Rejoignez-nous

Actualité

New Dehli-Genève: une marche mondiale pour la non-violence

Publié

,

le

Mercredi 2 octobre, une marche mondiale pour la justice et la paix débute à New Dehli en Inde. Organisée à l’occasion du 150 ème anniversaire de la naissance de Ghandi, elle va rejoindre l’ONU à Genève un an plus tard, le 26 septembre 2020.

«Jaï Jagat 2020» signifie «la victoire pour tous».  Elle vise à promouvoir la non-violence pour survivre face à la crise climatique et aux inégalités croissantes. Le mouvement Jaï Jagat a été fondé dans les années 90 par Rajogopal PV et regroupe des millions de paysans indiens qui se battent de façon non violente pour avoir accès aux terres et pour les cultiver de manière respectueuse. François Lefort, est député vert au Grand Conseil et professeur à l’HEPIA, la Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture

François Lefort Professeur à l'HEPIA

Le mouvement veut alerter sur le problème de l’accaparement des terres dans le monde.

François Lefort Professeur à l'HEPIA

Jaï Jagat prône les principes de l’agroécologie. Une agriculture sans pesticides puisque tout est lié. François Lefort

François Lefort Professeur à l'HEPIA

L’agriculture biologique conserve la qualité des sols. Des chercheurs français ont mené une gigantesque étude qui le prouve.

François Lefort Professeur à l'HEPIA

Cette marche mondiale pour la justice et la paix sera rejointe par des milliers de participants tout au long de son parcours de 10’000 km. A l’arrivée à Genève, des festivités sont prévues durant une semaine. Ce mercredi, le mouvement organise un concert gratuit au BFM.

1 commentaire

1 commentaire

  1. Notification automatique: Une marche mondiale pour la non-violence - New Dehli-Genève - Observatoire de la Non-Violence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Jonction: la parade du père Fouettard obtient son autorisation in extremis

Publié

le

La parade du père fouettard et de la Chauchevieille, son pendant féminin, aura bien lieu ce vendredi à la Jonction à Genève. Cette année pourtant, l’autorisation de défiler du parc Gourgas à la Maison de quartier, en passant par le boulevard Carl Vogt, s’est fait attendre. Ce n’est que ce jeudi matin qu’elle est tombée. En cause : le trafic des Transports publics genevois.

Si le boulevard Carl Vogt est bien fermé à la circulation, les bus en provenance de la ville peuvent continuer à circuler en contresens.  Sylvio Albino, il est animateur socio-culturel à la Maison de quartier de la Jonction, l’organisatrice de la parade du père fouettard.

Sylvio Albino animateur socio-culturel à la Maison de quartier de la Jonction

De leur côté les TPG ont mis en avant la sécurité des enfants qui n’aurait pas été assurée l’an dernier selon eux. Selon l’animateur, 20 professionnels encadraient les enfants et ils étaient accompagnés d’une vingtaine de parents bénévoles.

Sylvio Albino animateur socio-culturel à la Maison de quartier de la Jonction

L’autorisation est conditionnée au nombre de personnes. Si la parade en compte plus de 500, elle devra passer par le boulevard d’Yvoy, moins populaire. Une décision que regrette Sylvio Albino.

Sylvio Albino animateur socio-culturel à la Maison de quartier de la Jonction

Les organisateurs espèrent que les problèmes d’autorisation rencontrés cette année permettront de remettre la situation à plat avec les autorités.

Sylvio Albino animateur socio-culturel à la Maison de quartier de la Jonction

L’animateur rappelle que le temps de passage de la parade est de 15 à 20 minutes pour faire les 400 mètres du boulevard Carl Vogt.

L’idée de cette parade : faire une grande fête avant l’hiver. Dans le parc Gourgas, le père fouettard et la Chauchevieille en papier mâché seront brulés dans un grand feu de joie.

 

Continuer la lecture

Actualité

Les litiges coûtent cher à Genève

Publié

le

Les querelles professionnelles coûtent chères à Genève, selon le dernier baromètre du TCS. Il faut compter en moyenne plus de 4000 francs par cas.

Que ce soit dans le domaine du travail, de la consommation ou du bail à loyer, les litiges coûtent cher à Genève. C’est ce qui ressort du dernier baromètre du TCS, qui s’est concentré sur les actions en justice de droit privé. La région lémanique se démarque dans cette analyse en ce qui concerne les dépenses pour les litiges professionnels.

En effet, ces querelles coûtent en moyenne plus de 4000 francs par cas dans les cantons de Genève, de Vaud et du Valais, soit beaucoup plus que les montants révélés ailleurs en Suisse, qui sont d’environ 2200 francs en moyenne. Mais selon Nati Gomez, conciliatrice et consultante en entreprise, le baromètre ne tient pas compte d’un facteur.

Nati Gomez Conciliatrice et consultante en entreprise

Quant au nombre d’actions entreprises, plusieurs raisons l’expliquent, selon Nati Gomez.

Nati Gomez Conciliatrice et consultante en entreprise

Ces conflits peuvent donc coûter des milliers de francs. Mieux vaut donc réfléchir avant d’actionner la justice. Nati Gomez.

Nati Gomez Conciliatrice et consultante en entreprise

En moyenne, un ménage sur douze en Suisse est impliqué chaque année dans un litige de droit privé. Ce type d’action en justice est le plus rare en Suisse centrale, où seul un ménage sur seize est concerné, et le plus fréquent dans l’Arc lémanique où près d’un ménage sur dix est touché par une querelle de ce type. Dans les deux régions de Zurich et du nord-ouest de la Suisse, les litiges professionnels sont particulièrement fréquents: à Zurich, Bâle et en Argovie, la proportion d’actions en justice pour raison professionnelle dépasse de plus de 40% la proportion relevée au Tessin ou en Suisse orientale, régions où les querelles de travail sont les plus rares.

ATS/kjo

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Budget 2020 : les employés de l’Etat descendent dans la rue

Publié

le

(Photo: KEYSTONE)

Les employés de la fonction publique à Genève descendent dans la rue ce jeudi. Ils manifestent contre le projet de budget 2020, qui prévoit de sabrer 412 postes.

A Genève, les employés de l’Etat descendent dans la rue ce jeudi. A quelques jours de l’examen du projet de budget 2020 par le Grand Conseil, le Cartel intersyndical de la fonction publique appelle les collaborateurs de l’Etat à manifester dès 17h pour s’opposer à une situation jugée « dramatique ». En effet, la Commission des finances a sabré les 412 postes supplémentaires prévus par le Conseil d’Etat.

Dans le domaine de l’enseignement par exemple, 190 postes disparaîtraient. Ceci alors que la situation actuelle est déjà tendue et que les élèves sont en constante augmentation : 1000 de plus en moyenne chaque année. Supprimer des postes ferait baisser la qualité de l’enseignement. Anne Michel, enseignante et co-présidente du syndicat des services publics.

Anne Michel Enseignante et co-présidente du SSP

En plus de l’enseignement à proprement parler, c’est le climat au sein de la profession qui se détériore. Anne Michel.

Anne Michel Enseignante et co-présidente du SSP

Parmi les services qui inquiètent également le bureau du Cartel : le Service de protection de l’adulte. Selon les syndicats, il faudrait 40 postes supplémentaires alors qu’une dizaine seulement a été proposée par le Conseil d’Etat. Ce n’est pas assez, dans ce service qui se dit déjà « sous l’eau » et dans un climat délétère. Eric Gilliéron, curateur au Service de protection de l’adulte.

Eric Gilliéron Curateur au Service de protection de l'adulte

Une situation qui soulève par ailleurs de nombreuses questions sur la possibilité d’assurer les prestations de tutelles des adultes, déjà fragilisés. Eric Gilliéron.

Eric Gilliéron Curateur au Service de protection de l'adulte

Le Grand Conseil examinera le budget les 12 et 13 décembre prochains. Quant à la grille salariale de l’Etat, le projet SCORE, son annonce avait été repoussée. Le gouvernement devait le présenter le 13 novembre aux 45’000 employés de l’Etat.

 

Continuer la lecture

Genève

Fondation Sanfilippo: un combat pour l’espoir

Publié

le

La recherche prend beaucoup de temps et nécessite des fonds très importants pour espérer mettre en place un traitement. (Keystone)

Un maladie entraînant une dégénérescence nerveuse très sévère, et causant le décès de l’enfant entre sa dixième et vingtième année, c’est le syndrome de Sanfilippo, décrit en 1963 par le docteur du même nom, qui touche en Suisse environ dix personnes aujourd’hui. 

Une maladie rare donc, ce qui se traduit au niveau mondiale par environ 1 cas pour 70’000 personnes. En Suisse, la fondation Sanfilippo est la première a se consacrer à la recherche dans le domaine, et dresse cette année un bilan de dix ans de combat. Car bien que la maladie soit pour le moment reconnue comme incurable, les patients et leurs familles refusent cette fatalité et veulent garder espoir. Le président de cette fondation, Frédéric Morel, explique le fonctionnement de la maladie et l’objectif de la fondation Sanfilippo:

Frédéric Morel Président de la fondation Sanfilippo

Le fonctionnement de cette maladie

Chez les patients touchés par cette maladie, l’enzyme permettant la dégradation de l’héparane sulfate fait défaut, et par conséquent, cette substance est stockée dans le cerveau. De plus, l’enfant manque de fait d’autres substances, résultat de la dégradation de l’héparane sulfate, essentielles à son développement.

Comme résultat, les enfants touchés par le syndrome, bien qu’ils ne présentent aucun symptômes à la naissance, vont peu a peu changer de comportement, devenir hyperactif, désapprendre les acquis et avoir de grandes difficultés pour dormir. La maladie est progressive, et les patients perdent peu a peu la faculté de marcher.

L’espérance de vie des enfants s’élève très rarement au dessus de 20 ans.

Frédéric Morel Président de la fondation Sanfilippo

Difficultés de diagnostique

On estime que la maladie pourrait être fortement sous-estimée, en raison de son caractère rare et de sa difficulté à être diagnostiquée. Pour Frédéric Morel, père de la jeune Charlotte, touchée par la maladie, il est important de faire connaitre cette maladie et ses symptômes dans le monde médical et auprès des familles, afin d’éviter les erreurs de diagnostique encore fréquentes.

Frédéric Morel Président de la fondation Sanfilippo

Recherche et traitement

Il n’existe actuellement pas de traitements définitifs pour traiter le syndrome de Sanfilippo, mais uniquement des traitements symptomatiques. La recherche et les dix ans de travaux soutenus par la fondation Sanfilippo ont permis de mettre en place plusieurs études et traitements potentiels. Entre autre, l’espoir vient aujourd’hui principalement de la thérapie génique, qui consiste à introduire un gène correcteur dans le cerveau des patients. Au terme des essais cliniques, cette thérapie donne des résultats prometteurs.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de la Fondation Sanfilippo.

 

 

Continuer la lecture

Genève

Météo à Genève: pluie et nuages pour ce week-end

Publié

le

Source : Keystone ATS

Le ciel sera couvert tout au long de la journée. Pas d’éclaircies au programme avant demain. Les températures atteindront les 5°.

Demain: du stratus le matin, ensuite du brouillard et pour la seconde partie de journée des éclaircies. Les maximales seront de 6°.

Samedi: retour de la pluie et des nuages denses. Les températures seront en hausse: elles atteindront les 9° au plus fort de la journée.

Dimanche: ciel couvert et pluie. Les températures, quant à elles, seront en légère baisse. Les maximales seront de 8°.

Les cheveux utilisés en météorologie 

Les cheveux sont utiles pour de nombreuses choses. On lui connaissait son utilisation dépolluante pour les océans, mais il est également employé afin de déterminer le taux d’humidité dans l’air. En effet, l’hygromètre à cheveux utilise la propriété du cheveux humain à s’allonger ou se raccourcir selon les variations du temps.

Petite anecdote, les cheveux blonds sont plus sensibles que les cheveux bruns à ces fluctuations. 

Continuer la lecture