Rejoignez-nous

Actualité

Les loyers genevois ont augmenté de 1.5% l'an dernier

Publié

,

le

Les loyers ont progressé de 0,6% en Suisse l'année dernière, alors que le nombre d'appartements vacants a poursuivi son envolée. La demande a été principalement tirée par les grandes agglomérations, qui peinent à satisfaire la demande.

Les prix de la location ont progressé en 2019 de 3,3% à Zurich, de 1,8% à Berne et Bâle, de 1,5% à Genève et de 1,3% à St-Gall, a détaillé le portail immobilier Homegate.ch

A l'inverse, la hausse des taux de vacance a laissé des traces dans les cantons du Tessin, où les loyers se sont repliés en 2019 de 0,6%, ainsi que dans le Jura et à Lucerne (-0,3%).

Pour 2020, le site d'annonces immobilières anticipe une montée des taux de vacance avec l'arrivée sur le marché de nouveaux immeubles. Alors que les villes devraient parvenir à absorber la demande, les appartements situés hors des périphéries urbaines risquent toujours d'être à la peine pour trouver des locataires.

Malgré 70'000 appartements vides en 2019, représentant 2,8% du parc immobilier existant, les investisseurs sont toujours avides de ce type de placement. En 2019, quelque 44'000 logements ont été autorisés à la construction, avait récemment indiqué UBS dans une étude. La banque anticipe pour cette année une baisse de 1% des loyers.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Mieux protéger les personnes étrangères des violences domestiques

Publié

le

Le Parlement a élaboré un projet de révision de la loi sur les étrangers visant à renforcer la protection des victimes de violences domestiques. Celles-ci auront droit à la régularisation de leur séjour en cas de séparation (archives). (© KEYSTONE/EDI ENGELER)

Les femmes étrangères qui subissent des violences domestiques doivent être mieux protégées. Le Conseil des Etats a adopté mercredi, par 31 voix contre 8, un projet qui leur donnera droit à la régularisation de leur séjour. L'UDC redoute des abus.

Actuellement, de nombreuses femmes de nationalité étrangère victimes de violences domestiques craignent de perdre leur titre de séjour en cas de séparation. Elles ne peuvent rester que si l’union conjugale a duré au moins trois ans et qu'elles sont bien intégrées. En outre, il faut apporter la preuve de violences d'une certaine intensité et d'une certaine durée.

Certaines victimes renoncent ainsi à mettre fin à des relations violentes par peur d'un renvoi, a rappelé Marianne Binder-Keller (C/AG) pour la commission. Le Parlement a donc élaboré un projet visant à renforcer la protection de ces victimes.

L'UDC craint que l'élargissement des droits au séjour ne donne lieu à des abus. La révision abaisse toute une série d'exigences pour les bénéficiaires, a critiqué le parti conservateur.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Risques accrus de blanchiment et de financement du terrorisme

Publié

le

Avec l'importance croissante des cryptomonnaies, les risques de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme ont augmenté (image d'illustration). (© KEYSTONE/AP/CHARLES KRUPA)

Les risques de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme ont considérablement augmenté avec l'importance croissante des cryptomonnaies. Ce constat émane de l'Office fédéral de la police et du Secrétariat d'Etat aux questions financières internationales.

Les cryptomonnaies, aussi connues sous le nom d'actifs virtuels, sont devenues un phénomène de masse au cours des dix dernières années. Ceci a des répercussions conséquentes sur le système financier et multiplie les abus à des fins criminelles, écrit mercredi le groupe de coordination interdépartemental sur la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme (GCBF).

En Suisse, les intermédiaires financiers sont de plus en plus nombreux à proposer des prestations d'actifs virtuels. La frontière entre le secteur financier traditionnel et les cryptomonnaies se brouille, car ces actifs virtuels ont tendance à être intégrés dans les plates-formes de paiement conventionnelles. Les criminels ont reconnu le potentiel de cette technologie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Une graminée valaisanne nommée nouvelle espèce de l'année

Publié

le

La graminée Calamagrostis lonana, récemment identifiée comme nouvelle espèce, a été découverte dans le Val d'Anniviers (VS). (© Swiss Systematic Society/Luca Champoud)

De nouvelles espèces de plantes sont encore découvertes en Suisse. Une graminée récemment décrite en Valais a été nommée "nouvelle espèce de l'année 2024" par la Société suisse de systématique (SSS).

C'est lors d'un travail de terrain que Mary Leibundgut, une botaniste intéressée par la flore alpine, a découvert cette plante particulière, ont indiqué mercredi l'Académie suisse des sciences naturelles (SCNAT) et la SSS dans un communiqué. La scientifique réalisait des inventaires floristiques dans les plaines inondables en aval du Pas de Lona dans le Val d'Anniviers (VS).

Cette graminée ressemblait à d'autres espèces du genre bien connu Calamagrostis, mais des investigations menées par une équipe de botanistes bernois et fribourgeois, ainsi que des comparaisons avec des spécimens d'herbiers ont confirmé qu'il s'agissait bien d'une espèce nouvelle pour la science. D'après son lieu de découverte, elle a été nommée Calamagrostis lonana.

Seul site en Suisse

"L'espèce est probablement étroitement apparentée à une graminée arctique que l'on trouve très localement en Europe centrale", explique Stefan Eggenberg d'Info Flora au Jardin botanique de l'Université de Berne, cité dans le communiqué. Cette espèce semble limitée à la plaine alluviale du Torrent de Lona et n'a pas été trouvée ailleurs, malgré de nombreuses visites dans la région.

La plaine alluviale de Lona représente une mosaïque unique d'habitats associés aux différents sédiments déposés par le cours d'eau au fil du temps. Ce haut plateau est utilisé depuis longtemps pour le pâturage des moutons et des bovins, et les lits des rivières sont pâturés chaque année fin août et septembre.

Au vu de la situation actuelle, il ne semble pas nécessaire de clôturer la plaine alluviale. Cependant, les spécialistes recommandent de surveiller les conséquences du piétinement à long terme pour garantir la pérennité de la nouvelle espèce. La SSS élit depuis 2015 une "nouvelle espèce de l'année".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

La Lake Parade confirme son retour le 20 juillet 2024

Publié

le

Archives (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Après six ans d'absence et le succès populaire rencontré l'an dernier pour son retour, la Lake Parade poursuit sur sa lancée. La grand'messe électro revient le week-end du 20 juillet 2024. 

L'autorisation de la Ville de Genève vient de tomber: La Lake Parade va faire son retour les samedi 20 et dimanche 21 juillet 2024, sur un format quasi identique à l'édition de l'an dernier, qui avait attiré 150'000 personnes sur deux jours. "On garde la même recette qu'en 2023", confirme Christian Kupferschmid, fondateur et organisateur de la manifestation.

Christian KupferschmidFondateur et organisateur de la Lake Parade

Au menu: le traditionnel défilé de chars sur les quais dès 15H le samedi 20 juillet, avant la Lake Sensation, avec deux scènes principales et quinze scènes mobiles, à partir de 18H. Le concept plus familial, ambiance disco 80's, est reconduit le dimanche 21 juillet, en début d'après-midi. Et il a fallu jongler un peu avec les calendriers des autres manifestations.

Christian KupferschmidFondateur et organisateur de la Lake Parade

 

 

 

Continuer la lecture

Genève

La société genevoise Obseva met fin à ses activités

Publié

le

Obseva met la clef sous la porte. La société genevoise de biopharmacie en difficulté, actuellement au bénéfice d'un sursis concordataire, annonce mercredi cesser ses activités (illustration). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Obseva met la clef sous la porte. La société genevoise de biopharmacie en difficulté, actuellement au bénéfice d'un sursis concordataire, annonce mercredi cesser ses activités. L'ensemble des salariés du laboratoire établi à Plan-les-Ouates seront licenciés.

Il existe un "risque substantiel" que les ressources nécessaires à l'établissement des comptes de l'exercice 2023, selon les normes IFRS, fassent défaut, écrit Obseva. Les exigences pour la cotation de l'entreprise à la Bourse suisse pourraient de ce fait ne plus être remplies. SIX, l'exploitant du marché helvétique a été informé.

Le directeur général Fabien de Ladonchamps continuera cependant d'assumer ses fonctions aussi longtemps que nécessaire. Les efforts en vue de la vente du traitement nolasiban se poursuivent. Nolasiban est développé pour améliorer le taux de grossesse clinique et de naissance vivante chez les femmes qui subissent un transfert d'embryon après une fécondation in vitro (FIV).

A la demande d'Obseva, la justice genevoise lui avait accordé fin janvier un sursis concordataire provisoire d'une durée de quatre mois à Obseva. Le moratoire financier, dont le début a été fixé au 29 janvier, apportait une protection au laboratoire face à ses créanciers pour lui permettre d'élaborer un plan d'assainissement ou une proposition de concordat. Avec l'annonce de la cessation des activités, la faillite semble désormais inévitable.

Perte nette

Au premier semestre, le laboratoire avait essuyé une perte nette de 6,8 millions de dollars, à comparer au débours de 44,6 millions un an plus tôt. A fin juin, les liquidités et équivalents se montaient à un peu plus de 3,3 millions de dollars, contre 8,2 millions au bouclement de l'exercice précédent.

L'entreprise avait averti fin septembre que ses réserves financières devraient lui suffire à financer ses activités jusqu'au quatrième trimestre de l'année en cours, soulevant un "doute substantiel" quant à sa capacité de survivre encore un an sous sa forme actuelle.

Obseva avait déjà demandé un sursis concordataire durant l'été 2022, qu'elle avait toutefois retiré. Surendettée, la société avait effectué une restructuration complète et procédé au licenciement de 70% de son effectif. Le laboratoire lutte pour sa survie depuis que l'Agence américaine des médicaments (FDA) a bloqué une demande d'homologation de son plus important candidat en recherche, le linzagolix, pour le traitement des fibromes utérins.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture