Rejoignez-nous

Actualité

Chaleur : les tomates genevoises moins chères

Publié

,

le

D’énormes stocks de tomates pourraient être gaspillés cette année à cause de la canicule et des vacances. Une situation de surabondance qui s’était déjà produite à Genève l’année dernière. Des tonnes de légumes avaient fini à la poubelle. 

L’Union maraîchère s’était alors défendue, reprochant notamment aux consommateurs d’aller faire leurs courses en France et délaissant ainsi les productions suisses. En tout, 1 % des 30’000 tonnes annuelles produites a été perdu.

Que faire pour luter contre ce phénomène? Des solutions existent, par exemple la production de jus selon Xavier Patry, de l’Union maraîchère.

Xavier Patry  Directeur de l'Union maraîchère de Genève

 

L’Union maraîchère lance un appel : manger local.

Xavier Patry  Directeur de l'Union maraîchère de Genève

 

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Météo à Genève: alerte pollution

Publié

le

Au programme aujourd’hui: quelques passages nuageux, et un temps relativement ensoleillé. Les maximales seront de 3°.

Demain: le ciel sera couvert par de denses bancs nuageux sur une bonne partie de la journée. Les températures maximales seront de 6°.

Samedi: les nuages seront à Genève tout au long de la journée. Il fera 6°.

Dimanche: couvert par des nuages denses. Les maximales seront de 7°. 

Alerte pollution, pourquoi ?

Un pic de pollution survient quand l’air n’est pas brassé par le vent ou la pluie par exemple. Le froid hivernal y contribue également.

Comme sous un couvercle invisible, l’air ne peut pas circuler correctement et se charge de particules en provenance de fumées des cheminées, de poussières, ou encore de ce qui s’échappe de nos pots d’échappements;

Comme Genève est une cuvette, l’air est moins brassé, stagne et donc la pollution s’installe plus facilement. 

 

Continuer la lecture

Actualité

Un accord commercial avec les USA est possible, selon Cassis

Publié

le

Le conseiller fédéral Ignazio Cassis est content que l'UE accepte d'attendre la votation de mai avant d'avancer dans les discussions (archives). (©KEYSTONE/ADV)

Un accord commercial entre la Suisse et les Etats-Unis, avant la présidentielle de novembre, est possible. C’est ce qu’estime le conseiller fédéral Ignazio Cassis, qui s’est exprimé devant la presse en marge du Forum économique de Davos.

Le conseiller fédéral Ignazio Cassis estime « possible » un accord commercial avec les Etats-Unis avant la présidentielle américaine de novembre. Il a aussi répété jeudi vouloir arriver avec des propositions à Bruxelles immédiatement après la votation de mai.

« Je pense que c’est possible si on identifie les pistes », a affirmé le conseiller fédéral au sujet des discussions avec les Etats-Unis sur un accord commercial, devant la presse en marge du Forum économique mondial (WEF) à Davos (GR). « Nous n’avons pas discuté de délai. Personne ne veut se mettre sous pression », a-t-il toutefois ajouté.

De son côté, la délégation américaine, notamment le président Donald Trump, n’a pas caché son souhait d’aboutir à un accord avec la Suisse. Dans un entretien à plusieurs médias alémaniques, l’ambassadeur Edward McMullen a admis que l’agriculture restait l’une des questions qui divisent.

« J’ai eu le sentiment clair que la volonté est très forte. Mais ce n’est pas en quelques minutes qu’on sort avec une promesse », a dit de son côté M. Cassis. Pour la première fois, tous les acteurs de ces discussions des deux côtés étaient présents dans la même salle. Mais celles-ci restent encore exploratoires.

« Plus de temps que nécessaire » sur le climat

La discussion sur le climat a pris un « certain temps » lors de la réunion avec la Suisse à Davos, a par ailleurs déclaré M. McMullen dans ses entretiens. « Plus que ce qu’il aurait été nécessaire, mais c’était ‘ok’ pour nous ».

Le fait que la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga ait mentionné l’accord de Paris sur le climat n’était « pas très productif », car « tout le monde sait comment se positionne le président Trump sur la question ». L’ambassadeur relève encore que certains participants du côté suisse ont souhaité accorder plus de temps à la « discussion commerciale ».

M. Cassis n’a pas souhaité commenter jeudi les déclarations de l’ambassadeur. « Je lui ai parlé hier soir. Il était tout à fait content de la rencontre de mardi et a rapporté que le président Trump l’était aussi », a-t-il expliqué. Et d’estimer qu' »il avait un bon équilibre » entre les trois questions au menu des discussions qui étaient l’économie et le climat mais également la représentation suisse des intérêts américains en Iran.

Priorité donnée à la votation

A Davos, M. Cassis a multiplié les rencontres bilatérales sur l’UE. Il est content que Bruxelles accepte avec « patience » d’attendre le résultat de l’initiative sur la libre circulation du 17 mai. Si celle-ci est acceptée, toutes les discussions actuelles « n’auront plus de raison d’être », affirme le conseiller fédéral.

Il répète que les prochains mois permettront « le travail de préparation » des clarifications sur les trois thématiques qui posent problème pour l’accord-cadre. M. Cassis veut arriver avec des propositions immédiatement après la votation.

Parmi les incertitudes, Berne attend le nouveau règlement de l’UE visant à renforcer la sécurité des patients, qui sera mis en oeuvre le 25 mai prochain. Les exportations de dispositifs médicaux vers les Etats membres pourraient être affectées sans solution.

Aide récente au Canada

La Suisse a clairement affirmé à la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen qu’elle souhaitait « au minimum » garantir le maintien des conditions actuelles, avait expliqué lundi Mme Sommaruga.

Autre incertitude, l’effet que pourrait avoir l’absence d’accord entre les Britanniques et l’UE sur leurs relations à l’avenir, que le Premier ministre Boris Johnson souhaite d’ici fin 2020. Difficile d’anticiper quel serait l’impact pour la Suisse, une situation qui « préoccupe » le conseiller fédéral.

Lors de ses rencontres, il a aussi reçu « des remerciements » pour les bons offices de la Suisse, notamment des Etats-Unis ou de l’Arabie Saoudite. Il a également expliqué que la Suisse avait aussi aidé le Canada auprès des autorités de Téhéran après le crash de l’avion ukrainien en Iran.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Sur le terrain, peu de succès pour les macarons Stick’Air

Publié

le

Le jeudi 23 janvier 2020 sera à jamais la première date de l’application du plan anti-smog du canton de Genève. La première circulation différenciée mise en place de 6h à 22h dans un périmètre englobant la ville de Genève ainsi que les villes de Lancy et Carouge, n’aura toutefois pas connu un succès fulgurant. Radio Lac était au Rondeau de Carouge pour le constater, à l’entrée du périmètre.

Au bas mot, seules 20% des voitures suisses et françaises possédaient un macaron Stick’Air ou son pendant français Crit’Air1. L’absence d’amendes jusqu’au 31 mars et de contrôles (du moins dans le secteur de Carouge) a peut-être dissuadé les gens de coller ce petit macaron rond sur leur pare-brise. Une certitude, si l’amende de CHF 500.- prévue pour les voitures dépourvues de Stick’Air était appliquée ce matin, les caisses de l’Etat se seraient bien garnies.

Toutes les informations sur ces Stick’Air: le site de l’Etat de Genève

1: Estimation établie à la jonction du chemin de Pinchat et de la route de Drize entre 6h45 et 8h45 le jeudi 23 janvier 2020.

Continuer la lecture

Actualité

Le fabriquant Lem réduit ses effectifs à Genève

Publié

le

Lem supprime 21 postes à Genève où le groupe compte déménager son siège (archives). (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le fabricant de composants électriques Lem va procéder à la suppression de 21 postes de travail à Genève, dans le sillage de l’inauguration de son futur nouveau siège à Meyrin en 2021. Le groupe annonce également la construction d’une nouvelle usine en Malaisie.

Les coupes dans les effectifs s’expliquent par « l’évolution du rôle des équipes dans le monde », indique jeudi Lem dans un communiqué. Le nouveau site meyrinois accueillera 250 employés, dont la recherche et le développement. Il sera intégré au campus « The Hive », au sein de la commune genevoise.

Le groupe, actuellement basé à Fribourg avec un site de production en Suisse à Plan-les-Ouates, investira 10 millions de francs pour ces nouveaux locaux, dont la construction avait été annoncé en novembre. Le siège de Lem sera transféré à Genève.

Le développement des affaires en Asie, où l’entreprise livre notamment des composants destinés au marché prometteur des véhicules électriques, a incité le groupe à construire un nouveau site de production à Penang, en Malaisie. Un investissement de 5 à 10 millions de francs sera consenti pour ce chantier.

L’usine de Penang, d’une surface de 5000 à 10’000 mètres carrés, vise à répondre à la demande croissante de ses clients de l’industrie et de l’automobile. Son inauguration est prévue au cours de l’exercice décalé 2021/22, précise le communiqué. Quelque 50 employés y travailleront la première année, avec pour objectif d’atteindre 250 personnes sur un horizon de cinq ans.

Cette installation complète les principaux sites de production existants de l’entreprise en Chine, en Bulgarie et en Suisse, affirme Lem.

Continuer la lecture

Actualité

Deux morts dans le crash d’un avion

Publié

le

Des patrouilles des polices vaudoise et fribourgeoise ont été déployées pour retrouver l'avion après sa disparition des radars (image d'illustration). (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

L’avion a été découvert, à St-Légier, près de trois heures après son décollage. 

Un avion s’est écrasé mercredi soir à St-Légier (VD), a indiqué la police vaudoise à Keystone-ATS, confirmant une information du Blick. Les deux personnes à bord sont décédées.

L’appareil a décollé à 19h30 de l’aérodrome d’Ecuvillens (FR). Il a disparu des écrans radar à 20h30, suite à quoi un hélicoptère et des patrouilles des polices vaudoise et fribourgeoise ont été déployées, a précisé Christian Bourquenoud, répondant presse à la police cantonale vaudoise.

La carcasse de l’avion a été retrouvée peu après 22h00 à St-Légier. L’identification des occupants est toujours en cours.

Source / ATS.

Continuer la lecture