Rejoignez-nous

Actualité

Les Suisses disent « oui » à plus de 64% aux détectives anti-fraude

Publié

,

le

Des détectives privés pourront à nouveau espionner des bénéficiaires de rentes sur mandat d'une assurance sociale soupçonnant un abus de prestations (archives). (©KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Des détectives privés pourront à nouveau traquer les fraudeurs à l’assurance sociale. Les Suisses ont accepté dimanche à 64,7% la base légale permettant l’observation secrète d’assurés soupçonnés de triche. Seuls Genève et le Jura ont refusé.

A Genève, le « non » s’est imposé par 58,6%. Les Jurassiens ont rejeté le texte par 51,4% des voix. Tous les autres cantons ont dit oui, mais le soutien est moins fort en terres romandes. Outre-Sarine, la base légale a toujours convaincu plus de six citoyens sur dix. Le résultat était attendu.

Malgré une campagne très active, les opposants, gauche en tête, n’ont convaincu qu’une minorité de votants que la base était trop floue et violerait excessivement la vie privée d’assurés fragilisés face à des assureurs obtenant trop de pouvoirs. La majorité s’est laissé persuader que l’observation serait suffisamment encadrée.

La nouvelle base légale permettra des enregistrements visuels et sonores, mais aussi le recours à des techniques de localisation de l’assuré, comme les traceurs GPS fixés sur une voiture. Dans ce cas, il faudra toutefois l’autorisation d’un juge. L’usage de drone n’est pas explicitement exclu, même s’il fait débat.

La surveillance ne sera pas limitée à l’espace public. Un assuré pourra être épié sur son balcon par exemple, la condition étant qu’il soit visible d’un endroit librement accessible. La Cour européenne des droits de l’homme avait rappelé la Suisse à l’ordre il y a deux ans, estimant sa législation insuffisante pour autoriser un tel espionnage.

Précisions nécessaires

L’acceptation claire de la loi sur la surveillance des assurés ne signe pas pour autant la fin du débat, selon les perdants de dimanche. « Nous devons désormais suivre attentivement les décisions des juges qui devront se prononcer sur des mesures de surveillance », selon la conseillère nationale Lisa Mazzone (Verts/GE).

Mais dans l’immédiat, la gauche entend bien lever les ambiguïtés de la loi dans le cadre des ordonnances d’application de la loi. Il s’agira de préciser trois points, explique la conseillère nationale Rebecca Ruiz (PS/VD). D’une part les lieux où un assuré peut être observé, deuxièmement les exigences posées pour les détectives et enfin l’interdiction de recourir à des drones.

Le Conseil fédéral a déjà mis en consultation les exigences auxquelles les détectives devront répondre. Si tout est clarifié à temps, la nouvelle base légale pour la surveillance des assurés pourrait entrer en vigueur avant le 1er janvier 2020, a précisé le ministre des assurances sociales Alain Berset.

L’avocat Philipp Stolkin, membre actif du comité référendaire, ne croit quant à lui pas aux garanties données de ne pas filmer dans la chambre à coucher. Selon lui, il est plus que probable que les personnes concernées recourront une nouvelle fois jusqu’à la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) pour faire valoir leurs droits. Ce sera la course à qui arrivera en premier à Strasbourg, prédit-il.

Une solidarité sans tricheurs

Pour la droite, au contraire, le vote des Suisses illustre au contraire la confiance des Suisses dans le système des assurances sociales, a déclaré le conseiller national Benjamin Roduit (PDC/VS). Le Valaisan compte sur une application de la loi telle qu’elle a été présentée et discutée.

Le débat sur le caractère exagéré ou non des mesures de surveillance était utile, ajoute Benoît Genecand (PLR/GE). En Suisse, les assurances sociales sont basées sur le principe que tout le monde cotise pour que les plus faibles puissent être protégés.

« Une majorité des Suisses est attachée à ce principe. Mais cette forme de solidarité est associée à une exigence très forte qu’il ne faut pas tricher avec le système », selon le Genevois. Les milieux patronaux saluent la décision des Suisses. La surveillance est mesurée et elle améliore la justice dans ce domaine.

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Coronavirus: 2e mort en Italie, l’inquiétude monte hors de Chine

Publié

le

Le coronavirus, apparu en décembre à Wuhei, a fait un deuxième mort en Italie samedi (archives). (©KEYSTONE/EPA/zyf JMA)

L’Italie a enregistré samedi un deuxième mort du coronavirus. Hors de Chine, le nombre de contaminations bondit et l’OMS a appelé à la mobilisation. La maladie a déjà touché 77’000 personnes dans le monde.

La deuxième victime européenne est une Italienne hospitalisée depuis une dizaine de jours en Lombardie (nord), ont indiqué les agences d’information italiennes. L’âge de la victime n’est pas précisé. Un premier décès dans la Péninsule, celui d’un retraité de 78 ans, avait été annoncé dans la nuit.

Une trentaine de cas d’infection ont été répertoriés jusqu’à présent sur le sol italien, dont plus de 25 en Lombardie. Plus d’une dizaine de villes ont été placées en semi-confinement depuis vendredi.

La première personne morte en Europe du Covid-19 était un touriste chinois de 80 ans décédé à Paris le 14 février. Il avait contracté la maladie dans la province de Hubei, dont Wuhan est le chef-lieu. En dehors de la Chine continentale (sans Hong Kong et Macao), plus de 1300 contaminations ont jusqu’à présent été recensées, notamment en Corée du Sud et au Japon.

Craintes de l’OMS

Si la crainte saisit l’Europe, c’est aussi parce que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’inquiète de la difficulté à enrayer la propagation du virus.

Le patron de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a tiré la sonnette d’alarme vendredi à Genève: « Nous sommes encore dans une phase où il est possible de contenir l’épidémie ». Mais la « fenêtre de tir se rétrécit », a-t-il averti, déplorant le manque de soutien financier international.

De fait, les foyers de Covid-19 ont continué d’essaimer, avec samedi un mort supplémentaire recensé en Iran. Ce décès porte le nombre de morts liée à cette maladie à cinq et celui des personnes contaminées à 28. De premiers cas confirmés avaient été annoncés la veille au Liban et en Israël.

En Corée du Sud, un deuxième décès a été annoncé samedi et le nombre d’infections a bondi pour la deuxième journée consécutive, passant à un total de 346 avec 142 nouveaux cas répertoriés, selon les autorités sanitaires sud-coréennes.

Diamond Princess

Au Japon, une centaine de croisiéristes qui étaient en contact étroit avec des personnes infectées présentes sur le Diamond Princess ont commencé samedi à débarquer du paquebot, ont indiqué des médias locaux. Après leur sortie, une quarantaine de 14 jours devrait débuter pour les plus de 1000 membres d’équipage toujours à bord.

Le Diamond Princess reste le plus important foyer de contagion hors de Chine. Sur 3711 personnes se trouvant initialement à bord, plus de 630 ont contracté le coronavirus.

Toujours au Japon, le comité d’organisation des jeux Olympiques 2020 de Tokyo a annoncé samedi qu’il allait retarder la formation des bénévoles qui encadreront l’événement, par mesure de précaution. Il a assuré que les JO prévus du 24 juillet au 9 août ne sont pas remis en cause.

Ralentissement en Chine

En Chine continentale en revanche, pays de très loin le plus touché par la pneumonie virale, l’heure semble au ralentissement. Les autorités sanitaires ont annoncé samedi 109 nouveaux décès, contre 118 la veille, pour un total national de 2345.

Le chiffre quotidien des nouveaux cas de contamination au coronavirus est en plus forte baisse encore, avec 397 nouveaux cas contre près de 900 vendredi. Une délégation d’experts menée par l’OMS doit arriver dans la journée à Wuhan, au moment où le nombre de contaminations en Chine continentale dépasse désormais les 76’000.

La Chine a minimisé jusqu’à présent l’impact à long terme de l’épidémie sur son économie, paralysée par les placements en quarantaine, les routes bloquées et le manque de main-d’oeuvre. Chen Yulu, un vice-gouverneur de la banque centrale chinoise (PBOC), s’est toutefois déclaré persuadé samedi à la télévision publique CCTV que la croissance économique allait « rapidement rebondir » après la crise.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Coupe du Monde : Lara Gut Behrami reine de Crans-Montana

Publié

le

Lara Gut-Behrami signe un retour tonitruant au premier plan (©KEYSTONE/AP/Alessandro Trovati)

Bis repetita pour Lara Gut Behrami. La Tessinoise a aligné un deuxième succès en deux jours à Crans-Montana en s’imposant devant Corinne Suter (0 »02) et l’Autrichienne Nina Ortlieb (0 »05).

Voilà ce qu’une Lara Gut-Behrami en confiance est capable de réaliser. Lauréate de la première descente la veille, la skieuse de Comano bien évidemment faisait partie des favorites samedi, mais le fait d’avoir le dossard 17 d’une course partant trente minutes plus tard que celle de vendredi ne la plaçait pas dans les meilleures conditions.

Seulement la Tessinoise fait partie de ces championnes hors normes. Faisant fi de cette contrainte, la championne a trouvé le moyen de passer ses skis juste devant ceux de Corinne Suter. Un bonus de deux centièmes qui représente 56 centimètres! Une véritable poussière après 87 secondes de course. On est bien loin des 80 centièmes de la veille.

En retard au dernier temps intermédiaire, Lara Gut Behrami a effectué une magnifique partie finale pour reprendre 28 centièmes à sa compatriote et la priver d’un troisième succès en Coupe du monde. De son côté, la Tessinoise aligne une 26e victoire en Coupe du monde et rejoint des grandes dames comme Tina Maze et Michaela Figini.

Derrière les deux locomotives, les autres Suissesses ont connu davantage de problèmes. Priska Nufer a pris le 14e rang, alors que Joana Hählen n’a pu faire mieux que 24e, juste devant Michelle Gisin, encore une fois décevante avec son 27e rang.

Continuer la lecture

Actualité

A la découverte des « tableaux vibratoires »

Publié

le

Médiation guidée, présentation du concept, apprendre à se laisser vibrer et résonner avec un tableau: c’est l’expérience inédite proposée par Claire Vittori, une artiste genevoise partie vivre en Valais. 

Mais qu’est ce qu’un tableau vibratoire et comment un tableau peut-il vibrer? Au premier coup d’œil, on découvre des œuvres colorées, faites de formes, de couleurs et de reliefs. Comme dans une exposition, ces tableaux ont été accrochés aux murs au Yogini Mage, une salle de Yoga lancéenne.

Claire Vittori passe beaucoup de temps à peindre. Elle nous explique comment elle procède pour réaliser ces tableaux.

Claire Vittori  Artiste

Résonance

Mais comment entrer en résonance avec un tableau, qui par définition a un caractère figé? Tout est une question d’énergie.

Claire Vittori  Artiste

Parmi les personnes présentes, Maëva – 17 ans – se dit satisfaite de ce qu’elle a découvert. Ce moment lui a apporté du calme et un sentiment de paix.

Maëva  

Passion

Véritable passionnée, Claire Vittori se dit satisfaite de la séance. Les personnes présentes se sont montrées intéressées et réceptives à cette activité.

Claire Vittori  Artiste

Autre passionné: Steve connait bien cet univers des énergies et de la méditation. Lui, affirme être parvenu à entrer en résonance avec les tableaux vibratoires. Il se dit conquis.

Steve

Résonance actuelle 

Pour Steve, ces tableaux ont également une résonance actuelle, notamment parce qu’ils créent un lien avec la nature, au moment où les question climatiques sont sur le devant de la scène médiatique et politique.

Pour lui, ces œuvres vibratoires répondent également à un besoin d’une partie de la population, de se retrouver soi-même, voir de se découvrir.

Claire Vittori  Artiste

Vendredi 28 février se tiendra le « finissage en musique » de cette exposition, de 16h à 20h. Plus d’informations sur le site internet de la salle Yogini Mage.

Continuer la lecture

Actualité

Agressions brutales à Genève: 14 et 16 ans de prison

Publié

le

Le Tribunal criminel de Genève a condamné deux Marocains à 16 et 14 ans de prison pour avoir violemment agressé un passant en décembre 2017. Ils ont été reconnus coupables de tentative d'assassinat et de brigandage aggravé (archives). (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Deux Marocains âgés de 33 et 21 ans ont été reconnus coupables vendredi par le Tribunal criminel de Genève de tentative d’assassinat, de brigandages aggravés et de vols notamment. Ils ont été condamnés respectivement à 16 et 14 ans de prison.

Une fois sa peine exécutée, le plus âgé sera expulsé de Suisse à vie alors que le cadet sera sous le coup d’une expulsion de douze ans. Les juges ont retenu les fautes extrêmement lourdes commises par ce duo dont la responsabilité est très faiblement restreinte. Le Ministère public avait requis des peines de 18 ans.

Ils ont ciblé des victimes isolées et alcoolisées, donc vulnérables, ont relevé les juges. La violence gratuite et inutile était inversement proportionnelle à leur butin qui s’élevait à quelques centaines de francs et à des téléphones portables.

Dix coups de couteau

Les faits principaux se sont déroulés dans la nuit du 10 au 11 décembre 2017 dans le quartier de la Servette. Les deux hommes s’en prennent à un passant en le poussant par derrière. Immobilisé et menacé d’un couteau sous la gorge, la victime est dépouillée. Elle s’en tire avec une plaie de 2,5 centimètre sur le cou.

Quelques heures plus tard, le duo attaque un autre homme, qui se défend. L’un des agresseurs l’immobilise à terre les bras dans le dos alors que l’autre lui assène des coups de couteau dans l’abdomen et le haut du corps: dix au total dont six potentiellement mortels. Ils le volent et prennent la fuite en le laissant se vider de son sang.

La victime, un solide trentenaire, n’aura la vie sauve que grâce à son instinct de survie et à la chance d’avoir pu alerter des pompiers en intervention tout près, ont relevé les juges. Le Tribunal criminel retient le mobile odieux du duo: détrousser la victime et se venger car elle avait résisté. Trois jours plus tôt, le plus âgé avait déjà agressé avec un couteau un frère et une soeur.

Escalade inquiétante

Le premier jour du procès avait mis en lumière les parcours de vie difficile de ces deux Marocains partis de chez eux à l’adolescence et survivant à travers l’Europe à coups de délits et de consommation de drogue. Tous deux ont des antécédents judiciaires importants: dix condamnations en Suisse pour le plus âgé et des condamnations au Luxembourg et en Allemagne pour le plus jeune.

Mais leurs situations personnelles n’expliquent pas la brutalité dont ils ont fait preuve, selon les juges. Durablement ancré dans la délinquance, le plus âgé démontre une escalade inquiétante dans la violence, ont-ils souligné. Le parcours chaotique du cadet s’apparente à du tourisme délinquant, ont-ils ajouté. Seul élément à sa décharge: son jeune âge au moment des faits, même si celui-ci n’a pas pu être déterminé avec exactitude.

Source: ATS KEYSTONE (rédaction)

Continuer la lecture

Actualité

Un incendie détruit un appartement dans le quartier de Malagnou

Publié

le

Les sapeurs pompiers ont été alertés ce vendredi à 12h27 d’un violent feu d’appartement dans le quartier de Malagnou. L’immeuble n’a pas été évacué et aucune victime n’est à déplorer.

Ce vendredi à la mi-journée, les pompiers ont été avertis d’un violent feu d’appartement au 34 rue Théodore Weber dans le quartier de Malagnou. L’immeuble n’a pas été évacué et aucune victime n’est à déplorer. De la fumée était présente dans l’allée mais les pompiers ont mis en place une ventilation. Les explications de Philippe Favero, Lieutenant-colonel aux Service d’intervention et de secours (SIS).

Philippe Favero Lieutenant-colonel aux SIS

Pour l’heure, les causes de l’incendie ne sont pas encore connues et une enquête est en cours.

Continuer la lecture