Rejoignez-nous

Actualité

Les Suisses disent « oui » à plus de 64% aux détectives anti-fraude

Publié

,

le

Des détectives privés pourront à nouveau espionner des bénéficiaires de rentes sur mandat d'une assurance sociale soupçonnant un abus de prestations (archives). (©KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Des détectives privés pourront à nouveau traquer les fraudeurs à l’assurance sociale. Les Suisses ont accepté dimanche à 64,7% la base légale permettant l’observation secrète d’assurés soupçonnés de triche. Seuls Genève et le Jura ont refusé.

A Genève, le « non » s’est imposé par 58,6%. Les Jurassiens ont rejeté le texte par 51,4% des voix. Tous les autres cantons ont dit oui, mais le soutien est moins fort en terres romandes. Outre-Sarine, la base légale a toujours convaincu plus de six citoyens sur dix. Le résultat était attendu.

Malgré une campagne très active, les opposants, gauche en tête, n’ont convaincu qu’une minorité de votants que la base était trop floue et violerait excessivement la vie privée d’assurés fragilisés face à des assureurs obtenant trop de pouvoirs. La majorité s’est laissé persuader que l’observation serait suffisamment encadrée.

La nouvelle base légale permettra des enregistrements visuels et sonores, mais aussi le recours à des techniques de localisation de l’assuré, comme les traceurs GPS fixés sur une voiture. Dans ce cas, il faudra toutefois l’autorisation d’un juge. L’usage de drone n’est pas explicitement exclu, même s’il fait débat.

La surveillance ne sera pas limitée à l’espace public. Un assuré pourra être épié sur son balcon par exemple, la condition étant qu’il soit visible d’un endroit librement accessible. La Cour européenne des droits de l’homme avait rappelé la Suisse à l’ordre il y a deux ans, estimant sa législation insuffisante pour autoriser un tel espionnage.

Précisions nécessaires

L’acceptation claire de la loi sur la surveillance des assurés ne signe pas pour autant la fin du débat, selon les perdants de dimanche. « Nous devons désormais suivre attentivement les décisions des juges qui devront se prononcer sur des mesures de surveillance », selon la conseillère nationale Lisa Mazzone (Verts/GE).

Mais dans l’immédiat, la gauche entend bien lever les ambiguïtés de la loi dans le cadre des ordonnances d’application de la loi. Il s’agira de préciser trois points, explique la conseillère nationale Rebecca Ruiz (PS/VD). D’une part les lieux où un assuré peut être observé, deuxièmement les exigences posées pour les détectives et enfin l’interdiction de recourir à des drones.

Le Conseil fédéral a déjà mis en consultation les exigences auxquelles les détectives devront répondre. Si tout est clarifié à temps, la nouvelle base légale pour la surveillance des assurés pourrait entrer en vigueur avant le 1er janvier 2020, a précisé le ministre des assurances sociales Alain Berset.

L’avocat Philipp Stolkin, membre actif du comité référendaire, ne croit quant à lui pas aux garanties données de ne pas filmer dans la chambre à coucher. Selon lui, il est plus que probable que les personnes concernées recourront une nouvelle fois jusqu’à la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) pour faire valoir leurs droits. Ce sera la course à qui arrivera en premier à Strasbourg, prédit-il.

Une solidarité sans tricheurs

Pour la droite, au contraire, le vote des Suisses illustre au contraire la confiance des Suisses dans le système des assurances sociales, a déclaré le conseiller national Benjamin Roduit (PDC/VS). Le Valaisan compte sur une application de la loi telle qu’elle a été présentée et discutée.

Le débat sur le caractère exagéré ou non des mesures de surveillance était utile, ajoute Benoît Genecand (PLR/GE). En Suisse, les assurances sociales sont basées sur le principe que tout le monde cotise pour que les plus faibles puissent être protégés.

« Une majorité des Suisses est attachée à ce principe. Mais cette forme de solidarité est associée à une exigence très forte qu’il ne faut pas tricher avec le système », selon le Genevois. Les milieux patronaux saluent la décision des Suisses. La surveillance est mesurée et elle améliore la justice dans ce domaine.

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

La nouvelle présidence du PS veut réorganiser le parti

Publié

le

Les deux coprésidents du PS Suisse, Mattea Meyer et Cédric Wermuth, veulent partager le pouvoir (archives). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

La nouvelle présidence du PS Suisse, composée de Mattea Meyer et de Cédric Wermuth, veut réorganiser le parti. La base du parti doit pouvoir participer davantage aux décisions.

Cette volonté s’inscrit dans le cadre d’une révision majeure des statuts du PS. Celle-ci fait actuellement l’objet d’une consultation interne et doit être décidée lors d’un congrès du parti en août, a indiqué Mme Meyer dans la NZZ am Sonntag.

Au c½ur de la révision se trouve la création d’un nouveau conseil d’environ 80 membres, qui fonctionnerait comme le parlement du PS, remplaçant l’actuel comité directeur et la conférence de coordination chargée de faire le lien dans les cantons. Le conseil inclurait des représentants des sections cantonales, la Jeunesse socialiste, les Femmes socialistes, le PS 60+ et le PS Migrant-e-s.

Il serait responsable de la direction stratégique du parti et aurait sa propre présidence composée de trois membres. Mattea Meyer et Cédric Wermuth n’en feraient pas partie, car la tâche de la présidence du conseil serait précisément de contrôler la présidence du parti. Les deux coprésidents renonceraient ainsi délibérément au pouvoir, alors que ce sont eux qui dirigent les réunions selon la configuration actuelle.

Davantage de dynamisme

Les assemblées de délégués de quelques centaines de personnes seraient aussi supprimées. Au lieu de cela, un congrès du parti plus large devrait se tenir deux fois par an, avec 1000 participants.

Les deux coprésidents espèrent ainsi insuffler plus de dynamisme. La nouvelle organisation a pour but d’ouvrir le parti et de mieux intégrer les partis cantonaux.

Les structures actuelles ne sont pas satisfaisantes, d’après la présidence du PS. « Il y a un manque de discussions passionnantes au sein du parti. Et un manque de développement et de mise en ½uvre d’idées et de solutions politiques pertinentes. »

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

En Suisse, 129 cas de réinfection malgré les deux doses de vaccins

Publié

le

Les cas de réinfection au Covid-19 après la vaccination complète s'expliquent notamment par le fait que l'efficacité des vaccins n'est pas de 100%, mais de 94-95% (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Sur les près de 1,2 million de personnes entièrement vaccinées en Suisse, 129 ont été réinfectées par le coronavirus, selon les données de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). En cause: l’efficacité des vaccins n’est pas de 100%.

Le taux d’efficacité est très élevé mais pas de 100%, soit de 95% pour le vaccin de Pfizer/BioNTech et de 94% pour celui de Moderna, a indiqué dimanche à Keystone-ATS Grégoire Gogniat, porte-parole de l’OFSP, confirmant une information de la NZZ am Sonntag. « Ce n’est donc pas surprenant. »

Cela constitue la première raison des cas de réinfection, selon lui. Et d’ajouter que, deuxièmement, l’efficacité du vaccin peut diminuer pour les personnes âgées. Le porte-parole indique toutefois que le niveau de connaissances actuel montre que les vaccins autorisés en Suisse sont aussi efficaces contre les variants, notamment celui indien.

Certificat pour les vaccinés d’abord

Le porte-parole a par ailleurs indiqué que le certificat Covid est d’abord prévu pour les personnes vaccinées, confirmant une information du TagesAnzeiger de samedi. Il invoque des raisons pratiques: « La mise en place est plus facile pour les personnes vaccinées, pour générer et recevoir le certificat. » Ce dernier est prévu d’ici à fin juin.

Grégoire Gogniat ajoute cependant que le certificat sera aussi disponible pour les personnes guéries et testées négativement « dans un temps proche » après celui pour les vaccinés. Sans toutefois donner plus de détails sur la temporalité.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Hangar agricole détruit par le feu – Pas de blessé

Publié

le

L'incendie a provoqué un fort dégagement de fumée. (© Police cantonal valaisanne)

Le feu a détruit dimanche matin à Ardon (VS) un hangar agricole et les machines qui s’y trouvaient, à quelques exceptions près. Mais personne n’a été blessé, a indiqué la police cantonale valaisanne.

Vers 5h20, plusieurs appels de citoyens ont signalé un fort dégagement de fumée en zone agricole en bordure des voies CFF. Une soixante de pompiers et autres intervenants ont été nécessaires pour venir à bout du sinistre. Ce dernier a été maîtrisé vers 8h15. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de l’incendie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Le soleil du Tessin a attiré les Suisses ce week-end

Publié

le

Les Suisses ont été nombreux à aller chercher le soleil et la chaleur au Tessin durant ce week-end prolongé (image d'illustration). (© KEYSTONE/Ti-Press/Francesca Agosta)

Malgré un temps plutôt mitigé, les Suisses ont été nombreux à se rendre au sud des Alpes durant ce week-end prolongé de l’Ascension. Ils ont dû faire preuve de patience au Gothard, tant à l’aller qu’au retour.

Le Tessin a enregistré une température moyenne de 16 degrés, soit quatre degrés de moins que la moyenne pluriannuelle, a souligné dimanche SRF Meteo. Mais le temps y était beaucoup plus ensoleillé et chaud qu’au nord des Alpes, en particulier jeudi et vendredi.

Durant ces deux jours, le mercure a atteint 20 à 23 degrés. En Suisse romande, il n’a pas fait plus de 16 degrés durant tout ce long week-end. A Genève, le thermomètre n’a même pas dépassé les 11,5 samedi et le soleil n’a pas brillé de tout le week-end. Idem à Berne.

Le temps était plus doux dans l’est, avec 14 à 17 degrés au bord du lac de Constance, selon SRF Meteo. Vendredi, le soleil a brillé sans interruption jusqu’au soir et la région a enregistré cinq à six heures de soleil jeudi et samedi.

Bouchons au Gothard

Pour aller au Tessin, les automobilistes ont dû s’armer de patience. Les bouchons atteignaient dix à douze kilomètres au portail nord du Gothard mercredi après-midi et jeudi matin. Interrogé par Keystone-ATS, le service Viasuisse a affirmé qu’il ne s’attendait pas à un tel trafic – qui a presque atteint cette année le niveau d’avant la pandémie.

Sans surprise, les bouchons étaient également de mise dimanche dans le sens des retours. A la mi-journée, ils atteignaient huit kilomètres entre Quinto et Airolo (TI), soit une attente de deux heures. La surcharge de trafic se poursuivait dans l’après-midi.

Le Haut-Valais n’était pas en reste: il fallait compter avec une attente prolongée de 90 minutes pour charger les voitures sur le train au Lötschberg en direction de Berne. A Oberwald (VS), l’attente était même de trois heures pour le tunnel de la Furka.

Ligne ferroviaire coupée

Dans le canton de Vaud, des intempéries ont provoqué dimanche soir l’interruption de la ligne ferroviaire entre Montreux-Rochers-de-Naye entre Paccot et les Rochers-de-Naye. Tous les trains ont été supprimés jusqu’à la fin du service, ont indiqué les CFF.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Servette se qualifie pour la Coupe d’Europe

Publié

le

A l'image du match, Milan Gajic, en rouge, se heurte à Boris Cespedes sous les yeux de Miroslav Stevanovic; pour la seconde fois fois cette saison, les Servettiens repartent victorieux de Vaduz (© KEYSTONE/Gian Ehrenzeller).

Nettement battus par le Lausanne-Sport (1-4) mercredi, les Servettiens ont relevé la tête pour s’imposer face à Vaduz (3-1) samedi soir dans la Principauté. Un succès qui leur permet de se qualifier pour la deuxième fois de suite pour une compétition européenne.

Si les joueurs d’Alain Geiger peuvent savourer cette future présence continentale, avec nonante minutes d’avance, c’est parce que les Young Boys ont nettement battu Lucerne (5-2) qui menait pourtant à la mi-temps (2-1) et que le Lausanne-Sport a coulé à pic sous la pluie en Suisse orientale. Jamais dans le match, les Lausannois ont été essorés (0-5) par un Saint-Gall joueur et offensif. Après deux buts d’Adamu (21e et 25e), c’est Mory Diaw qui a précipité la chute des siens en cherchant à faire le malin devant Youan juste avant la mi-temps. L’ancien Nantais a contré le portier lausannois avant de glisser le ballon dans le but vide.

Le SFC sauve le FCS

Si le président Christian Constantin peut encore croire au maintien, c’est grâce à la victoire de Servette à Vaduz. A Lugano, les Valaisans se sont inclinés (1-3), mais peuvent dire merci à Servette qui a a gagné dans la Principauté sur ce même score.

Toujours dixième et dernier, Sion sera au mieux barragiste. Cela signifie que les Valaisans ne sont pas encore relégués, mais qu’ils devront prolonger un peu leur saison s’ils terminent devant Vaduz vendredi prochain.

Si les Sédunois en sont là, c’est parce qu’ils n’ont pas réussi à ramener un résultat positif du Cornaredo. Le sursaut d’orgueil entraperçu mercredi contre Lucerne n’a pas été suivi d’une partie maîtrisée au Tessin. Les Valaisans ont eu quelques occasions mais aucune emprise sur le jeu. On a vu Hoarau tester les réflexes de Baumann à la 9e et à la 23e, mais cela n’a pas suffi.

Autogoal de Lacroix

Ziegler a ouvert la marque en deux temps sur penalty après une faute de main de Zock qui a nécessité un petit passage par la VAR pour l’arbitre Adrien Jaccottet (19e). Et comme Sion n’était pas dans une période très chanceuse, Lacroix a dévié dans son but un ballon luganais à la 44e (2-0). La réaction sédunoise grâce à la réduction du score de Tosetti dans les arrêts de jeu aurait dû donner des ailes aux joueurs de Marco Walker, mais ce sont les Tessinois qui ont inscrit le bu de la sécurité par Gerndt (69e).

Et dire que les joueurs de Maurizio Jacobacci restaient sur quatre revers consécutifs sans avoir réussi à marquer le moindre but…

Dans le dernier match de la soirée, Bâle a nettement pris le dessus face au Zurich (4-0).

La 36e et dernière journée de Super League aura lieu le vendredi précédant le week-end prolongé de Pentecôte, à savoir le 21 mai. Le FC Sion recevra Bâle, alors que Vaduz se déplacera à Zurich.

 

texte: ats/bb

 

Continuer la lecture