Rejoignez-nous

Actualité

Pierre Maudet débriefe Davos pour Radio Lac

Publié

,

le

Pierre Maudet au World Economic Forum, le 21 Janvier 2020 (KEYSTONE/Alessandro della Valle)

A peine revenu de Davos, le Conseiller d’Etat en charge du Développement Économique a reçu Radio Lac dans son bureau ce samedi matin. La cinquantième édition de cette grande messe du Forum Economique de Davos (WEF) a-t-elle encore un sens pour l’économie locale?  Pierre Maudet livre son regard optimiste et réaliste sur les enjeux de la planète économique: Climat, moral des patrons, initiatives locales et réseautage.

Radio Lac: Vous venez de rentrer de Davos, que retenir de ce 50e Forum Économique Mondial?

Pierre Maudet: Genève y est toujours présente chaque année. Rappelons que Davos est à Genève puisque le WEF y a son siège et déploie des activités tout au long de l’année. Il s’agit de prendre la température, le pouls de la planète, avec beaucoup de conférences, de débats et d’opportunités à saisir.

Deux principaux enjeux se dessinent: la digitalisation de la société, à savoir l’avènement du numérique et des plateformes, ainsi que les discussions en lien avec la fiscalité et le marché du travail. La durabilité et les questions relatives à l’environnement sont au coeur des débats.

On a, en effet, beaucoup parlé de Donald Trump, de Greta Thumberg et de leurs vues opposées sur l’économie. Est-ce que cela correspond à ce que vous avez observé?

C’est ce que l’on voit, c’est évident. Le thème climatique figure à l’agenda. C’est une préoccupation aussi des milieux politiques et économiques. Phénomène intéressant: A Genève, nous avons lancé en octobre dernier une grande manifestation sur la finance durable, c’est à dire la capacité pour les banquiers d’orienter les investissements sur des énergies propres. Trois mois plus tard, cela a un écho extrêmement fort à Davos. Dans le domaine bancaire, beaucoup de réunions se succèdent auprès des investisseurs, et des grandes sociétés notamment les géants du pétrole qui étaient présents sur ces questions-là. Même si l’actualité n’en fait pas écho, Davos est une vitrine pour Genève. J’y étais aussi pour présenter toute une série d’initiatives prises par les hautes écoles, en particulier l’Université de Genève. L’occasion pour nous de présenter des chercheurs, valoriser des start-ups issues de l’Université et d’essayer de les injecter dans l’économie réelle auprès de grandes sociétés. Par exemple, dans le domaine de l’environnement, la Faculté des Sciences a pris l’initiative de présenter toute une série d’activités nouvelles.

Vu de Genève, Davos est un événement qui peut paraître haut perché. Au milieu de tous les Chefs d’Etats, et des Conseillers Fédéraux, quelle est la place d’un Conseiller d’État?

Elle est très modeste et dépend de l’activité que l’on peut déployer. Il y a la partie visible de Davos vue par les médias: le discours de Donald Trump et les prises de positions fortes. Et il y a, ce qui se passe dans les coulisses et c’est en réalité plus important. Vous pouvez y faire des rencontres imprévues, originales et intéressantes, comme la Première Ministre de la Finlande âgée seulement de 34 ans  (NDLR : Sanna Marin, plus jeune premier ministre au monde). Elle est extrêmement dynamique, branchée sur les questions d’égalité. J’ai pu m’entretenir dix minutes avec elle de manière informelle. Ces rencontres restent toujours orientées sur des partages d’expériences et des histoires concrètes. Après Davos, ces prises de contact restent précieuses au même titre que les entrepreneurs genevois que je retrouve également là-bas.

L’étude PwC sur le moral des grands patrons suisses et internationaux laisse penser que le ciel économique s’assombrit? L’avez-vous ressenti?

Je l’ai ressenti. Au risque de vous surprendre, je n’ai pas l’impression que ce soit nouveau. Chaque année, c’est un peu la même chose. Le monde d’aujourd’hui est frappé d’incertitudes. Ces dernières varient d’une année sur l’autre. En 2018, ce fut la fiscalité. Cette année, les regards se tournent vers la Chine et les élections américaines. La forte présence de l’Afrique constitue une source d’espoir face au déclin démographique en Europe. Il convient toutefois de préserver les ressources naturelles et les cerveaux de ce continent extrêmement dynamique. A Genève, nous assistons aussi à une accélération des relations économiques. Cela rend difficile la compréhension des enjeux. Le WEF n’aboutit à aucune décision mais apporte beaucoup d’éclairages et de clés de lecture sur le monde qui nous entoure par exemple, sur les questions numériques. J’en ressors très optimiste et convaincu que nous sommes au seuil d’une année où l’on verra beaucoup de solutions se dégager. Nous reprendrons la main sur la question climatique à la faveur des nouvelles technologies.

Avez-vous un exemple concret à ce sujet?

Jeudi dernier, nous avons eu l’occasion de présenter avec l’Université de Genève et le Programme Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) un système de cartographie en temps réel, avec une dimension prédictive, pour anticiper les changements climatiques.  Les acteurs politiques et économiques ont trouvé ça génial. J’y vois le ferment d’un projet qui pourrait se développer en 2020 à Genève. Il consiste à rendre visible, à matérialiser et à développer la capacité d’anticipation sur ces enjeux de températures, de montées des eaux et d’éventuelles migrations.

Sur le tableau de bord économique dont vous disposez, quels sont les indicateurs à suivre notamment sur cette question du climat?

A Davos, lors d’un débat,  le modérateur a demandé au public quelle était sa principale préoccupation économique. Au niveau planétaire, tout le monde a répondu  – le climat- . Pourtant au niveau local, personne n’a cité cette réponse! En fait,  la réponse commence devant chez soi, cela concerne aussi Genève. Aujourd’hui, cette question a d’autant plus de résonance après l’inauguration du Léman express. Nous devons developper les plans de mobilité au sein des entreprises, encourager le covoiturage et les horaires flexibles ainsi que le télétravail pour améliorer les conditions environnementales.

Cela présente une résonance particulière ce week-end (en raison du pic de pollution)?

Particulièrement ces derniers jours à Genève.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Bientôt deux semaines de congés à Pâques

Publié

le

Le calendrier des vacances scolaires sera modifié dans le canton de Genève à la rentrée 2022. Les vacances de Pâques dureront deux semaines, à partir du Vendredi Saint, et un jour de congé permettra de faire le pont à l’Ascension. Les vacances d’été seront réduites d’une semaine.

Une motion invitant le gouvernement genevois à modifier la grille des jours de congé et les vacances scolaires a été approuvée vendredi par le Grand Conseil par 62 oui, 19 non (UDC et voix éparses) et 11 abstentions. La conseillère d’Etat Anne Emery-Torracinta, en charge de l’Instruction publique, a assuré les députés que le nouveau calendrier sera instauré dès 2022-2023.

Le Département de l’instruction publique a mené une large consultation: ce calendrier est soutenu par 75% des entités interrogées, a fait savoir la magistrate. D’après des études, les vacances d’été de huit semaines sont trop longues pour certains élèves qui oublient des connaissances. En outre, la période entre Pâques et l’été dure jusqu’à treize semaines si Pâques tombe tôt.

Pour remédier à ces problèmes, la motion ajoute une deuxième semaine de vacances à Pâques et un pont à l’Ascension, réduisant la période d’enseignement entre Pâques et les vacances d’été. Elle fait passer les vacances d’été de huit à sept semaines, permettant de garder le même nombre de jours d’école. « Cette solution n’engendre pas coûts supplémentaires », a relevé la députée PDC Patricia Bidaux.

A l’instar de l’UDC, Ensemble à Gauche estime que le calendrier actuel satisfait une grande majorité de personnes. « A la mi-août, le risque est que la rentrée se fasse en pleine canicule », a ajouté le député d’EàG Olivier Baud.

« Pour les Verts, le compromis sur le nouveau calendrier est minimaliste », a indiqué Marjorie de Chastonay, rappelant que le calendrier actuel date de 1976. Cette question touchant toute la société, la députée a demandé, en vain, une large consultation. Le PLR, lui, aurait souhaité l’instauration d’un pont après le jeudi du Jeûne genevois

Continuer la lecture

Sport

Genève Volley veut assurer sa place dans l’élite samedi

Publié

le

Laetitia Perroud et Alyssa Aveni (à droite) compte bien terminer leur série samedi par une nouvelle victoire sur Toggenbourg. Le nouveau président Patrick Tran (au fond) prépare déjà l'avenir...

Les volleyeuses de Châtelaine ont leur destin entre leurs mains : une victoire samedi (17h30) face à Toggenbourg dans leur salle de l’école Henri Dunant dans le troisième match des play-outs leur assurerait leur place en Ligue Nationale A pour la saison prochaine.

Dans un week-end complètement « coronavirussé » pour le sport d’élite suisse, seul les sports de salle ont été épargnés. Les rencontres du championnat attirant le plus souvent moins de mille personnes, celles-ci peuvent se dérouler normalement. Pourtant jeudi soir, soit à la veille des mesures annoncées par le Conseil Fédéral, Swiss Volley avait déjà édicté un certain nombre de nouvelles règles. Mais la nouvelle coach principale de Genève Volley, Aïda Shouk ne panique pas. Loin de là!

Aïda Shouk Coach principale de Genève Volley

 

Vendredi, en revanche, fini de rigoler ! Les mesures prises ont pour effet de paralyser les disciplines médiatisés. Pour les autres, la situation sur le plan sanitaire semblant contrôlable, l’aspect compétition reprend le dessus.

Entrée en matière réussie pour Aïda Shouk

Intronisée à la tête de la première équipe pour les play-outs en lieu et place de Ludovic Gruel, Aïda Shouk (qui était l’une de ses assistantes en compagnie de Fabia Gnädinger) a connu une certaine réussite pour les deux premières rencontres gagnées face aux néo-promues de Toggenbourg. Ces deux parties ont été moins facile à gagner que le score (3-0 à chaque fois) ne l’indique.

Aïda Shouk Coach principale de Genève Volley

 

La prise de conscience de la part des joueuses a permis à Genève Volley de se relever. Mais elle n’explique pas à seule la victoire en trois manches à Wattwil une semaine à l’occasion du deuxième acte des play-outs alors qu’à la reprise du championnat le déplacement saint-gallois s’est soldée par une courte défaite (2-3). Sans doute, l’approche plus pragmatique d’Aïda Shouk (37 ans) axée sur la motivation convient mieux aux joueuses que les conceptions sans doute  trop intellectuelles de son prédécesseur. De peur de mal faire, celles-ci étaient probablement inhibées.

Aïda Shouk Coach principale de Genève Volley

 

Ancienne joueuse de l’Equipe de Suisse, la Lausannoise a connu quatre clubs au cours de sa carrière (Lucerne, Cheseaux, Kanti Schaffhouse et Köniz), de quoi emmagasiner une précieuse expérience à transmettre à son équipe.

Aïda Shouk Coach principale de Genève Volley

 

Autre clef de la réussite retrouvée de la formation de Châtelaine, l’arrivée de la nouvelle Américaine Julia Brown arrivée pour pallier la blessure de sa compatriote Caitlyn de Witt sérieusement blessée à l’épaule.

Aïda Shouk Coach principale de Genève Volley

 

Terminer le travail

Reste une victoire à remporter : la dernière pour mettre un terme à cette saison. Mais la « balle de match » est souvent la plus difficile à jouer.

Aïda Shouk Coach principale de Genève Volley

 

Reste à savoir quelle la clé de cette potentiellement ultime partie de l’exercice samedi (17h30) face à Toggenbourg à l’Ecole de Culture Générale Henri Dunant.

Aïda Shouk Coach principale de Genève Volley

 

 

 

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Ils sont jumeaux et ils sont nés un 29 février!

Publié

le

Les Genevois Quentin et Lisa sont des jumeaux hétérozygotes et ils sont nés un 29 février. Ils fêtent leur 20 ans et c’est leur 5ème véritable anniversaire.

Ils sont nés le 29 février 2000 et pour la cinquième fois seulement demain, ils vont célébrer le véritable jour d’anniversaire. En cette année bissextile, Lisa et Quentin sont deux faux jumeaux et ils auront 20 ans demain. Elle est brune aux yeux bruns et il est blond aux yeux bleus. On les écoute.

Lisa et Quentin

Chaque quatre ans, le calendrier ajoute un 29 février pour rattraper la différence entre l’année solaire qui compte 365 jours et le l’année calendaire, issue du calendrier grégorien. L’année bissextile compte donc 366 jours.

Les faux-jumeaux sont nés le 29 février 2000, ce qui fait de cette naissance une date vraiment exceptionnelle puisque la dernière fois que cette date est tombée dans une année ronde, c’était en 1600.

Lisa et Quentin

Leurs parents ne les attendaient pas à cette date, là. Ils sont nés avant terme comme souvent les jumeaux!

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

L’ATE présente son plan piéton pour la Ville de Genève

Publié

le

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Favoriser la mobilité piétonne en Ville de Genève. C’est le plan dévoilé à la presse ce vendredi par l’Association Transport Environnement (ATE). Le plan se veut pragmatique, réalisable et prend en compte la nécessité de compenser les places de stationnement. Le dernier plan piéton de la Ville de Genève date de 2004.

Fruit d’une année de travail, l’idée du plan est de proposer de large traversantes piétonnes à l’intérieur de la Ville de Genève. Ces dernières relieraient entre eux les différents quartiers de la Ville de Genève. Les explications de Caroline Marti, vice-présidente de l’ATE.

Caroline Marti Vice-présidente de l’ATE

A noter que la municipalité dispose déjà d’un plan piéton qui date de 2004, mais il n’a été que partiellement réalisé.

Des bénéfices pour Genève

Selon l’ATE, la mobilité douce comporte de nombreuses vertus pour la santé et aurait des effets bénéfique sur plusieurs aspects pour la Ville de Genève. Les détails de Caroline Marti.

Caroline Marti Vice-présidente de l’ATE

 

Automobilistes pris en compte

En dépit de sa volonté de piétonniser la Ville de Genève, l’ATE n’en oublie pas pour autant les automobilistes. Il serait d’ailleurs plus judicieux de parler d’aménagement que de piétonnisation puisque le but premier n’est pas de chasser entièrement les voitures du centre ville. Pour preuve, la nécessité de compenser les places de stationnement, une spécificité genevoise, à également été prise en compte dans le plan. Les explications de Caroline Marti, vice-présidente de l’ATE.

Caroline Marti Vice-présidente de l’ATE

Les réalisations de ce plan de mobilité douce sont dédiées principalement aux piétons mais l’ATE n’écarte pas les cyclistes. Pour l’association, la réflexion sur les itinéraires vélos doit se faire en simultané puisque les deux modes de déplacements n’ont pas les mêmes besoins ni les mêmes infrastructures. L’ATE recommande une séparation claire des flux piétons et cyclistes.

Continuer la lecture

Actualité

Coronavirus: ce qu’il faut retenir du point presse du Conseil d’Etat

Publié

le

capture d'écran Léman Bleu

A 15h30 ce vendredi le Conseil d’Etat a tenu un point de situation concernant le Coronavirus. Radio Lac détaille pour vous les points principaux.

Le Conseil d’Etat a annoncé aujourd’hui lors de son point presse qu’un 3ème cas de Coronavirus a été décelé a Genève.

Mauro Poggia a insisté sur la responsabilité des organisateurs d’évènements de moins de 1000 personnes. Ils doivent se concerter avec les autorités cantonales, soit le médecin cantonal.

Mauro Poggia Conseiller d'Etat chargé de la santé

Le gouvernement genevois recommande de repousser ces événements. Le Conseil d’Etat rappelle également que les événements au delà de mille personnes sont obligatoirement annulés. Le gouvernement genevois appelle les citoyens à éviter autant que possible les événements publics. Ces recommandations ne s’appliquent pas aux activités usuelles.

le Conseil d’Etat rappelle les 3 règles fondamentales: se laver les mains plusieurs fois par jour, éternuer dans un mouchoir ou dans le creux du coude et ne pas se rendre aux urgences ce qui pourrait être un vecteur de transmission du coronavirus. Il faut d’abord s’informer auprès de son médecin traitant ou appeler le numéro vert cantonal. (0800/909.400)

Les symptômes avec le Médecin cantonal genevois

Quels sont les symptômes? La réponse du médecin cantonal genevois Jacques-André Romand au micro de Judith Monfrini

Jacques-André Romand Médecin cantonal genevois

Une personne qui ne présente pas de symptôme ne transmet pas le virus selon le Médecin cantonal.

Jacques-André Romand Médecin cantonal genevois

La Conseillère d’Etat en charge du DIP, Anne Emery Torracinta a également fait un point de situation:

Dès demain tous les voyages scolaires à destination de l’étranger sont annulés. C’était déjà le cas en Italie. Les déplacements en Suisse sont pour le moment maintenus. Tous les voyage d’études sont annulés jusqu’a Pâques.

Anne Emery-Torracinta Conseillère d'Etat chargée de l'Instruction publique

Dès lundi une surveillance accrue sera mise en place dans les établissements scolaires pour vérifier que tout est en ordre du point de vue de l’hygiène des élèves. Les bâtiments d’école primaire vont être équiper de papiers jetables pour s’essuyer les mains et non de linges.

La situation est suivie de près par le Conseil d’Etat. Antonio Hodgers.

Antonio Hodgers Président du Conseil d'Etat

Le Conseil d’Etat a annoncé qu’il tiendrait une veille quotidienne heure par heure ce weekend et qu’il fera un nouveau point de situation en début de semaine prochaine

Numéro vert cantonal: 0800/909.400

Continuer la lecture