Rejoignez-nous

Actualité

Oui à un congé paternité de deux semaines

Publié

,

le

Les jeunes pères pourraient prendre deux semaines de congé après la naissance de leur enfant (archives) (©KEYSTONE/TI-PRESS/ALESSANDRO CRINARI)

Les jeunes pères devraient obtenir deux semaines de congé à la naissance de leur enfant. Le Conseil des Etats a soutenu jeudi ce projet par 26 voix contre 16, contre l’avis du Conseil fédéral. Il a en revanche rejeté par 29 voix contre 14 un congé de quatre semaines.

L’initiative « Pour un congé de paternité raisonnable – en faveur de toute la famille » souhaite un congé paternité de 20 jours pouvant être pris de manière flexible dans l’année qui suit la naissance de l’enfant. Elle n’a été soutenue que par les sénateurs de gauche.

Le contre-projet indirect préparé par la commission de la sécurité sociale propose deux semaines de congé. Ces jours sont à prendre dans les six mois suivant la naissance de l’enfant, soit en bloc, soit sous forme de journées isolées.

Effets positifs

« Deux semaines ne sont pas suffisantes », a lancé Didier Berberat (PS/NE). Et d’ajouter qu’il est temps d’entrer dans le 21e siècle. Tous les pays qui nous entourent connaissent soit un congé parental, soit paternité.

Un congé de 20 jours favorise des modèles familiaux plus égalitaires. La fondation d’une famille devient un véritable projet de couple, a-t-il ajouté. De plus, cela laisse la possibilité aux pères de prendre plus de place dans la vie des enfants et aux mères de ne pas être seules.

Le père veut s’engager et doit pouvoir trouver ses marques et prendre confiance en ses capacités, ont rappelé les sénateurs de gauche. Le lien entre père et enfant « se fait du parfum des bains, s’approfondi dans chaque câlins », a imagé Liliane Maury-Pasquier (PS/GE).

Un congé paternité n’est pas que « nice to have », a abondé Pirmin Bischof (PDC/SO). Des études prouvent que l’implication des pères dès la naissance à des effets positifs sur la santé de l’enfant et sur ses capacités cognitives.

Difficile pour les PME

Pour l’UDC, les deux projets vont trop loin. Peter Föhn (UDC/SZ) a argué que de nombreuses petites entreprises luttaient pour leur survie. Contrairement à Google ou J&J, elles ne peuvent pas financer un congé paternité.

Mais il ne s’agit pas que de question financière. Qu’il soit de deux ou quatre semaines, un tel congé poserait aussi de grands défis organisationnels, notamment aux PME. Si une solution doit être trouvée, elle doit être « la plus flexible possible », a ajouté le Schwyzois.

Structures d’accueil

Un congé est bénéfique pour la famille, a reconnu Alain Berset. Le conseiller fédéral ne conteste pas le principe du congé paternité, mais « le moment ». Le Conseil fédéral préfère privilégier le développement d’une offre d’accueil extrafamiliale et parascolaire.

Le ministre veut pousser la recherche de solutions privées dans les entreprises et soutenir les partenariats privés. Cela n’empêche pas de se reposer régulièrement la question.

Le PLR s’est aussi opposé aux deux projets, mais non au principe du congé paternité, a expliqué Josef Dittli (PLR/UR). Il aurait préféré un congé parental de seize semaines.

Financé par les APG

Le congé paternité sera financé sur le modèle de l’assurance maternité, via les allocations pour perte de gains (APG) et 80% du revenu sont garantis. Pour deux semaines, il faudra augmenter l’actuel taux de cotisation aux APG (0,44%) de 0,06 point, pour quatre semaines, de 0,11 point. La charge financière s’élève à 224 millions de francs par an pour un congé de dix jours, contre 420 millions pour quatre semaines.

Pour y avoir droit, le père devra avoir été assuré durant les neuf mois précédant la naissance de l’enfant, avoir exercé une activité lucrative durant cinq mois et être salarié ou exercer une activité indépendante au jour de la naissance, a précisé Erich Ettlin (PDC/OW) au nom de la commission. La durée des vacances ne doit pas être réduite.

Vacances des pères

Dans la foulée, les sénateurs ont refusé par 33 voix contre 7 de donner suite à une initiative parlementaire d’Andrea Caroni (PLR/AR). L’Argovien souhaitait « une version Ikea du congé paternité ». Les pères devaient pouvoir fixer plus facilement des vacances autour du moment d’une naissance.

La pratique actuelle sur le marché du travail garantit déjà que les besoins des employés sont pris en considération lors de la fixation des jours de congé. Il n’y a pas lieu pour l’heure de prévoir d’autres modèles de congé.

Source: ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Le président Bolsonaro menace de retirer le Brésil de l’OMS

Publié

le

Le pic de la pandémie de Covid-19 semble être atteint aux Etats-Unis, mais le nombre de morts pourrait repartir à la hausse avec les manifestations qui secouent le pays. (©KEYSTONE/AP/Elise Amendola)

Le président brésilien Jair Bolsonaro a menacé vendredi de retirer son pays de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour protester contre son « parti pris idéologique ». Le coronavirus n’a cependant laissé aucun répit au pays, faisant 1005 morts de plus en un jour.

« Je vous le dis ici, les Etats-Unis sont partis de l’OMS, nous y songeons, à l’avenir […] soit l’OMS travaille sans parti pris idéologique, soit nous la quittons aussi. Nous n’avons pas besoin de gens de l’extérieur pour donner leur sentiment sur la santé ici », a-t-il déclaré à la presse à Brasilia.

Tout au long de la crise liée au nouveau coronavirus, le président brésilien a imité son homologue américain Donald Trump en minimisant la gravité de la maladie, en exhortant à maintenir une activité normale et en vantant l’efficacité d’un traitement qui divise les scientifiques, l’hydroxychloroquine.

« Bombe à retardement »

Le Brésil est depuis jeudi le troisième pays avec le plus de morts, avec plus de 35’000 décès répertoriés. Dans son dernier bilan publié vendredi soir, le ministère brésilien de la santé a cessé de donner le nombre total de morts, pour ne révéler que celui des dernières 24 heures (1005).

Le pays a recensé plus de 645’000 cas de Covid-19, un nombre que bien des spécialistes considèrent comme largement sous-évalué, faute de tests en nombre suffisant.

La situation brésilienne est décrite comme une « bombe à retardement » par un médecin infectiologue au Paraguay. Ce pays frontalier du Brésil a réaffirmé vendredi son refus de rouvrir sa frontière avec un Etat, où « la situation est assez chaotique », selon son directeur de la veille sanitaire.

Crise « largement surmontée »

Plus au nord, le président américain a assuré que les Etats-Unis avaient « largement surmonté » la crise, en se basant sur les bons chiffres de l’emploi. Commentant les chiffres du chômage en mai (13,3%), il a vanté la « force » de l’économie américaine. « Cette force nous a permis de surmonter cette horrible pandémie, nous l’avons largement surmontée », a-t-il lancé.

Le nouveau coronavirus a cependant encore fait 922 décès supplémentaires en 24 heures aux Etats-Unis, portant à plus de 109’000 le total des morts dans le pays. Plus de 1’894’000 cas de Covid-19 y ont été enregistrés, d’après l’université Johns-Hopkins.

En valeur absolue, le pays est de loin le plus touché par la pandémie, tant en nombre de décès que de cas diagnostiqués. Mais rapporté à la population, plusieurs Etats européens, dont la France, l’Italie ou l’Espagne, comptent plus de morts par habitant.

S’ils ont déploré jusqu’à plus de 3000 morts en une journée à la mi-avril, les Etats-Unis enregistrent actuellement encore autour de 1000 morts et 20’000 nouveaux cas chaque jour.

Tournages autorisés

Selon une moyenne de neuf modèles épidémiologiques réalisée par des chercheurs de l’université du Massachusetts, le nombre de décès du Covid-19 devrait avoisiner les 127’000 morts dans le pays d’ici au 27 juin.

Même si la pandémie ralentit dans le pays depuis le pic atteint à la mi-avril, les professionnels de santé s’inquiètent, avec les manifestations actuelles contre la brutalité policière et le racisme, d’une résurgence dans les semaines à venir.

Écartant ces inquiétudes, les autorités de Californie ont autorisé la reprise des tournages de cinéma et de télévision à partir du 12 juin. Des mesures sanitaires strictes devront toutefois être mises en place, ont annoncé les services du gouverneur.

Rien ne dit toutefois que les grands studios d’Hollywood pourront relancer les productions dès la semaine prochaine, car Los Angeles et sa région sont l’un des principaux foyers de Covid-19 dans l’Etat, avec environ la moitié des cas et décès recensés. À ce jour, plus de 125’000 cas et 4500 décès ont été confirmés en Californie.

Continuer la lecture

Actualité

Prêt de 16,8 millions au Salon international de l’auto

Publié

le

KEYSTONE/Laurent Gillieron

L’Etat de Genève octroie un prêt de 16,8 millions de francs au Salon international de l’automobile. Vendredi, le débat au Grand Conseil a reflété le clivage gauche-droite sur la place de l’automobile au bout du lac. Le projet de loi ad hoc a été accepté par 55 oui, 38 non et 2 abstentions.

« Le Salon de l’auto est la plus grande manifestation de Suisse », a rappelé le PLR Jacques Béné, rapporteur de majorité. Il représente 30% du chiffre d’affaires de Palexpo et engendre 200 millions de retombées pour le canton. Selon le député, il faut donner une chance au Salon pour maintenir les emplois qui y sont liés. L’édition 2020 a été annulée en raison de la pandémie due au nouveau coronavirus.

Les 16,8 millions de francs constituent un prêt à la Fondation « Comité permanent du Salon international de l’automobile », en lien avec ses obligations financières pour l’édition 2020 et pour l’organisation d’une édition en 2021. Tel que sorti de la commission des finances, le texte ne modifie plus la gouvernance de la fondation, une condition refusée par celle-ci.

Absence de garantie

« La seule condition est le remboursement du prêt d’ici à fin 2037, mais il n’y a aucune garantie que la manifestation survivra jusque-là », a critiqué le député Jean Burgermeister, d’Ensemble à Gauche. Et de déplorer un soutien au secteur automobile, alors que « le Salon représente ce qu’il ne faut plus faire en s’appuyant sur une image dégradante de la femme, utilisée comme faire-valoir. »

Pour la PS Caroline Marti, ce prêt ne permettra pas de préserver l’emploi. Et de déplorer l’absence de garantie quant à l’organisation d’un salon en 2021. La gauche ne croit d’ailleurs pas qu’une édition se tiendra l’an prochain. « Les constructeurs et les marques ne viendront pas, le problème ne sera pas résolu », a avancé le Vert Christian Bavarel.

Pari sur l’avenir

Le prêt octroyé par l’Etat de Genève est garanti notamment par le nantissement de 776 actions de Palexpo. « Ces actions n’ont de la valeur que si le salon se tient. Tous les risques sont pris par Palexpo », a relevé le PS Alberto Velasco.

Pour la droite et le conseiller d’Etat Pierre Maudet, en charge du Département du développement économique, qui avait déposé le projet de loi initial, il s’agit d’un pari sur l’avenir. Et d’un signal pour la Fondation, qui avait formulé une demande de prêt.

Continuer la lecture

Actualité

Genève: le Jet d’eau, arrêté pendant la crise sanitaire, va redémarrer

Publié

le

KEYSTONE/Martin Ruetschi

La rade de Genève pourra à nouveau s’enorgueillir de son grand panache blanc dès jeudi prochain. Le Jet d’eau avait été arrêté le 20 mars dernier à cause de l’épidémie de Covid-19. Il s’agissait de protéger la santé des employés qui assurent son bon fonctionnement.

Cette mise à l’arrêt visait aussi à incarner l’application des mesures sanitaires recommandées, a indiqué vendredi le département présidentiel du canton de Genève.

Le redémarrage du Jet d’eau fera l’objet d’une cérémonie à laquelle ont été conviés le directeur général de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus et la directrice générale de l’Office des Nations Unies à Genève, Tatiana Valovaya. Des représentants de la Confédération ont également été invités à assister à l’évènement.

Continuer la lecture

Actualité

Genève: cafés, restaurants et taxis exemptés de la taxe 2020

Publié

le

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Afin de les aider à combler les pertes financières dues à la crise liée à la pandémie de Covid-19, les cafés, restaurants et taxis sont exemptés de la taxe annuelle 2020. Le Grand Conseil a adopté vendredi en urgence deux projets de loi du gouvernement dans ce sens.

La modification de la loi sur la restauration, le débit de boissons, l’hébergement et le divertissement a été acceptée à l’unanimité. « Ce texte est une bouffée d’air frais pour les cafetiers et restaurateurs qui n’ont pas eu de revenu pendant deux mois », a souligné la députée PDC Claude Bocquet. Et de rappeler le rôle social des cafés et des restaurants.

« L’impact de la crise est important », a renchéri le socialiste Romain de Sainte Marie. Malgré la réouverture des cafés et des restaurants, le nombre de clients est limité en raison des mesures sanitaires. Outre la suppression de la taxe annuelle, le projet de loi prévoit la restitution, sous conditions, des émoluments perçus par l’administration. L’ensemble représente 3,2 millions de francs.

« C’est un geste de l’Etat. La crise sanitaire est devenue une crise économique », a déclaré le conseiller d’Etat Mauro Poggia, en charge de l’Economie. Et de rappeler que les cafés et restaurants ont fermé le 17 mars. Ils ont reçu un soutien fédéral grâce au chômage partiel, mais il leur sera difficile de reprendre une activité normale, estime le magistrat.

Par une modification de la loi sur les taxis et les voitures de transport avec chauffeur, les députés ont aussi accepté à la quasi-unanimité de supprimer la taxe annuelle 2020 prélevée en contrepartie du droit d’usage accru du domaine public, soit 1,6 million. Ce secteur a souffert de l’absence de clientèle, en particulier avec l’arrêt des vols à Genève Aéroport.

Continuer la lecture

Actualité

Grève féministe: un parcours à travers Genève pour découvrir seize revendications

Publié

le

KEYSTONE/Martial Trezzini

La grève féministe du 14 juin se réorganise en Suisse pour respecter les mesures sanitaires imposées par la pandémie. A Genève, les organisatrices ont prévu un parcours à travers la ville jalonné de seize expositions éphémères reflétant l’ensemble de leurs revendications.

« Nous revoilà! », a lancé vendredi devant la presse Françoise Nyffeler, du collectif genevois de la grève féministe. « Le 14 juin 2019 a été un déferlement qui a changé beaucoup de choses: la question féministe est venue au premier plan et nous avons une légitimité différente pour notre combat », a souligné la militante.

La grève des femmes du 14 juin 2019 avait rassemblé des centaines de milliers personnes dans les rues en Suisse. « Mais il y a eu peu d’avancée sur les revendications en raison de la grande résistance et de l’immobilisme des pouvoirs décisionnels », déplore Mme Nyffeler.

Discussions en cours

Le virus est révélateur des inégalités, a insisté Alice, membre du collectif. Le confinement a accru le travail domestique gratuit et imposé un cumul de charges: télétravail, école à distance et garde des enfants en bas âge. « Faire grève un dimanche fait ainsi tout son sens », selon cette militante.

Les inégalités, les discriminations et les violences sexistes doivent cesser, insiste le collectif. La grève féministe de 2020 ne sera pas aussi massive que celle de 2019, mais le collectif compte bien être visible dans l’espace public. Un parcours à travers la ville est prévu avec seize étapes situées dans des lieux emblématiques en lien avec les droits des femmes.

Le collectif, qui est en discussion avec la police, ne veut pas encore dévoiler les seize lieux retenus. Seule certitude, les stands seront ouverts de 11h00 à 17h00. Cette large plage horaire devrait permettre de répartir les participants afin de respecter la jauge maximale de 300 personnes ainsi que les distances sociales, estime le collectif. Les hommes sont les bienvenus.

Signal sonore

A 15h24, l’instant à partir duquel les femmes ne sont plus payées, selon les statistiques de la différence salariale entre les sexes, le collectif appelle la population à occuper l’espace sonore et à brandir des pancartes. La sortie de la crise sanitaire doit être féministe, insiste le collectif.

Parmi les revendications élaborées à l’échelle nationale figure un service public de l’accueil de l’enfance, un plan fédéral de lutte contre les violences sexistes ou encore une représentation paritaire des femmes dans toutes les institutions politiques et organes décisionnels des administrations.

Continuer la lecture