Rejoignez-nous

Actualité

L'Iran attaque des installations américaines

Publié

,

le

La base d'Aïn al-Assad en Irak est l'une des deux installations utilisées par l'armée américaine et visée par l'Iran (archives). (©KEYSTONE/AP/NN)

Cinq jours après l'élimination du général Qassem Soleimani, l'Iran a lancé mercredi la riposte contre les Etats-Unis. Téhéran a tiré des missiles contre deux bases abritant des soldats américains en Irak.

Ces raids, revendiqués par Téhéran, marquent un tournant faisant redouter une déflagration généralisée sur le sol irakien, une escalade régionale, voire une guerre ouverte entre Washington et Téhéran.

"Plus d'une douzaine de missiles" ont été lancés depuis l'Iran contre les bases d'Aïn al-Assad et d'Erbil, selon le Pentagone, qui a précisé qu'il évaluait sa "réponse" à l'attaque. Aucune information sur la nature des dégâts ou d'éventuelles victimes n'a été communiquée.

Ces frappes, survenues en trois vagues, ont été menées avec "des dizaines de missiles", ont annoncé les Gardiens de la révolution iraniens, l'armée idéologique de la République islamique cités par la télévision d'Etat iranienne. Téhéran a promis des "réponses encore plus dévastatrices" en cas de nouvelle attaque et menacé de frapper "Israël" et des "alliés des Etats-Unis".

Trump suit la situtaiton

Le président américain Donald Trump, qui a multiplié ces derniers jours les mises en garde à la République islamique, suit la situation "de près" avec son équipe de sécurité nationale", a indiqué la Maison Blanche.

Ces tirs interviennent alors que se terminent à peine les funérailles du général Qassem Soleimani, assassiné vendredi à Bagdad avec l'Irakien Abou Mehdi al-Mouhandis, leader des paramilitaires pro-Iran désormais intégrés aux forces de sécurité irakiennes.

Le président américain et ses ministres ont tenté mardi de dissiper l'impression de sauve-qui-peut provoqué la veille par un cafouillage. "A un moment donné, nous partirons", "mais ce moment n'est pas venu", a assuré Donald Trump. Quasiment au même moment, son ministre de la Défense Mark Esper martelait, lors d'une conférence de presse, que la politique américaine n'avait "pas changé": "Nous ne quittons pas l'Irak".

L'administration Trump avait créé la confusion lundi en transmettant par erreur aux autorités irakiennes une lettre annonçant des préparatifs en vue du retrait de leurs soldats. Ce courrier faisait référence à un vote du Parlement irakien qui a exhorté dimanche son gouvernement à expulser les troupes étrangères d'Irak après la colère provoquée par l'élimination de Soleimani.

Signe d'un dialogue de sourds qui pourrait se prolonger, le Premier ministre démissionnaire irakien Adel Abdel Mahdi a confirmé mardi avoir reçu une lettre "signée" et "très claire" du commandement américain annonçant un retrait militaire.

Fissures dans la coalition

Et pour ajouter au climat d'incertitude, la coalition internationale contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI) affiche de premières fissures.

Si la France et l'Italie ont fait savoir leur intention de rester en Irak, les Canadiens et les Allemands ont annoncé mardi le redéploiement d'une partie de leurs soldats vers la Jordanie et le Koweït. L'Otan a décidé de retirer temporairement une partie de son personnel d'Irak.

Après le vrai-faux retrait total des troupes américaines de Syrie, annoncé par Donald Trump à deux reprises depuis un an avant qu'il ne fasse volte-face, il s'agit d'un nouveau coup porté à la lutte contre l'EI, alors que les experts ne cessent de mettre en garde contre une résurgence du groupe djihadiste malgré l'élimination de son "califat" territorial irako-syrien.

Efforts diplomatiques

Le Parlement iranien a adopté en urgence une loi classant toutes les forces armées américaines comme "terroristes" après la mort du général Qassem Soleimani, architecte de la stratégie de l'Iran au Moyen-Orient, souvent considéré comme un héros dans son pays pour le combat contre l'EI.

L'élimination de Soleimani fait également des vagues aux Etats-Unis et au-delà, où fait déjà rage le débat sur la légalité même de la frappe, survenue qui plus est dans un pays tiers. Le président Trump "avait absolument les bases légales appropriées", a répondu son secrétaire d'Etat Mike Pompeo.

Dans l'espoir de parvenir à une "désescalade", plusieurs pays ont multiplié les efforts diplomatiques. Dans un entretien téléphonique avec le président iranien Hassan Rohani, le président français Emmanuel Macron lui a rappelé "l'attachement de la France à la souveraineté et la sécurité de l'Irak" qui "doivent être renforcées par la présence sur son sol de la coalition internationale" antidjihadistes.

La chancelière allemande Angela Merkel s'est elle entretenue de la "situation tendue" avec Donald Trump, tandis le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a réitéré ses appels à la retenue.

 

Source / ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Plus de la moitié des espèces de poissons en Suisse sont menacées

Publié

le

La majorité des espèces de poissons sont menacées en Suisse. (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Plus de la moitié des poissons et cyclostomes (lamproies, sans mâchoires mobiles) en Suisse figurent sur la liste des espèces menacées ou vulnérables. La situation globale s'est dégradée entre 2007, année de la précédente évaluation, et 2022, révèle une étude.

En évaluant le degré de menace de 66 espèces de poissons et cyclostomes autochtones, les experts en ont placé 43 - dont neuf sont éteintes - sur liste rouge pour 2022, indique mercredi l'Office fédéral de l'environnement (OFEV).

S'y ajoutent 9 espèces "potentiellement menacées". Seules 14 espèces sont considérées comme non menacées. L'évaluation se base sur 70'000 occurrences (observations) dans les différents cours d'eau et plans d'eau du pays.

Sur les 43 espèces (taxons) de la liste rouge, 15 se retrouvent "en danger critique d'extinction", 8 sont "en danger" et 11 sont qualifiées de "vulnérables"; neuf ont disparu.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

À Genève, une épicerie vrac en ligne zéro déchets

Publié

le

Laetitia Morrone, fondatrice de VcomVrac présente des produits locaux issus du producteur le plus proche. © VcomVrac

Dès le mois de mars, VcomVrac offrira de faire ses courses sur Internet de se les faire livrer à la maison au lieu de se rendre en magasin. L'épicerie mettra en vente des produits locaux, issus du producteur le plus proche afin de favoriser le circuit court. 

Du vrac autrement! C'est le pari tenté par VcomVrac, une épicerie en ligne zéro déchet à Genève. Cette épicerie d'un genre nouveau disponible dès le mois de mars propose de faire ses courses sur Internet au lieu de se rendre en magasin. Les produits seront locaux, issus du producteur le plus proche afin de favoriser le circuit court. Le bio ne sera privilégié que lorsque cela a du sens. On y trouvera tous les produits courant d’épicerie sucrée et salée, sauf de la viande. Des boissons avec et sans alcool seront également disponibles ainsi que des produits d'hygiène, de cosmétiques et des produits ménagers. Avec comme objectif de simplifier l'accès au vrac. Laetitia Morrone, fondatrice de Vcomvrac.

Laetitia MorroneFondatrice de VcomVrac

Laetita Morrone souhaite également essayer de convertir la population au vrac.

Laetitia MorroneFondatrice de VcomVrac

Les produits seront livrés dans des contenants consignés tels que des bocaux, des bouteilles et des sacs en tissus.

Eviter le gaspillage

L'objectif est de simplifier l'accès au vrac au plus grand nombre, mais pas seulement. Le projet a aussi pour vocation d'éviter le gaspillage comme l'explique Laetitia Morrone.

Laetitia MorroneFondatrice de VcomVrac

Un financement participatif a été lancé au début du mois via la plateforme SIG impact. Objectif: récolter 20'000 francs. Le crowfunding prendra fin le 26 février prochain.

Continuer la lecture

Economie

L'économie helvétique entame l'année sur un regain de confiance

Publié

le

L'hôtellerie-restauration fait partie des secteurs où un regain de confiance a été enregistré (archives). (© KEYSTONE/MELANIE DUCHENE)

Les entrepreneurs suisses ont débuté 2023 sur une note résolument optimiste, après la détérioration du climat des affaires observée l'automne dernier.

Le sondage effectué par le centre de recherches conjoncturelles de l'EPF de Zurich (KOF) indique une tendance clairement positive en janvier, mais aussi pour les prochains mois.

L'embellie par rapport au dernier pointage est particulièrement marquée dans les secteurs du commerce de gros, de l'hôtellerie-restauration, de l'industrie manufacturière, des services financiers et des assurances, indiquent les économistes zurichois lundi dans un communiqué. Le seul à se montrer plus circonspect à l'heure de brosser des perspectives est celui de la construction.

Les velléités de relèvement des prix sont toujours très présentes, mais les hausses prévues se révèlent moins drastiques qu'en automne. Les experts du KOF signalent une détente des expectatives des entreprises en matière d'inflation.

Le taux attendu pour les douze prochains mois est ainsi passé à 2,9%, alors qu'il était encore de 3,7% lors du dernier sondage, et sur un horizon de cinq ans, le renchérissement anticipé est de 2,6%, à comparer à 3,0% en automne.

Les entreprises interrogées ont signalé une évolution plus favorable qu'auparavant de la marche des affaires au cours des trois derniers mois, une tendance observée dans quasiment tous les secteurs d'activité, en particulier dans l'hôtellerie-restauration.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

La Banque Migros réduit les heures d'ouverture des bancomats

Publié

le

En 2022, une quarantaine de bancomats ont été ciblés par des voleurs et détruits dans toute la Suisse. Sur la photo, une attaque fin 2021 à la gare de Lucerne. (© KEYSTONE/LUZERNER POLIZEI)

La Banque Migros réduit les heures d'ouverture de ses bancomats la nuit. Elle a pris cette mesure en raison de la multiplication des attaques contre les distributeurs de billets dans toute la Suisse.

Interrogé mercredi par Keystone-ATS, un porte-parole a confirmé l'information parue dans la Handelszeitung. Depuis décembre 2022, la Banque Migros a commencé à introduire des heures d'ouverture nocturnes limitées aux endroits accessibles 24 heures sur 24 pour des raisons de sécurité.

Selon l'institut, ces mesures seront probablement appliquées dans toute la Suisse d'ici fin février 2023 dans toutes les zones 24 heures de la Banque Migros. Selon l'emplacement, les bancomats seront fermés de 23h00 ou minuit jusqu'à 05h00.

La banque a procédé à une pesée des intérêts: satisfaire le besoin des clients de pouvoir retirer à tout moment de l'argent liquide ou protéger les emplacements des bancomats contre les fréquentes attaques.

Fin janvier, des inconnus ont fait exploser un distributeur automatique de billets à Neuendorf (SO). L'année dernière, une quarantaine de bancomats ont été ciblés par des voleurs et détruits dans toute la Suisse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Aucun joueur ne devine la bonne combinaison de l'Euro Millions

Publié

le

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante à l'Euro Millions de mardi soir (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante à l'Euro Millions mardi soir. Pour gagner, il fallait jouer les numéros 2, 8, 34, 44 et 47, ainsi que les étoiles 3 et 9.

Lors du prochain tirage vendredi, 51 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

https://jeux.loro.ch/games/euromillions

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture