2021 et a atteint 145,3 millions d'euros, a indiqué le Bureau du Champagne Suisse.

La Suisse s'est ainsi hissée à la 8e place du classement mondial des importateurs de champagne. La première place des pays importateurs de champagne est occupée par les Etats-Unis, suivis du Royaume-Uni et du Japon. Le marché suisse est certes relativement petit, mais la demande soutenue fait de ce pays un marché important pour l'industrie du champagne, poursuit le communiqué.

À titre de comparaison, la quantité totale de champagne exportée de France en 2022 s'élevait à 325,5 millions de bouteilles (+1,5%), selon les données. Et la valeur de toutes les exportations a en outre dépassé pour la première fois la barre des 6 milliards d'euros.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Rebond surprise de l'inflation au Royaume-Uni à 10,4% en février

Publié

le

Les prix de l'alcool en hausse dans les pubs et restaurants ont largement contribué à ce rebond surprise tout comme "l'alimentation et les boissons non alcoolisées, qui ont grimpé au rythme le plus rapide depuis plus de 45 ans (archives). (© KEYSTONE/AP/ALBERTO PEZZALI)

L'inflation est repartie à la hausse à 10,4% sur un an en février au Royaume-Uni contre 10,1% en janvier. Le renchérissement a été tirée notamment par les prix de l'alimentation et des vêtements, a indiqué mercredi l'Office national des statistiques (ONS).

"Les prix de l'alcool en hausse dans les pubs et restaurants" ont largement contribué à ce rebond surprise tout comme "l'alimentation et les boissons non alcoolisées, qui ont grimpé au rythme le plus rapide depuis plus de 45 ans", souligne Grant Fitzner, économiste de l'ONS.

"Le recul de l'inflation n'est pas inévitable, nous devons donc nous en tenir à notre plan de diviser par deux l'inflation cette année", a insisté le ministre des Finances Jeremy Hunt dans un communiqué, à la veille d'une décision de la Banque d'Angleterre sur les taux d'intérêt.

Celle-ci doit à la fois agir pour calmer l'envolée des prix en pleine crise du coût de la vie au Royaume-Uni, mais aussi ménager la croissance dans un pays au bord de la récession.

Un contexte économique qui pourrait encore être obscurci par les turbulences financières dans la foulée d'une série de banques régionales américaines et du rachat précipité du géant suisse Credit Suisse par UBS.

"Si l'inflation a grimpé en février, les perspectives pour les mois à venir ont l'air moins sombres grâce à la baisse des prix de gros de l'énergie", tempère toutefois Alpesh Paleja, économiste de la CBI, la principale organisation patronale britannique.

Il note cependant que cette année va rester "un environnement d'inflation élevée pour les ménages comme les entreprises" et se félicite de la décision du Chancelier de l'Echiquier - titre officiel de Jeremy Hunt - de prolonger un plafond des prix de l'énergie.

M. Paleja invite toutefois pour le long terme le gouvernement à "renforcer la résilience énergétique" du pays en investissant dans les énergies renouvelables produites localement.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Culture

Printemps culturel: 50 événements autour des Amériques noires

Publié

le

Licia Chery donnera un concert acoustique lors de la soirée d'ouverture de ce mercredi (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La 5e édition du Printemps culturel neuchâtelois (PCN), qui commence mercredi soir et qui va se terminer le 21 juin, va proposer une cinquantaine d'événements autour des Amériques noires. L'écrivain Patrick Chamoiseau va ouvrir la manifestation.

L'auteur martiniquais, Patrick Chamoiseau, Prix Goncourt 1992 pour "Texaco", évoquera mercredi à 18h00 au Musée d'art et d'histoire de Neuchâtel la manière dont la création et l’art - de la danse à la musique en passant par le conte - offrent un espace unique qui émancipe des multiples esclavages. La soirée d'ouverture se poursuivra avec un concert acoustique de la chanteuse et animatrice Licia Chery.

Outre Patrick Chamoiseau, la manifestation va accueillir l'écrivain et essayiste sénégalais, Felwine Sarr, qui est l'auteur du best-seller mondial "Afrotopia", qui appelle à déconstruire les modes de pensée "pour s’engager dans une politique sans prédation". L'auteur sera au Club 44 à La Chaux-de-Fonds le 1er juin à 20h15.

"Du Brésil aux confins du Canada et des rivages de Cuba aux Etats-Unis, c’est une traversée par-delà l’océan Atlantique" que le PCN propose, ont indiqué les organisateurs. Les précédentes éditions avaient été consacrées à l’Iran, Sarajevo, le Grand Nord et le Sahel.

Drapeaux aux couleurs panafricaines

Pendant trois mois, 32 acteurs culturels neuchâtelois vont proposer des conférences, des débats, des concerts, des visites guidées, des pièces de théâtre, des expositions ou des films sur les Amériques noires. Le public pourra partir à la rencontre des populations issues de la grande migration forcée de l’esclavage, arrachées au continent africain pour prendre racine dans l’immensité des Amériques, donnant naissance à des formes de cultures et d’expressions inédites.

"Ces mondes en mouvement sont aujourd’hui porteurs de questions, de revendications plus que jamais au c½ur de l’actualité, ici comme ailleurs", ont précisé les organisateurs.

L'agence de communication neuchâteloise Supero a uni visuellement tous les drapeaux des pays membres de l’Organisation des Etats américains grâce aux couleurs panafricaines. Une exposition en plein air de drapeaux au centre-ville de Neuchâtel aura lieu du 5 avril au 7 mai.

Depuis sa création en 2015, le PCN a permis à plus de 40 institutions culturelles et privées de proposer plusieurs centaines d'événements et de rencontres à un large public.

www.printempsculturel.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

EPFL Pavilions: explorer la connexion à la lumière

Publié

le

La nouvelle exposition d’EPFL Pavilions met en lumière le pouvoir de la lumière à travers le prisme de l'art et relève l'importance de s'y exposer (photo prétexte). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'exposition d’EPFL Pavilions "Lighten Up! On Biology and Time" explore par le prisme de l’art la relation entre les organismes vivants et le cycle de la lumière. Dès vendredi et jusqu'au 30 juillet, 19 installations rappellent l’importance pour la santé d’une exposition régulière à la lumière naturelle.

Tous les organismes vivants ont intégré ce cycle entre lumière et obscurité sous la forme de rythmes circadiens qui préparent au mieux le fonctionnement du corps à chaque moment de la journée. Une exposition suffisante à la lumière, aux heures appropriées, peut avoir un impact significatif sur le système immunitaire, la qualité de sommeil, la vigilance, l'humeur et influe sur le bien-être global et la santé.

A travers une grande variété d’approches et d’expériences artistiques, "Lighten Up!" explore la connexion à la lumière et le rôle crucial que jouent les rythmes circadiens. Les ½uvres d’art célèbrent le pouvoir et la beauté de la lumière du jour, initient aux secrets des horloges biologiques, imaginent des alternatives à la représentation du temps ou sondent les mystères du sommeil et des rêves. Elles sont signées d’artistes et architectes de renom tels qu’Olafur Eliasson, James Carpenter, Liliane Lijn ou Colin Fournier.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture