Rejoignez-nous

Actualité

Mike Pompeo évoque l'Iran à Bellinzone

Publié

,

le

Après les ors du Palais fédéral à Berne, les paysages de l'Arc lémanique à Montreux, Mike Pompeo a visité le Castelgrande à Bellinzone sous la conduite du Tessinois. (©KEYSTONE/TI-PRESS/SAMUEL GOLAY)

Les Etats-Unis sont prêts à commencer à parler à l'Iran "sans conditions préalables", a déclaré le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo. Cette déclaration faite dimanche à Bellinzone aux côtés d'Ignazio Cassis, pourrait préfigurer un tournant avec Téhéran.

"Nous sommes prêts à nous asseoir autour d'une table avec eux. Mais l'effort américain visant à stopper radicalement les activités néfastes de la République islamique et de sa force révolutionnaire va se poursuivre", a-t-il ajouté, laissant entendre que Washington n'entendait pas pour autant alléger sa campagne de "pression maximale" sur Téhéran.

C'est la première fois que l'administration de Donald Trump, qui s'est retirée il y a plus d'un an de l'accord international sur le nucléaire iranien et multiplie les sanctions économiques et la pression diplomatique et militaire, dit aussi clairement qu'elle est prête à engager le dialogue sans conditions préalables.

Mike Pompeo avait énoncé il y a un an douze conditions draconiennes pour conclure un "nouvel accord" avec l'Iran. Il exigeait en tout premier lieu des garanties sur le programme nucléaire iranien et l'arrêt des activités régionales de Téhéran au Moyen-Orient. Il avait plaidé pour que la République islamique se comporte au préalable comme "un pays normal".

La Suisse veut poursuivre ses livraisons

De son côté, le conseiller fédéral Ignazio Cassis a relevé que la situation actuelle avec l'Iran était "tendue". Du côté suisse, "nous espérons qu'il n'y aura pas un regain de violence et d'autres sanctions qui feront davantage souffrir le peuple", a déclaré le chef de la diplomatie suisse.

"Nous souhaitons trouver des solutions pour fournir des denrées alimentaires et des médicaments à ce pays, mais pour que ces marchandises puissent être payées, les Etats-Unis doivent libérer les canaux de versement au travers des banques; nous avons bon espoir qu’une solution puisse être trouvée". Ces livraisons ne sont pas soumises aux sanctions.

Les deux ministres ont également abordé la situation au Venezuela, qui ne cesse de s'aggraver. En mars, la Suisse a signé avec l'ambassadeur américain Edward T. McMullen un traité pour représenter les intérêts américains au Venezuela. Ce mandat entrera en vigueur dès que le président Nicolas Maduro aura donné son accord, selon M. Cassis.

En passant par Berne et Montreux

La situation géopolitique a également été au menu des discussions, et plus particulièrement les relations avec la Russie et la Chine. Le conseiller fédéral Ignazio Cassis a exprimé son inquiétude face aux tensions régnant entre les Etats-Unis et ces deux pays.

Les discussions ont aussi porté sur la coopération multilatérale. Le conseiller fédéral Ignazio Cassis a réaffirmé le soutien de la Suisse aux réformes de l'ONU lancées par le secrétaire général António Guterres. Il en a profité pour présenter la fondation "Geneva Science and Diplomacy Anticipator", un organisme qui a veut renforcer le rôle de la Suisse comme centre multilatéral au 21e siècle.

C'était la première fois depuis près de 20 ans qu'un secrétaire d'Etat américain se rendait en Suisse pour des entretiens bilatéraux et la deuxième rencontre de Mike Pompeo avec Ignazio Cassis depuis le début de l'année.

Arrivé vendredi, l'Américain a fait un petit tour de Suisse, visitant samedi le Parlement fédéral à Berne en compagnie de la conseillère nationale Christa Markwalder, passant l'après-midi à Montreux pour la réunion de Bilderberg puis terminant dimanche au Castelgrande de Bellinzone.

Multiples contatcs

Les relations entre la Suisse et les Etats-Unis connaissent actuellement un regain d'activité. Pas plus tard qu'il y a quinze jours, le président de la Confédération Ueli Maurer a rencontré son homologue américain Donald Trump.

Les deux présidents avaient évoqué les relations économiques. A ce propos, l'accord de libre-échange a aussi été évoqué à Bellinzone. "Pour les deux parties, il est évident qu'un accord doit profiter aux deux pays", a souligné Ignazio Cassis.

Mike Pompeo a souhaité qu’il se concrétise "au plus vite et au mieux". Le volume des échanges commerciaux entre les deux pays atteint près de 120 milliards de francs par an.

Source : ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Bastian Baker prête sa voix pour les Minions 2

Publié

le

C'est l’une des sorties les plus attendues de l’année : les Minions reviennent pour un 2e volet!

La particularité cette fois-ci: un romand voit son nom au générique. Il s’agit de Bastian Baker qui prête sa voix à Jean Claude, un superméchant qui mène la vie dure aux petits bonshommes jaunes. Le chanteur vaudois double ce personnage pour la version française et la version allemande. Dans la version originale, c’est Jean-Claude Van Damme qui prête sa voix à Jean-Claude!

L’enregistrement a eu lieu en avril 2021, une période marquée par la pandémie de Covid, rappelez-vous.

Bastian Baker nous explique comment cela s’est passé :

Bastian BakerLe chanteur vaudois prête sa voix pour les Minions 2

"Les Minions 2 : Il était une fois Gru" sort sur les écrans romands ce mercredi 6 juillet.

Crédit photo:  KEYSTONE Byline GIAN EHRENZELLER

Continuer la lecture

Economie

Archegos: un ex-employé poursuit le fonds accusé d'avoir menti

Publié

le

Le plaignant dénonce également le "culte de la personnalité" aux forts accents religieux entretenu par Bill Hwang, le fondateur d'Archegos (archives). (© KEYSTONE/AP/SETH WENIG)

Un ancien employé du fonds américain Archegos, dont les déboires ont coûté des milliards à plusieurs grandes banques en 2021, dont Credit Suisse, a porté plainte au civil contre le fonds et ses dirigeants. Il les accuse d'avoir menti aux banques et à ses salariés.

Dans un document judiciaire déposé mardi auprès d'un tribunal fédéral de Manhattan, Brendan Sullivan accuse nommément le fondateur d'Archegos, Bill Hwang, ainsi que cinq autres membres de l'équipe dirigeante. "Ils ont menti sur l'ampleur des investissements d'Archegos", écrivent les avocats de M. Sullivan, un ex-analyste du fonds.

"Ils ont menti sur les montants en espèces qu'Archegos avait à sa disposition. Ils ont menti sur la nature des actions détenues par Archegos. Et nous soutenons que leur mensonge visait à ce que les banques n'aient aucune idée du fait qu'Archegos se livrait à une vaste manipulation du marché", poursuivent les avocats.

Grâce à des produits financiers complexes, Archegos avait accumulé des paris risqués dans quelques entreprises, mettant en danger plusieurs clients bancaires qui n'avaient pas connaissance de leur exposition totale aux groupes concernés. Quand les actions avaient commencé à reculer, ces banques avaient dû liquider en urgence leurs positions. Certaines, dont Credit Suisse, UBS, Morgan Stanley et Nomura, ont enregistré de lourdes pertes, d'un montant total de 10 milliards de dollars (9,58 milliards de francs).

M. Sullivan dénonce également dans sa plainte le "culte de la personnalité" aux forts accents religieux entretenu par M. Hwang, dont l'obsession, aux dires du plaignant, était de devenir "la personne la plus riche au monde". Les "fidèles" de l'homme d'affaires sud-coréen, ne remettant jamais en cause ses décisions, obtenaient des promotions, tandis que ceux qui émettaient la moindre critique se voyaient lourdement sanctionnés.

L'ex-employé explique aussi que les salariés d'Archegos ont été contraints de placer une part importante de leur prime annuelle dans un régime de rémunération différée, présenté comme sans risque. Mais lors de l'implosion du fonds en mars 2021, la direction a indiqué au personnel que "le plan de compensation différée n'existait plus".

M. Sullivan, qui exige des réparations financières, affirme avoir alors perdu 50 millions de dollars. Le montant total des rémunérations différées des salariés s'élevait lui à 500 millions de dollars. Le document judiciaire met aussi en lumière le rôle de l'association caritative chrétienne de M. Hwang, la Grace and Mercy Foundation, présentée par l'homme d'affaires comme un refuge si jamais Archegos venait à manquer d'argent.

M. Hwang et Patrick Halligan, l'ancien directeur financier d'Archegos, ont été arrêtés et mis en examen fin avril pour fraude boursière et extorsion. Les deux hommes ont plaidé non coupables.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Coronavirus

L’OFSP annonce 46'025 nouveaux cas de coronavirus en sept jours

Publié

le

En une semaine le nombre de nouveaux cas a augmenté de près de 39% et celui des hospitalisations de 51%. (© KEYSTONE/EPA/PIYAL ADHIKARY)

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a annoncé mardi 46'025 nouveaux cas de coronavirus en sept jours. On déplore 13 décès supplémentaires et 455 malades ont été hospitalisés.

Il y a sept jours, l'OFSP avait annoncé 33'108 cas sur le même laps de temps. Le même jour, il dénombrait 14 décès et 300 hospitalisations supplémentaires. En une semaine, le nombre de nouveaux cas a ainsi augmenté de 39%. Les hospitalisations ont dans le même temps augmenté de 51,7%.

Cinq cent septante-huit personnes se trouvent actuellement aux soins intensifs. Les patients Covid-19 occupent 5,6% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 72,5%.

Depuis le début de la pandémie, 3'805'763 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 21'954'619 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 13'413 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 54'871.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Le corps de l'homme disparu au large de Villeneuve a été retrouvé

Publié

le

Le corps de l'homme qui avait disparu au large de Villeneuve a été retrouvé (photo d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le corps de l'homme qui avait disparu dans le lac Léman à proximité de Villeneuve (VD) a été retrouvé. Il a été récupéré au large de la réserve naturelle des Grangettes.

Ce Valaisan de 74 ans avait été victime d'un accident de baignade le 17 juin entre Villeneuve et Le Bouveret (VS). Il était descendu de son bateau pour nager et avait subitement coulé, rappelle mardi la police vaudoise dans un communiqué. Malgré les recherches, son corps n'avait pas été retrouvé jusqu'ici.

Une dizaine de personnes ont perdu la vie dans des piscines et cours d'eau en Suisse depuis la mi-juin.

La police vaudoise rappelle mardi les recommandations d'usage: ne pas se baigner avec l'estomac chargé ou à jeun, ne pas sauter dans l'eau sans se mouiller, ne pas nager seul sur de longues distances ou encore ne pas se baigner après avoir consommé de l'alcool ou des drogues.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Lausanne veut devenir une destination économique incontournable

Publié

le

La Ville de Lausanne veut renverser la vapeur et attirer beaucoup plus d'emplois du secteur privé (archives). (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

La Ville de Lausanne veut dynamiser l'emploi sur son territoire. Si la capitale vaudoise souhaite continuer à s'appuyer sur ses atouts - santé, formation, sport et tourisme - qui ont encore un gros potentiel de croissance, elle compte aussi diversifier son tissu économique, notamment dans le secteur secondaire. La Municipalité crée un nouvel organe: l'Unité développement et promotion de la Ville de Lausanne.

Quatrième ville suisse en taille et nombre d'habitants, Lausanne n'occupe de loin pas ce classement sur le plan économique et de l'emploi. "Le constat est attristant, nous avons un taux de chômage plus élevé que le canton de Vaud qui a lui-même un taux plus haut que la moyenne suisse", a dit mardi devant la presse Pierre-Antoine Hildbrand, municipal lausannois en charge de l'économie, évoquant sans détour des "déficiences".

"Lausanne a raté certaines grandes étapes de développements économiques, a-t-il poursuivi. Le secteur bancaire n'a jamais pris l'ampleur de celui de Genève ou de Zurich, pareil pour celui de la pharma par rapport à Bâle. La ville n'a jamais eu une grande tradition industrielle", a rappelé M. Hildbrand. "Tout ça pèse sur la présence de sièges sociaux de grandes entreprises".

Pas assez d'emplois privés

"Nous avons un bassin d'emplois privés modestes en comparaison à la population. Le potentiel d'accroissement de l'emploi sur notre sol est énorme", a enchaîné le syndic Grégoire Junod. "Ces quinze dernières années, nous avons développé de nouveaux et grands sites de logements. C'est le bon timing de poser sur la table une stratégie visant à favoriser la création et l'implantation d'entreprises" sur le territoire lausannois, a-t-il expliqué.

La Municipalité à majorité rose-verte est régulièrement critiquée par la droite pour ne pas en faire assez sur le plan économique et surtout pour la création d'emplois. Mardi sur le site du Biopôle de Lausanne-Vennes, elle a clairement affiché son ambition: "valoriser Lausanne comme destination économique incontournable". M. Junod a promis d'en faire une des priorités du programme de législature 2021-2026.

"Si la Ville dispose de solides atouts, elle doit aujourd'hui mettre en place un projet ambitieux de valorisation du territoire et de ses acteurs, et se doter d'une organisation assurant le développement optimal des différents sites d'activités stratégiques", ont résumé les deux responsables. Lausanne va donc continuer de développer et renforcer ses domaines-clés qui constituent son "écosystème": la santé, la formation, le sport et le tourisme.

Rééquilibrage tertiaire-secondaire

Mais la Ville compte également miser sur la diversification de son tissu économique. Il faut tempérer un peu la très forte croissance du secteur tertiaire par rapport à celui du secondaire, qui a aussi un potentiel de croissance, a dit en substance le syndic lausannois. Il s'agira aussi de soigner la relation étroite au secteur privé.

Grégoire Junod a aussi affirmé vouloir "jouer à fond la carte de villes touristiques de deuxième niveau, en comparaison des grandes capitales européennes".

Fort de tous ces constats, la Municipalité a ainsi défini une vision stratégique reposant sur trois axes: le développement de six sites d'activités (Biopôle, Rasude et Pôle gare, Beaulieu, Plaines-du-Loup, Sévelin-Sébeillon-Provence et Vernand, Prés-de-Vidy), la valorisation de Lausanne comme destination économique et touristique, ainsi que la connaissance des acteurs et des flux économiques qu'ils génèrent.

Pour mettre en ½uvre cette stratégie, la Municipalité crée une toute nouvelle entité, l'Unité développement et promotion de la Ville de Lausanne. Elle sera composée de cinq personnes et dirigée par le conseiller stratégique à la syndicature, Fabrice Bernard. C'est elle qui définira la vision stratégique, élaborera, mettra en oeuvre et conduira le plan d'action sur la période 2023-2026.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture