Rejoignez-nous

Blog

Mais qui êtes-vous Monsieur Maudet ?

Publié

,

le

Les turbulences se sont installées dans la République et Canton de Genève. Notre ex-président (provisoirement) du Conseil d’Etat Pierre Maudet a créé la surprise avec son premier échec professionnel voir même personnel. Est-il encore utile de rappeler son mensonge au sujet de son voyage à Abu Dhabi en novembre 2015 dont on sait aujourd’hui qu’il était officiel et non pas privé ? Non.

Depuis deux semaines, Genève vit au rythme du communiqué du Ministère public qui demande la levée d’immunité de Pierre Maudet pour l’entendre en qualité de prévenu, des réactions des partis politiques envers et contre le magistrat, sans oublier les coups portés par son propre parti, le PLR. Le Conseil d’Etat a tranché pour le bon fonctionnement des institutions en lui retirant la police, l’aéroport et la présidence. Mais Pierre Maudet est solide et il est loin de jeter l’éponge… La démission ? Pas pour lui, il faudra le contraindre.

On connait l’animal politique Maudet. Celui que l’on surnomme le prodige, le virtuose de la politique. Les Genevois ont rêvé de le voir siéger au Palais fédéral. La comparaison avec le président français Emmanuel Macron a même surgi. Un rêve aujourd’hui brisé. Nul ne sait ce que l’avenir lui réservera.

Mais derrière la bête politique quel homme est Pierre Maudet? De lui, on ne sait que peu de choses. Il est grand, il est fin, il est juriste, gradé à l’armée, il est marié, père de famille et sportif. Il ne s’attarde jamais sur sa vie privée. Au fond, on peut imaginer qu’il y a un petit Pierre qui dort dans le corps du grand Maudet. Il lui reste peut-être une carte à jouer. Répondre à la question suivante : qui est Pierre Maudet ? Il faut aujourd’hui qu’il donne un peu de lui-même. Il le doit aux Genevois. Il sait se montrer humain, comme il l’a fait au détour d’un café ici ou là avec bon nombre de personne. L’accessibilité n’est pas un vilain défaut en politique. Cher Pierre, vous avez l’aura. Vous avez le talent politique, soyez juste plus humain en somme. A vous de jouer.

@GhufranBron

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blog

Interview : Capharnaüm, film primé à Cannes, sort en salles

Publié

le

Ce mercredi sort dans les salles romandes le film Capharnaüm, troisième long-métrage de la réalisatrice libanaise Nadine Labaki. Primé à Cannes, le film traite de nombreux sujets de société, qui touchent notamment le Liban, mais pas seulement. Rencontre.

Maltraitance des enfants, mariages forcés, crise des réfugiés, Capharnaüm est un film à fort vecteur politique. Vainqueur du Prix du Jury à Cannes en mai dernier, le long-métrage se concentre sur la vie de Zain, douze ans au plus, qui décide un jour d’attaquer ses parents devant la justice pour l’avoir mis au monde.

De ce synopsis découle un véritable récit de vie, entre la pauvreté de ces familles et les différentes crises qui touchent le pays. Pour renforcer l’aspect crédible de son oeuvre, Nadine Labaki a tenu à engager des « non acteurs » pour son métrage. Les acteurs sont, au même titre que les personnages, des réfugiés et des sans-papier.

Retrouvez ici notre interview complet avec Nadine Labaki pour son film Capharnaüm :

Nadine Labaki

Le film sera projeté en salles dès le 17 octobre

Continuer la lecture

Blog

Radio Lac à la 5e édition d’Everybody’s Perfect

Publié

le

La cinquième édition du Festival Everybody’s Perfect se déroule à Genève jusqu’au 21 octobre. 

Le festival, d’une durée de dix jours, s’articule autour des grands thèmes liés aux minorités LGBTIQ. Des soirées film-débat, des projections, des ateliers et expositions ou encore des conférences, le festival se déploie sur plusieurs axes.  L’occasion de discuter, échanger, réfléchir autour des court et long métrages projetés. Une édition qui marque par ailleurs un passage à un rythme annuel pour le festival.

Radio Lac était en direct du festival le samedi 13 octobre dernier. Retrouvez ici l’intégralité de cette émission :

 Radio Lac en direct du festival Everybody's Perfect 1/2

 Radio Lac en direct du festival Everybody's Perfect 2/2

Toutes les informations concernant le festival sont à retrouver sur le site internet.

Continuer la lecture

Blog

L’affaire Maudet expliquée aux Vaudois

Publié

le

Pierre Maudet a admis avoir "caché une partie de la vérité" sur son voyage controversé à Abu Dhabi fin 2015.

Les médias protégeant leurs sources, on ne sait jamais très bien qui les inspire, qui les informe et qui confirme au moment des vérifications. Ça fait complètement partie du jeu. Et comme on ne sait pas, on peut tout imaginer. Tout devient possible entre l’hypothèse la plus simple (qui est aussi la plus probable en général) et les théories du complot les plus sinueuses.

Quand des médias allument et alimentent une affaire d’Etat dans le canton de Vaud, on peut en général deviner en gros d’où ça vient. C’est assez standard. Il peut évidemment s’agir d’une personne quelconque, qui est au courant de quelque chose qui a heurté sa morale. Ou qui saisit l’occasion de régler des comptes (assez répandu parmi les fonctionnaires, mais pas seulement). En période électorale, entre une élection au Conseil d’Etat et des élections fédérales par exemple, la probabilité augmente que les informateurs aient des sensibilités politiques partisanes. Attention : des tentatives de déstabilisation peuvent aussi avoir lieu, et des comptes se régler à l’intérieur d’un même parti.

Le rôle du PDC

Si les Vaudois ont tant de peine à comprendre la politique à Genève, ce n’est pas seulement parce qu’ils pensent que les Genevois ont le même problème avec eux. C’est surtout parce que le parti démocrate chrétien est une formation qui compte là-bas, ce qui n’est pas le cas chez eux.

Les Vaudois ont tendance à penser que les Genevois sont plus protestants qu’eux parce que Genève est la Cité de Calvin. Pas du tout. Une partie très significative du canton n’a jamais connu la Réforme. Douze communes savoisiennes adjointes à Genève en 1816 (Traités de Paris et de Turin), et six transférées du Pays de Gex (côté aéroport). Des communes très peuplées aujourd’hui. Les Genevois pensent que les Vaudois savent cela. Ce n’est pourtant guère le cas (les Genevois ne savent pas non plus grand-chose des Vaudois).

Le Parti catholique conservateur, devenu plus tard démocrate-chrétien, joue donc un rôle tout à fait significatif à Genève. Depuis tout de même deux cents ans. Il est représenté au gouvernement, ce qui est inconcevable côté vaudois. S’agissant du Conseil d’Etat précisément, le canton s’était accommodé ces derniers temps d’une sorte d’équilibre entre libéraux-radicaux (PLR) et démocrates-chrétiens (PDC). Aux dernières élections, le PDC a toutefois perdu un siège précieux et prestigieux. Par manque de soutien des PLR selon toute apparence, en bonne partie du moins et malgré les déclarations de campagne. Une véritable humiliation.

Le PLR Pierre Maudet, lui, a été triomphalement élu au premier tour, avec voie royale vers la présidence du futur gouvernement. A Genève, dans ce genre de circonstance, vous pouvez compter jusqu’à dix et c’est le chaos. Indépendamment du voyage au Moyen-Orient que l’on reproche aujourd’hui à Maudet. Des questions sur ce voyage se posaient d’ailleurs dans la république politicienne depuis un certain temps déjà.

Frères ennemis

Cette affaire aurait peut-être pu sortir bien avant ou bien après. Alors pourquoi maintenant ? Il n’y a aucune certitude, mais tout de même une probabilité assez élevée qu’un, ou des informateurs PDC (ou un proches du PDC et du dossier) aient joué individuellement un rôle dans ce timing. Et ce n’est certainement pas le président du parti, dont le manque de soutien ostensible à Pierre Maudet depuis le début de l’affaire semble tellement répondre au manque de soutien des PLR lors de la malheureuse tentative de réélection du PDC Luc Barthassat (mais peut-on demander à un président blessé par la défaite de faire front comme la plupart de ses camarades aux récupérations programmées et légitimes de la gauche?).

Ce que les Vaudois ne comprennent pas toujours non plus de la politique dans le Valais, Fribourg ou le Jura, c’est ce que représente encore concrètement la rivalité séculaire des démocrates-chrétiens et libéraux-radicaux. Ils peuvent fort bien s’entendre philosophiquement face aux pressions extérieures. Surtout dans les affaires courantes. C’est beaucoup plus tangent lors d’élections, ou s’agissant de répartition des postes-clés de l’Etat. Les soupçons ne sont jamais loin. La détestation peut tout d’un coup reprendre le dessus. Viscéralement, comme au XIXe siècle à l’époque du Kulturkampf. A Genève, elle est équitablement répartie des deux côtés. Sans monopole en matière de coups bas. Dans ces moments-là, même les deux partis en tant que tels, leurs directions, leurs personnalités de référence, ne parviennent plus à désamorcer la dynamique dévastatrice.

Continuer la lecture

Blog

Pierre Maudet ou l’impossible salut

Publié

le

Pierre Maudet est encore conseiller d’Etat. Le gouvernement genevois l’a maintenu en poste ce jeudi. Il a certes perdu encore un peu de ses prérogatives (présidence, police, aéroport), mais il est encore en vie. Et en politique, c’est l’essentiel.

Je le dis tout de go: le Conseil d’Etat genevois se trompe quand il pense préserver les institutions en retirant des dossiers phares à son collègue PLR. Au contraire, il déstabilise encore un peu plus le canton de Genève. « Cette réorganisation n’est pas une sanction », a souligné ce jeudi le nouveau président du Conseil d’Etat genevois, Antonio Hodgers. Cette précision, loin de rassurer, est de nature à plutôt inquiéter. Quel crédit peut-on désormais accorder à un collège qui refuse de sanctionner l’un des siens alors que celui-ci a gravement fauté? Va-t-on, lors de la présentation du programme de législature ou du budget, faire comme si de rien n’était? Comme si nous avions affaire à un collège uni, travaillant main dans la main? Quelle hypocrisie!

Pierre Maudet a menti. Il a menti à ses électeurs, il a menti aux médias, il a menti à son parti, il a menti à la commission de contrôle de gestion du Grand Conseil, il a menti à la justice et il a menti à ses collègues. Comme si cela ne suffisait pas, Pierre Maudet a « violé les règles du Conseil d’Etat en matière de procédure protocolaire et de non acceptation de cadeaux », selon les termes du communiqué de l’Exécutif de ce jeudi. Enfin, Pierre Maudet sera bientôt prévenu par la justice genevoise d’acceptation d’un avantage.

Ce dernier point est important. J’entends et lis ici et là des appels à respecter la présomption d’innocence et à laisser travailler la justice. Très bien, mais le sujet n’est plus là. Au fond, que Pierre Maudet soit condamné ou non dans le futur n’a aujourd’hui plus d’importance. Evidemment, s’il devait être reconnu coupable, sa carrière politique s’arrêterait net. Mais même s’il devait être blanchi, quel crédit les électeurs, sa famille politique, les députés, les médias, le Conseil d’Etat lui accorderaient encore? Auraient-ils toujours envie de partager leur destin avec lui?

Le Conseil d’Etat a-t-il pris la mesure de cet état de fait? On peut en douter. Se refusant à se « substituer à la justice », il élude ces questions préférant maintenir son collègue dans le jeu. Il fait le pari couard que le temps fera son oeuvre. Mais le temps n’arrangera rien à l’affaire!

De son côté, Pierre Maudet s’enferre dans le déni. Il répète à qui veut l’entendre qu’il a aujourd’hui encore l’énergie et la capacité à gouverner, qu’il n’est pas temps de « déclarer forfait ». Il est persuadé que la procédure pénale l’absoudra. Vaines idées.

C’est vrai: le mensonge n’est pas puni par la loi. Mais il est rédhibitoire en politique. Surtout lorsqu’il a été organisé collectivement en amont, comme le laisse supposer le Ministère public. Vu de Genève et désormais de Berne, les faits sont inacceptables. La confiance est rompue. Le bateau prend l’eau. Le capitaine Maudet doit prendre ses responsabilités. Procédure pénale engagée ou non.

Continuer la lecture

Blog

Pensions alimentaires, les conseils juridiques et moraux de l’équipe de Litigium

Publié

le

Pension alimentaire, mesures protectrices de l’union conjugale, MPUC, requête, convention, … autant de termes que chaque parent séparé a entendu sans parfois savoir ce qu’ils signifient et ce qui est pertinent pour son cas.

 

Présentation Sujets :

Calcul de la pension alimentaire

Quels éléments entrent en ligne de compte dans ce calcul ?

Pension alimentaire impayée

Droits et moyens de recouvrement ?

Auditeur 1 : Calcul pension alimentaire

Situation

Xavier (prénom d’emprunt)

• 45 ans
• Marié depuis 18 ans
• 2 enfants 12 + 15
• Cadre bancaire au salaire de + de Frs 18 000
• Propriétaire d’un appartement acquis durant le mariage
• Régime matrimonial : communauté des biens
• Son épouse vient de quitter le domicile conjugal suite à son infidélité
• Touche les allocations familiales ; Frs 300 x 2 = 600 Frs
• Paie l’entièreté des charges familiales y compris le loyer de Mme

Prétentions

• Que Madame augmente son temps de travail pour s’assumer financièrement les enfants étant grands
• Connaître exactement la pension alimentaire à payer pour les enfants et jusqu’à quand il doit les payer ?
• Connaître la pension alimentaire à payer pour Mme et jusqu’à quand il doit la payer ?
• Réduire les coûts de logement totaux de la famille et comment faire ?
appartement familial habité par Mr : environ Frs 2000 + appartement loué par Mme : Frs 2500

Epouse de Xavier

Maryline (prénom d’emprunt)

• 40 ans
• Enfants en commun avec Xavier
• Assistante médicale à 30% depuis la naissance du premier enfant
• Salaire en dessous de Frs 2000
• A quitté le domicile conjugal avec les deux enfants
• A pris un appartement au loyer de Frs 2’500 payé par Mr
• Son salaire lui sert « d’argent de poche »

Prétentions :

• Rester à 30% de travail pour avoir du temps libre
• Demander à Mr de continuer à payer toutes les charges de la famille vu que son salaire est important
• Avoir la garde des enfants 4 j / semaine + 1we / 2
• Demander une pension pour chaque enfant
• Percevoir les allocations familiales

La loi :

Pension pour Madame

Le couple est marié depuis 18 ans et Mme a travaillé à 30% dès la naissance du premier enfant. Elle travaille donc à 30% depuis 15 ans. De part le mariage et son taux d’occupation relativement bas, Mme a le droit, après divorce, à une pension alimentaire. Cette pension intervient pour maintenir Mme dans le niveau de vie qui était le sien pendant le mariage.
A-t-elle le droit à une pension à vie ? La réponse est non. Selon son âge, l’âge des enfants et son niveau d’éducation, il sera demandé à Mme de rehausser son taux d’occupation. Plus les enfants sont âgés et plus on pourra le lui demander. A l’inverse, plus elle est jeune, et plus on aura tendance à dire que le retour au travail sera «facile».
Outre ces éléments, si Mme retrouve un concubin, voire un mari, ses besoins seront revus à la baisse. Le nouveau droit considère que les concubins forment une communauté de toit, de table et de lit. Ils se doivent assistance, financièrement également. Attention pour Mr, les allocations familiales ne sont pas à déduire de la pension alimentaire. Il s’agit de deux prestations en argent différentes.

Pension pour les enfants

Les enfants ont évidemment le droit à une pension alimentaire. Ces derniers représentent une charge pour le parent détenant l’autorité parentale et la garde.
L’autre parent est donc débiteur et doit verser mensuellement un montant au parent gardien. Ce montant permet de couvrir une partie du loyer, la nourriture, l’habillement, les frais de santé, etc. Aucun montant strict n’est indiqué dans la loi.

Il existe deux méthodes :

La méthode du minimum vital :
Plus adaptée aux situations où le parent débiteur n’a pas beaucoup de moyens. On va se pencher sur la loi fédérale sur la poursuite pour dettes et faillites qui préconise un montant minimal que représente l’enfant à charge ainsi que le minimum vital en dessous duquel le débiteur ne peut pas être exposé.
La loi fédérale renvoie à la loi cantonale, à Genève ce sont les Normes d’insaisissabilité, qui attestent qu’en cas de deux enfants de plus de 10 ans, ces derniers représentent une charge minimale de CHF 600.00 pour le parent ayant la garde. Pour un débiteur vivant seul, son minimum vital est fixé à CHF 1’200 cette année.

La méthode des tabelles :
Nommées tabelles zurichoises, qui indiquent de manière approximative le coût que représente un enfant pour un parent gardien. Le coût varie selon le nombre d’enfant et leur âge (donner l’exemple pour le cas, soit 2 enfants). L’échelle doit être appréciée selon les cantons.

Le montant de la pension évolue-t-il avec le temps ? Quand s’arrête-t-elle ?
Oui, selon l’âge des enfants, les montants changent. On retient en pratique 3 tranches d’âges donnant lieu à 3
montants théoriques de pension différents : 1-6 ans ; 7-12 ans ; 13-18 ans.
La pension continue au-delà de la majorité si l’enfant continue une formation académique continue. La limite est toutefois fixée à 25 ans.

En tant que père, y a-t-il des cas où j’ai le droit de ne plus verser de pension ?
Oui, notamment quand il s’avère que le parent débiteur est traité comme un parent « payeur ». L’ordre juridique suisse protège énormément la notion de famille. Il prévoit notamment que les enfants doivent voir le parent débiteur.
Si les relations s’aggravent et que les enfants refusent de voir le parent débiteur, sans faute de ce dernier évidemment, ce dernier pourra requérir du Juge que le montant de la pension soit réduit, voire supprimé.

Conclusion

Les tabelles zurichoises donnent un aperçu des coûts que représentent les enfants mais n’ont pas force de loi. Chaque cas est différent et il faut apprécier toutes les conditions du cas d’espèce.

La morale :

Concernant Madame

Expliquer à Mme que la charge des 2 loyers est trop importante et que c’est dommage de demander aux enfants de quitter l’appartement où ils ont grandi.
Proposer à Mme de résilier le bail de l’appartement qu’elle loue actuellement pour revenir s’installer dans l’appartement familial avec les enfants.
Rechercher activement un appartement plus petit pour lui avec une chambre pour les deux enfants étant donné qu’ils ne sont au final là que 4 nuits + 4 jours de week-end par mois.
Essayer ainsi d’économiser au-moins 500 ou 700 francs par mois.
Remercier Mme pour l’implication qu’elle a eue durant toutes ces années pour les enfants et le bon fonctionnement du ménage et le prendre réellement en considération.
Comprendre que l’infidélité est souvent très douloureuse et que celui qui est trompé se sent rabaissé, bafoué et déstabilisé. Mme n’a pas choisi de voir son monde s’écrouler et elle va avoir besoin de temps pour se reconstruire.
Expliquer à Mme que la loi ne prévoit pas de facto un droit à la pension alimentaire après le divorce mais que le fait qu’elle se soit consacrée à l’entretien du ménage et à l’éducation des enfants lui en donne le droit mais que ce montant est souvent limité dans le temps par les Tribunaux et doit servir entre autres à lui donner la possibilité de
réintégrer le marché du travail en vu de retrouver une autonomie financière.
Expliquer à Mme que plus rapidement elle sera autonome financièrement et plus rapidement elle se sentira libre en réduisant sa dépendance vis-à-vis de lui.
Etant donné qu’elle ne souhaite plus avoir à faire à lui depuis la séparation elle a d’autant plus intérêt de s’assumer et mettre le plus de distance entre eux.

Concernant les enfants

Malgré la séparation ne jamais oublier que c’est le couple qui est terminé et non pas la famille. Les enfants ne sont pas responsables de l’amour ni du désamour des parents.
Faire passer l’intérêt des enfants comme unique priorité permet bien des considérations vis-à-vis de l’autre parent et rend les relations plus cordiales et agréables.
Pour Mme comme pour les enfants, donnez-vous les moyens de prendre vos propres décisions et répondez, ensemble à vos besoins et limites.
Une fois les accords trouvés, procédez ensemble à la requête de divorce à l’amiable sur un site comme par exemple « easydivorce.ch ».

Les liens utiles :

www.easydivorce.ch
• Communauté des biens

Pendant le mariage il y a trois catégories de biens : ceux de l’épouse, ceux de l’époux, et ceux qui appartiennent aux deux. Ces derniers, appelés biens communs, sont déterminés par les époux dans le contrat de mariage et divisés entre les époux en cas de dissolution du régime. Si les époux souhaitent opter pour le régime de la communauté des biens, ils doivent conclure un contrat de mariage.

• Aide au calcul de la pension alimentaire
• Informations générales sur le divorce et ses effets
• Responsabilisation des couples dans les choix à prendre
• Coûts du divorce fortement réduits

www.ge.ch/justice/separation-divorce#divorce
• Renseignements généraux sur le divorce et ses effets
• Informations sur les procédures, les documents nécessaires et leurs coûts

Les différences pour le canton de Vaud ;
• Les bases légales sont identiques pour Genève et Vaud
• Il faudra uniquement adapter les coûts par rapport au Canton de Vaud

Auditeur 2 : Non-paiement de la pension alimentaire

Situation

Maud (prénom d’emprunt)
• 38 ans
• Divorcée depuis 3 ans
• 1 enfant 10 ans
• Lors du divorce :
Assistante de direction + de Frs 7’000
Vivait à GE
Garde partagée + pension du père Frs 400 + allocations 300
• Depuis 10 mois sur entente des parents :
La mère vit en Italie en concubinage
Travaille à temps partiel + 1500 euros
Le père prend l’enfant 90 % des vacances scolaires + pension idem + allocations idem

Prétentions :

• Faire payer au père la pension du mois de juillet qui est impayée
• Connaître ses droits pour le recouvrement
• Savoir quels sont les coûts
• Se préserver d’une pareille situation à l’avenir

Père de l’enfant

Marc (prénom d’emprunt)
• 37 ans
• Vit à Genève en concubinage avec 1 femme ayant 1 enfant à charge
• Collaborateur comptabilité + de 7’000
• Paie Frs 400 de pension + les allocations familiales reversées à la mère
• Paie les voyages de l’enfant pour qu’elle vienne en Suisse + l’assistance de vol pour enfants + charges extraordinaires

Prétentions :

• Refuse de payer la pension de juillet car l’enfant à passé 4 semaines en juillet + 2 semaines en août chez lui
• A payé en temps et en heure la pension d’août au complet
• Souhaite déduire toutes les années la pension du mois de juillet

La loi :

Mr prend l’enfant 90% des vacances scolaires. Il faut d’abord regarder si dans le dispositif légal (la convention de divorce), quelque chose était prévu à cet effet ou s’il était prévu que la pension soit payée mensuellement, toujours pour le même montant. On est à cheval entre le droit de la famille et le droit des contrats qui laisse une grande liberté aux parties pour décider de leurs engagements respectifs.
Mr ne doit pas oublier que la pension sert à couvrir des frais qu’il ne prend pas en charge, même en ayant les enfants en vacances à la maison. On pense principalement aux assurances maladie, à la part du loyer des enfants étant chez le parent gardien, les frais d’écolages etc.
Pour le recouvrement, nous entrons dans la loi fédérale sur les poursuites pour dettes et faillite. Il faudra intenter une poursuite contre Mr en paiement de la pension alimentaire. En cas d’opposition de Mr quant à la poursuite, il faudra passer devant un Tribunal pour lever l’opposition et accéder à la suite de la procédure.
Il y a donc des frais pour la mise en poursuite et des frais pour le Tribunal. Si Mr perd, Mme, peut réclamer le remboursement des frais qu’elle a engagés.
Pour se prémunir contre cette situation, un organisme existe pour vous assurer que le montant vous sera versé. A Genève, il s’agit du SCARPA. Sur Vaud, cet organisme se nomme le BRAPA.
Comment cela fonctionne en pratique ? Cet organisme sert d’intermédiaire entre le parent créancier et le parent débiteur. L’organisme paie chaque mois la pension et se charge de se retourner contre le parent débiteur en cas de non-paiement.
Cet organisme est très pratique car très souvent les conflits sont émotionnels, le parent débiteur se met vite en colère quand l’ex-conjoint le rappelle à ses devoirs. Il s’agit le plus souvent de non-paiement de la pension pour mettre le parent dans l’embarras ou en guise de vengeance. Avec le SCARPA ou le BRAPA, le parent débiteur a affaire à un organe neutre et la situation décrite ci-dessus n’est plus possible pour le parent débiteur. Le parent créancier n’a souvent ni les connaissances ni l’argent pour intenter une action en justice. L’organisme SCARPA ou BRAPA possède les compétences et la trésorerie pour intenter ce genre d’actions.

La morale :

• Prendre en considération que Mr a accepté de son plein gré de la laisser quitter la Suisse avec l’enfant malgré une garde partagée, et ce uniquement parce que la mère s’est mise en couple avec un homme habitant en Italie et que l’enfant a souhaité partir avec sa mère afin de se rapprocher de ses grands-parents maternels.
Mr vit et élève un enfant qui n’est pas le sien et cela augmente la sensation de manque de son propre enfant et crée un sentiment de conflit de loyauté très difficile à gérer.
Mr se prive de nombreux instants avec son enfant.
Mr n’a pas demandé à réviser la pension et la paie consciencieusement ainsi que tous les frais de transport comme les billets d’avion, l’assistance de vol pour enfant, etc.
Proposer à Mr de payer :
En 2018 ; pour le mois de juillet, les allocations familiales + la moitié de la pension
Dès 2019 ; pour chaque mois de juillet, uniquement les allocations familiales

Les liens utiles :

https://www.ge.ch/pensions-alimentaires-impayees/bases-legales
• L’essentiel sur les pensions alimentaires impayées

www.familles-geneve.ch/site/famille-en-difficulte-2/divorce-et-separation/pensions-alimentaires
• Informations générales sur les pensions alimentaires

https://www.ge.ch/pensions-alimentaires-impayees/contacter-scarpa

• L’essentiel sur le SCARPA

http://ge.ch/opf
• L’essentiel sur l’office des poursuites et faillites à Genève

Les différences pour le canton de Vaud ;

L’autorité compétente pour la non-paiement des pensions alimentaires est le :

• BRAPA
Bureau de recouvrement et d’avances sur pensions alimentaires
Av. des Casernes 2
1014 Lausanne
Tél. 021.316.52.21

Le lien de l’autorité compétente pour les poursuites et faillites est :

https://www.vd.ch/themes/economie/poursuites-et-faillites

 

10 septembre 2018

1) Licenciement • est-ce abusif ?
Bénédicte, 21 ans a été licenciée avec effet immédiat, est-ce que son licenciement est abusif ? L’équipe de Litigium répondra à ses questions le 10 septembre prochain.

2) On me doit de l’argent • que faire ?
Yves, 29 ans a prêté Frs 2’000 à un ami il y a 6 mois, malgré plusieurs relances il ne le rembourse pas, que peut-il faire pour recouvrer son argent ? L’équipe de Litigium répondra à ses questions le 10 septembre prochain.

3) Travaux dans mon appartement • qui paie ?
Claude, 38 ans souhaite repeindre son appartement. Sa régie refuse d’entrer en matière, qui doit payer ces travaux ? L’équipe de Litigium répondra à ses questions le 10 septembre prochain.

Vous souhaitez poser une question sur les autres thèmes :

17 septembre
• Clause de non-concurrence : comment y palier ?
• Loyers impayés : Quels sont mes risques ?
• Mon assurance refuse de me rembourser : Puis-je recourir contre cette décision ?

Contactez Benjamin : benjamin@radiolac.ch

Continuer la lecture