Rejoignez-nous

Actualité

Mike Pompeo évoque l’Iran à Bellinzone

Publié

,

le

Après les ors du Palais fédéral à Berne, les paysages de l'Arc lémanique à Montreux, Mike Pompeo a visité le Castelgrande à Bellinzone sous la conduite du Tessinois. (©KEYSTONE/TI-PRESS/SAMUEL GOLAY)

Les Etats-Unis sont prêts à commencer à parler à l’Iran « sans conditions préalables », a déclaré le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo. Cette déclaration faite dimanche à Bellinzone aux côtés d’Ignazio Cassis, pourrait préfigurer un tournant avec Téhéran.

« Nous sommes prêts à nous asseoir autour d’une table avec eux. Mais l’effort américain visant à stopper radicalement les activités néfastes de la République islamique et de sa force révolutionnaire va se poursuivre », a-t-il ajouté, laissant entendre que Washington n’entendait pas pour autant alléger sa campagne de « pression maximale » sur Téhéran.

C’est la première fois que l’administration de Donald Trump, qui s’est retirée il y a plus d’un an de l’accord international sur le nucléaire iranien et multiplie les sanctions économiques et la pression diplomatique et militaire, dit aussi clairement qu’elle est prête à engager le dialogue sans conditions préalables.

Mike Pompeo avait énoncé il y a un an douze conditions draconiennes pour conclure un « nouvel accord » avec l’Iran. Il exigeait en tout premier lieu des garanties sur le programme nucléaire iranien et l’arrêt des activités régionales de Téhéran au Moyen-Orient. Il avait plaidé pour que la République islamique se comporte au préalable comme « un pays normal ».

La Suisse veut poursuivre ses livraisons

De son côté, le conseiller fédéral Ignazio Cassis a relevé que la situation actuelle avec l’Iran était « tendue ». Du côté suisse, « nous espérons qu’il n’y aura pas un regain de violence et d’autres sanctions qui feront davantage souffrir le peuple », a déclaré le chef de la diplomatie suisse.

« Nous souhaitons trouver des solutions pour fournir des denrées alimentaires et des médicaments à ce pays, mais pour que ces marchandises puissent être payées, les Etats-Unis doivent libérer les canaux de versement au travers des banques; nous avons bon espoir qu’une solution puisse être trouvée ». Ces livraisons ne sont pas soumises aux sanctions.

Les deux ministres ont également abordé la situation au Venezuela, qui ne cesse de s’aggraver. En mars, la Suisse a signé avec l’ambassadeur américain Edward T. McMullen un traité pour représenter les intérêts américains au Venezuela. Ce mandat entrera en vigueur dès que le président Nicolas Maduro aura donné son accord, selon M. Cassis.

En passant par Berne et Montreux

La situation géopolitique a également été au menu des discussions, et plus particulièrement les relations avec la Russie et la Chine. Le conseiller fédéral Ignazio Cassis a exprimé son inquiétude face aux tensions régnant entre les Etats-Unis et ces deux pays.

Les discussions ont aussi porté sur la coopération multilatérale. Le conseiller fédéral Ignazio Cassis a réaffirmé le soutien de la Suisse aux réformes de l’ONU lancées par le secrétaire général António Guterres. Il en a profité pour présenter la fondation « Geneva Science and Diplomacy Anticipator », un organisme qui a veut renforcer le rôle de la Suisse comme centre multilatéral au 21e siècle.

C’était la première fois depuis près de 20 ans qu’un secrétaire d’Etat américain se rendait en Suisse pour des entretiens bilatéraux et la deuxième rencontre de Mike Pompeo avec Ignazio Cassis depuis le début de l’année.

Arrivé vendredi, l’Américain a fait un petit tour de Suisse, visitant samedi le Parlement fédéral à Berne en compagnie de la conseillère nationale Christa Markwalder, passant l’après-midi à Montreux pour la réunion de Bilderberg puis terminant dimanche au Castelgrande de Bellinzone.

Multiples contatcs

Les relations entre la Suisse et les Etats-Unis connaissent actuellement un regain d’activité. Pas plus tard qu’il y a quinze jours, le président de la Confédération Ueli Maurer a rencontré son homologue américain Donald Trump.

Les deux présidents avaient évoqué les relations économiques. A ce propos, l’accord de libre-échange a aussi été évoqué à Bellinzone. « Pour les deux parties, il est évident qu’un accord doit profiter aux deux pays », a souligné Ignazio Cassis.

Mike Pompeo a souhaité qu’il se concrétise « au plus vite et au mieux ». Le volume des échanges commerciaux entre les deux pays atteint près de 120 milliards de francs par an.

Source : ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

St-Moritz: Lara Gut termine 5e

Publié

le

Sofia Goggia a décroché son 7e succès en CdM samedi à St-Moritz (©KEYSTONE/AP/SERGIO BISI)

Sofia Goggia a remporté samedi le super-G de St-Moritz, cueillant ainsi sa septième victoire en Coupe du monde.

L’Italie a même signé un doublé, Federica Brignone terminant 2e à 0 »01. Meilleure Suissesse, Lara Gut-Behrami a obtenu son meilleur résultat de l’hiver (5e).

Vice-championne du monde de la discipline en février à Are, Sofia Goggia (27 ans) a forgé son succès sur le bas du parcours, elle qui accusait 0 »22 de retard sur Federica Brignone après 40 » de course. L’Italienne, championne olympique de descente en 2018, s’impose ainsi pour la troisième fois en super-G sur le Cirque blanc.

Le podium est complété par la reine Mikaela Shiffrin (3e à 0 »13 de la gagnante), qui avait remporté le super-G disputé l’an dernier dans la station grisonne. C’est la quatrième fois « seulement » que l’Américaine figure dans le top 3 en super-G, après ses trois victoires obtenues la saison dernière.

Lara Gut-Behrami a pour sa part concédé 0 »72 à la gagnante pour figurer pour la deuxième fois de la saison parmi les 10 premières. La Tessinoise, 8e du géant d’ouverture à Sölden, avait dû se contenter d’une 12e place en super-G à Lake Louise. Corinne Suter a confirmé sa belle forme en se classant 6e (à 0 »87), alors que Wendy Holdener et Michelle Gisin sont ex-aequo au 11e rang (à 1 »02).

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Nouveau test nord-coréen

Publié

le

La Corée du Nord a réalisé un nouveau "test crucial" sur son site de lancement de satellites de Sohae, a rapporté samedi l'agence officielle KCNA (archives). (©KEYSTONE/AP/AHN YOUNG-JOON)

La Corée du Nord a réalisé un nouveau test sur son site de lancement de satellites de Sohae, a rapporté samedi l’agence officielle KCNA. Cet essai intervient alors que les négociations avec Washington sur le programme nucléaire nord-coréen sont dans l’impasse.

« Un nouveau test crucial a été mené avec succès sur la base de lancement de satellites de Sohae le 13 décembre de 22H41 à 22H48 », (13H41 GMT), a déclaré un porte-parole de l’Académie nationale des sciences de défense cité par l’agence.

Les « succès en matière de recherche » seront « appliqués pour améliorer encore la dissuasion nucléaire stratégique fiable » de la Corée du Nord, a-t-il ajouté.

Cette annonce intervient alors que les Etats-Unis ont procédé jeudi au-dessus du Pacifique au test d’un nouveau type de missile balistique sol-air de moyenne portée, qui était interdit par le traité INF dont ils se sont retirés cette année, le deuxième en moins de 4 mois.

Fermeture promise

Pyongyang avait déjà annoncé dimanche dernier avoir mené un « test très important », censé changer le « statut stratégique » du pays. Ce test avait également été mené depuis la base de Sohae, sur la côte nord-ouest de la Corée du Nord et connue également sous le nom de Tongchang-ri, dont le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un avait promis en septembre 2018 la fermeture lors d’un sommet avec le président sud-coréen Moon Jae-in.

Lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU mercredi, Washington a mis en garde Pyongyang contre tout nouvel essai nucléaire ou de missile balistique intercontinental en fin d’année, tout en promettant de la souplesse si les négociations reprennent.

La Corée du Nord a qualifié cette semaine Washington d' »insensé » pour avoir convoqué cette réunion, la deuxième à lui être consacrée en une semaine après un rencontre à huis clos à la demande des Européens.

La tension monte entre Washington et Pyongyang qui a fixé un ultimatum pour la fin de l’année à l’approche d’un ultimatum fixé par la Corée du Nord.

Frustrée du manque de progrès dans la levée des sanctions après trois sommets avec le président américain Donald Trump, la Corée du Nord a récemment promis un « cadeau de Noël » si les Américains ne changent pas d’approche avant la fin de l’année.

Les négociations entre les Etats-Unis et la Corée du Nord sont dans l’impasse depuis l’échec d’un sommet à Hanoi en février entre les dirigeants américain et nord-coréen. Les Etats-Unis exigent que la Corée du Nord renonce d’emblée à tout son arsenal atomique, alors que cette dernière réclame une approche progressive prévoyant une levée rapide d’au moins une partie des sanctions internationales qui étranglent son économie.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Genève vote son budget déficitaire

Publié

le

Le Grand Conseil genevois a voté vendredi soir le budget d'Etat 2020 qui présente un déficit de 584,5 millions de francs (archives). (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Grand Conseil genevois a voté vendredi, après plus de seize heures de débat, le budget d’Etat 2020 largement déficitaire. Aucun poste supplémentaire n’a été accepté par la majorité composée de la droite et du MCG.

Ce budget rouge vif est passé par 54 voix (PLR, PDC, MCG et 3 UDC) contre 44 (PS, Verts, Ensemble à Gauche et 5 UDC). Ces fronts sont restés figés. Il fallait au minimum 51 députés pour voter ce budget qui présente un déficit de 584,5 millions pour des charges de 9,13 milliards et des revenus de 8,54 milliards. Les investissements nets atteignent 699 millions.

Aucun groupe n’est satisfait. Pour la gauche, ce budget nie les besoins de la population tout en augmentant les inégalités sociales. La droite en appelle à des réformes structurelles tout en dénonçant l’absence d’arbitrage de l’exécutif. Une critique que rejette la Grande Argentière Nathalie Fontanet: « Nous en avons fait, mais ils n’ont pas convenu à la majorité de circonstance ».

Déjà ficelé en commission des finances, le projet de budget n’a au final subi aucune modification majeure en plénière. Les quelque 250 amendements présentés par la gauche et le Conseil d’Etat ont quasiment tous été refusés. Seules deux modifications ont passé, permettant de rétablir des subventions au Club Suisse de la presse et à deux associations.

Souffrance

Les treize politiques publiques ont toutes été acceptées, même si certaines ont suscité de vifs débats, à l’instar de la sécurité. La gauche a notamment défendu des moyens supplémentaires pour la police et la détention alors que c’est habituellement la droite qui soutient cette politique publique.

La gauche, qui déplore une augmentation de la précarité dans le canton, a aussi tenté de donner des moyens supplémentaires à la santé et au social, dont de nombreux services sont en souffrance. Mais la droite et le MCG ont plaidé pour la restructuration des services plutôt que pour de nouveaux postes.

Projets abandonnés

Le chef du Département de la cohésion sociale, Thierry Apothéloz, a affirmé que sans postes supplémentaires, il y aurait des retards dans la délivrance de certaines prestations. Celui du Département de la santé, Mauro Poggia, a cité les projets qui vont passer à la trappe, dont les maisons de santé.

Pour rappel, l’Entente et le MCG se sont mis d’accord en commission des finances pour biffer 412 postes supplémentaires prévus par le gouvernement et diminuer de 24 millions les dépenses générales. Le Conseil d’Etat a fustigé leur incohérence.

Des tensions

Les tensions entre la majorité et le Conseil d’Etat étaient visibles. Jeudi soir, les députés ont donné le ton en refusant, contre l’avis de l’exécutif, de suspendre l’annuité des fonctionnaires. Maintenir cette progression salariale coûte 53 millions de francs.

Le gouvernement comptait sur la suppression de l’annuité pour sauver les 412 postes supplémentaires indispensables à ses yeux pour le fonctionnement de l’Etat. Nathalie Fontanet a déjà annoncé qu’il faudra passer par des demandes de crédits supplémentaires dès le mois de janvier 2020.

Parmi les postes supplémentaires demandés mais biffés en commission figurent notamment 196 postes pour le Département de l’instruction publique, 31 pour la police de proximité, 26 pour l’internalisation de convoyage de détenus,15 pour le Service de protection de l’adulte, sept pour le service des prestations complémentaires et huit pour le service de l’assurance-maladie.

Charges contraintes

La situation financière du canton est inquiétante, selon le Conseil d’Etat. Le budget 2020 est plombé par des charges contraintes liées à des votes populaires (réforme de la caisse de pension, contre-projet pour les subsides d’assurance-maladie et réforme de l’imposition des entreprises) et du paiement de l’annuité 2016.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Romain Loeffel et la Suisse irrésistibles

Publié

le

Soir de fête pour Simon Moser, Romain Loeffel et Enzo Corvi. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Suisse a livré un deuxième match parfait à Viège. La sélection de Patrick Fischer a écrasé la Russie 8-2 et a remporté son tournoi.

Alors oui ce n’est qu’une Russie B dans un match amical, mais quand même. Infliger un camouflet à l’une des nations phares du hockey mondial, cela n’arrive pas tous les jours. Comme de réussir un quadruplé en étant défenseur, n’est-ce pas Romain Loeffel?

Le Neuchâtelois de Lugano était assurément dans un jour de grâce. Tous ses tirs ont été dangereux et son 4-0 a même eu raison du gardien Tikhomirov. Mais ne voir que la performance XXL de l’ancien défenseur de Genève-Servette serait faire injure au travail de toute l’équipe de Suisse. Car l’ensemble de l’effectif a travaillé de concert. On omettra sans souci les deux buts encaissés en fin de partie dans ce qu’il convient bien d’appeler du remplissage puisque les joueurs de Patrick Fischer avaient plus que le match dans leurs mains.

Gros sujet de satisfaction, les situations spéciales. Le power-play s’est à nouveau mis en évidence en marquant lors de ses deux premières tentatives. Avec de nombreux droitiers à l’arrière du dispositif (Untersander, Loeffel, Egli), le jeu de puissance a fait des étincelles et Loeffel s’est particulièrement régalé. Le box-play s’est lui aussi distingué en annihilant les velléités de la Sbornaya.

Nyffeler se fond dans le moule

Arrivé mercredi soir pour pallier l’absence de Reto Berra, gêné par des ennuis musculaires, Melvin Nyffeler a eu droit à son match. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le portier de Rapperswil a parfaitement répondu aux attentes de Patrick Fischer. Le Zurichois n’a pas eu du travail plein la mitaine, mais il a su s’interposer au moment adéquat. Deux scènes illustrent à merveille le calme du dernier rempart des Lakers. A la 13e, il a privé les Russes d’une égalisation et surtout à la 40e, il a repoussé une attaque où deux Russes se sont présentés seuls face à lui et alors que la Suisse évoluait en avantage numérique. Les 3844 spectateurs de la Lonza Arena se sont levés comme un seul homme pour saluer le sauvetage du gardien helvétique.

Dommage que le rush de Russes frustrés de se prendre une déculottée ait coûté son blanchissage au Zurichois. Mais la Suisse termine son tournoi sur un bilan réjouissant de treize buts inscrits pour seulement deux encaissés. Une base intéressante avant de retrouver les joueurs en avril. Il y aura bien sûr un rassemblement en février (deux matches à Herisau et Olten contre l’Allemagne), mais celui-ci sera l’occasion pour Patrick Fischer d’aligner des jeunes joueurs à développer.

Continuer la lecture

Actualité

La ville débarque à Chêne-Bourg avec le Léman Express

Publié

le

Avec la nouvelle gare de Chêne-bourg et ses environs, le centre de la commune genevoise change en profondeur. En plus de la station, plusieurs bâtiments sont construits, notamment une tour de vingt étages, ainsi qu’un parking. Les habitants sont partagés. 

« Elle manque de couleur ». C’est la principale critique que l’on entend ce vendredi 13 aux abords de la nouvelle gare de Chêne-Bourg lorsqu’on interroge les passants. En effet, hormis le gris de la structure et les grandes baies vitrées, l’ensemble est relativement terne. D’autres déplorent l’absence de verdure, ils regrettent notamment la grande place bétonnée devant l’édifice sur laquelle seuls quelques petits arbres ont été plantés. « Pourquoi n’a-t-on pas végétalisé le toit de la gare? » se demande une habitante.

A deux jours du lancement du CEVA, le quartier est toujours en chantier et les ouvriers sont présents en nombre aux abords de la gare. Le principal changement, en plus de la partie ferroviaire, est un bâtiment de vingt étages qui modifie en profondeur l’aspect de l’endroit. On le voit de loin, puisque c’est l’unique gratte-ciel que l’on aperçoit à l’horizon. Autre nouveauté: un parking de 505 places, dans lequel une cinquantaine de places sont réservées aux usagers du Léman Express.

Avis contrastés 

Si certains la critiquent, les habitants de Chêne-Bourg sont tout de même partagés sur cette nouvelle gare. Plusieurs passants se disent plutôt satisfait du bâtiment et du quartier qui évolue. C’est le cas d’Igon, dont les fenêtres donnent directement sur la nouvelle gare. Lui trouve qu’elle est plutôt jolie avec ses briques de verre. Et surtout, il se réjouit de l’arrivée du train, notamment pour sa femme qui travaille à l’aéroport, et qui verra son temps de trajet divisé par deux.

Igon Habitant du quartier de Chêne-Bourg

D’ailleurs Igon utilisera lui-aussi le Léman Express ce dimanche pour rejoindre la gare Cornavin, même s’il privilégie normalement son vélo. Il sera donc de ces premiers genevois à emprunter le nouveau train urbain.

Igon Habitant du quartier de Chêne-Bourg

Aux premières lignes devant les travaux, Igon n’a pourtant pas souffert du bruit et de la poussière. Lui préfère voir cela comme un petit théâtre sous ses fenêtre et il trouve intéressant de pouvoir suivre l’avancée du chantier.

Igon Habitant du quartier de Chêne-Bourg

A Chêne-Bourg, le choix a été fait de laisser l’ancienne gare. Celle-ci a simplement été déplacée d’une trentaine de mètres, et elle trône devant la nouvelle gare et sa structure métallique. Une décision qui fait – elle – l’unanimité du coté des habitants du quartier: tous disent leur attachement à l’ancienne bâtisse.

Plus d’informations sur le site internet du CEVA.

 

Continuer la lecture