Rejoignez-nous

Actualité

Projet de budget 2019 déficitaire pour le canton de Genève

Publié

,

le

Le contexte politique chahuté à Genève n’a pas perturbé le Conseil d’Etat in corpore lors de la présentation de sa politique financière et de sa feuille de route pour les prochaines années. Et ce, alors que la pression pèse toujours sur Pierre Maudet. Mais vendredi matin, l’ambiance était plutôt détendue. Peut-être à l’image du nouveau président du Conseil d’Etat Antonio Hodgers. Tous les magistrats ont pris la parole pour leur dicastère respectif mais une toute petite place a été réservée à Pierre Maudet qui ne gère désormais que l’économie. Pour rappel, il a renoncé à la présidence du Conseil d’Etat ainsi qu’à la police. Fallait maintenir cette présentation alors que le canton connaît une telle tourmente médiatique et politique provoquée par un voyage à Abu Dhabi de Pierre Maudet ? La réponse est non selon le gouvernement car il est tenu par la loi de présenter ces copies aux députés de la commission des finances et aux médias.

Le projet de budget 2019

Le projet de budget 2019 a été présenté avec le plan financier quadriennal. Pourquoi les deux objets en même temps ? Si l’Etat présente un projet de budget déficitaire, il doit l’accompagner d’un plan où il prévoit un retour à l’équilibre dans les années à venir. Un retour aux chiffres noirs est prévu dès 2021 pour le canton. Concrètement, Le projet de budget 2019 prévoit un déficit de 89 millions de francs avec des charges de 8,494 milliards et des revenus de 8,405 milliards. Le Conseil d'Etat a misé sur une hausse limitée des charges à 1,8%, et une maîtrise de l'augmentation des postes à hauteur de 2%. Les investissements, qui concernent principalement les infrastructures, dont le Léman Express, atteignent 791 millions. Parmi les mesures marquantes pour arriver à ce résultat, on peut citer une hausse des revenus fiscaux. L’Etat demande un effort à la fonction publique à hauteur 79 millions de francs. Inutile de dire que l’automne s’annonce mouvementé entre les syndicats des fonctionnaires, le parlement et le gouvernement.

Quelle Genève pour 2023 ?

Le programme de législature. Trois axes sont mis en avant pour les cinq prochaines années : l’insertion, l’interaction et l’innovation. Pour l’insertion, comprenez l’épanouissement des genevois. L’interaction veut contenir les défis intergénérationnels et la santé. Enfin, l’Innovation regroupe tous ce qui a attrait à la révolution numérique, le dicastère de Pierre Maudet. Les conseiller d’Etats ont mis en avant les trois grandes échéances pour le canton à savoir la réforme de la fiscalité des entreprises PF17, la mise en service du Léman Express en 2019 et l’incontournable Caisse de pension de l’Etat de Genève où l’Etat devra mettre la main à la poche.

@GhufranBron

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Les policiers et ambulanciers ne sont pas des chauffards

Publié

le

Pompiers et policiers s'exposent à des sanctions "aussi disproportionnées qu'injustifiées", selon Olivier Feller (image d'illustration). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les services d'urgence doivent pouvoir intervenir dans les conditions requises par leur mission y compris quand la vitesse est limitée à 30 km/h. Le Conseil national a adopté jeudi par 172 voix contre 20 une motion demandant une adaptation du programme Via sicura.

L'abaissement de la vitesse à 30 km/h soulève "un problème majeur" pour les pompiers, policiers ou ambulanciers, a relevé Olivier Feller (PLR/VD), l'auteur de la motion. Ils risquent de se voir accusés d'un délit de chauffard s'ils circulent à plus de 70 km/h sur les routes où la vitesse est limitée à 30 kilomètres à l'heure.

Dénonçant des sanctions "disproportionnées", M. Feller appelait à adopter sa motion pour montrer qu'il y a "urgence à agir". Un respect strict des limitations de vitesse risque en outre de rallonger les délais d'intervention.

Le Conseil fédéral demandait le rejet de la motion. Dans un rapport publié à la fin mars, il a proposé d'adapter le délit de chauffard dans la loi sur la circulation routière. Une révision de la loi est en cours, a assuré la ministre des transports Simonetta Sommaruga. Un message devrait être présenté au parlement encore cette année. Le Conseil des Etats doit encore se prononcer.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Les étudiants veulent plus de développement durable

Publié

le

Les étudiants suisses souhaitent que les unis et les hautes écoles en fassent davantage pour le développement durable (image d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Les universités et les hautes écoles doivent en faire plus dans le domaine du développement durable, selon les étudiantes et étudiants suisses. C'est ce qui ressort d'une étude commanditée par l'Office fédéral de l'environnement, qui veut prendre des mesures.

Seuls 44% des étudiants se disent satisfaits ou plutôt satisfaits du contenu, des théories et des concepts liés au développement durable intégrés dans leurs programmes d'études. Ce sondage réalisé par l'institut Link pour l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) a été publié jeudi.

Parmi les personnes interrogées, 66% expriment le souhait d'acquérir des connaissances et des compétences liées au développement durable. Même si cela n'est pas indispensable pour leur discipline. Les professeurs devraient pouvoir répondre à ce voeu, mais 22% seulement des sondés considèrent que l'enseignement est suffisant à cet égard.

Plus globalement, 71% d'entre eux estiment que leur haute école ou université ne va pas assez loin dans le développement durable sur le campus et dans son engagement à l'interne.

Les étudiants de Suisse latine expriment un peu plus fortement que ceux de Suisse alémanique le souhait d'un engagement renforcé, notent les auteurs de l'étude. Dans l'ensemble, les femmes sont aussi légèrement plus nombreuses que les hommes à vouloir unengagement plus fort.

Responsabilités

Des résultats qui ont fait réagir l'Union des étudiantes et étudiants de Suisse (UNES). "Les hautes écoles jouent un rôle essentiel dans le domaine du développement durable. (...) Il est donc important qu'elles assument leurs responsabilités", indique l'UNES dans un communiqué.

Du côté de l'OFEV, on note que "la gestion durable des ressources naturelles n'est que peu abordée dans les filières d'études. Les compétences environnementales ou transversales ne sont pas intégrées dans les objectifs d'apprentissage, ou elles ne sont traitées que superficiellement."

Mesures

L'office entend donc élaborer des mesures afin de combler les lacunes. Les écoles supérieures devraient promouvoir les compétences environnementales dans l'enseignement, la recherche et les prestations de services. Les diplômés devraient intégrer les thématiques environnementales dans les projets sélectionnés. Et ils devraient exercer des compétences environnementales pertinentes dans leurs futurs domaines d’activité, indique l'OFEV.

L'office de l'environnement a décidé de lancer trois projets-pilotes auprès de la Haute école spécialisée de la Suisse orientale. C'est sur la base des résultats de ces projets qu'il sera décidé du lancement d'autres projets similaires, souligne-t-il.

Le sondage en ligne a été complété par 485 participants, inscrits dans des hautes écoles universitaires, spécialisées et pédagogiques en Suisse alémanique et latine. Les sondés sont des étudiants mais aussi des doctorants, des diplômés et des personnes en formation continue. Les étudiants étrangers étaient exclus de l'enquête.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Les déductions fiscales pour frais de garde seront relevées

Publié

le

Les parents qui font garder leurs enfants en crèche pourront déduire jusqu'à 25'000 francs de leur revenu sur la déclaration d'impôt (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La nouvelle mouture du projet de déductions fiscales pour les frais de garde des enfants est prête. Les parents pourront réduire un montant plus important. Le Conseil des Etats a éliminé jeudi la dernière divergence avec le National.

Actuellement, les parents peuvent déduire 10'100 francs de leur revenu pour chaque enfant gardé à l'extérieur. Déposée par Christa Markwalder (PLR/BE), l'initiative parlementaire veut augmenter ce plafond à 25'000 francs.

Seuls les frais effectifs et documentés pour la garde d'enfants de moins de 14 ans vivant sous le même toit que les parents seront pris en compte. La hausse entrainerait une diminution des recettes fiscales d'environ 10 millions de francs pour la Confédération.

Cette mesure a été acceptée d'entrée de débat par les deux Chambres. Elle a été saluée de toute part comme un moyen pour mieux concilier vie professionnelle et vie familiale et favoriser l'intégration des femmes ayant une bonne formation sur le marché du travail.

Moitié des familles exclues

Dans un premier temps, le Conseil des Etats avait introduit une réduction de 300 francs par enfant de l'impôt fédéral direct. La barre est actuellement fixée à 251 francs. Mercredi, le National s'y est opposé. Cet ajout aurait coûté 70 millions de francs. Pour les familles, cela aurait représenté une contribution modeste, a souligné Stefan Engler (Centre/GR) au nom de la commission.

La moitié des ménages, à savoir les familles de la classe moyenne inférieure, ne profiteraient pas d'une telle mesure. Ils ne paient pratiquement pas d'impôt fédéral direct, a rappelé le ministre des finances Ueli Maurer au cours des débats.

La Chambre des cantons a finalement tacitement plié face à l'appel du grand argentier ne pas répéter les erreurs du passé. Le peuple a refusé en septembre dernier un projet de relèvement de la déduction des frais de garde à 25'000 francs.

Le Parlement y avait ajouté une augmentation de la déduction générale pour tous les parents de 6500 à 10'000 francs. C'est ce deuxième volet qui a contribué à l'échec du projet dans les urnes comme l'ont montré les analyses post-votation.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

La BNS revoit à la baisse sa prévision de croissance pour 2021

Publié

le

La BNS a relevé ses pronostics d'inflation pour 2021 et 2022 d'une dizaine de points de base, à 0,5% et 0,7% respectivement, en raison du renchérissement des produits pétroliers et des difficultés d'approvisionnement. (archives) (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Banque nationale suisse (BNS) revoit à la baisse sa projection de croissance pour l'exercice en cours, autour de 3% contre environ 3,5% encore en juin.

L'institut d'émission invoque jeudi dans son examen périodique de la situation économique et monétaire un rétablissement moins marqué qu'attendu dans les branches dépendantes de la consommation, telles que le commerce, l'hôtellerie et la restauration.

Le produit intérieur brut (PIB) doit néanmoins retrouver avant la fin de l'année en cours son niveau d'avant-crise, malgré une sous-utilisation persistante des capacités de production.

Les experts de la banque centrale soulignent néanmoins que ces scénarios restent subordonnés aux aléas de la crise sanitaire, qui peut faire basculer l'évolution conjoncturelle dans un sens comme dans l'autre.

Les anticipations d'inflation pour l'année en cours et la suivante ont été relevées d'une dizaine de points de base, à 0,5% et 0,7% respectivement. La projection pour 2023 demeure inchangée à 0,6%.

Le renchérissement reste alimenté par les produits pétroliers et les biens concernés par les difficultés d'approvisionnement.

Le garant de la stabilité monétaire note enfin que les volumes de prêts hypothécaires comme les prix de l'immobilier résidentiel ont nettement pris l'ascenseur au cours des derniers trimestres, accentuant encore la vulnérabilité des marchés afférents. L'institution évalue régulièrement la pertinence d'une réactivation du volant anticyclique de fonds propres.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

SPS obtient une licence de la Finma, accent sur la gestion d'actifs

Publié

le

La licence décrochée auprès de la Finma va permettre à la filiale de SPS d'élargir considérablement sa gamme de services. L'entrée sur le marché des fonds de placement immobiliers est prévue avant la fin de l'exercice. (archives) (© KEYSTONE/MARTIN RUETSCHI)

Swiss Prime Site Solutions a décroché auprès de l'Autorité fédérale des marchés financiers (Finma) une licence de gestion de fonds au sens de la loi sur les établissements financiers (LSFin).

Le premier produit devrait être présenté prochainement à des investisseurs qualifiés.

Le précieux sésame va permettre à la filiale de gestion d'actifs du groupe immobilier soleurois coté à la Bourse suisse d'élargir considérablement sa gamme de services et d'accélérer son rythme soutenu de croissance des dernières années. L'entrée sur le marché des fonds de placement immobiliers est prévue avant la fin de l'exercice.

"L'obtention de la licence de gestion de fonds de la Finma était l'un de nos objectifs stratégiques pour l'exercice en cours. Cela nous permet d'offrir aux investisseurs des possibilités de placement dans l'immobilier qui répondent à leurs besoins", a déclaré jeudi René Zahnd, directeur général (CEO) de Swiss Prime Site (SPS).

Depuis 2017, l'entreprise s'est vu confier avec succès la direction et le conseil en gestion de fortune de la fondation de placement Swiss Prime. Les actifs sous gestion ont depuis plus que doublé pour atteindre plus de 2,8 milliards de francs, précise SPS.

Depuis fin 2020, la société s'est également lancée dans le conseil en gestion d'actifs pour le compte de tiers. Dans ce segment, Swiss Prime Site Solutions revendique une masse sous gestion de 500 millions provenant de diverses caisses de pension et vise d'autres "mandats importants" pour la constitution de portefeuilles immobiliers.

Ce "troisième pilier" du modèle d'affaire de SPS devrait permettre au groupe de se rapprocher d'objectifs stratégiques: "doubler le volume de gestion de fortune à 7 milliards d'ici 2025, augmenter sensiblement la rentabilité de Swiss Prime Site Solutions à 30 millions par an et nous développer ensemble en tant que groupe pour devenir une véritable plateforme d'investissement immobilier", résume le patron de SPS.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture