Rejoignez-nous

Actualité

MANGER MOINS DE VIANDE POUR SAUVER LE CLIMAT

Publié

,

le

La consommation de viande n'est pas bonne pour le climat et l'agriculture provoque d'importantes émissions de gaz à effet de serre selon le GIEC (archives). (©KEYSTONE/AP/KAMRAN JEBREILI)

Il faudra manger différemment, notamment réduire la viande, pour limiter le réchauffement climatique. La diminution des émissions de gaz à effet de serre dans les transports, l’énergie et les usines ne suffira pas, conclut le rapport du GIEC présenté jeudi à Genève.

Tout scénario pour limiter le réchauffement climatique à moins de 2°C d’ici 2100 « demande une atténuation liée aux terres et un changement dans l’utilisation des terres », estiment ces dizaines d’experts internationaux. De la reforestation aux bioénergies, précise leur rapport sur les liens entre utilisation des terres, sécurité alimentaire et changement climatique.

Parmi ses recommandations, le Groupe intergouvernemental d’experts internationaux sur le climat (GIEC) incite à réduire la consommation de viande et les pertes et gâchis de nourriture, estimées de 25 à 30%. Il préconise davantage de graines, fruits, légumes et de nourriture animale durable et responsable de peu d’émissions de gaz à effet de serre.

Ces réaménagements alimentaires pourraient contribuer, selon les estimations, à libérer jusqu’à des millions de km2 de terres et, par année, à une atténuation de jusqu’à 8 gigatonnes d’équivalents de CO2 d’ici 2050. Amélioration d’accès aux marchés ou encore émancipation des agricultrices et extension d’accès aux prestations agricoles sont aussi mentionnées.

Doublement de la production de viande

Plus de 70% des terres émergées, selon les spécialistes, sont utilisées au total pour satisfaire le besoin des populations. Depuis 1961, la production d’huiles végétales et de viande par habitant a plus que doublé. Celle des calories a augmenté d’un tiers. Alors que près de 830 millions de personnes sont sous-alimentées, environ 2 milliards sont en surpoids.

L’exploitation humaine des sols rassemble près d’un quart des émissions de gaz à effet de serre, dont près de la moitié du méthane dégagé. Cette activité est responsable de la dégradation de 25% des terres émergées. Les zones arides ont notamment augmenté de 1% en moyenne entre 1961 et 2013.

Les menaces climatiques dépendront de l’extension de la population et du degré d’augmentation des températures. Celles de nombreux incendies ou d’instabilité alimentaire sont considérées comme « élevées » avec 1,5°C supplémentaire et « très élevées » avec 2 ou 3°C en plus. Autre problème, un scénario d’une population de 9 milliards de personnes d’ici 2100 étendrait le prix de certaines denrées de plus de 7% dès 2050.

Approuvé par les pays

En fonction des régions, les changements dans les conditions des terres peuvent « augmenter ou diminuer » le réchauffement climatique, conclut le GIEC. Et ce réchauffement étendra de son côté les pluies intenses et les inondations mais aussi la chaleur et les sécheresses. Avec comme effet une instabilité alimentaire.

Depuis l’ère préindustrielle, la température des surfaces terrestres a augmenté deux fois plus que la moyenne mondiale, de 1,53 °C contre 0,87 °C. La montée des océans renforce aussi la pression sur les terres.

Le rapport avait été approuvé mercredi par les 195 Etats membres, dont la Suisse, après 28 heures de discussion, au terme de plusieurs jours de la 50e session du GIEC. Les pays doivent se réunir en 2020 pour annoncer des politiques pour une neutralité d’émissions de gaz à effet de serre.

 

Source: ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

La Ville de Genève active son plan canicule

Publié

le

KEYSTONE/Laurent Gillieron

La Ville de Genève a annoncé vendredi l’activation de son plan canicule en faveur des personnes âgées et des sans abri. La municipalité répond à la mise en garde lancée par le médecin cantonal à cause des fortes chaleurs attendues ces prochains jours dans le bassin genevois.

Un courrier avait déjà été envoyé en juin aux 13’164 habitants de la ville âgés de plus de 75 ans et qui ne sont pas suivis à domicile par l’institution genevoise de maintien à domicile (imad). Les personnes qui le souhaitent peuvent s’inscrire pour être contactées régulièrement par les services municipaux en cas de canicule en téléphonant au 0800 22 55 11.

Le plan canicule de la Ville de Genève est enclenché lorsque la température diurne atteint 33 degrés durant trois jours consécutifs et qu’elle ne descend pas au-dessous de 20 degrés la nuit. Compte tenu des risques liés au Covid-19, le dispositif est particulièrement important cette année, note la municipalité.

Continuer la lecture

Actualité

La Suisse s’assure 4,5 millions de doses du vaccin de Moderna

Publié

le

Le logo de Moderna à Norwood, dans le Massachusetts, aux Etats-Unis. (©KEYSTONE/EPA/CJ GUNTHER)

La Confédération a conclu un accord avec l’entreprise américaine Moderna pour la livraison de 4,5 millions de doses d’un vaccin contre le coronavirus, a annoncé vendredi l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). La Suisse est en discussion avec d’autres sociétés.

« La Confédération veut assurer à la population suisse un accès rapide à un vaccin sûr et efficace contre le Covid-19 », écrit l’OFSP dans un communiqué. La Confédération relève qu’aucun vaccin dans le monde n’a pour l’instant été autorisé.

Si le vaccin passe la phase de test avec succès et est autorisé en Suisse, la Confédération recevra 4,5 millions de doses. Deux doses étant nécessaires, 2,25 millions de personnes pourront être traitées, précise encore l’OFSP.

Continuer la lecture

Actualité

Le stationnement coûte moins cher en Suisse romande qu’ailleurs

Publié

le

Les habitants qui doivent garer leur véhicule dans la rue doivent débourser des sommes qui varient fortement en fonction de la ville dans laquelle ils résident (image d'illustration). (©KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

La somme à débourser pour se garer varie fortement d’une ville à l’autre. L’écart entre la carte de stationnement permanent la moins chère et la plus chère est de plus de 1000 francs, selon Comparis, qui note que la Suisse romande est en moyenne moins onéreuse.

Ce sont les habitants de Wetzikon (ZH) qui doivent débourser le plus pour garer leur véhicule: 1080 francs par année. A l’inverse, les habitants de Riehen (BS) ne paient que 8 francs pour une carte annuelle, détaille Comparis dans un communiqué diffusé tôt vendredi matin. Sa comparaison porte sur les 40 plus grandes villes de Suisse.

En Suisse romande, c’est à Lausanne qu’il faut débourser le plus (500 francs par année), suivi par Fribourg (396 francs) et Renens (VD) (360 francs). A l’inverse, c’est à La Chaux-de-Fonds (NE) qu’il est le plus avantageux de se garer. Les riverains ne doivent s’acquitter que d’un émolument administratif de 20 francs. Les citoyens avaient accepté à une large majorité en 2011 que le parking résidentiel soit gratuit, rappelle Comparis.

Après La Chaux-de-Fonds, c’est à Neuchâtel qu’il en coûte le moins pour se garer (110 francs par année), suivi par Montreux (VD) (170 francs). Dans les villes du canton de Genève, les habitants doivent débourser 200 francs annuels.

Cité dans le communiqué, Leo Hug, expert Taxes et prélèvements chez Comparis, relève que ce n’est pas un hasard si les localités dans lesquelles le stationnement est le plus avantageux sont aussi celles où les impôts sont très élevés. Et d’ajouter: « dans les régions où l’imposition est forte, les gens sont moins disposés à payer davantage de taxes ».

Continuer la lecture

Actualité

Sortie de Mulan en Streaming: la colère des cinémas romands

Publié

le

Patrick Dentan

Disney a annoncé mercredi que son blockbuster « Mulan » ne sortirait pas sur Grand écran. Une décision qui provoque la colère des exploitants de Suisse romande. Le témoignage de Patrick Dentan, exploitant dans le Canton de Vaud.

La décision de Disney de sortir son blockbuster «Mulan» en streaming uniquement fait réagir les exploitants des salles de Suisse romande. Mercredi, la compagnie annonçait que Mulan sortirait le 4 septembre aux Etats-Unis, en Europe et dans plusieurs autres pays, uniquement sur sa plateforme Disney +. Pour le visionner, il faudra débourser l’équivalent de 30 dollars en plus du prix de l’abonnement, qui est de 9 francs par mois. Covid oblige, la sortie du film avait déjà été repoussée trois fois aux Etats-Unis où les salles sont toujours fermées. Cette décision provoque la colère et l’incompréhension de Patrick Dentan, il programme cinq salles de cinémas en Romandie.

Patrick Dentan programmateur de salles de cinéma

Le programmateur explique qu’une telle décision met en danger les salles de cinéma. Ce genre de sortie fait vivre un écran toute une année et permet d’offrir d’autres films moins connus au public. Habituellement, les distributeurs sont de vrais partenaires. Les explications de Patrick Dentan.

Patrick Dentan programmateur de salles de cinéma

La sortie de Mulan était initialement prévue en mars-avril. Un gros travail de promotion a été fait en amont par les salles. Patrick Dentan.

Patrick Dentan programmateur de salles de cinéma

Une telle décision est cynique et basée sur le profit, selon le programmateur. Elle fait fi du partenariat entre producteur et exploitant de salles qui a construit le succès des films. Il craint que la décision ne crée un précédent et donne des idées à d’autres dans un environnement déjà très difficile.

Patrick Dentan programmateur de salles de cinéma

Rien ne remplacera jamais la magie du cinéma, rappelle l’exploitant. Un cinéma implanté dans une communauté.

Patrick Dentan programmateur de salles de cinéma

Notez que le film sortira dans les salles obscures en Chine puisque le Streaming n’est pas encore proposé dans ce pays. Le coût de production de Mulan est de 200 millions de dollars. Les cinémas américains devraient rester fermés jusqu’en 2021.

Continuer la lecture

Actualité

Genève: journée portes ouvertes à la Fondation Bodmer pour découvrir l’extension du musée

Publié

le

Fondation Martin Bodmer

Après trois ans de chantier, les travaux d’extension de la Fondation Bodmer, dessinés et conçus par Mario Botta entre 2000 et 2003, touchent à leur fin. Une journée portes ouvertes est prévue le 27 septembre à Cologny (GE).

Le grand public pourra découvrir les nouveaux espaces qui lui seront dédiés comme ceux habituellement réservés au personnel. De nombreuses visites guidées du musée, des coulisses et du nouvel atelier de restauration sont notamment prévues, a annoncé jeudi la Fondation Martin Bodmer.

Construit par le cabinet Archilab de Lausanne, le nouvel ensemble architectural suit la ligne impulsée il y a 20 ans par l’architecte tessinois Mario Botta. Les visiteurs de la Fondation pourront profiter à partir du 27 septembre de nouvelles salles de médiation et cinéma, librairie, cafétéria et de splendides jardins.

Ces travaux incluent également d’autres espaces d’utilisation interne tels qu’un nouvel atelier de restauration, l’un des plus modernes en Suisse, quatre kilomètres linéaires de réserves ultra-sécurisées pour abriter la collection de la Fondation inscrite au registre « Mémoire du Monde » de l’UNESCO, ainsi qu’une nouvelle salle de lecture pour accueillir les chercheurs.

Ce projet d’un coût de sept millions a été réalisé grâce à la générosité notamment de la Loterie Romande et de la commune de Cologny, précise le communiqué.

Continuer la lecture